En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 31 min 45 sec
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 1 heure 11 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 3 heures 35 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 4 heures 50 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 5 heures 52 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 6 heures 7 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 6 heures 28 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 19 heures 12 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 51 min 21 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 3 heures 23 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 4 heures 3 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 5 heures 12 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 5 heures 32 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 5 heures 50 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l’hydrogène : l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 5 heures 57 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 6 heures 17 min
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 18 heures 17 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 20 heures 33 min
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Ultimes étapes

Comment Boris Johnson a repris la main sur le Brexit

Publié le 03 octobre 2019
Alors que Londres et Bruxelles ne parviennent toujours pas à se mettre d'accord sur l'ensemble des conditions de sortie de l'Union européenne du Royaume-Uni, le Premier ministre britannique Boris Johnson a présenté ce mercredi une "offre finale" à l'Union européenne.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Londres et Bruxelles ne parviennent toujours pas à se mettre d'accord sur l'ensemble des conditions de sortie de l'Union européenne du Royaume-Uni, le Premier ministre britannique Boris Johnson a présenté ce mercredi une "offre finale" à l'Union européenne.

Monthy Johnson

Difficile de ne pas s’enthousiasmer ! Nous sommes à Manchester dans la salle plénière de la conférence. Boris Johnson est en train de comparer les débats du Parlement britannique à un reality show. Il compare les Brexiteers et les conservateurs  à des participants exclus de la jungle par les téléspectateurs. Et puis il lâche une phrase absurde à première vue: « Au moins, nous aurions eu le plaisir de voir le Speaker de la Chambre, John Bercow, obligé de manger un testicule de kangourou ». Le public éclate de rire parce que tout cela est une allusion à une émission où les participants devaient se débrouiller dans une jungle fictive; et le propre père de Boris Johnson, y participant, avait déclaré en direct qu’il ne connaissait pas la différence entre un testicule de mouton et un testicule de kangourou. Est-on plus dans les Monthy Python que dans un discours de Premier ministre?  Le ton est en tout cas lancé: des millions de frustrations accumulées par les Brexiteers ne supportant plus l’obstruction permanente des positions « Leave » par le Speaker sont vengées: désormais, dès qu’il prendra la parole à la Chambre des Communes, dans les trois semaines qui lui restent à occuper ce poste, tout le monde associera Bercow à la plaisanterie sur le kangourou. Oublié le rappel de la Chambre par les juges de la Cour Suprême? 

Le Premier ministre n’a plus à prouver qu’il est le meilleur orateur de la politique britannique; mais aujourd’hui il a atteint l’un des sommets de sa carrière. L’équilibre entre la détermination à réaliser le Brexit à la date actuellement prévue (31 octobre 2019), la mise en valeur des atouts de la Grande-Bretagne, la reformulation adaptée au XXIè siècle du conservatisme social de Benjamin Disraëli et, enfin, une cascade de plaisanteries plus spirituelles les unes que les autres, en particulier quand il s’agit de parler de ses rivaux politiques: une description enthousiaste de la recherche spatiale britannique se finit sur la question de savoir si l’on ne pourrait pas en profiter pour propulser Jeremy Corbyn dans l’espace. Quant à Nigel Farage, Boris Johnson en parle comme d’un succès britannique à l’exportation vers les Etats-Unis, avant de constater qu’apparemment il a été réimporté ! 

Proposition du gouvernement britannique pour un nouvel accord

Il y a quelques jours, toute une partie de l’establishment criait victoire après que les juges de la Cour Suprême avaient fait annuler la mise en vacances du Parlement. Et ils avaient enterré Johnson. A Manchester, en quarante-deux minutes ce 2 octobre 2019, Boris Johnson a prouvé à l’opinion britannique que le parti conservateur pourrait connaître un extraordinaire rebond et que lui-même était non seulement vivant mais absolument calme, malgré la tension qui accompagne ses 70 premiers jours à Downing Street. Quelques heures après son discours, le Premier ministre britannique envoyait sa proposition de renégociation de l’accord de sortie de l’Union Européenne. La proposition diffère de tout ce que le gouvernement britannique a proposé jusqu’ici sur deux points fondamentaux: d’une part, aucun mécanisme ne peut enfermer pour toujours, en cas d’échec des négociations, l’Irlande du Nord dans l’union douanière européenne. D’autre part, il reviendra à l’assemblée nord-irlandaise de choisir la manière dont elle restera liée à l’Irlande - et donc à l’UE. Boris Johnson a clairement fait comprendre à ses interlocuteurs du continent que c’était à prendre ou à laisser pour la négociation: soit les membres de l’UE jouent le jeu et tout le monde cherche un compromis; soit le Premier ministre ne voit pas pourquoi il se déplacerait au sommet européen du 17 octobre. Theresa May, bonne fille, a été plusieurs fois humiliée par le Conseil européen. Johnson veut inverser le rapport de forces. Il met l’Union Européenne devant ses responsabilités.  

