En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 13 min 27 sec
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 16 heures 2 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 18 heures 33 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 20 heures 36 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 22 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 22 heures 20 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 22 heures 42 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 22 heures 59 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 23 heures 1 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 23 heures 2 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 13 min 46 sec
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 16 heures 30 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 20 heures 20 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 21 heures 55 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 22 heures 16 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 22 heures 27 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 22 heures 47 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 23 heures 37 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 23 heures 2 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 23 heures 2 min
© GEORGES GOBET / AFP
© GEORGES GOBET / AFP
Bonnes feuilles

L’emprise et l’expansion à marche forcée des éoliennes dans le cadre de la transition écologique

Publié le 05 octobre 2019
Fabien Bouglé publie "Eoliennes : la face noire de la transition écologique" aux éditions du Rocher. Les éoliennes ont envahi les campagnes et les littoraux et sont devenues dans le monde entier, par une propagande systématique, le symbole de l'écologie et de la lutte pour le climat. Découvrez ce que le lobby du vent vous cache sur les éoliennes. Extrait 1/2.
Fabien Bouglé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabien Bouglé est un lanceur d'alerte écologiste français. Depuis 10 ans, il dénonce le désastre écologique et financier des éoliennes. Entre 2011 et 2016, il est en lien avec le service central de prévention de la corruption du ministère de la Justice...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabien Bouglé publie "Eoliennes : la face noire de la transition écologique" aux éditions du Rocher. Les éoliennes ont envahi les campagnes et les littoraux et sont devenues dans le monde entier, par une propagande systématique, le symbole de l'écologie et de la lutte pour le climat. Découvrez ce que le lobby du vent vous cache sur les éoliennes. Extrait 1/2.

En quelques années, les éoliennes sont devenues le porte-étendard international de la transition écologique.

Symboles de la prétendue électricité « verte », elles se sont immiscées partout : sur les sites internet institutionnels, dans les livres scolaires, dans les publicités, dans les films, dans les médias. À l’échelle mondiale, elles ont envahi les paysages, ont investi avec brutalité les campagnes ou la mer, et sont devenues, par une propagande systématique et sans nuance, le symbole de l’écologie et de la lutte pour le climat. 

Le développement des éoliennes – sur terre ou en mer – est en réalité au cœur de la politique mondiale de la transition écologique, et de la transition énergétique, qui constitue aujourd’hui la boussole de nos dirigeants. Elle est largement inspirée, sinon dictée, par l’Energiewende, concept importé d’Allemagne, l’un des principaux pays fournisseurs d’éoliennes dans le monde. 

En outre, c’est sous le prétexte de la transition écologique que les États occidentaux se sont mis à dépenser des centaines de milliards d’euros, accentuant d’autant les déficits publics des pays concernés au détriment de citoyens rackettés via leurs factures d’électricité ou d’essence, factures dont l’augmentation a engendré en France la crise des gilets jaunes. 

Dans les faits, cette transition écologique imposée accentue encore le fossé entre une population rurale et littorale d’une part – population à laquelle on impose un changement de cadre de vie et des nuisances dus aux changements énergétiques par l’implantation des aérogénérateurs –, et une population urbaine d’autre part – laquelle profite des nouvelles technologies, voyage en avion, circule en transports en commun, roule en voiture électrique à faible autonomie et ne connaît pas les nuisances liées aux éoliennes. Cette rupture sociologique rejoint l’analyse menée par Christophe Guilluy dans son ouvrage La France périphérique, livre qui met en lumière cette fracture. Elle se calque parfaitement sur la rupture écologique à l’échelle internationale. 

Le discours dominant, favorable à l’installation des turbines électriques à vent, s’inscrit dans une ambition de conquête idéologique assise sur une posture morale. Adressé à une population mondialisée et privilégiée, il a une tonalité quasi religieuse. Usant du prétexte, compréhensible, de sauver la planète et de lutter contre le réchauffement climatique, on affirme qu’il conviendrait d’accepter des solutions présentées comme indiscutables et sans alternative. Récemment encore, des manifestations pour le climat, organisées dans les grands centres urbains par des ONG environnementales et des partis politiques, mettaient en avant les éoliennes sur des pancartes associant respect de la nature et énergie renouvelable, sans s’inquiéter du paradoxe qu’il y a à industrialiser les campagnes au nom de la sauvegarde de l’écosystème.

