En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

04.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 14 min 4 sec
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 1 heure 9 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 3 heures 35 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 5 heures 55 min
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 18 heures 37 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 20 heures 49 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 22 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 23 heures 19 min
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 41 min 51 sec
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 4 heures 22 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 4 heures 55 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Politique
Zombie qui s’ignore

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

il y a 6 heures 7 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 19 heures 48 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 21 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 23 heures 3 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 23 heures 39 min
© Valery HACHE / AFP
© Valery HACHE / AFP
Bonnes feuilles

L'amélioration des conditions de travail de la police passera par la restauration de l'autorité de l'Etat et par une modernisation en profondeur

Publié le 20 octobre 2019
Frédéric Péchenard publie "Lettre à un jeune flic" aux éditions Tallandier. La police va mal, accablée par le manque de moyens, le surmenage et les suicides. L’ex-directeur de la Police nationale, Frédéric Péchenard, fait le point sur sa passion pour ce métier et les mesures à prendre d’urgence. Extrait 2/2.
Frédéric Péchenard. Ancien Directeur général de la Police nationale, il est actuellement Vice - Président LR de la Région Ile - de - France en charge des questions de sécurité. Depuis septembre 2018, il est également maître de conférences à Sciences-Po...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fréderic Péchenard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Péchenard. Ancien Directeur général de la Police nationale, il est actuellement Vice - Président LR de la Région Ile - de - France en charge des questions de sécurité. Depuis septembre 2018, il est également maître de conférences à Sciences-Po...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Péchenard publie "Lettre à un jeune flic" aux éditions Tallandier. La police va mal, accablée par le manque de moyens, le surmenage et les suicides. L’ex-directeur de la Police nationale, Frédéric Péchenard, fait le point sur sa passion pour ce métier et les mesures à prendre d’urgence. Extrait 2/2.

Le choix que vous vous apprêtez à faire, réfléchissez-le car les conditions de travail des flics, plus particulièrement celles de ceux qui sont au bas de l’échelle, n’ont jamais été aussi dures qu’aujourd’hui : des heures supplémentaires qui s’accumulent sans être payées, des locaux parfois insalubres – ils nécessitent plus qu’« un petit coup de peinture qui va bien », comme l’a déclaré avec condescendance, en octobre 2017, l’ancien ministre de l’Intérieur Gérard Collomb –, un grave défaut de matériel, des véhicules bons pour la casse et des salaires trop bas ! Je sais qu’en écrivant ces lignes, je ne plaide pas en faveur de la grande maison. Mais il serait malhonnête de vous cacher une situation qui est bel et bien une réalité.

Premier défi : restaurer l’autorité de l’État

Cela fait des années que nous assistons à la déliquescence générale de l’État, avec des services publics qui ne peuvent plus aller dans certains endroits, dans ce qu’il est convenu d’appeler les « quartiers chauds » des cités. On en a des exemples tous les jours. Il est absolument anormal que des policiers se fassent insulter et frapper, ou même qu’un commissariat soit attaqué, comme ce fut le cas au mois de juin 2019, au Val-de-Reuil-Louviers, près de Rouen, par une quinzaine de jeunes encagoulés, aux cris d’« Allah akbar »… Signe ultime de cette déliquescence – malgré l’évidence des images de vidéosurveillance où l’on voit des policiers contenir avec difficulté les assaillants sous une pluie de pavés et d’engins pyrotechniques –, la mairie, dans un communiqué prudent, n’a rien trouvé de mieux que d’évoquer un incident « amplifié et utilisé pour témoigner de la grande misère de la police d’une des quatre grandes villes de l’Eure » !

De même, il est inacceptable qu’un magistrat, en l’occurrence la présidente de la cour d’assises de Versailles, soit agressé et blessé par un tir de flash-ball, à son domicile, ou que des hommes politiques soient attaqués dans leurs permanences. 

Restaurer l’autorité de l’État ne se fera pas d’un coup de baguette magique. Il faut évidemment que cette volonté soit politiquement portée ; c’est au président de la République, et à son ministre de l’Intérieur, de l’incarner. On ne doit plus reculer devant les voyous et tous ceux qui enfreignent la loi. On ne doit plus reculer devant le communautarisme qui, selon moi, est de loin la plus grande menace qui guette la République et ses fondements. L’État doit montrer une volonté sans faille ; la loi politique doit toujours primer, sans aucun état d’âme, sur la loi religieuse. À ce titre, les provocations de l’islam radical sont révélatrices de cette volonté de fracturer notre société. Mais elles démontrent aussi, malheureusement, l’impuissance des autorités. Le port du voile intégral dans nos rues en est l’un des exemples le plus frappant.

Il ne faut pas s’embarrasser de fausse pudeur, oser affirmer que cette reconquête ne se fera pas sans accepter d’appliquer une tolérance zéro. Tolérance zéro, cela signifie que les peines doivent être appliquées, qu’il s’agisse de peines de prison ou du recouvrement des amendes. Et c’est à vous, jeunes flics, que l’on demandera de monter en première ligne.

De l’exécution des peines

Dans l’imaginaire collectif, les policiers arrêtent et les magistrats relâchent. C’est faux. Loin de moi l’idée d’affirmer que tous les magistrats sont parfaits. Comme cela vous arrivera certainement au cours de votre carrière, il m’est arrivé de m’interroger sur certaines décisions – quelques-unes sur les centaines que rendent chaque année les tribunaux. Il faut aussi savoir balayer devant sa porte : la police n’est pas toujours exempte de reproches. Ainsi, il n’est pas rare qu’elle présente des procédures bancales, mal étayées et manquant de preuves. Une mauvaise procédure débouche inéluctablement sur un mauvais procès… 

Pour en revenir aux magistrats, ils condamnent lorsque c’est nécessaire. Mais qu’en est-il de l’exécution des peines ? Alors que j’écris ces lignes, dans le cadre des suites judiciaires des saccages et des pillages en marge des manifestations des gilets jaunes, plus de 9 000 personnes ont été placées en garde à vue depuis le début du mouvement, pour plus de 400 mandats de dépôt (incarcérations automatiques à l’issue de l’audience), soit un peu moins de 5 %. Plus de 2 000 affaires ont été jugées en comparution immédiate dans tout le pays, et environ 40 % des condamnations se sont traduites par de la prison ferme, de trois, cinq ou six mois. Or, si une personne est condamnée à moins de six mois de prison, elle n’exécute pas sa peine à cause de la surpopulation carcérale. Rappelons qu’en France nos prisons ne comptabilisent que 60 000 places alors qu’il y a plus de 70 000 détenus. Ce qui n’est pas le cas chez la plupart de nos voisins européens. Il est donc urgent que nous construisions de nouveaux établissements pénitentiaires. Conséquence de cette surpopulation carcérale, des milliers de peines de prison ferme ne sont pas exécutées. C’est aussi le cas des travaux d’intérêt général (TIG) qui, pourtant, peuvent avoir un réel impact sur le comportement des jeunes délinquants. Dans de telles conditions, il est évident que la sanction perd toute valeur, et qu’en tant que policier, vous pouvez douter de votre utilité…

Deuxième défi : lutter contre la paupérisation de la police

Je l’ai dit, je suis inquiet. Non pas parce que les choses changent. Ce n’est pas non plus cette relève que vous incarnez qui me préoccupe. Bien au contraire. Tous, femmes et hommes, je sais que vous ne faites pas ce métier par dépit ou nécessité, mais par envie et je vous sais d’un très bon niveau. Non, ce qui m’inquiète, c’est ce chemin sur lequel la Police nationale s’est engagée. Ce chemin, ou plutôt cette pente sur laquelle vous entraînent des décisions irresponsables, et qui vous mènent tout droit vers un appauvrissement continuel et progressif. Cela porte un nom : la paupérisation. 

Je suis toujours étonné devant la pauvreté du débat sur la sécurité qui se résume, quand vous écoutez la plupart des hommes politiques, à proposer « plus d’effectifs » ! C’est un faux débat sur lequel vous devez et devrez réfléchir. On ne réglera pas tous les maux dont souffre la Police nationale en recrutant à tour de bras. On ne peut pas ramener une politique de sécurité à cette seule problématique. C’est ce chemin aberrant, trahissant une méconnaissance totale de ce qu’est une vraie politique de sécurité, et de ce qu’est la police, qui nous mène au bord du gouffre.

Extrait du livre de Frédéric Péchenard, "Lettre à un jeune flic", publié aux éditions Tallandier

Lien vers la boutique Amazon : ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mahesa
- 21/10/2019 - 05:16
C'est la tête qui est pourrie...
Un ex petit voyou à la tête du ministère et donc de la police, un cagole des quartiers chauds de Marseille, un quéqué comme on dit là bas. Soyons sérieux ! Et il n'est pas là par hasard, justement. Pas d'ombrage pour le quéqué de l'Élysée, au contraire c'est la fête aux gogos. Juste un petit coup de chaud avec les GJ, mais ça a passé, croient ils ! À suivre.
mahesa
- 21/10/2019 - 05:16
C'est la tête qui est pourrie...
Un ex petit voyou à la tête du ministère et donc de la police, un cagole des quartiers chauds de Marseille, un quéqué comme on dit là bas. Soyons sérieux ! Et il n'est pas là par hasard, justement. Pas d'ombrage pour le quéqué de l'Élysée, au contraire c'est la fête aux gogos. Juste un petit coup de chaud avec les GJ, mais ça a passé, croient ils ! À suivre.
gerint
- 20/10/2019 - 22:37
Restaurer l’autorité de l’Etat?
Macron n’est pas crédible (affaire Benalla, discours flous sur les gros problèmes sociétaux, obédiences) et Castaner l’est encore moins