En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Les réactions politiques après la décision de Benjamin Griveaux de renoncer à sa candidature pour les municipales à Paris

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 13 min 6 sec
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 1 heure 55 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 15 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 15 heures 47 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 16 heures 13 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 17 heures 42 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 18 heures 53 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 20 heures 44 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 22 heures 7 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 42 min 59 sec
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 16 heures 1 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 17 heures 11 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 18 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 19 heures 37 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 21 heures 24 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 23 heures 4 min
© John MACDOUGALL / AFP
© John MACDOUGALL / AFP
Union européenne VS Russie

Politique énergétique : avec Nordstream, c’est l’indépendance de l’Europe qui est en jeu

Publié le 17 septembre 2019
Alors que l’UE a été construite pour assurer au maximum l’indépendance énergétique de l’ensemble de notre continent, la question de notre indépendance énergétique a donc été laissée entre les mains des Allemands. Ces derniers se retranchent derrière le seul aspect économique de Nord Stream 2, feignant d’ignorer ses répercussions géopolitiques pourtant considérables. L’Allemagne doit faire valoir les intérêts européens face à l’entreprise russe.
Thibault Muzergues est un politologue européen, auteur de La Quadrature des classes.  ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thibault Muzergues
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thibault Muzergues est un politologue européen, auteur de La Quadrature des classes.  ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l’UE a été construite pour assurer au maximum l’indépendance énergétique de l’ensemble de notre continent, la question de notre indépendance énergétique a donc été laissée entre les mains des Allemands. Ces derniers se retranchent derrière le seul aspect économique de Nord Stream 2, feignant d’ignorer ses répercussions géopolitiques pourtant considérables. L’Allemagne doit faire valoir les intérêts européens face à l’entreprise russe.

Si « l’énergie est notre avenir », comme le dit le slogan, cet avenir se joue à l’échelle européenne. Indispensable au fonctionnement d’une société moderne, la politique énergétique avait déjà été perçue comme une priorité stratégique par les Pères fondateurs de l’Union européenne, avec dès les années 1950 la constitution de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) et la Communauté européenne de l’énergie atomique (EURATOM), toutes deux piliers de ce qui allait devenir la Communauté, puis l’Union européenne (UE). Malheureusement, au lieu de les rassembler, l’enjeu énergétique divise aujourd’huiles États membres de l’Union, incapables de dépasser leurs intérêts particuliers pour faire front commun. 

Sur le plan énergétique, les enjeux auxquels fait face l’UE sont pourtant colossaux : assurer notre approvisionnement tout en préservant notre indépendance, mettre en œuvre la transition énergétique tout en maintenant des coûts supportables pour nos concitoyens et nos entreprises. Malheureusement, cette désunion – en premier lieu due à l’attitude unilatéraliste de l’Allemagne, n’est pas sans conséquence sur notre dépendance vis-à-vis de l’extérieure, et cette dépendance aura à n’en point douter des conséquences géostratégiques inévitables à moyen- et long-terme.

UE-Russie : les risques de la dépendance

L’Union européenne importe plus de la moitié (54 %) de ses besoins en énergie à des pays soumis à d’importants risques géopolitiques ou climatiques. Douze des vingt-huit États membres de l’UE, dont l’Allemagne et l’Espagne, dépendent ainsi à plus de 60 % des importations russes ou moyen-orientales. La position vis-à-vis de la Russie est un véritable révélateur des dissensions énergétiques européennes. Premier fournisseur de gaz naturel des vingt-huit, Moscou fournit à l’Europe environ 20 % du gaz qu’elle consomme, et même 90 % des besoins de pays d’Europe centrale ou orientale. Une dépendance énergétique qui devrait, à la faveur de l’augmentation de nos consommations, fortement s’accroître au cours des prochaines années, la Commission européenne estimant de son côté que 70 % de nos besoins énergétiques devront être assurés par les importations d’ici vingt ou trente ans. Une dépendance qui pose de très sérieuses questions géopolitiques quand on voit que la Russie n’a pas hésité à contribuer — pour rester diplomatiquement correct —à l’invasion armée de pays européens voisins de l’UE.

