En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

06.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

07.

Nous aurons la Chine de nos mérites

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

COVID-19 : France, Royaume-Uni, Espagne, comment faire baisser la contamination ? Des "Gilets jaunes des bars" maintenant ?

il y a 6 min 42 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions
il y a 48 min 54 sec
décryptage > Politique
Résultats

Sénatoriales : rien ne bouge vraiment (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour Emmanuel Macron)

il y a 54 min 53 sec
décryptage > Terrorisme
LE BLOC-POL DE LAURENCE SAILLIET

Terrorisme : la coupable inertie d’Emmanuel Macron

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un budget 2021 déformé par le Covid et qui n’ose pas prévoir un emprunt national, mais ça va venir

il y a 1 heure 30 min
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 18 heures 3 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 19 heures 24 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 21 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 23 heures 1 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 23 heures 19 min
décryptage > Santé
Confusion généralisée

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

il y a 22 min 28 sec
décryptage > Sport
Une deux, une deux

Fermetures des salles de sport : à quelles activités physiques se mettre pour garder la forme face à un automne semi-confiné ?

il y a 52 min 58 sec
pépites > Politique
Election
La droite conserve la majorité au Sénat
il y a 58 min 8 sec
Presse
Une trentaine de kiosques à journaux cambriolés à Paris
il y a 1 heure 28 min
décryptage > High-tech
Espionnage

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

il y a 1 heure 47 min
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 18 heures 51 min
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 20 heures 1 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 21 heures 35 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 23 heures 11 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 23 heures 26 min
© JONATHAN NACKSTRAND / AFP
© JONATHAN NACKSTRAND / AFP
Football

Islande/France : 0-1, la France fonce vers l'Euro

Publié le 12 octobre 2019
A l'issue d'un match globalement décevant, l'équipe de France s'impose en Islande par la plus petite des marges. Grâce au 37è but d'Olivier Giroud en équipe nationale (!), les Bleus gardent leur destin en mains avant d'affronter la Turquie, lundi prochain. En cas de victoire, ils décrocheront leur qualification pour l'Euro 2020.
Olivier Rodriguez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rodriguez est entraîneur de tennis... et préparateur physique. Il a coaché des sportifs de haut niveau en tennis.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'issue d'un match globalement décevant, l'équipe de France s'impose en Islande par la plus petite des marges. Grâce au 37è but d'Olivier Giroud en équipe nationale (!), les Bleus gardent leur destin en mains avant d'affronter la Turquie, lundi prochain. En cas de victoire, ils décrocheront leur qualification pour l'Euro 2020.

Attention au tournant. L'équipe de France jouait hier soir une partie de son avenir aux confins de l'Islande. Dans cette période automnale délicate, les enjeux ne sont pas des moindres pour l'équipe championne du monde. Dans la course à la qualification, elle doit affronter ses deux principaux concurrents à quatre jours d'intervalle. Pour rappel, quatre mois après une défaite indigente en Turquie, les Bleus occupaient avant le coup d'envoi la seconde place d'un groupe très disputé. Au delà des impératifs de résultats inhérents à une équipe de ce standing, le sélectionneur Français cherchait à connaître la capacité de son équipe à surmonter l'absence de joueurs cadres. Avec Lloris, Hernandez, Pogba, Kante et Mbappe absents, soit au moins un joueur majeur par ligne, il s'agissait donc de reconstruire une bonne partie de l'épine dorsale de l'équipe dans un contexte compliqué.

