En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 13 min 11 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 30 min 19 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 32 min 43 sec
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 33 min 51 sec
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 38 min 3 sec
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 16 heures 15 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 16 heures 53 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 19 heures 36 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 20 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 21 heures 37 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 18 min 48 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 31 min 41 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 33 min 44 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 33 min 57 sec
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 38 min 19 sec
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 16 heures 35 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 18 heures 38 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 20 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 21 heures 31 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 1 jour 15 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

Publié le 16 octobre 2019
La privatisation de la Française des Jeux commencera début novembre, d’ici là, les banques vont inonder leurs clients pour qu’ils en achètent mais est-ce que ce sera une bonne idée ?
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La privatisation de la Française des Jeux commencera début novembre, d’ici là, les banques vont inonder leurs clients pour qu’ils en achètent mais est-ce que ce sera une bonne idée ?

Faut-il acheter les actions de la Française des Jeux lors de la privatisation ? Le gouvernement va nous inonder d’incitations pour que l'opération soit un succès populaire.  Normal, c’est la première privatisation du quinquennat d’Emmanuel Macron autorisée par la loi Pacte. Une loi qui concerne aussi Engie ( ex Suez , spécialise dans l‘énergie ) et Aéroports de Paris qui est l'objet d’une demande de référendum populaire et préalable parce que les Aéroports de Paris sont considérés par une partie de l’opinion publique comme des actifs publics inaliénables. La privatisation va donc constituer un test pour jauger du potentiel de privatisation en France. 

Sans entrer dans le débat idéologique de savoir si une privatisation est légitime ou pas, la situation économique et le rapport des  Français à la bourse commandent aujourd’hui qu’on ne puisse pas s’embarquer à la légère. Techniquement, le gouvernement ne peut pas se louper et prendre le risque d’un échec. Pour deux raisons de fond. 

D‘abord parce qu’il faut vérifier si les Français sont véritablement allergiques à la bourse ou alors s’ils peuvent de temps en temps faire des exceptions. Les faits sont têtus. Les Français parlent de la bourse, regardent les indices comme un marqueur de santé générale, mais ils n’aiment pas la bourse et ils ne la pratiquent pas. 

Les Français ont une préférence pour l’immobilier parce la pierre protège de la météo et de la conjoncture et parce que les banques prêtent à taux zéro, les Français préfèrent l’assurance-vie parce que c’est garanti par l’Etat avec des avantages fiscaux, ils aiment la  Caisse d’épargne, parce que c’est héréditaire même si le livret A ne rapporte plus rien. Ils aiment aussi garder de l’épargne sur leur compte courant. Mais investir en bourse, pas question. 

En l’an 2000 juste avant le Krach, il y avait encore en France 7,5 millions d’actionnaires, Aujourd’hui, il en reste moins de la moitié, soit 3 millions. L’application du principe de précaution les a éloignés du financement de l’économie. Contrairement aux anglo-saxons en général et aux Américains en particulier qui veillent sur la bourse parce que de la bourse dépend la richesse de leur future retraite, produit des fonds de capitalisation dont la France n’a jamais voulu entendre parler. Les Américains rêvent d’un compte titre, nous nous fantasmons sur les livrets A. 

Le résultat est que l’essentiel de l’épargne s’investit dans la pierre ou dans le financement du déficit public. Nous payons déjà beaucoup d’impôts mais il faut croire qu’on pourrait en payer encore davantage puisqu’on finance généreusement la machine d’Etat avec notre épargne.
Ensuite deuxième raison, le gouvernement a fait des privatisations un enjeu politique en pariant sur les dividendes de progrès que génèrent en général une gestion privée. De plus le gouvernement espère retirer de la vente des moyens de financement dont il a besoin. 

Sur la Française des Jeux, l’Etat détient 72% du capital, il en gardera environ 20 % . Il va donc vendre plus de 50% de l’opérateur de jeux ce qui pourrait représenter 1,5 milliards qui seront théoriquement engagés dans le désendettement de l’Etat ( mais on n’ira pas loin ) et dans la constitution d’un fonds de 10 milliards pour booster des innovations technologiques. 

Toujours sur le plan politique, le gouvernement veut montrer que la privatisation doit favoriser les salariés à qui on réserve 5% du capital et les buralistes qui distribuent les produits. Le gouvernement va donc faire un effort en distribuant une action gratuite pour dix.  

Et quand on lui reproche d’abandonner au privé cette poule aux œufs d’or, le ministre de l’économie a beau jeu de répondre que s’il se prive de dividendes, il garde le pouvoir de régulation et surtout le privilège de continuer à percevoir l’intégralité des taxes fiscales et des redevances de jeux, soit plus de 3,5 milliards d’euros l'année dernière. 

 

Maintenant, l‘épargnant français a-t-il intérêt à acheter des actions La Française des jeux ? La réponse est oui, mais il ne faut pas s’attendre à percevoir un pactole au bout de six mois.  

La FDJ ne sera jamais une machine à spéculer sur la bourse, la FDJ est une entreprise mature, capable de produire du dividende. C’est donc forcément une bonne valeur de rendement, qui sera toujours meilleurs que n’importe quel autre placement. La garantie de l’Etat fonctionnera toujours ( l‘Etat a un coffre fort de taxes à protéger ) et la conjoncture économique a peu d’impact.  Au contraire, si l’économie générale va mal, l’économie des jeux va bien. « Les derniers euros en poche sont souvent pour l’Euromillions.»

Le gouvernement va tout faire pour éviter que le cours de l’action baisse dans les mois qui suivront la privatisation, il a mis des incitations à la fidélisation ( une action gratuite pour dix ) avec un prix de vente qui sera très attractif. 

L’ objectif est d’éviter ce qui s’était passé avec EDF en 2005 quand Dominique de Villepin avait mis sur le marché 15% du capital de l’électricien à 32 euros, qui vaut désormais 9 euros pour cause d’incertitudes sur le prix du pétrole et sur le nucléaire. Avec la FDJ, il y a assez peu d’incertitude sur le marché des jeux. On pourrait retrouver le phénomène qu’on avait connu avec la BNP Paribas ou France Télécom. Les actionnaires de la première heure ne l’ont pas regretté. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 19/10/2019 - 17:43
HUM
les résultats dépendent de Taxes.. ....donc si l'Etat et notamment dans le cours du second quinquennat augmente les taxes ,la FDJ rapportera moins donc le cours baissera. dans un pays addict à la dette et ou le personnel politique n'a qu'un mot à la bouche TAXE comme solution à tout problème ....la question de la bonne affaire se pose
pierre de robion
- 18/10/2019 - 22:11
Vous avez dit loterie?
J-Marc, si les Français ne boursicotent pas ou plus, c'est qu'ils ont fini par comprendre que le Bourse ne sert plus (ou si peu) à financer les entreprises, mais est devenue le casino de la spéculation où des algorithmes , échappant souvent à leurs créateurs, décident si ça monte ou chute en fonction de la soif d'argent facile des joueurs à terme qui se financent d'autant plus facilement à crédit qu'il est gratuit!
zelectron
- 17/10/2019 - 20:16
Jadis, on achetais des bons de la semeuse . . .
. . . et tous furent floués !