En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 20 sec
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 3 heures 50 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 5 heures 25 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 5 heures 46 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 5 heures 57 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 6 heures 30 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 6 heures 33 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 6 heures 37 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 2 heures 3 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 4 heures 6 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 6 heures 12 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 6 heures 29 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 6 heures 33 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 6 heures 37 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 22 heures 14 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Tout nouveau, tout beau

L'amour sur Instagram ? C'est de l'art !

Publié le 23 octobre 2019
Comment se fabrique l'esthétique des corps. Marie Martin revient sur le sujet des relations amoureuses sur Instagram.
Marie Martin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie Martin n'est pas un pseudonyme. Passée par des études de lettres puis de droit, elle travaille aujourd'hui dans le milieu de l'informatique et du droit fiscal.  ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comment se fabrique l'esthétique des corps. Marie Martin revient sur le sujet des relations amoureuses sur Instagram.

Mélissa et moi sortons un peu trop tard de soirée. Il n'y a pas encore de bus ou de métro. C'est l'aube, à une heure creuse, et je ne suis pas assez alerte pour nous trouver un moyen de transport. Je capitule.

Mélissa est absorbée par autre chose de toute façon. Elle a les yeux fixes et rivés sur son portable. Elle cherche assidûment (elle « stalke ») le beau mec qu'elle a croisé dans la soirée.

Mélissa est du genre canon. Vraiment canon. Elle a vingt-et-un ans, ni trop grande, ni petite. Elle est brune. Elle prend soin d'elle, fait attention à ce qu'elle mange, s'habille toujours bien. J'ai connu de grands moments de solitude auprès d'elle. Je deviens l'invisible. Ou juste la copine moche en fait.

Le mec qu'elle a croisé ce soir doit être l'ami d'un ami d'ami... Elle n'a aucune idée de son pseudo Facebook, Instagram, Twitter ou Snapchat... Encore moins de son nom. Mais elle est bien déterminée à le trouver, et fouille les réseaux des amis de ses amis. Elle cherche une photo dans laquelle se serait glissé au hasard ce jeune homme, en espérant qu'il soit tagué ou cité dans les commentaires. Sait-on jamais. Mélissa se transforme en détective des temps modernes.

« Sais-tu quelle chance j'ai de trouver un mec qui m'attire sans passer par les appli de drague ? » me demande-elle. Je sais que c'est de plus en plus rare. « C'est quasiment une rencontre à l'ancienne », selon elle. « On sort de moins en moins, aussi », lui dis-je. C'est vrai pour moi, mais pas pour elle.

Mélissa jubile. Elle pense avoir trouvé le compte Instagram de son bel inconnu. Son compte n'est pas privé, ce qui est assez rare et donc plutôt symptomatique de sa volonté à s'exposer. Son compte a les allures communes de ses contemporains : photos de voyages, photos semi-artistiques de soirée où des visages apparaissent flous, clichés de plats instagramables pris dans des lieux branchés. Quelques touches d'humour aussi.

Il a vingt ans à tout casser. Vu les photos qu'il poste de lui, on pourrait penser qu'il est en couple. Qui prend les photos ? Mélissa reprend sa casquette de détective et se met en quête de trouver s'il est célibataire, casé, ou prêt à craquer. Elle clique sur plusieurs comptes de filles qui sont abonnées au compte du jeune homme.

Le compte Instagram de Mélissa est encore plus canon qu'elle ne l'est au naturel. Photos sur la plage, couchers de soleil, tatouages, maquillage, ventre extrêmement plat, jeans 501 taille haute, nombrils, jambes interminables, maigreur exposée comme un slogan. Un slogan pour dire quoi ? Confondre être et avoir. Exposer un reflet amélioré de soi-même dans des lieux aseptisés où les guerres, les maladies et les soucis sont absents. Elle expose son rêve, apparemment devenu réalité, de posséder des choses, de beaux objets, un corps sain (donc mince) et de sortir dans les beaux endroits. Il y a comme une esthétique particulière qu'on retrouve chez beaucoup de jeunes filles et de jeunes hommes.

Tout le monde tend à être pareil sur Instagram. Les coins branchés du monde entier tendent à tous se ressembler, dans une tendance à la « brooklynisation », comme le dit Jean-Laurent Cassely (dans son livre No fake, aux éditions Arkhé). Instagram fait partie de la culture populaire, car cette application est accessible et distrayante. Depuis longtemps la culture populaire est tournée vers la consommation. Le beau, l'attrait et la convoitise sont depuis longtemps des moyens de nous faire consommer. Car Instagram, avec ses filtres et son algorithme qui cible les contenus qui pourraient nous plaire ou nous choquer, fait naître en nous un sentiment particulier d’esthétisme.

