En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le transmédia : quand la fiction s’invite dans votre lit

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 6 heures 31 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 8 heures 5 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 9 heures 23 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 10 heures 50 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 11 heures 13 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 12 heures 35 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 13 heures 30 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 13 heures 46 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 14 heures 6 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 7 heures 26 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 8 heures 49 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 9 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 10 heures 54 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 11 heures 30 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 13 heures 53 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 14 heures 15 min
© DOMINIQUE FAGET / AFP
© DOMINIQUE FAGET / AFP
SOS vision du monde

LR : l’illusion de la renaissance par le local

Publié le 05 novembre 2019
François Baroin a déclaré ce matin sur RTL que la droite devait "desserrer cette mâchoire entre Le Pen et Macron". C'est ce que tentent de faire toutes les figures des Républicains, en particulier depuis quelques jours, entre sorties de livres et proposition de renouveau.
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul-François Paoli est l'auteur de nombreux essais, dont Malaise de l'Occident : vers une révolution conservatrice ? (Pierre-Guillaume de Roux, 2014), Pour en finir avec l'idéologie antiraciste (2012) et Quand la gauche agonise (2016). En 2018, il...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin. 
Voir la bio
Paul-François Paoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul-François Paoli est l'auteur de nombreux essais, dont Malaise de l'Occident : vers une révolution conservatrice ? (Pierre-Guillaume de Roux, 2014), Pour en finir avec l'idéologie antiraciste (2012) et Quand la gauche agonise (2016). En 2018, il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Baroin a déclaré ce matin sur RTL que la droite devait "desserrer cette mâchoire entre Le Pen et Macron". C'est ce que tentent de faire toutes les figures des Républicains, en particulier depuis quelques jours, entre sorties de livres et proposition de renouveau.

Atlantico : De Gérard Larcher à Christian Jacob, en passant par François Baroin qui déclarait ce week-end dans une interview au JDD, "après les municipales, nous reconstruirons la droite", beaucoup de leaders de LR s'accordent à dire qu'un réseau d'élus pourrait suffire pour faire renaître une politique nationale cohérente et vraiment alternative. Est-ce vraiment le cas ? N'y a-t-il pas un risque à ce que LR devienne un parti de notable de province, comme c'est le cas d'autres partis ? 

Maxime Tandonnet : Le réseau d’élus est l’un des atouts de LR, qui le différencie des autres formations politiques, en particulier le RN et LREM. L’expérience de l’élection de M. Macron tend à montrer que le succès à l’élection présidentielle provient avant tout de l’image médiatique  nationale d’un homme et non pas de l’ancrage sur le terrain. Cependant, on peut concevoir qu’en 2022, la figure du leader hors sol et déconnecté fasse l’objet d’un rejet dans les profondeurs du pays et que par réaction, les Français se tournent vers une personnalité d’expérience et de terrain proche des hommes et des réalités quotidiennes.

Pour autant, cette proximité n’est évidemment pas suffisante. Le mouvement LR et la droite doivent proposer autre chose, une espérance, un message d’avenir et de retour à la confiance qui s’adresse à la nation dans sa globalité. Il leur faut faire émerger une figure qui puisse susciter un retour à la confiance et un projet qui réponde aux inquiétudes des Français et à leur angoisse de l’avenir. 

Paul-François Paoli : On ne peut qu'être sceptique sur ces manoeuvres de reconstruction de la prétendue droite républicaine. Avec la droite c'est toujours la même affaire: avant d'avoir un programme il faudrait d'abord avoir une pensée politique globale. Or le propre du chiraquisme est de n'en avoir aucune. Le chiraquisme est un pragmatisme républicain qui se trouvait déjà à bout de souffle avec Chirac et on voit mal comment un F. Baroin pourrait revitaliser ce qui était déjà épuisé du temps de Chirac. Le seul qui dans cette mouvance m'a semblé audacieux est Guillaume Larrivé qui a osé briser le tabou du droit du sol. La droite ne pourra pas exister face à Macron si elle n'entame pas une révolution culturelle en rompant avec la doxa républicaine classique.

D'autres s'attaquent à la question des inégalités, qu'elles soient économiques ou territoriales, en proposant par exemple, comme Guillaume Peltier dans son livre Milieu de cordée, de créer une micro-taxe sur toutes les transactions financières. Le même a déclaré par ailleurs qu'il serait bon de créer un tribunal international du climat. N'y a-t-il pas un risque que la droite n'ait plus, avec ce genre de propositions, de vision politique forte ? N'est-on pas dans la sphère du gadget politique ?

Maxime Tandonnet : Une sorte de taxe Tobin ? Ce n’est pas vraiment nouveau. De décennie en décennie, la belle idée ressort toujours mais elle ne se fait jamais. De toute façon, si le fait de créer une nouvelle taxe permettait de régler les problèmes, la France serait la première puissance du monde… Tribunal international du climat ? Cette proposition est en plein cœur de la mode idéologique. Pour juger qui ? Les dirigeants américains qui ont dénoncé l’accord de Kyoto ? Je n’ai pas lu ce livre donc il m’est difficile d’en parler.

Au vu des propositions que vous évoquez, il ne me semble pas qu’il soit dans une logique de projet cohérent. En revanche, il me semble être bien dans le style de la politique moderne : faire parler de soi, percer le mur de l’indifférence médiatique par des provocations en tout genre ou des propositions détonantes. Parfois cela marche. Le président Macron a bâti son succès initial sur des petites phrases concernant les 35H, le statut de la fonction publique, qui dans les années 2015 et 2016, ont ébloui la planète media. Mais bien souvent, cela retombe à plat. 

Paul-François Paoli : Ce genre de proposition est difficile à apprécier. Dans tous les cas on est loin d'une vision d'ensemble sur l'essentiel et on voit mal Guillaume Peltier devenir crédible sur des questions de fond qui sont aujourd'hui civilisationnelles et anthropologiques. Que penser face au défi transhumaniste? Que dire sur les questions de la PMA? Peut on reconstruire l'école et comment? Suffit t'il d'être les beni oui oui de JMBlanquer? Comment endiguer l'immigration et répondre au défi de l'islam politique? On dirait que ces gens regardent ailleurs de peur d'être accusés de se raprocher du RN qui lui même ne semble pas avoir grand chose à dire. 


D'autres reprochent à Emmanuel Macron d'être inefficace. Dans quelle mesure cette position empêche de penser une vraie alternative ? 

Maxime Tandonnet : Les critiques portent pour l’essentiel sur le décalage entre le discours et les actes. Son élection devait être le début d’un nouveau monde d’exemplarité. Or, de ce côté, rien n’a vraiment changé et ce quinquennat, comme par le passé, se déroule dans le contexte d’un enchaînement de grandes et de petites affaires. Le mandat était placé sous le sceau de la « transformation profonde de la France ». Ce message a été brouillé par la modestie des réformes (SNCF) mais surtout par les spectaculaires reculades (taxe carbone).

Cependant, en se focalisant sur le mode de gouvernance, l’opposition reste discrète sur le fond. Ses dénonciations portent sur le style du président Macron, mais pas sur le fond de l’idéologie qu’il incarne : la poursuite du socialisme avec la hausse continue des prélèvements obligatoires et de la dette publique, la vision sans frontières, post nationale et multiculturelle qui domine largement le pouvoir LREM, la faible considération portée aux milieux populaires qui s’exprime dans le sabordage de certains acquis sociaux, notamment vis-à-vis des retraités. Dès lors, la focalisation sur la personne et le style plus que sur le fond de la politique contribue à empêcher l’opposition LR de forger son propre projet. 

Paul-François Paoli : L'alternative à Macron ne peut être que globale. Macron est hors de cause personnellement c'est un homme remarquable sur le plan de l'intelligence et du talent, mais ce n'est pas pour cela qu'il raison. Le drame de la droite politique est sa médiocrité intellectuelle. Il est un fait que les élites intellectuelles répugnent aujourd'hui à faire de la politique.

Quels seraient selon vous les piliers sur lesquels il faudrait miser pour reconstruire une alternative de droite à Emmanuel Macron non seulement locale mais aussi nationale ?

Maxime Tandonnet : Il me semble que la droite devra prendre le contre-pied du macronisme et donner une toute autre vision de la politique. Le pouvoir En Marche, tel qu’il est perçu, est avant tout l’expression d’une forme de suffisance et de morgue envers la France profonde, la « vile multitude », la majorité silencieuse. Tout se passe comme si une caste dominante marchait à l’aveuglette, sûre de détenir la vérité, dans la plus parfaite indifférence envers le monde des réalités et la préoccupation des gens. L’opposition doit montrer un tout autre visage : en finir avec la confiscation de la politique à des fins d’ultra-narcissisme. Elle doit rompre avec le jeu des provocations, de la démagogie, du grand spectacle mégalomane qu’est devenue la scène politique.

Elle doit au contraire renouer avec le débat d’idées collectif pour le bien commun, la redécouverte d’une authentique démocratie, écouter et comprendre les préoccupations populaires sur l’immigration, le communautarisme, la pauvreté, la violence chronique, et y apporter des réponses ; prouver, par des choix et des décisions, qu’elle est pleinement à l’écoute le pays profond. En gros, l’opposition LR doit donner une nouvelle image de la politique qui n’est pas de se servir du pays à des fins personnelle de vanité, mais au contraire, de se placer résolument et modestement à son service.

Paul-François Paoli : Il faut rompre avec le logiciel macronien et son langage finalement assez conformiste. La droite doit affronter la situation de guerre civile latente qui se développe en France. Elle doit proposer une rupture idéologique et culturelle avec les décénnies démagogiques qui nous ont précédé et ont commencé avec Mittérand et même avant. Il faut prendre le défi de l'islam militant et du communautarisme à bras le corps. Notamment en mettant en cause le droit de sol qui permet à des gens d'obtenir une nationalité avec laquelle ils n'ont aucun rapport affectif, à l'instar de ces supporters qui hissent des drapeaux algériens en toute occasion alors qu'ils sont Français de droit. Il faut remettre en cause la double nationalité pour ceux qui sont originaires de pays qui se trouvent à l'exterieur de la communauté européènne.

Pourquoi admettre que des individus qui sont parfois hostiles à la France aient plus de droits que les Français eux mêmes? Enfin il faut mettre un terme au regroupement familial, en provenance de l'Afrique notamment. Ces propositions vont evidemment dans le sens d'un rapprochement avec le RN sur les questions régaliennes. Il faudra peut être une crise très grave pour que la droite se fédère. De Gaulle disait que les Francais étaient des veaux ce qui somme toute était très gentil car le veau est un animal innocent. En attendant je pense que l'animal qui ressemble le plus aux leaders de la droite est l'autruche qui préfère regarder ailleurs. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le transmédia : quand la fiction s’invite dans votre lit

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evinrude
- 06/11/2019 - 22:20
Piliers pour reconstruire
Les piliers pour reconstruire que vous énumérez sont effectivement urgents et indispensables, mais il faut y ajouter l'urgence pour les responsables de retrouver une capacité de tiers . Les responsables ne peuvent pas continuer à voir les étrangers et les musulmans comme des victimes des Français qui se retrouvent continuellement négativés: cette attitude génère du racisme de part et d'autres alors qu'elle prétend le combattre. Enfin, last bu not least, il faudra aussi pouvoir soutenir une confrontation critique avec les tenants de l'islam (ça fait du monde) et les mettre face à la réalité problématique de leur montage religieux, autrement dit cesser ce déni ubuesque quand à sa soi-disant bonté et ouverture.
evinrude
- 06/11/2019 - 22:08
Intelligent?
Macron "est un homme remarquable sur le plan de l'intelligence et du talent" : nous n'avons pas la même définition du terme "intelligent". Pour moi l'intelligence ne peut être sans l'intelligence éthique, dès lors insulter les Français, mépriser ceux que l'on prétend gouverner, faire des déclarations à l'emporte-pièce pour séduire un protagoniste en salissant le tiers, dire tout et son contraire sans aucune vergogne, déclarer aux Émirats que : "on ne peut pas aimer la religion qui est la vôtre ici si on ne rappelle pas que dans cette région tous les grands monothéismes sont nés et que l'islam est né de ce palimpseste de cultures et de civilisations qui font que de manière indétricotable, irréductible, nos religions sont liées, nos civilisations sont liées ; et que ceux qui veulent faire croire où que ce soit dans le monde que l’islam se construit en détruisant les autres monothéismes sont des menteurs et vous trahissent." avec une faute grossière d'usage du terme "palimpseste", et nier que précisément l'islam s'est construit par une réécriture du montage hébreu, tout cela pour moi n'est pas de l'intelligence et témoigne même d'une profonde indigence.
Anouman
- 06/11/2019 - 20:29
Renaissance
Pour espérer renaître il faudrait déjà qu'ils donnent une bonne image d'eux mêmes. Cela commencerait par un discours homogène de tous les membres. Comment voulez vous faire confiance à des gens qui ne sont même pass capables de se mettre d'accord entre eux? Le deuxième point serait qu'ils admettent qu'ils n'ont fait que des conneries centro-gauchistes tout le temps qu'ils ont été au pouvoir. Là ça va être encore plus difficile.