Cette idéologie « planétophile » connaît un si grand succès qu’elle en arrive à contaminer l’écrasante majorité des cadres dirigeants, politiques et entrepreneuriaux, soucieux de bénéficier de l’image positive du développement durable, ainsi que la majeure partie d’une certaine population citadine, aveuglée et soumise au triptyque avion, boulot, dodo. Une population dont l’horizon se limite trop souvent aux buildings des quartiers d’affaires, et qui ne connaît parfois de l’environnement et de la nature que ce qu’elle voit et lit sur Internet. 

L’expansion à marche forcée des éoliennes, en effet, a fini ces dernières années par imposer en France et dans le monde ce qui peut être qualifié de « paysages de l’énergie postmoderne ». Facteurs d’angoisse, truffés de turbines gigantesques, ces paysages se sont étendus jusqu’aux abords des autoroutes, mais ont également investi d’authentiques coins de nature, justement choisis par leurs habitants pour leur quiétude. 

Paradoxalement, des forêts sont saccagées pour installer des éoliennes, des projets sont envisagés au bord de superbes littoraux, des parcs naturels sont dénaturés au nom de ce qui s’impose aujourd’hui comme une nouvelle religion. Et des milliers de kilomètres de lignes à haute tension doivent traverser les paysages afin de raccorder ces turbines aux grands centres urbains.

Lieux protégés par l’Unesco, terres indigènes au Mexique, îles ou lieux classés en zone Natura 2000 en Europe, cimetières militaires en mer ou sur terre, Mont-Saint-Michel, montagnes… Aucun paysage, aucune parcelle de nature préservée n’échappe à l’appétit des promoteurs, qui voient là l’intérêt d’associer leur nom à des hauts lieux du patrimoine naturel et touristique et d’augmenter encore plus leur visibilité et leur respectabilité. 

Les entreprises n’hésitent pas, en effet, à investir massivement dans le secteur pour se donner une image verte ainsi que pour bénéficier de la manne financière considérable associée à cette industrie. À titre d’illustration, on peut citer la société d’ameublement Ikea qui est devenue un des acteurs importants de la production d’électricité d’origine éolienne avec une filiale détenant une trentaine de centrales éoliennes rien qu’en France. 

Au nom de l’« écologiquement correct », on détruit la nature. Certains ardents promoteurs de ces installations industrielles estiment que les éoliennes pourraient, par leur gigantisme, se substituer dans nos paysages aux clochers, devenant ainsi le symbole d’une nouvelle religion structurant les campagnes. 

Les démarches d’approche de ces consortiums reposent sur une bonne connaissance du terrain, des instruments de communication efficaces et des commerciaux se présentant comme animés par une démarche sincère de soutien aux générations futures. La stratégie de conquête des promoteurs éoliens les amène à se présenter comme des ONG aux allures désintéressés et altruistes, parfois jusqu’à adopter pour slogan « The power to survive », sous couvert de lutte contre le « réchauffement climatique ». Par ailleurs, comme nous le verrons, ils adoptent des formats de présentation quasi institutionnels dans les réunions d’informations qu’ils adressent au public local, ce qui renforce leur légitimité et leur influence sur les différents acteurs. 

La confusion est d’autant plus facile qu’il arrive que les ONG elles-mêmes soient actionnaires de promoteurs éoliens. C’est le cas de Greenpeace, dont la structure Greenpeace Énergie détient des participations capitalistiques dans des centrales éoliennes, ou de structures comme WWF qui réalisent de véritables partenariats avec des promoteurs éoliens pour valoriser le développement de l’éolien dans des pays comme la Suisse ou la France, alors même que les turbines sont très néfastes pour la faune et les oiseaux. L’ambiguïté de cette « neutralité militante » a de quoi interroger. 

Ainsi est-il aujourd’hui devenu très difficile de distinguer ce qui relève de la propagande commerciale des promoteurs éoliens ou du militantisme écologiste de « défense de la planète », des écosystèmes et de la biodiversité. La confusion profonde est bien entendu au service des promoteurs éoliens qui usent et abusent de ce symbole fort. 

Implacables, les éléments de langage communs aux industriels du vent et aux ONG qui défendent l’éolien sont parfaitement huilés : le vent est gratuit, le vent est inépuisable, le vent est une ressource naturelle, le vent est bon pour la planète. Ce discours est notamment relayé par des campagnes publicitaires d’envergure. La perspective du réchauffement climatique est savamment exploitée par l’instrumentalisation d’enfants militants écologistes comme Greta Thunberg. La population est conditionnée à l’idée que la solution urgente face au risque écologique, c’est la transition par l’installation de milliers d’éoliennes. Dans ces conditions, il est devenu très difficile de porter un discours alternatif ou même rationnel sur le sujet, tant le risque est grand d’être caricaturé. Avec son clergé, ses enfants de chœur, ses censeurs et ses croyances dogmatiques, l’éolien oblige à une conversion sans réserve et le récuser relève de l’hérésie. 