La jeunesse actuelle post hipster continue dans la lignée de l'apolitisme et se borne à une culture consumériste. C'est le monde tourné vers son nombril. Une remarque toutefois pour le flagrant esthétisme de la prise de conscience climatique d'une partie de nos adolescents. L’eco-anxiété, nouvelle névrose, est instagramable.

Ce n’est pas la création de complexes ou de standards diminuants pour les femmes, et même pour les hommes, qui est nouveau. C’est la violence de son accessibilité. Ces images de maigreur, de corps féminins quasiment évanescents, ou bien exagérés (taille hyper fine mais fesses de Vénus stéatopyge), de vacances, de fringues hyper chers, nous y avons accès tout le temps, à portée de main dans nos smartphones. Ces standards ne sont plus cantonnés à la publicité, aux films ou aux magazines. Ces standards sont dans nos poches, accessibles à tout moment. Selon une étude publiée par l'agence Santé Publique France, en moyenne, entre 2006 et 2015, le temps quotidien passé devant un écran a augmenté de près de 30 minutes chez les enfants de 6-10 ans, d’1h15 chez les enfants de 11-14 ans et de près de 2h chez les 15-17 ans. Toujours selon cette l'étude, en 2017, près d'une adolescente sur 5 est touchée par la maigreur.

Instagram est une méthode de communication en miroir, mais aussi une nouvelle méthode de consommer : on parle d'un monde d'inflluenceurs. Ces personnes qui présentent via leurs réseaux un style de vie en conseillant des achats, un style vestimentaire, les lieux branchés où se prendre en selfie.

À force de véhiculer tant d'images, Instagram devient le précurseur de ce qui sera beau demain. Les chaussures étranges qui nous répugnent l’œil aujourd'hui deviendront tendances et belles à force de les avoir vues et revues. Car Instagram tape dans notre imaginaire, peuple nos têtes d'images et guident l'utilisateur régulier vers ce qu'il consommera demain.

Actuellement, la consommation est fortement tournée vers la chirurgie esthétique. C’est ce qui change ces dernières années. Le standard de beauté et les méthodes pour y arriver changent. La chirurgie esthétique semble plus accessible, plus banale. Certains passent sous le bistouri en vue de ressembler à leurs selfies avec filtres. Mélissa est obsédée par la netteté et l'épaisseur de ses sourcils. Elle se fait poser des extensions de cils tous les quatre mois. Elle envisage déjà une chirurgie plastique des seins (pour qu'ils ne tombent pas), et des pommettes (car elle ne sont pas assez saillantes et elle a une bouille de bébé joufflu quand elle n'a pas de maquillage). Elle pense aussi que les injections sont banales et rendent les lèvres plus belles.

Si le credo des jeunes est aujourd'hui « Fake it 'till you make it » (simule jusqu'à ce que ce soit vrai), crédo éminemment consumériste, je leur conseillerai de reprendre cette phrase de Jackson Pollock : « Fais n'importe quoi, à condition que ce soit de l'art ». Nous attendons avec impatience de voir l'art qui ressortira de cette jeunesse qui s’empiffre de réseaux sociaux. Certains considèrent déjà leur profil Instagram comme de l'art. Leur contenu devient art dès lors qu'il s'humanise, fais appel à l'humain qui est en nous, et non pas uniquement à la carte de crédit ou au caddie. Certains artistes se servent de leur compte Instagram comme d'une vitrine (voir le superbe compte de Callum McCormack : @yamesphoto). Et certains utilisent les codes d'Instagram et deviennent des artistes (je vous conseille le compte de @lisabouteldja).

Au final, Mélissa n'a pas réussi à capter l'attention de son mystérieux inconnu. Elle a compris qu'il avait une petite amie qui cherche à être influenceuse sur les réseaux sociaux. Cette jeune femme expose des photos parfaites de leur couple sportif, lisse, sans anicroche. Elle met en avant tout ce qu'elle consomme et tente d'attirer les marques à lui proposer un partenariat. Quant à moi, j'ai eu un rendez-vous avec un inconnu qui m'avait donné son numéro dans la rue. Ça n'a rien donné, mais j'ai eu le sourire pendant trois jours.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires