En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 4 heures 57 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 5 heures 45 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 6 heures 31 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 7 heures 58 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 8 heures 17 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 11 heures 41 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 12 heures 20 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 12 heures 43 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 12 heures 44 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 12 heures 45 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 5 heures 21 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 6 heures 8 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 7 heures 23 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 8 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 12 heures 43 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 12 heures 45 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 12 heures 46 min
© SEBASTIEN BOZON / AFP
© SEBASTIEN BOZON / AFP
Atlantico Business

Santé, retraite, service public : Macron tenté de reprendre son programme de réformes à zéro

Publié le 22 octobre 2019
Les conditions politiques et sociales ne vont pas permettre à Emmanuel Macron de poursuivre les réformes de structure, sauf à tout remettre à plat dans une logique libérale de responsabilité individuelle.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les conditions politiques et sociales ne vont pas permettre à Emmanuel Macron de poursuivre les réformes de structure, sauf à tout remettre à plat dans une logique libérale de responsabilité individuelle.

Emmanuel Macron va tout arrêter et il aura raison. Sur la santé, l’éducation nationale, la formation professionnelle, l’assurance sociale et la retraite, la gouvernance française va se retrouver bloquée par une résistance qui s’oppose à tout changement. Les grèves à répétition, le désordre administratif, les manifs diverses et variées allant des gilets jaunes aux militants du climat empêchent le système démocratique français de fonctionner, c’est à dire de fabriquer un droit social fondé sur le compromis. 

La logique qui a dominé le fonctionnement de la société française depuis 70 ans et qui était fondée sur le paritarisme s’est enrayée en libérant les protestations corporatistes, populistes ou même identitaires au détriment des objectif de solidarité et de consensus. Ces disfonctionnements ouvrent la voie à des mouvements extrémistes et autoritaires. 

Cette situation est le résultat d’une usure des institutions politiques confrontées à la puissance des intérêts économiques et financiers internationaux et du coup, aux contraintes des marchés. La démocratie des marchés où le client consommateur et salarié vote tous les jours,  est évidemment plus forte que la démocratie politique. 

Ce système aurait pu continuer de fonctionner si on avait su protéger les contre-pouvoirs . Or, ces contre-pouvoirs ont craqué à tous les niveaux. Au niveau des salariés, des consommateurs et des épargnants. Ces contre-pouvoirs continuent de respirer dans les démocraties de l'Europe du nord, et encore, ils sont soumis à dure épreuve comme en Grande-Bretagne avec le Brexit . 

La première des raisons de cette asphyxie réside dans la toute-puissance des administrations d’Etat. L’Etat en France est un Etat providence à tous les niveaux puisqu’il a pris en charge la protection des individus et du coup, il les a trop souvent déresponsabilisés. L’Etat décide de tout, contrôle tout sous le fallacieux prétexte de protéger les populations mais il organise du même coup l’asphyxie générale. 

Depuis les années 1980 , les différents gouvernements n‘ont eu de cesse de réformer la société française pour la rendre capable d’affronter la modernité, la mondialisation, la concurrence et les technologies. Depuis Valery Giscard d’Estaing qui a été confronté à la première des grandes mutations structurelles, la crise pétrolière, aucun président, aucun gouvernement n’est parvenu à terminer les chantiers de réforme. Les crises qui rendent intelligents et les instincts de survie ont permis de s’adapter tant bien que mal aux contraintes, mais le changement a toujours été freiné par le corporatisme. La logique du conflit l’a toujours emporté sur la logique du compromis. 

La dernière génération de responsables politiques emmenée par Emmanuel Macron n‘a pas échappé à cette « malédiction qui empêche la réforme ». Emmanuel Macron pensait que l’heure était venue. Il avait des atouts, la jeunesse, l’expertise, la formation, la nécessité de vaincre le conservatisme et de l’argent. Jamais l’argent n’a couté si peu cher.  

