En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 7 heures 3 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 10 heures 21 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 11 heures 50 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 13 heures 4 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 13 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 15 heures 52 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 15 heures 54 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 15 heures 55 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 15 heures 56 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 9 heures 23 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 11 heures 39 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 12 heures 6 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 13 heures 17 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 14 heures 2 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 15 heures 7 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 15 heures 52 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 15 heures 55 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 15 heures 56 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 15 heures 58 min
© L. Calçada / EUROPEAN SOUTHERN OBSERVATORY / AFP
© L. Calçada / EUROPEAN SOUTHERN OBSERVATORY / AFP
nouvelle exoplanète k2-18B

Pourquoi la super-terre découverte par les astronomes est moins intéressante en soi que les méthodes qui ont permis de la repérer

Publié le 16 septembre 2019
Les astronomes l’ont découverte en allant dans les archives de Hubble et ont donc utilisé le data mining, une première dans le domaine de l’astronomie.
Olivier Sanguy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les astronomes l’ont découverte en allant dans les archives de Hubble et ont donc utilisé le data mining, une première dans le domaine de l’astronomie.

Atlantico : L’existence de l’exoplanete k2-18b vient d’être découverte. En quoi cette découverte est-elle significative ?

Olivier Sanguy : En fait, K2-18b a été découverte en 2015 par le télescope spatial Kepler de la NASA. La lettre K au début de K2-18b vient d’ailleurs de Kepler. Il faut bien comprendre qu’on ne dispose pas d’une image de cette exoplanète. Les visuels montrés sont des illustrations d’artiste. K2-18b, comme toutes les exoplanètres découvertes avec Kepler, a été détectée lorsqu’elle passait devant l’étoile autour de laquelle elle tourne, causant une baisse de luminosité de cette dernière. C’est ce qu’on appelle la méthode du transit.

Plus que la planète en elle-même  la manière dont les astronomes ont découvert son existence représenterait une avancée à part entière. Pourquoi? En quoi cette découverte diverge des précédentes ?


L’avancée n’est pas dans la découverte de l’exoplanète, mais plutôt dans celle de la présence de vapeur d’eau dans son atmosphère. Comment procède-t-on ? Avec le télescope spatial Hubble, la lumière de l’étoile filtrée par l’atmosphère de K2-18b a été analysée par spectroscopie. En gros on décompose la lumière en un arc-en-ciel et on détecte alors la signature des éléments présents dans l’atmosphère de l’exoplanète. Là encore, cette méthode n’est pas vraiment nouvelle puisqu’elle a été appliquée à d’autres exoplanètes. Ce qui est nouveau, est le fait que c’est la première exoplanète dont l’atmosphère comprend de la vapeur d’eau et qui en plus orbite dans la zone habitable de son étoile. Cette zone est la distance qui n’est ni trop loin et ni trop proche pour que l’eau liquide puisse exister à la surface si d’autres critères sont réunis comme l’existence d’une surface et une pression atmosphérique suffisante (critères que pour le moment on ne peut pas vérifier). Attention toutefois, il ne s’agit pas d’un monde comparable à la Terre. K2-18b est bien plus grosse, environ 8 fois : c’est donc soit une super-Terre, soit une mini-Neptune. De plus, son étoile est une naine rouge, différente de notre Soleil et elle émet beaucoup plus de radiations. Mais revenons à la nouveauté de la découverte. Tout d’abord, l’équipe du Center for Space Exochemistry Data à l’University College London au Royaume-Uni a travaillé sur des observations du télescope spatial Hubble réalisées en 2016 et 2017. En effet, les données des observations sont archivées et disponibles pour des équipes de recherche. Les scientifiques font alors du «data-mining», fouillant des données archivées. Ensuite, pour extraire la signature de la vapeur d’eau, l’équipe a appliqué un algorithme mathématique «open-source» (il faut comprendre que le signal est très faible et demande donc une analyse mathématique de pointe). On a donc une découverte qui fait appel à la fois à du data-mining (fouille de données) et de l’open-source collaboratif. C’est une tendance qui se développe et qui permet d’exploiter les archives de plusieurs observatoires pour en extraire des découvertes parfois inattendues. C’est une véritable valorisation des acquis observationnels. Bien évidemment, ça ne va pas dire qu’il faut cesser d’observer ou de construire de nouveaux instruments pour se contenter d’exploiter ce qu’on a déjà : cette logique ne fonctionne que si constamment de nouvelles observations avec de nouvelles technologies renforcent les données disponibles pour ce genre de travail.

