En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

07.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 1 heure 51 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 5 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 7 heures 36 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 8 heures 37 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 9 heures 40 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 10 heures 31 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 11 heures 11 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 11 heures 13 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 11 heures 14 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 4 heures 18 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 6 heures 5 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 8 heures 17 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 8 heures 58 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 10 heures 25 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 10 heures 42 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 11 heures 11 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 11 heures 11 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 11 heures 15 min
© GABRIEL BOUYS / AFP
© GABRIEL BOUYS / AFP
Bonnes feuilles

Amour et intelligence artificielle : comment la formule algorithmique s'est substituée au coup de foudre

Publié le 14 septembre 2019
Gaspard Koenig publie "La fin de l'individu : Voyage d'un philosophe au pays de l'intelligence artificielle" aux éditions de l’Observatoire. Quel avenir pour l'individu et ses libertés à l'ère de l'intelligence artificielle ? L’auteur a entrepris un tour du monde. Au fil de ce périple émerge une véritable philosophie de l'intelligence artificielle (IA). Extrait 1/2.
Gaspard Koenig
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaspard Koenig a fondé en 2013 le think-tank libéral GenerationLibre. Il enseigne la philosophie à Sciences Po Paris. Il a travaillé précédemment au cabinet de Christine Lagarde à Bercy, et à la BERD à Londres. Il est l’auteur de romans et d’essais, et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaspard Koenig publie "La fin de l'individu : Voyage d'un philosophe au pays de l'intelligence artificielle" aux éditions de l’Observatoire. Quel avenir pour l'individu et ses libertés à l'ère de l'intelligence artificielle ? L’auteur a entrepris un tour du monde. Au fil de ce périple émerge une véritable philosophie de l'intelligence artificielle (IA). Extrait 1/2.

Que reste-t-il alors à l’humain 1.0 ? S’il y a bien un domaine encore sacré, que des siècles de littérature ont isolé de l’impératif de l’optimisation, c’est l’amour. Sûrement, l’IA n’osera pas y pénétrer ? Amour courtois, amour romantique, amour bestial, amour impossible : on ne nous enlèvera pas le jeu du hasard et de l’amour, de la séduction et de la déception ? Même une informaticienne aguerrie comme Aurélie Jean, à qui je confiai mes impressions de retour à Paris, refuse d’y croire : les algorithmes doivent se tenir à distance de notre cœur, dernier refuge de la magie des caractères, de l’alchimie des liaisons. 

C’est ce que je m’empressai sans pitié de vérifier. D’abord en me rendant chez Meetic, l’un des sites de rencontres les plus populaires en Europe. Ironiquement, son siège se trouve à deux pas de l’opéra Garnier, où l’on continue à jouer tous les soirs des ballets mettant en scène des amoureux transis. Pas de Giselle chez Meetic, mais une Lara, le premier chatbot de dating… La mission de l’IA dans ce contexte, c’est de trouver le juste milieu entre les critères explicites et les préférences réelles. Si Meetic se contentait de prendre en compte les goûts déclarés de ses utilisateurs, l’entreprise mettrait vite la clé sous la porte : les hommes, désespérément prévisibles, recherchent presque toujours des femmes de 23 ans, et l’on se doute que l’offre ne pourrait satisfaire la demande… Tout le travail des algorithmes est de déceler « ce qui peut marcher » en dépit de ce dont on rêve ; autrement dit, de cerner les envies profondes sous le vernis des désirs pulsionnels. C’est la condition pour le succès commercial de Meetic, mesuré par le nombre d’interactions de qualité. Lara a pour tâche de définir la personnalité de l’utilisateur dans toute sa complexité, pour lui proposer des profils dont il n’aurait jamais eu l’idée par lui-même. Elle lui en montre toujours un échantillon : « le client veut avoir l’illusion du choix ». Ultime ruse du nudge. Mais au fond, la machine sait déjà… 

Résultat ? 500 000 couples par an pour Meetic. Et plus largement, un tiers des couples qui se forment désormais en ligne, les sites de rencontres prenant le relais de la famille, des amis ou du boulot. Il est parfaitement exact d’affirmer, comme ne manquent pas de le faire mes interlocuteurs, que les choix amoureux ont toujours été fortement prédéterminés, et que les plateformes comme Meetic ouvrent les possibles ; en Inde par exemple, elles permettent de passer outre le système des castes et d’affranchir les couples des barrières sociales. Il n’en reste pas moins que l’IA a fait tomber les masques. Le jeu de l’amour se dispense désormais de celui du hasard. On s’assemble parce que les données le veulent bien. La formule algorithmique s’est substituée au coup de foudre. Les affinités électives sont devenues quantifiables. Parce que c’était lui ; parce que c’était moi ; et parce que les data matchaient. 

Comme toujours, il faut se rendre en Chine pour trouver cette logique poussée à l’extrême. Un dimanche, dans un hôtel anonyme de Pékin, je rencontrai Fan, le cofondateur de Baihe. C’est l’un des principaux sites de rencontres dans un pays où plus de la moitié des célibataires y sont inscrits ; il compte trente millions d’utilisateurs annuels, un chiffre en croissance constante. Fan est à juste titre fier de ce succès. Sans surprise, le deep learning lui a permis, il y a deux ans, d’améliorer considérablement la qualité de ses algorithmes.