Personne ne peut prédire ce qui va se passer. Les adversaires de Johnson au Parlement britannique se sont empressés de dire que c’était un très mauvais plan de rechange ! Ils vont devoir pourtant expliquer ce qu’ils feraient de mieux. Du côté de l’UE, l’inénarrable Verhofstadt est sorti de sa boîte pour expliquer au nom du Parlement européen que la proposition de Boris Johnson était insuffisante. Michel Barnier, lui, est bien plus prudent. Il semble même avoir entrouvert la porte. Nul ne sait dans quelle mesure le Conseil européen va encore chercher à obtenir un accord. 

Ambrose Evans-Pritchard, l’un des meilleurs journalistes britanniques sur l’Europe, soulignait ce 2 octobre dans le Daily Telegraph, que l’Union Européenne pourrait bien faire le choix erroné d’ajouter à la très probable récession l’erreur d’un refus d’accord sur le Brexit. Le BDI (équivalent allemand du Medef) n’en finit pas de dire qu’il faut punir la Grande-Bretagne. Norbert Röttgen, président de la Commission des Affaires Etrangères du Bundestag, a eu, le 2 octobre en fin de journée ce tweet désarmant: « Boris n’apprend rien! Il faudrait une longue prolongation  pour protéger la souveraineté du Parlement britannique ».  Johnson n’a-t-il pas raison de tout placer sur le plan de l’humour? Ses partenaires de négociation se caricaturent ! 

Johnson à nouveau maître du jeu

Madame Merkel mettra-t-elle son poids dans la balance? Comment Emmanuel Macron va-t-il réagir? La nature des choses voudrait que l’UE soit incapable d’arriver à un compromis. Cela conduirait-il alors à une nouvelle déstabilisation de  Boris Johnson? Trois raisons principales en feront douter: 

- le Premier ministre est pour l’instant resté fidèle à la formule churchillienne du « Never give in ! » - « Ne jamais céder ». En particulier, il n’a pas fait une concession de formulation, continuant, à Manchester, à parler d’une « loi de reddition ». L’humour fait partie de cette stratégie de résistance à la pression imposée par les médias, le Parlement et tous ceux qui, dans l’establishment, voudraient bien arrêter le Brexit. 

- Boris Johnson a pour lui le mérite de la clarté. Le slogan de la conférence claquait bien dans les différents discours: « Get Brexit done!».  Merveilleuse langue anglaise ! Les conservateurs ont inventé un slogan facile à répéter à temps et à contretemps. Il faut en finir et un tel slogan est adapté aussi bien à une campagne électorale qu’à des manifestations ou à un grand titre de journal !  Il n’y a guère que Nigel Farage qui pratique la même clarté: mais lui ne veut pas d’un accord de sortie. Johnson est beaucoup plus tacticien. Et plus à même de gagner une majorité: il prendra acte du refus éventuel de l’UE d’arriver à un accord. mais jusqu’à nouvel ordre il négocie. Son inflexibilité tient plutôt au respect absolu de l’échéance. De fait, il doit savoir qu’il joue la survie du parti conservateur, aujourd’hui bien revigoré mais qui ne survivrait sans doute pas à un délai du Brexit. Les Tories ont toutes les raisons d’être satisfaits de la tournure prise par la conférence. Mais ce n’est que la détermination de Boris Johnson qui a obtenu le nouveau résultat. 

- L’opinion britannique, depuis de longues semaines, ne bouge pas. Elle soutient Johnson et Corbyn est au plus bas dans les sondages. Les Remainers du Parlement ont crié au coup d’Etat quand Johnson a ajourné le Parlement. Il est resté stable dans les sondages. Si une élection a lieu demain, Johnson gagne. Et il a rendu évident que ses adversaires essaient de contourner le peuple en repoussant l’échéance électorale inéluctable. Get it done ! 

La Brexiteer par excellence: la mère de Boris ! 

