En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

07.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 6 heures 31 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 8 heures 48 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 10 heures 21 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 12 heures 3 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 14 heures 25 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 14 heures 46 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 15 heures 10 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 15 heures 33 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 15 heures 50 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 16 heures 11 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 7 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 9 heures 47 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 11 heures 33 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 13 heures 6 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 14 heures 36 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 14 heures 50 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 15 heures 13 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 15 heures 35 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 16 heures 8 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 16 heures 31 min
© Flickr
© Flickr
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des plus riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

Publié le 16 octobre 2019
La mobilité sociale descendante des classes les plus favorisées est assez faible dans certains pays occidentaux, ce qui peut créer une forte frustration.
Joël Hellier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joël Hellier est économiste et enseigne à l'Université de Nantes et de Lille 1. Ses travaux portent sur la macroéconomie des inégalités, l'économie de la mondialisation, l'éducation et la mobilité intergénérationnelle et l'économie du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La mobilité sociale descendante des classes les plus favorisées est assez faible dans certains pays occidentaux, ce qui peut créer une forte frustration.

Atlantico : Richard Reeves, chercheur américain à la Brookings Institution, a étudié la mobilité sociale descendante aux Etats-Unis et a montré que la probabilité que le statut social d'une personne plutôt riche soit transmis à ses enfants est supérieure depuis peu à la même probabilité pour une personne pauvre. Richard Reeves appelle ce concept le plancher de verre. D'où vient ce plancher de verre aux Etats-Unis ? Comment est-il devenu un élément du débat américain sur les inégalités ? 

Joël Hellier : Le plancher de verre est pour la partie supérieure de l’échelle sociale ce qu’est le plafond de verre pour sa partie inférieure. A tout plancher de verre correspond un plafond pour l’autre partie de la population. Par exemple, si 50% des individus appartenant au top-1% des revenus sont issus de familles qui appartenaient au top-1%, alors uniquement 0,5 % des individus issus de familles venant du 99% du bas peuvent monter dans le top-1%. Ceci est automatique. S’il y avait parfaite égalité des chances, chaque individu aurait la même opportunité d’appartenir au top-1%, c’est à dire 1% de chance.

Le problème central consiste donc à  comparer la mobilité en haut de l’échelle sociale à la mobilité en bas de l’échelle sociale. En d’autres termes : est-ce-que l’immobilité résulte plutôt du maintien des familles en haut du spectre social sans possibilité pour les autres d’y  accéder ou de l’impossibilité des familles en bas de l’échelle sociale d’échapper à leur situation. En fait, et en particulier aux Etats Unis, la montée de l’immobilité sociale entre générations vient des deux côtés : les pauvres échappent de moins en moins à leur condition et les riches, particulièrement les plus riches, se maintiennent en haut de l’échelle d’une génération à l’autre. De façon générale, toutes les études confirment que l’immobilité est plus forte à chaque extrémité de l’échelle sociale, et la mobilité plus forte entre les deux. Ceci est vrai dans tous les pays, mêmes les plus mobiles socialement comme la Scandinavie.

L’immobilité en haut de l’échelle sociale est encouragée par plusieurs évolutions qui sont particulièrement prégnantes aux Etats Unis. 

Premier facteur : les inégalités de richesses et de revenus. Celles-ci ont explosé depuis le milieu des années 1970. A cette époque, les top-1% recevaient à peu près 8% des revenus contre presque 23% aujourd’hui. De même, la concentration des richesses, particulièrement de la richesse financière, joue un rôle important, d’autant plus que la part des revenus du capital dans les ressources des plus riches est forte. Aujourd’hui, aux Etats Unis,  10% des ménages concentrent 80% de la richesse financière et le top-1% à peu près la moitié. Enfin, la baisse de progressivité de l’impôt (aujourd’hui, l’impôt en pourcentage du revenu baisse sensiblement en haut de l’échelle) réduit la redistribution, et la faiblesse de l’imposition sur l’héritage permet une transmission intergénérationnelle presque parfaite des inégalités de richesse. 

Autre facteur : le système éducatif, qui est un puissant catalyseur d’immobilisme social. D’une part, l’éducation supérieure avec ses universités d’élite (Ivy League) opère une sélection sociale très forte. Ceci est encore amplifié par la hausse des frais d’inscription à l’université, vertigineuse dans les universités d’élite. 

Aux Etats Unis, le problème de l’immobilité en haut de l’échelle sociale est devenu un élément essentiel du débat sur les inégalités. La concentration des revenus, des richesses, de l’excellence éducative etc. en haut du spectre social est si forte qu’elle ruine une croyance fondamentale de la société dans la possibilité de réussite pour ceux qui s’en donnent la peine. Ce fondement de la culture américaine est aujourd’hui remis en cause. Si c’est la famille qui détermine le devenir des individus et non  leur travail et leur talent, c’est le fondement même du rêve américain qui est touchée.   

Qu'en est-il en France ? Comment la mobilité descendante de ceux qui ont le plus de revenus ou le plus de capital a évolué dans les dernières décennies ? 

D’une part, la France appartient, avec la Grande Bretagne, les Etats Unis et l’Italie, au groupe des pays à faible mobilité sociale. A l’autre bout de l’éventail se trouvent les pays scandinaves et le Canada.

Ensuite, et jusqu’à présent, l’immobilité en haut de l’échelle sociale a été plus forte en France qu’aux Etats Unis, alors que l’immobilité en bas de cette échelle est plus forte aux Etats Unis qu’en France. Monter dans la classe moyenne lorsque l’on vient des classes populaires est encore possible en France, beaucoup plus qu’aux Etats Unis où la pauvreté et la ségrégation sont plus fortes. En revanche, les positions les plus hautes semblent se transmettre de génération en génération en France. Aux Etats Unis à l’inverse, de nombreux milliardaires (Bill Gates, Steve Jobs, Mark Zuckerberg, Jeff Bezos etc. ... mais pas  Donald Trump) sont issus de la classe moyenne. 

Comment expliquer ce phénomène ? Quelles institutions idéalement méritocratiques sont responsables ?

J’ai déjà souligné les différents facteurs d’immobilité en haut de l’échelle sociale dans le cas des Etats Unis. Ceci s’applique à la plupart des pays. 

Alors, comment expliquer la faible mobilité en haut du spectre social en France alors que les inégalités y sont moins fortes ? Il me semble que trois éléments essentiels interviennent. 

Les deux premiers, qui sont souvent interdépendants, tiennent au système éducatif et au poids des réseaux dans la société française. La France a largement échoué dans la démocratisation de son système éducatif. Les enquêtes PISA montrent que la France est un des pays les plus inégalitaires en termes de performances scolaires à 15 ans (nettement plus que les Etats Unis ou la Grande Bretagne) et que l’impact de la position socio-économique des parents sur la réussite scolaire est particulièrement fort. De plus, l’éducation supérieure, avec son système très élitiste de grandes écoles où les enfants issus de familles populaires ou moyennes inférieures sont quasi absents, renforce la reproduction des élites et la formation de réseaux d’influence. 

Enfin, il ne faut pas négliger l’impact de la structure productive. La reproduction sociale se fait habituellement à l’intérieur d’entreprises ou de secteur en place. Aux Etats Unis, de nouveaux secteurs liés à l’informatique, la communication et internet ont permis l’émergence de nouveaux venus bien formés, innovants et issus des classes moyennes. Les secteurs les plus performants en France se situent dans des industries plus anciennes et plus traditionnelles (aéronautique, armement, pharmacie, luxe, automobile, agroalimentaire etc.) où l’avancement est largement liés aux réseaux déjà existants. D’où la faiblesse de l’ascension sociale vers les postes les plus élevés. 

 

Est-ce que le "plancher de verre", plus que le traditionnel "plafond de verre", peut devenir en Europe un élément de frustration de plus en plus important ? On sait par exemple que certains critiquent de plus en plus les jeunes entrepreneurs qui créent des entreprises avec le "filet" de sécurité de leurs parents à la situation confortable.

La frustration liée aux freins à l’ascension sociale touche tous les pays avancés. Il me semble toutefois que l’élément le plus grave se trouve dans la polarisation sociale qui est à l’œuvre dans la plupart de ces pays. En fait, le progrès technique et la globalisation des économies font des gagnants et des perdants, mais tendent également à polariser la société en deux groupes sans mobilité entre eux. D’un côté, les classes supérieures et moyennes supérieures (‘aisées’) s’enrichissent. De l’autre, les classes populaires et moyennes inférieures s’appauvrissent.  Et les classes ‘moyennes moyennes’ tendent à disparaître. Finalement, la frontière entre ces deux pôles devient de plus en plus hermétique. Il y a là un enjeu de société et des risques de déstabilisation importants. 
 

Propos recueillis par Augustin Doutreluingne.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 16/10/2019 - 15:18
Entreprises familiales.
En Allemagne, Italie, Suisse on a gardé un terreau très riche de grosses entreprises familiales non soumises au court-termisme de la bourse et des fonds anglo-saxons pour une raison simple: des droits de succession beaucoup plus faibles qu'en France. Ces entreprises réinvestissent l'essentiel de leurs profit dans l'entreprise et planifient leurs opérations en fonction d'objectifs de long terme, les familles propriétaires sachant qu'elles ne seront pas prises à la george pour payer les droits de succession au moment du passage de génération. Du coup, ces familles, si elles arrivent à bien gérer l'affaire familiale, restent riches dans la longue durée ce que n'aiment pas tous les Piketty men.
zelectron
- 16/10/2019 - 12:31
les plafonds-planchers sont très relatifs, sauf accidents
Chaque fois que l'état a voulu décapiter une entreprise du fait de sa trop grande taille à ses yeux, les morceaux éparpillés ont vite été ramassés par les prédateurs surtout étrangers . . .
ajm
- 16/10/2019 - 12:15
Ambition familiale.
Encore un Piketty man. Les personnes ambitieuses le sont aussi pour leurs familles. Si on éloigne les enfants de leurs sphères familiales culturellement et financierement pour installer une égalité totalitaire, les familles en question fuiront vers des pays plus accueillants et il ne restera que les moins dynamiques végètant dans leur médiocrité.