En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

04.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

05.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

06.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

07.

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

06.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

ça vient d'être publié
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 15 heures 2 min
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 15 heures 58 min
pépite vidéo > Société
Minute choupi
Journée internationale du chat : dix choses que vous ne savez peut-être pas sur votre compagnon à quatre pattes
il y a 16 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Surface" d'Olivier Norek, quand la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 18 heures 23 min
décryptage > France
Ensauvagement

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Santé
Sevrage

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

il y a 21 heures 28 min
décryptage > Europe
Business

Ces femmes qui, dans l’Histoire, ont changé le monde. Aujourd’hui, Margaret Thatcher

il y a 21 heures 46 min
décryptage > Environnement
Un mal pour un bien ?

Le gouvernement veut réintroduire les néonicotinoïdes pour sauver les betteraves et voilà pourquoi il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour les abeilles

il y a 22 heures 53 sec
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

il y a 22 heures 5 min
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 1 jour 11 heures
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 15 heures 21 min
pépite vidéo > Media
Grand retour
Koh-Lanta : découvrez les portraits des 24 candidats de la nouvelle saison
il y a 16 heures 26 min
pépite vidéo > Environnement
Alerte rouge
Canicule : un immense morceau d'un glacier des Alpes menace de s’effondrer
il y a 17 heures 55 min
pépites > International
Drame
Inde : au moins 17 morts après la sortie de piste d'un avion qui s'est cassé en deux
il y a 19 heures 1 min
décryptage > Sport
Football

Juventus/Lyon : malgré sa défaite, l'Olympique Lyonnais arrache sa qualification et affrontera Manchester City en quarts de finale de la Ligue des Champions.

il y a 21 heures 21 min
décryptage > International
Ingérence ?

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

il y a 21 heures 34 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.
il y a 21 heures 52 min
décryptage > Société
Danger classé X

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

il y a 22 heures 4 min
décryptage > International
Détresse psychologique

Voulez-vous savoir pourquoi Michelle Obama fait une dépression ? C’est à cause de Trump

il y a 22 heures 5 min
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 1 jour 12 heures
© Tolga AKMEN / AFP
© Tolga AKMEN / AFP
Atlantico-Business

Thomas Cook, Aigle Azur, XL Airways, Air France : mais pourquoi les secteurs de l’aérien et du tourisme se portent-t-ils si mal ?

Publié le 24 septembre 2019
Thomas Cook en faillite, c’est 600 000 touristes coincés dans le monde. Cette affaire intervient au moment où des compagnies aériennes tombent sous le poids des dettes et des difficultés. C’est le cas de Aigle Azur et XL Airways. Mais Air France a aussi du mal à survivre.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Cook en faillite, c’est 600 000 touristes coincés dans le monde. Cette affaire intervient au moment où des compagnies aériennes tombent sous le poids des dettes et des difficultés. C’est le cas de Aigle Azur et XL Airways. Mais Air France a aussi du mal à survivre.

La faillite de Thomas Cook a fait l’effet d’une bombe dans le monde du tourisme puisque depuis lundi, la plus vielle agence de voyage du monde et la plus célèbre aussi, abandonne 600 000 touristes aux quatre coins de la planète.  Principalement des Britanniques, c’est vrai. 

Cette faillite intervient après la série de difficultés rencontrées par les compagnies aériennes françaises, Aigle Azur, XL Airways, sans parler d’Air France qui peine à retrouver l’équilibre. Les compagnies low-cost britanniques elles-mêmes s’interrogent sur leur avenir après le Brexit. 

Thomas Cook est tombé sous le poids des dettes accumulées pour cause de concurrence compliquée et d’un modèle dépassé, qui est de vendre un voyage comme un produit unique, dans un marché très porteur certes, mais laminé par les entreprises low-cost et dominé par les sites de réservation d’hébergement en ligne. Sans oublier les incertitudes liées au Brexit. La majorité des clients sont britanniques mais on compte aussi plus de 10 000 Français en rade à l’étranger et dans l’attente d’un rapatriement. 

 

Les difficultés que rencontrent les compagnies aériennes françaises sont différentes sauf qu’elles surviennent dans un secteur en pleine mutation où tous les acteurs sont touchés. XL Airways est la deuxième compagnie en moins d’un mois, à se déclarer en cessation de paiement et à la débuter une procédure de redressement judiciaire. XL Airways demande 35 millions d’euros à un repreneur pour pouvoir avoir une chance de repartir. Elle transporte un million de passagers par an et compte un peu plus de 500 salariés.

XL Airways avait arrêté d’être bénéficiaire en 2016. Le personnel s’est serré la ceinture et n’a pas connu de hausse de salaire depuis cette date. Pour ne pas être reléguée en fin de liste dans les pages de comparateurs de prix, la compagnie a dû s’adapter à ses concurrents qui facturaient bagages et repas à bord à part. Sur le secteur des longs courriers, XL Airways n’est pas parvenue à soutenir la concurrence des ultra low-cost, notamment Norwegian Airlines, elle-même largement endettée et qui propose des Paris-New York à 300 euros.

 

Aigle Azur, de son côté, n’a trouvé aucun repreneur et verra ses créneaux de vol à Orly, son ancien aéroport de prédilection, supprimés à la fin du mois de septembre. La compagnie était spécialisée sur les liaisons méditerranéennes, en particulier entre la France et l’Algérie. Elle avait laissé filer sa masse salariale (1150 salariés) en signant des accords salariaux peu compétitifs avec les personnels navigants et les pilotes, c’est-à-dire des hausses de salaires et des embauches. Tout l’inverse de ce qu’est en train de faire Air France. Avec des coûts fixes pharamineux, Aigle Azur, qui transportait 1,8 million de passagers par an, avait misé sur des partenariats avec des compagnies chinoise et brésilienne sur des lignes desservant Pékin et Sao Paulo, mais ils se sont révélés être moins prometteurs que prévus. La compagnie ne gagnait plus d’argent depuis 2012.

 

Le nom d’Air France était avancé dans les deux dossiers. Mais Air France n’est pas dans une situation florissante. L’exploitation est toujours dans le rouge, Air France a entamé un revirement stratégique après un changement de direction en 2018 et la suppression de sa filiale à bas coûts, Joon, qui était destinée aux Millenials. 

Il faut rajouter à cela la mise en place au début de l’été de cette éco-contribution sur les vols au départ de Paris et qui touchera en grande partie la plus grosse compagnie européenne. Air France doit travailler sur ses propres dossiers avant de s’occuper de reprendre ceux des autres. Il ne serait pas raisonnable de la mettre encore un peu plus en danger.

 

Alors, ce que vit le secteur aérien est un contrecoup de la conjoncture mondiale. Comme en 2008, le secteur du tourisme est généralement très impacté par un ralentissement mondial. Mais il y a aussi des explications internes, spécifiques au marché français.

 

-D’abord, le poids des charges et des taxes sur le transport aérien reste important et ne se réduit, comme en témoigne l’adoption de la nouvelle taxe sur l’aérien avant l’été. 

-Ensuite, le marché aérien européen a pris du retard par rapport au marché américain en terme de restructurations. Il y a  une trop grande diversification du secteur,  trop de compagnies (en France : XL Airways, Corsair, Air Caraïbes, French Bee, Air Austral) se partagent le même segment. Finalement, aucune n’atteint la taille critique nécessaire à une rentabilité minimale. 

Les low-costs attaquent les compagnies traditionnelles sur tous les types de vols : traditionnellement nés sur des moyen-courriers (vols vers le Maghreb ou l’Europe), on en retrouve de plus en plus sur des vols nationaux et long-courrier. XL Airways dispose par exemple de 4 avions grands porteurs (A330) alors que la taille critique est estimée à une dizaine d’avions de ce type. 

-Enfin, l’activité de transport aérien est fortement capitalistique, c’est-à-dire qu’elle demande beaucoup d’argent à investir (notamment en Avion ) et que tout retard d’investissement se paie très cher en perte de compétitivité et parfois en sécurité.

 

Le podium des compagnies les plus profitables du monde en termes de résultat est américain. Il s’agit dans l’ordre de Delta Airlines (partenaire d’Air France), American Airlines et United. Ce qu’on sait moins, c’est qu’elles sont toutes, à un moment ou un autre de leur histoire, passées par la procédure du Chapitre 11 de la loi sur les faillites américaines. Toutes ont connu des phases compliquées, où cette procédure leur a permis d’alléger leur coût et en général leur effectif. Le secteur a vu passer une consolidation, où les plus petits acteurs ont été absorbés : "Les cinq plus gros transporteurs en Amérique du nord représentent 77% du marché contre 51% de parts de marché pour les cinq premières compagnies aériennes en Europe", explique dans une étude le cabinet de conseil Oliver Wyman.

 

Le secteur des transports se retrouve donc face aux mêmes problématiques que celui de l’automobile. Être suffisamment gros pour avoir une puissance financière et faire les investissements nécessaires. Ou alors être un acteur de niche, comme cette compagnie spécialisée dans le transport premium, La Compagnie, créée en 2013. C’est aujourd’hui une des seules compagnies françaises a afficher un profit. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 25/09/2019 - 00:22
Les bas-coûts
Avant de dire quoi que ce soit sur les compagnies à bas-coût, il est préférable de s'y intéresser et de voler dessus. Elles ont leurs avantages, pas nécessairement financiers : destination, aéroport, horaire, et même choix de l'absence de luxe. à chacun de peser ce qui lui convient.
Pour ce qui me concerne, j'ai pris à deux reprises une compagnie à bas-coût, qui s'annonce telle. Je reconnais que le prix était inférieur (de peu) à la concurrence, mais surtout l'aéroport n'était plus celui imposé par un gouvernement précédent, les horaires plus intéressants, et enfin, cerise sur le gâteau : plus besoin d'être verrouillé par un billet retour.... Un énorme avantage ! Pour le reste, il faut savoir ce que l'on veut.
Benvoyons
- 24/09/2019 - 14:17
Ceux qui volent au ras des paquerettes , tombent forcément plus
vite.
Loupdessteppes
- 24/09/2019 - 14:09
Les prix cassés des transporteurs lowcosts...
Les prix cassés des transporteurs lowcosts sont un miroir aux alouettes qui ne profitent qu'aux rentiers et fonctionnaires pouvant prévoir leur déplacement six mois en avance. Même style pour OUI SNCF ! En attendant le réseau ferroviaire n'est plus développé ni entretenu, les avions sont bondés, les pilotes stressés, les cars remplacent les lignes régulières, les horaires sont fantaisistes. La paupérisation voulue par les clowns au pouvoir...