Le projet de gazoduc Nord Stream 2, un pipeline d’une capacité annuelle de 55 milliards de mètres cubes — soit 11 % de la consommation de l’UE — reliant la Russie à l’Allemagne par la mer Baltique, met cruellement en lumière les failles européennes en matière de politique énergétique. Estimée à près de 10 milliards d’euros, la construction du gazoduc, qui devrait être achevée en 2020, suscite deprofondes divisions sur le Vieux continent.

Avec ce gazoduc 30 % des importations gazières de l’UE transiteront par l’Allemagne, contre seulement 15 % actuellement, conférant à l’Allemagne une position de véritable « hub gazier » européen – privant ainsi de nombreux pays, comme la Pologne, l’Ukraine ou la Slovaquie, de toute marge de manœuvre commerciale et diplomatique et, in fine, de leur sécurité énergétique et donc nationale. De plus, exception à la règle, Gazprom est à la fois propriétaire et utilisateur du gazoduc — une confusion qui lui permet de fixer seul le prix global du gaz qui sera vendu à l’UE. Le risque est que l’UE devienne dépendante d’un seul producteur — Gazprom — qui, loin d’être une simple entreprise privée, est l’un des principaux leviers d’influence géopolitique de la Russie de Vladimir Poutine.

Alors que l’UE a été construite pour assurer au maximum l’indépendance énergétique de l’ensemble de notre continent, la question de notre indépendance énergétique a donc été laissée entre les mains des Allemands. Pressés de toute part, ces derniers se retranchent derrière le seul aspect économique de Nord Stream 2, feignant d’ignorer ses répercussions géopolitiques pourtant considérables. L’Allemagne, qui négocie seule et directement avec à Gazprom, doit faire valoir les intérêts européens face à l’entreprise russe.

Reste désormais à savoir si Berlin en est capable, elle qui était contre la directive européenne qui oblige à dissocier fournisseur et producteur — ce que le projet Nord Stream 2ne respecte pas pour le moment. Le doute est d’autant plus permis quele gazier russea eu l’habileté de nommer l’ancien chancelier Gerard Schröder à la Présidence de Nord Stream 2. Nous pouvons également nous interroger sur la volonté de l’Allemagne de faire prévaloir les intérêts collectifs de l’Europe dans ce dossier, elle qui a tourné le dos au nucléaire et qui a plus que jamais besoin de gaz et dont l’économie est proche de la récession.

Le cas Nord Stream 2 illustre de manière malheureuse et inquiétante que seule une véritable Union européenne de l’énergie pourra assurer notre indépendance énergétique et, in fine, notre souveraineté réelle – la souveraineté ici passe par l’Europe, mais une Europe qui pourra défendre l’intérêt de l’ensemble des Etats-membres, et non pas ceux d’un seul de ses membres, aussi puissant soit-il.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Les réactions politiques après la décision de Benjamin Griveaux de renoncer à sa candidature pour les municipales à Paris

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 18/09/2019 - 09:57
Il faut prendre une décision énergique!
La solution consiste de toute évidence à chasser de l'Europe de Bruxelles, cette Allemagne dont "l'attitude unilatéraliste" ne fait que favoriser à terme l'irruption fatale des blindés soviéto-russes sur une Europe désarmée.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 18/09/2019 - 08:28
Y a-t-il encore des gens pour
Y a-t-il encore des gens pour croire que l'Europe peut exister sans la Russie....? Aujourd'hui, elle peut se passer de la Grande Bretagne, mais pas de la Russie, dernier rempart de l'Occident contre l'impérialisme chinois.
klavius
- 17/09/2019 - 17:30
Nord Stream
Nous n'irons pas loin si nous ne nous rapprochons pas de la Russie, politiquement et économiquement. C'est le seul élément de satisfaction que me donne la politique du président Macron.

La prétendue annexion des voisins de la Russie mérite un examen approfondi. La solidarité européenne des pays de l'est de l'Europe peut-être fortement mise en question. Par ailleurs rien n’empêche les pays européens de diversifier leur approvisionnement, c'est largement ce que fait la France depuis toujours.