Depuis l’installation des premières éoliennes au début des années 2000, les promoteurs et leurs alliés se sont fortement radicalisés. Par un lobbying intensif auprès des politiques et jusque dans les Assemblées, ils ont progressivement poussé à la modification des lois et contribué à éliminer tous les freins empêchant le développement anarchique des implantations d’éoliennes. Certains n’hésitent devant rien, allant jusqu’à éliminer physiquement les opposants pour parvenir à leurs fins.

Extrait du livre de Fabien Bouglé, "Eoliennes : la face noire de la transition écologique", publié aux éditions du Rocher 

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Louna
- 10/11/2019 - 15:10
Problèmes sanitaires
Interpellée il y a quelques jours par l'interwiew à la radio RTL d'un éleveur (éleveur depuis 30 ans) qui, depuis l'installation il y a 6 ans de 4 éoliennes à proximité de ces champs, a perdu 300 vaches (mortalité inexpliquée par les vétos !!), je découvre cet extrait de livre aujourd'hui. J'habite dans l'oise , dans le Clermontois. Il n' y a pas un mois qui passe sans qu'au cours d'une balade on découvre une énième éolieene nouvellement installée. Les grandes plaines picardes sont hérissées de ces horreurs qui non seulement enlaidissent les paysages mais tuent aussi (entre autres espèces) de nombreux oiseaux. Je vais acheter ce livre.
tatouzou
- 05/10/2019 - 12:03
Peut-on se battre contre les moulins à vent ?
Hélas, les éoliennes sont devenus les clochers ou minarets de la nouvelle religion écologiste.

Qui exige toujours plus de sacrifices de la population, accablée chaque année de nouvelles taxes pour financer des projets inutiles et ruineux.

C'est ainsi que, alors que nous sommes tous invités à redoubler d'efforts pour contribuer à la réduction (?) de la dépense publique, on nous annonce que l'Etat et les collectivités, dont la Region Hauts de France (quel nom ridicule) ont réuni 5 milliards d'euros pour relancer le projet de canal Seine-Nord.

Après les éoliennes, ce sont maintenant les péniches qui symbolisent l'alpha et l'omega du progrès écologique. Sans doute pour transporter le charbon chinois, australien ou polonais pour assurer la continuité de la production électrique quand il n'y aura pas de vent, lorsque nous aurons arrêté nos centrales nucléaires.

Ce qui est en chemin, puisque ce même gouvernement si bon gestionnaire a trouvé 1 milliard d'euros pour indemniser EDF de l'arrêt programmé de Fessenheim. En omettant de nous dire qu'il faudra probablement y ajouter au moins autant pour indemniser les actionnaires suisses et allemands.

Gaudeamus igitur
tatouzou
- 05/10/2019 - 12:03
Peut-on se battre contre les moulins à vent ?
Hélas, les éoliennes sont devenus les clochers ou minarets de la nouvelle religion écologiste.

Qui exige toujours plus de sacrifices de la population, accablée chaque année de nouvelles taxes pour financer des projets inutiles et ruineux.

C'est ainsi que, alors que nous sommes tous invités à redoubler d'efforts pour contribuer à la réduction (?) de la dépense publique, on nous annonce que l'Etat et les collectivités, dont la Region Hauts de France (quel nom ridicule) ont réuni 5 milliards d'euros pour relancer le projet de canal Seine-Nord.

Après les éoliennes, ce sont maintenant les péniches qui symbolisent l'alpha et l'omega du progrès écologique. Sans doute pour transporter le charbon chinois, australien ou polonais pour assurer la continuité de la production électrique quand il n'y aura pas de vent, lorsque nous aurons arrêté nos centrales nucléaires.

Ce qui est en chemin, puisque ce même gouvernement si bon gestionnaire a trouvé 1 milliard d'euros pour indemniser EDF de l'arrêt programmé de Fessenheim. En omettant de nous dire qu'il faudra probablement y ajouter au moins autant pour indemniser les actionnaires suisses et allemands.

Gaudeamus igitur