Le moins que l'on puisse écrire, c'est qu'il n'y a pas que le contexte qui fut compliqué. C'est bien le vent glacial qui aura provoqué les frissons et non le spectacle proposé. Et oui, c'est toujours bien triste, un match où le public est plus inspiré que les joueurs, un match où l'anonymat devient collectif. Au delà de la manière, sur laquelle nous reviendrons, les comptables et les pragmatiques seront ravis ce matin. Le constat est simple, avec de nombreux titulaires en moins, l'équipe de France compte ce matin trois points en plus et le 37ème but en bleu d'Olivier Giroud (pénalty à la 66è) rapproche tout donc de même beaucoup l'équipe nationale de l'objectif visé. Avant le match crucial qui l'attend contre la Turquie, l'opération n'est pas neutre. La France est ce matin co-leader de son groupe et possède désormais 6 points d'avance sur une équipe Islandaise, certes rugueuse, mais pas joueuse pour deux sous et sans idées. Voilà pour le constat clinique. Mais selon les esthètes, les amoureux du jeu, le compte n'y est certainement pas. Pour eux, la copie rendue par une équipe championne du monde, même grandement remaniée, reste très insuffisante. A ce titre, la première période fut un exemple de ce que l'on aime pas voir. Une mi-temps morne, avec toute la gaité d'un convoi au Père-Lachaise par un jour froid et pluvieux ou bien, si vous préférez, le dynamisme d'un épisode de "L'homme du Picardie" (série télévisée dont les moins jeunes des lecteurs se souviennent certainement). Au final, ce triste match illustre parfaitement un débat vieux comme le sport: d'un côté, la culture de la gagne... de l'autre, la recherche d'un spectacle, d'un style, d'une émotion. Deux conceptions qui, de toutes époques, semblent irréconciliables. Si les Bleus des années 80 jouaient un football romantique et plaisant, ils gagnaient peu et cristallisaient les critiques par leur absence de résultats... Les Bleus des années 90 et 2000 gagnent, eux, beaucoup, mais sans jamais satisfaire les puristes. Autres temps, autres moeurs. Les champions du monde paraissent donc beaucoup ressembler à leur époque (laquelle privilégie le prix des choses au détriment de leur valeur) et à leur sélectionneur, car tous se retrouvent dans le culte du résultat. Et pourquoi pas ? Après tout, les critiquer ne reviendrait-il pas à faire un peu trop la fine bouche ? Ne s'agirait-il pas là d'un problème de riches ? D'enfants trop gâtés ? Le lecteur choisira son camp.

Au delà de ces considérations conceptuelles, quelles individualités ressortir de ce match maussade ? Évidemment Giroud, sans cesse remis en question mais particulièrement précieux dans le combat aérien et qui reste incontournable lorsque l'équipe joue long... mais aussi Coman pour la menace constante qu'il représente et sa capacité d'accélération hors norme. Pour le reste, parce qu'elle n'a presque pas été sollicitée, il est impossible d'émettre un avis sur la défense, même si les 119 ballons touchés par Lenglet en inquiéteront beaucoup. La déception majeure concerne indubitablement l'ensemble du milieu de terrain, manquant de créativité, d'automatismes et donc de dynamisme dans les transmissions. Dernier point, si la question peut se poser avec Paul Pogba, une autre évidence s'impose:  il y a une vie avec et une vie sans N'golo Kanté.

Et parce qu'il s'agissait jusqu'à présent d'un oubli volontaire, nous conclurons cet article par la mise en lumière d'un champion de monde pas tout à fait comme les autres: Benjamin Pavard. Un joueur populaire au sens le plus noble du terme, auteur lors de la dernière Coupe du Monde d'un but sensationnel, d'un geste sportif historique, gravé dans les mémoires. Pourquoi le célébrer ? Pour des tas de raisons qui n'ont qu'une seule cause et, pour une fois, la cause est également un but. Mais attention, pas n'importe lequel. Celui d'une compétition (la plus grande de toutes), la frappe de toute une carrière, ou si vous préférez, la frappe de toute une vie ! Une de ces actions qui vous rentrent par les yeux, et, parce qu'on les sait tout de suite par coeur, vous sortent par les lèvres. Comme tout bon conte populaire, ce geste se donne à tout le monde et se raconte autant qu'il se mime. Mais ce but de notoriété publique est aussi un paradoxe à lui tout seul... si ordinairement la transmission précède le but, ici, c'est l'inverse. Vous avouerez que marquer de la sorte, dans un contexte pareil, ce n'est pas seulement venir au monde, c'est venir au monde entier ! Car enfin, comment Benjamin Pavard a-t-il pu deviner que toute une équipe, toute une nation, voulaient une action telle que celle-là , à ce moment-là ? Cette belle histoire est aussi la preuve que, parfois, un simple instant est nécessaire pour marquer l'éternité. Un but comme celui-là a beau avoir fait des millions de fois le tour du monde, croyez-le ou pas, le monde et son auteur n'en sont toujours pas revenus.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Football, Euro 2020, France, islande
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires