En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

03.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

07.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

04.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 2 heures 34 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 3 heures 11 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 4 heures 25 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 5 heures 11 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 7 heures 12 min
décryptage > Société
Mobilisation planétaire

Antiracisme et environnement : l’été 2020 sera radicalement exigeant ou ne le sera pas

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 8 heures 10 min
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 9 heures 40 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 2 heures 49 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 3 heures 37 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 4 heures 52 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 6 heures 33 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 7 heures 26 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Affaire Fillon : Hollande a envisagé de reporter la présidentielle; Dati a cherché le soutien de l'Elysée contre Hidalgo; Ecologie : truc de riches ou cauchemar vert ?; Cyberhaine sur les réseaux sociaux : le marché plus fort que la loi
il y a 7 heures 59 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 8 heures 22 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 10 heures 15 min
décryptage > Europe
Présidence du Conseil de l'Union européenne

Angela Merkel peut-elle sortir de son coma l’Europe ?

il y a 11 heures 26 min
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
Attention terrain miné

L’Europe à l’épreuve de la validation des commissaires européens

Publié le 02 octobre 2019
Les Eurodéputés ont rejeté cette semaine les candidats hongrois et roumain à la Commission européenne. La Hongrie a décidé de proposer un nouveau candidat.
Christian Lequesne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Lequesne a étudié à Sciences Po Strasbourg ainsi qu'au Collège d'Europe à Bruges et a été directeur du CERI (Centre d'Etudes et de Recherches Internationales) rattaché à Sciences-Po Paris. Il est notamment l'auteur de l'...
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Eurodéputés ont rejeté cette semaine les candidats hongrois et roumain à la Commission européenne. La Hongrie a décidé de proposer un nouveau candidat.

Atlantico.fr : Les Eurodéputés ont rejeté lundi les candidats hongrois et roumain à la Commission européenne. La Hongrie vient de proposer un nouveau candidat, l'ambassadeur hongrois à Bruxelles, Oliver Verhelyi. Dans quel contexte géopolitique de crise entre l'est et l'ouest des pays membres de l'Union est-ce que cet événement s'inscrit ? 

Christian Lequesne : Il y a effectivement une tension avec l’Europe centrale au sein de l’UE qui est liée à deux facteurs. D’abord, le fait que dans certains pays d’Europe centrale, on a clairement des gouvernements populistes illibéraux. Il y a bien sûr des différences : Babis, le premier ministre tchèque, ne représente pas exactement le même populisme que celui d’Orban en Hongrie. 

Le deuxième facteur, ce sont les séquelles de la crise des réfugiés syriens. Lorsque celle-ci s’est posée en 2015, il y a eu un vrai front commun des pays d’Europe centrale pour ne pas accepter des réfugiés. Cela a été un point de tension important avec les autres Etats membres, et en particulier les grands Etats membres comme l’Allemagne et la France. 

Il y a donc effectivement encore des lignes de clivage est-ouest au sein de l’UE, bien que sur biens des dossiers, ces lignes se sont réduites. Il faut néanmoins éviter de stigmatiser les pays d’Europe centrale. Ils ont une telle mémoire victimaire, un tel rapport à l’hégémonie des grands, qu’il faut éviter à chaque fois que cela est possible de les réactiver. C’est pour cela qu’il faut hésiter de traiter l’Europe centrale comme un bloc, mais considérer que ces pays sont différents et ont des intérêts différents en fonction des politiques de l’UE.

Edouard Husson : A priori, le rejet de la candidature de M. Laszlo Trocasanyi et Mme Rovana Plumb est motivée par des soupçons ou des risques de conflits d’intérêt. La réalité de ces rejets, impossibles à contourner, par le Parlement européen, donne l’impression d’une installation de mécanismes institutionnels correspondant à l’état de droit. Le problème, c’est le contexte dans lequel se déroulent ces deux rejets: celui de tensions croissantes entre l’Europe qui a connu le régime totalitaire communiste pendant quarante ans; et l’Europe de l’Ouest, celle de « l’identité heureuse »,  aujourd’hui menacée par l’emprise d’un totalitarisme mou, le progressisme, qui ne supporte pas la culture politique de l’Est européen. Pendant longtemps l’adhésion commune, en apparence, au libéralisme politique et économique, a maintenu une forme d’unité en Europe. Mais la radicalisation progressiste à l’Ouest, avec son relativisme culturel et son immigrationnisme, a rompu cette unité. Il est significatif que les plus offensifs contre les candidats présentées par la Roumanie et la Hongrie aient été menés en priorité par les Verts et les libéraux de Renew. 

Comment peut faire l’Union Européenne pour gérer ces refus du Parlement européen ? D’un côté, en attendant que ces tensions est-ouest s’apaisent, elle prend en effet le risque que la culture démocratique se dissolve. De l’autre, si elle tranche définitivement, elle risque de faire ressortir les problèmes existentiels de l’UE autour de l’unité non seulement politique mais culturelle des pays membres.

Christian Lequesne : Les refus ne se sont pas opérés en fonction des situations politiques nationales, mais du respect par les candidats d’un code de conduite. Dans les deux cas, pour M. Trocsanyi, le candidat hongrois, et Mme Plumb, la candidate roumaine, le Parlement a pointé des soupçons forts de conflits d’intérêt. C’est uniquement sur cette base individuelle que les deux candidatures ont été rejetées. La tension est pourtant là, j’en conviens. Comment la gérer?

La vigilance qu’il faut avoir du côté de l’Union européenne, c’est déjà de ne pas faire un amalgame simplificateur entre Europe centrale, corruption et illibéralisme. Dans le traitement des candidatures, il est ainsi important de rappeler que pour la candidate tchèque et le candidat slovaque, il n’y a eu aucun problème. Le message qui doit être porté est clair : il n’y a pas de rejet systématique des candidats présentés parce que l’Europe centrale serait politiquement au banc des accusés. Il ne faut surtout pas donner l’impression à l’Europe centrale qu’elle serait dans le collimateur des autres Etats membres. Si les commissaires présentés par l’Europe centrale respectent les règles, tout va bien.

Plus généralement, il faut que les grands Etats de l’UE associent les pays d’Europe centrale aux coalitions qu’ils forment chaque fois que cela est possible. Si vous parlez de l’avenir de la défense européenne, il est possible de compter sur les tchèques et les slovaques. Si vous parlez de la réforme de la zone euro, il est possible d’avancer avec les slovaques. Et c’est bien ce qui se passe car n’oublions tout de même jamais que cela fait 15 ans que les pays d’Europe centrale ont adhéré. Sur l’essentiel, ils se sont socialisés à la négociation européenne.

Edouard Husson : Nous avons la confirmation de ce qui était prévisible dès l’origine: la Commission européenne sera faible car l’Union européenne est traversée de divisions de plus en plus fortes entre les pays et au sein de chaque pays. Le développement d’un ordre institutionnel libéral n’est qu’apparent. Il ne pourrait s’enraciner que dans un peuple européen, qui n’existe pas. Un fonctionnement raisonnable consisterait par conséquent à accepter le candidat présenté par chaque gouvernement national. Mais le Parlement européen veut s’affirmer comme un parlement capable de s’opposer à la constitution d’un exécutif qu’il n’aurait pas validé. On joue à la République européenne. Cela ne peut que mal tourner tant il est vrai que les positions vont se figer, partout, à l’Est comme à l’Ouest. Ursula von der Leyen sera une présidente de la Commission européenne faible.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 02/10/2019 - 14:51
Quand je lis & bien les deux donnent raison au principe
qu'un rejet est toujours une agression contre ce que la personne représente. Un pays, une Région, une Culture etc... ::)
Donc quand un magrébin, un noir ne sont pas pris dans un poste, c'est Bien une agression caractérisée, contre les Magrébins & les Noirs.
Votre argumentation est passionnante & hilarante.
assougoudrel
- 02/10/2019 - 09:59
Si cela continu, cette UE
explosera comme un pop-corn, à vouloir imposer sa volonté, où est l'union dans tout ce cirque?