Ces atouts n’ont pas suffi. Pas même l‘argent qui n’a permis que de calmer la colère des uns,  d’en endormir d’autres , et en prime, d’enrichir ceux dont le métier aurait été de prendre des risques. Mais pourquoi en auraient-ils pris puisque l’argent est gratuit ? 

Donc la France est bloquée. Et si les processus politiques ne permettent pas de la débloquer, le mieux serait de laisser jouer les mécanismes économiques. Ça ne serait ni honteux , ni insultant puisque ça reviendrait à rendre le pouvoir et la responsabilité à tous ceux qui ont abandonné leur pouvoir d’initiative à l’Etat ou aux administrations. C’est à dire en gros 60% minimum du corps social. 

Sur le papier, c’est évidemment très simple. 

Ça passe par une réduction du périmètre de l’Etat tout puissant avec ses seules fonctions régaliennes (justice, police, défense et régulation).

Ça passe par le jeu de la concurrence dans tous les autres domaines que les « régaliens », y compris dans les missions des services publics traditionnels qui gagneraient mécaniquement en efficacité. 

Ça passe enfin par une séparation nette entre ce qui ressort de la logique de la solidarité et ce qui ressort de la logique de l’assurance. Cette frontière est politique. Elle revient à distinguer ce qui relève de l’intérêt collectif et ce qui relève de l’intérêt et de la responsabilité individuelle. 

Dans le domaine de l’éducation, de la santé et des affaires sociales, il faudra bien en arriver un jour à reconnaître que la concurrence des prestataires de services ne peut qu‘améliorer l’efficacité globale du système. Ce qui n’exonère pas l'Etat de fixer les règles et les normes, au contraire. 

On sous-estime considérablement l’intérêt des systèmes et des logiques assurancielles dans la satisfaction des besoins . Christophe Colomb n’aurait jamais découvert l‘Amérique et Magellan n’aurait jamais fait le tour du monde s‘ils n avaient pas inventé au préalable les systèmes d’assurance ou de mutualisation des risques. Ces découvertes immenses et les innovations qui ont changé le monde n’auraient pas été possibles si on s’était contentés du financement public des contribuables, c’est à dire de la solidarité des sujets. 

Sans les sociétés d’assurance, ils seraient restés cloués au port à cause du seul « principe de précaution ».

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
grève, macron, Réforme, État
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Dr Guy-André Pelouze
- 22/10/2019 - 21:59
L'état taxe, gaspille et le résultat est un désastre
Les paramètres économiques sont un immense échec de ce gouvernement:
On est passé de 759,1 à 787,1 Milliards € de dépenses sociales. C'est le montant le plus élevé u monde en % de PIB. Le déficit budgétaire est un des pires de la zone euro. La faillite s'approche.
Dr Guy-André Pelouze
- 22/10/2019 - 21:54
La comparaison est défavorable aux services étatiques
Un client dans l'économie sociale de marché choisit et obtient un service ou un bien de qualité, il est protégé par différentes lois du commerce, paye le juste prix, prend sa retraite comme les salariés des entreprises qui produisent ces biens et services. C'est gagnant/gagnant.

Un « usager » paye un tarif fixé par le monopole pour un service médiocre, renfloue la société d’État par ses impôts, vit sous les oukases de pseudo fonctionnaires tout-puissants, est pris en otage par les syndicats et renfloue leurs retraites de faveur et leur comité d'entreprise... C'est perdant/gagnant.

Il est temps de laisser faire des entreprises en concurrence pour toutes les productions de biens et services.
Dr Guy-André Pelouze
- 22/10/2019 - 21:48
L'économie sociale de marché est préférable à l'étatisation.
C'est une économie où l'état fixe les règles mais où il ne dispose pas d'autres monopoles que la police, l'armée et la justice. L'état est lui même limité dans ses actions par la Constitution qui garantit la liberté individuelle et comprend une règle d'or des finances publiques. La solidarité est limitée à ceux qui sont économiquement faibles et ne peut excéder les plus bas revenus net du travail. Cette économie sociale de marché est plus juste plus efficiente et préserve l'avenir.