En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 52 min 25 sec
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 2 heures 30 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 5 heures 18 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 6 heures 47 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 8 heures 37 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 9 heures 13 min
décryptage > Politique
Casse-tête

Retraites : 49.3, retrait ou "bidouille", quel chemin de sortie de crise serait le moins dommageable pour Macron ?

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Economie
Conclusions hâtives

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

il y a 10 heures 48 min
pépites > Europe
Alliés européens
Emmanuel Macron et onze ministres sont attendus à Naples ce jeudi dans le cadre du 35e sommet franco-italien
il y a 1 jour 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 1 heure 1 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 3 heures 12 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 6 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 7 heures 11 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 8 heures 5 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Politique
Tri sélectif

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

il y a 10 heures 28 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’ultragauche tentée par le terrorisme ?; L’équipe Villani en plein doute; LREM : Stanislas Guerini veut refonder le parti; GPA : le gouvernement ne veut pas (maintenant) de la jurisprudence de la Cour de Cassation
il y a 11 heures 7 min
pépites > Justice
Enquête
Attaque à la préfecture de police de Paris : une recherche internet faite par Mickaël Harpon accrédite l'hypothèse terroriste
il y a 1 jour 35 min
© MARCELLO PATERNOSTRO / AFP
© MARCELLO PATERNOSTRO / AFP
Bonnes feuilles

Crise des migrants : la défense des être humains prônée par le pape François face aux mafias

Publié le 27 octobre 2019
Jean-Baptiste Noé publie "François le diplomate" aux éditions Salvator. Le pape François s'active sur la scène mondiale depuis son élection en 2013. Dépourvu d'expérience diplomatique, à la différence de ses prédécesseurs Pie XII et Paul VI, François s'est imposé avec charisme et intelligence comme un interlocuteur privilégié des leaders de ce monde. Extrait 2/2.
Jean-Baptiste Noé est docteur en histoire, rédacteur en chef de la revue de géopolitique Conflits.  ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Baptiste Noé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Baptiste Noé est docteur en histoire, rédacteur en chef de la revue de géopolitique Conflits.  ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Baptiste Noé publie "François le diplomate" aux éditions Salvator. Le pape François s'active sur la scène mondiale depuis son élection en 2013. Dépourvu d'expérience diplomatique, à la différence de ses prédécesseurs Pie XII et Paul VI, François s'est imposé avec charisme et intelligence comme un interlocuteur privilégié des leaders de ce monde. Extrait 2/2.

La défense des migrants est le thème récurrent du pontificat de François. Si ce thème était traité par ses prédécesseurs, notamment lors de la Journée internationale des migrants, c’était toujours de façon périphérique. François en a fait l’élément central de son pontificat, l’abordant dans de nombreuses interventions publiques, visitant des migrants lors de chacun de ses voyages, effectuant des voyages spécifiques pour les visiter. Cela a commencé dès le début de son pontificat avec la visite à Lampedusa, en Sicile, le 8 juillet 2013, première visite hors de la péninsule. Il y a fustigé « la mondialisation de l’indifférence » face aux nombreux morts noyés en tentant de traverser la Méditerranée. Sa visite de l’île grecque de Lesbos le 16 avril 2016 est un autre voyage majeur de son pontificat. Il a visité les camps de migrants et il est revenu avec douze d’entre eux dans son avion, de confession musulmane, pour leur permettre de vivre en Italie. Lesbos est un voyage à la fois œcuménique et géopolitique, où a été effectué une rencontre avec les patriarches de Constantinople et d’Athènes et où fut signée une déclaration conjointe. La salle de presse du Saint-Siège avait prévenu avant le départ du pape : ce voyage est œcuménique et humanitaire. L’œcuménisme est le fil rouge de la diplomatie de François, lui qui aime à rappeler ce tragique œcuménisme du sang que vivent les chrétiens d’Orient. C’est la deuxième fois qu’un pape se rendait en Grèce, la première étant Jean-Paul II à Athènes, en 2001. Quand on connaît la prévention et l’inimitié que les orthodoxes grecs ont pour les catholiques, cette rencontre n’est nullement anodine. N’est pas anodin non plus le fait d’avoir fait se rencontrer le patriarche de Constantinople et celui d’Athènes alors que, là aussi, les antipathies ont pu être très fortes dans le passé. Cette rencontre cimente l’œcuménisme au sens propre, c’est-à-dire la réuni fi cation de l’œkoumène, l’unité de tous les chrétiens. C’est là un geste religieux et également politique. Il s’agit de dire que seule l’unité des chrétiens permettra de résoudre les défis posés par le monde multipolaire. 

L’accueil des douze migrants fut un autre geste politique de grande ampleur, même si l’irénisme n’est pas toujours absent chez les communautés ecclésiales, voire un aveuglement volontaire face aux réalités de la crise migratoire. Lors de la conférence de presse donnée dans l’avion du retour, le pape a évoqué les trafics humains et les ventes d’armes qui alimentent ces guerres. La déclaration rappelle la nécessité de lutter contre les « causes sous-jacentes » de ces déplacements forcés de population. Il ne s’agit donc pas de traiter uniquement les effets (par exemple par l’accueil des migrants), mais surtout d’aller résoudre les causes de la déstabilisation du Moyen-Orient. Le passage suivant est probablement un des plus importants de la déclaration :

Nous appelons tous les dirigeants politiques à utiliser tous les moyens afin  d’assurer que les individus et les communautés, y compris les chrétiens, restent dans leurs pays et jouissent du droit fondamental à vivre en paix et en sécurité. Un large consensus international et un programme d’assistance sont d’une nécessité urgente pour soutenir le droit, pour défendre les droits humains fondamentaux dans cette situation insoutenable, pour protéger les minorités, pour combattre la traite et le trafic humains, pour éliminer les routes qui ne sont pas sûres, comme celles à travers la mer Égée et toute la Méditerranée, et pour développer des procédures de réinstallation sûre.

Usage de la force militaire et éradication des mafias

Appel d’une part aux dirigeants politiques à « utiliser tous les moyens » pour résoudre les causes de la crise, c’est-à-dire moyens diplomatiques et humanitaires, mais aussi moyens militaires. Quand on parle de « tous les moyens », c’est que l’on rend possible le moyen militaire. La déclaration rappelle le rôle joué par les mafias dans ce qui est une nouvelle forme de traite humaine. La mafia albanaise, qui a infiltré la Libye et qui est en train d’infiltrer les côtes françaises de la Manche, joue un rôle de premier ordre dans ces trafics, avec les mafias nigérianes et italiennes. Le trafic de migrants leur rapporte plus d’argent que le trafic de drogue. Autre élément de cette déclaration, le droit pour les migrants de rester chez eux, et de pouvoir y revenir : Que les chrétiens « restent dans leurs pays et jouissent du droit fondamental à vivre en paix et en sécurité » et « développer des procédures de réinstallation sûre ». Dans les propos du pape, présents dans cette déclaration et réaffirmés dans la conférence de presse, l’accueil est provisoire. Il ne s’agit donc pas d’effectuer un vaste transfert de population du Moyen-Orient vers l’Europe, mais d’accueillir provisoirement ceux qui fuient la mort, de résoudre les causes de leur fuite, et de leur permettre de revenir. La nécessité du retour des migrants est clairement établie dans la déclaration : Il faut œuvrer « pour le retour honorable de ceux qui ont été contraints à abandonner leurs maisons ».

Reste la question de l’accueil unique de familles musulmanes, qui a été diversement appréciée en Europe. Est-ce un geste démagogique, qui oublie les chrétiens persécutés et qui défend les sociétés multiculturelles ? Ou bien est-ce un geste prophétique, un de ces coups de boutoir qui peuvent faire tomber le rideau de fer oriental ? On constate que le geste du pape a été mesuré : les personnes accueillies ont des papiers en règle et ce sont des familles, non de faux réfugiés ni des travailleurs clandestins. L’accueil est également proportionné aux capacités d’accueil et d’intégration. Enfin, c’est un geste qui ne peut manquer d’ébranler le monde musulman. La notion de l’oumma, la communauté des croyants, est une notion essentielle du monde musulman. Or, que constate-t-on ? Des musulmans djihadistes bombardent et tuent des populations musulmanes, qui sont rejetées par des pays musulmans pourtant très riches (Arabie Saoudite, Qatar). Sur le terrain, l’oumma est donc inexistante. L’allié se révèle être un ennemi, et l’ennemi, un allié. Il y a là quelque chose de troublant. Face à la violence de l’islam djihadiste, la réponse du pape est d’y opposer la force du droit et de la charité, c’est-à-dire la force de la lucidité, quand certains chrétiens sont parfois tentés par l’irénisme, qui est une autre forme de violence. Il rompt ainsi la montée aux extrêmes, que René Girard a très bien théorisée.