Comme pour Meetic, ceux-ci travaillent à satisfaire des préférences inconscientes, comme ce riche homme d’affaires qui sans le savoir était attiré par les sosies de son amoureuse à l’école. Généralement, l’IA ne peut expliquer ses décisions. L’essentiel est qu’elles marchent, en produisant toujours plus de couples toujours plus durables. Y a-t-il des exceptions ? Des âmes fortes qui défient la statistique ? Même réponse que celle de Ramsey à Venice Beach : non. Là où les Français de Meetic continuent de présenter la rencontre physique comme un moment d’intersubjectivité énigmatique et imprévisible, les Chinois de Baihe ne prennent plus cette précaution : il n’y a pas de mystère. Je me cabre : et moi ? et ma femme ? Elle n’a ni le même âge, ni la même nationalité, ni le même métier, ni les mêmes goûts que moi. Aurais-je pu la rencontrer ailleurs qu’au hasard d’une discothèque, par une nuit d’automne newyorkaise ? « Question de technologie ». Suffisamment instruit par mon comportement, mes habitudes, voire mon absence d’habitudes, un algorithme puissamment entraîné aurait dû savoir mieux que moi-même ce qui m’attirait véritablement : une femme plus mûre, sortie d’un pays communiste pour faire une belle carrière capitaliste, aussi accro à Sex and the City que moi à La Recherche du temps perdu. L’IA aurait pu me dispenser de quelques douloureuses déconvenues avec des compatriotes portées au vague à l’âme. « Hang the DJ », un épisode de la série dystopique Black Mirror, met ainsi en scène un système d’IA qui établirait des couples parfaits sur la base de simulations informatiques : nos avatars numériques expérimenteraient à notre place une infinité d’aventures amoureuses afin d’identifier le partenaire idéal. Même plus besoin de souffrir !

Comment améliorer le service de Baihe ? En collectant davantage de données. La plateforme s’est déjà fait connaître pour encourager le partage d’informations très cyniquement objectives telles que la situation financière ou le niveau de diplôme. Le rêve de Fan serait de pouvoir y associer les data d’e-commerce ou de santé. Il se félicite qu’aujourd’hui tous les comportements soient enregistrés et analysés. Car pour l’IA, il n’y a pas de donnée inutile, aussi éloignée semble-t-elle de la recherche originelle. Si par hypothèse Baihe pouvait accéder à l’ensemble des informations sur une existence individuelle, tous secteurs confondus, la recommandation atteindrait une précision maximale. On trouverait l’âme sœur du premier coup. Mais alors, il n’y aurait plus dans le pays qu’une immense entreprise, capable de nous donner accès à l’amour mais aussi au crédit, au logement ou à l’éducation… « Et cette entreprise, ce serait le gouvernement », conclut Fan. J’aurai l’occasion de revenir sur cette charmante perspective. 

« Dans l’avenir, les gens seront transparents », promet également Fan. Les algorithmes de Baihe corrigent la tendance naturelle à la vantardise et à la dissimulation. Bientôt, on comprendra que plus rien ne sert de faire semblant si l’on veut bénéficier des avantages de l’optimisation. « Ainsi, me dit Fan en désignant d’un geste de la main le hall de l’hôtel, si une fille passe par là et que vous vous plaisez mutuellement, tu en seras directement averti par ton appli. » Plus besoin de prétextes, de séduction, bref de tous ces mensonges. Pratique ! 

Cupidon n’échappe pas au deep learning. Dans la typologie la plus instable, celle des affects, l’IA enregistre des succès grandissants. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le livre Dataclysm, qui décrit dans les moindres détails la manière dont les algorithmes parviennent à nous connaître mieux que nous-mêmes, a été rédigé par le fondateur de l’un des sites de rencontres les plus fréquentés… 

J’ignore si un jour l’ensemble de nos choix seront délégués à l’IA. Il existe des limites physiques, matérielles, au traitement des données : Frédéric Prost, mathématicien et informaticien de renom à l’université de Grenoble, m’a ainsi expliqué que, si l’on voulait faire défiler tous les nombres correspondant à 130 bits (soit de 0 à 2 puissance 130), cela nécessiterait davantage d’énergie qu’il n’en existe dans l’univers visible. L’idée de reproduire intégralement notre environnement sous forme de 1 et de 0 est donc ridiculement trop énergivore. Les feux de dix soleils ne suffiraient pas à me trouver le partenaire parfait parmi sept milliards d’êtres humains. 

Il n’en reste pas moins que la logique profonde de l’IA, telle que théorisée par Kahneman & Co. et appliquée industriellement aujourd’hui, est de passer outre le libre arbitre, navrante illusion d’Occidentaux déboussolés.

Extrait du livre de Gaspard Koenig, "La fin de l’individu : voyage d’un philosophe au pays de l’intelligence artificielle", publié aux éditions de l’Observatoire. 

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Guy-André Pelouze
- 14/09/2019 - 23:00
J'ai lu jusqu'à Kahneman
Quelle surprise. Koenig n'a pas compris Daniel Kahneman. Ni &Co d'ailleurs. Désolé pour lui mais l'heuristique kahnemanienne n'est pas "de passer outre le libre arbitre, navrante illusion d’Occidentaux déboussolés.". C'est typique de ceux qui veulent aller vite et se suffisent de mots alignés. Il a du mélanger avec le livre de Harari.
evgueniesokolof
- 14/09/2019 - 18:47
Putain....
Imaginez! vous vous inscrivez sur ce truc et paf! vous vous retrouvez avec Christine Angot ! l'HORREUR !
Et il y a pire pour les meufs! pacsée avec Bendidons!
hoche38
- 14/09/2019 - 17:28
Pourquoi faire simple quand on peut tout compliquer?
Pour environ six milliards d'humains, les marieuses professionnelles font la même chose tout aussi bien et depuis la nuit des temps. Ce sont des intelligences naturelles et elles ne font pas chauffer les serveurs.