Enfin, pourquoi les astronomes semblent-ils se concentrer sur la découverte d’exoplanètes ces dernières années ? A-t-on vraiment espoir de trouver de l’eau à l’état liquide ou une forme de vie sur l’une d’entre elles ?

La première exoplanète confirmée a été découverte en 1995 par les astronomes Michel Mayor et Didier Queloz de l’observatoire de Genève. Depuis, les techniques pour détecter ces mondes autour d’autres étoiles que la nôtre n’ont cessé de s’affiner. Au départ, on ne détectait que les exoplanètes les plus «faciles», c’est-à-dire les plus grosses et les plus proches de leur soleil. Désormais, on s’approche de la capacité à trouver des jumelles de la Terre, donc des mondes d’une taille comparable à la Terre qui suivent une orbite en zone habitable d’une étoile semblable au Soleil. La question est de déterminer si un monde comme le nôtre favorable à l’émergence du vivant est plutôt courant ou s’il s’agit au contraire d’une exception. Le débat n’est pas encore tranché, mais avec l’évolution des technologies et la mise en service prochaine d’une nouvelle génération de télescopes, au sol ou dans l’espace, on sera capable de déterminer avec plus de précision la composition de l’atmosphère des exoplanètes. Par exemple, si on trouve un jour un monde de taille similaire à la Terre situé en zone habitable d’une étoile et qu’on détecte dans son atmosphère de la vapeur d’eau, du méthane et d’autres gaz considérés comme des biomarqueurs, alors on aura une piste sérieuse pour la logique qui veut que les conditions favorables à l’émergence du vivant ne soient pas si rares que ça.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 17/09/2019 - 01:17
Des millions de mondes
Y a un problème. Le ciel est noir : c'est donc que les millions de mondes (qui existent, si ! si !) sont autour d'étoiles dont la lumière ne nous est pas encore parvenue. Alors j'vous dis pas la distance ! Jamais au grand jamais, nous ne nous rencontrerons ! Et le coût de revient du gramme de matière première pris à la Terre pour l'envoyer on ne sait où, je ne sais pas si l'équivalent extra-terrestre de toutes les richesses de la terre suffiraient à le payer ! Bon. Maintenant rapprochons-nous des planètes observables. Et si c'était nous les premiers à les rencontrer eux, les ET, chez eux ? On "rapatrierait" des matières premières ? Si SH y pense pour eux, c'est que nous y pensons, nous, pour nous ! Je reprends mon hamac, et mon sirop de banane...
evgueniesokolof
- 16/09/2019 - 14:44
A ttes fins utiles
Je recommande le film "Everything and nothing" diffusé sur Amazon mais que l'on peut trouver sur Dailymotion ( je dis bien AND car Or nothing c'est sur le Manchester United)
Dès le tout début, un scientifique annonce la couleur: il y a plus d'étoiles dans l'univers que de grains de sable sur toutes les plages de la terre (d'ailleurs on va envoyer Bendidon vérifier)
Et aussi pourquoi le ciel est noir la nuit alors que, vu le nombre d'étoiles il devrait être totalement lumineux: réponse: parce que , pour la plupart des étoiles, leur lumière n'est pas encore parvenue jusqu'à nous
evgueniesokolof
- 16/09/2019 - 14:38
Très intéressant mais
Le défunt Stefen Hawking, astrophysicien avait dit un jour qu'il avait abusé du Glenfidish : les hommes ne devraient pas se réjouir de l'arrivée d'extra terrestres car, s'ils venaient, ce serait pour piquer nos matières premières!!! (sic)
Je suis donc saisi d'effroi à l'idée que sur cette exoplanete, ait pu apparaître une créature , non pas sortie de la mer après une grande extinction des espèces mais importée par un malin génie ou le diable en personne et qui serait un croisement effroyable entre Yann Moix et Christine Angot , ou BHL et Isabelle Balkany....je plaisante, vous pensez? Eh ben non elle est la: c'est Bendidons!