Rien ne résume mieux l’attitude fondamentale de Boris Johnson que l’humour avec lequel il a ridiculisé les médias qui avaient monté en épingle la démission de son frère du gouvernement et imaginé une grosse dispute familiale. En plein milieu de conférence, Johnson a expliqué qu’il n’avait pas abattu sa dernière carte: sa mère, le vrai chef de famille, explique-t-il, qui a voté Leave. Eclats de rire, applaudissements, émotion contenue dans la salle ! Génial présentation des choses car Johnson ne peut pas se réclamer de la Reine mais au fond c’est la figure maternelle du Royaume Uni qui se dresse en arrière-plan. Et puis Madame Johnson devient le symbole de tous les Brexiteers volés de leur victoire depuis trois ans. Le trublion Boris rappelle que tout Britannique est un rebelle qui n'accepterait pas que l’on mît en cause la transmission d’une génération à l’autre de  l’héritage de la liberté. Get Brexit done ! dit Madame Johnson alors le petit Jeremy Corbyn se tient devant elle, les pieds en dedans, la tête baissée et les mains pleines d’encre du mauvais élève qu’il est. 

Le Premier ministre, alors, devient plus grave: c’est sa mère, explique-t-il, qui lui a inculqué le sens de l’égalité entre les hommes. C’est elle qui lui a fait comprendre l’importance des hôpitaux et des services publics. Boris se lance alors dans un vigoureux plaidoyer pour une Grande-Bretagne équilibrée, en particulier grâce à la mise en place d’investissements dans l’ensemble du pays. Une nouvelle page du conservatisme britannique est en train de s’écrire. Le Premier ministre britannique renoue avec la tradition conservatrice du compromis entre les classes dirigeantes et les classes populaires. Il évoque Margaret Thatcher, cette autre mère de la nation, non pour dénoncer le néo-libéralisme mais pour rappeler au monde que son pays a toujours un temps d’avance. Ce sont les conservateurs européistes qui ont trahi Margaret Thatcher alors qu’elle venait de montrer au monde la voie d’un retour aux libertés. On ne peut pas finir une conférence du parti conservateur où il s’agit du Brexit sans évoquer Margaret Thatcher, venu s’asseoir sur la scène aux côtés de la Reine et de Madame Johnson. 

Outre l’humour, tout le discours était imprégné d’un patriotisme tranquille, d’une vraie fierté de toutes les réussites britanniques. Lorsqu'il fait allusion aux 2,4 milliards d’habitants du Commonwealth, il suscite un tonnerre d’applaudissements. Le patriotisme britannique, aussi modéré soit-il, est revenu habiter au parti conservateur. Et Boris Johnson a décidément montrer qu’il surclassait tous ses adversaires, britanniques ou européens. Il y aura bien des péripéties. Mais on pourra dire bientôt, le Brexit est une partie qui se joue à 28, où, à la fin, c’est Boris qui gagne. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 04/10/2019 - 20:39
hoche 38 2005:Question du référendum & dedans il n'y avait
aucune question subsidiaire, ni subliminale. :)::)
« Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une constitution pour l'Europe ? », le « non » recueille 54,68 % des suffrages exprimés.
Aucune arnaque, puisque la gestion de l'UE se fait sans cette constitution aujourd'hui.:)::)
hoche38
- 04/10/2019 - 16:18
On ne peut que se réjouir d'un succès de la démocratie!
La sortie du Royaume-Uni sera la victoire démocratique du peuple anglais, l'échec de l'opération calquée sur le honteux déni par Nicolas Sarkosy du referendum de 2005 et une défaite des glorieux Mannekenpiss de la Commission de Bruxelles. Ils le savent bien et c'est ce qui les rend malades.
Benvoyons
- 03/10/2019 - 20:42
"Le groupe de pilotage sur le
"Le groupe de pilotage sur le Brexit critique enfin le droit de consentement offert à l'Irlande du Nord en raison de son caractère "incertain, provisoire et unilatéral", rappelant que l'Assemblée d'Irlande du Nord n'a pas siégé depuis près de trois ans."

Il n'y aucune raison de se faire avoir par les Britanniques car la proposition n'entérine rien Juridiquement avant la Signature. Donc l'UE ne peut signer en l'état. La balle est chez Hulk Boris pour qu'il procède à la partie Juridique sur l’Irlande du Nord & que cela soit validé par l'Irlande du Nord mais aussi par le parlement Britanniques Autrement l'UE ne signera rien & cela est parfaitement responsable.