Au cours de son pontificat, François a quelque peu modifié son message sur les migrants, passant de l’accueil des réfugiés et de la nécessité du retour, à la construction d’une société multiculturelle fondée sur l’accueil inconditionnel des étrangers. Le discours qu’il a tenu au Maroc, lors de sa visite d’un camp de migrants à Rabat, s’écarte de la déclaration commune de Lesbos. Le pape a rappelé sa feuille de route migratoire, contenue dans les quatre verbes : accueillir, protéger, promouvoir et intégrer. Accueillir les migrants qui souhaitent entrer dans un pays, protéger les routes migratoires pour limiter les drames humains, promouvoir l’accueil des migrants dans les pays où ils se rendent, intégrer en favorisant la construction de société interculturelle. La question du retour n’est plus évoquée.

François a rappelé que les quatre verbes « accueillir, protéger, promouvoir et intégrer » doivent être un cadre de référence pour tous. […] Développant le verbe accueillir, le pape a rappelé que l’établissement de canaux migratoires réguliers, avec des voies sûres et légales, « est nécessaire pour ne pas accorder de nouveaux espaces aux marchands de chair humaine qui spéculent sur les rêves et sur les besoins des migrants. […] Les formes d’expulsion collective, qui ne permettent pas une gestion correcte des cas particuliers, ne doivent pas être acceptées. En revanche les parcours de régularisation extraordinaires, surtout dans le cas de familles et de mineurs, doivent être encouragés et simplifiés. Le deuxième verbe, protéger signifie assurer la défense « des droits et de la dignité des migrants ainsi que des réfugiés, indépendamment de leur statut migratoire. […] Promouvoir signifie « assurer à tous, migrants et autochtones, la possibilité de trouver un milieu sûr où se réaliser intégralement. Cette promotion commence avec la reconnaissance que personne n’est un déchet humain, mais que chacun est porteur d’une richesse personnelle, culturelle et professionnelle qui peut apporter beaucoup de valeur là où il se trouve ». […] Enfin, le quatrième et dernier verbe, intégrer, permet de « s’engager dans un processus qui valorise à la fois le patrimoine culturel de la communauté qui accueille et celui des migrants, construisant ainsi une société interculturelle et ouverte », sans « se laisser conditionner par les peurs et par l’ignorance ».

Pour François, la question migratoire n’est pas seulement une question politique, c’est aussi et surtout une question théologique. Pour lui, le migrant est l’image du Christ sur la terre. L’accueillir, c’est accueillir Jésus-Christ. Il considère aussi que chaque homme est un migrant.

Extrait du livre de Jean-Baptiste Noé, "François le diplomate : la diplomatie de la miséricordre", publié aux éditions Salvator

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Forbane
- 27/10/2019 - 11:03
Un train de retard
Le Pape a un train de retard, en France et dans certains pays d’Europe de l’ouest, ce sont les indigènes et leur mode de vie qui doivent maintenant être protégés.
Personne ne conteste le droit des kanaks, des Indiens au Canada... à voir leur sécurité et leur mode de vie préservés, pourquoi cela serait-il différent en France?
Pourquoi l’Europe est-elle désignée par tous pour accueillir le Moyen Orient et l’Afrique? Quid de la péninsule arabique,du Maghreb, de l’est de l’Asie et pourquoi pas de l’Argentine monsieur le Pape, le lissage de l’invasion migratoire sur l’ensemble des pays du monde favoriserait l’intégration voir l’assimilation et la paix!
Ici, nous sommes au bord de la guerre civile et les autochtones s’exilent !
Quand l’équipe de foot Argentine ressemblera à la nôtre, le Pape pourra nous donner des leçons!