En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoient une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

03.

Monsieur le grand rabbin vous avez encore quelques petites choses à apprendre sur le Coran…

04.

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

05.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

06.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

07.

Vous avez la parole : quand Xavier Bertrand propose un retour à Raffarin

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoient une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

03.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

06.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Justice
Accusations
Jean-Luc Mélenchon dénonce les pratiques de Quotidien devant le tribunal
il y a 2 heures 47 min
light > Culture
Bonheur des fans
Un nouvel album posthume de Johnny Hallyday va sortir le 25 octobre
il y a 3 heures 31 min
pépites > International
Idéologie
Chine : les journalistes des médias d'Etat vont être soumis à un test de fidélité envers le président Xi Jinping
il y a 4 heures 38 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
L'avenir de la Syrie au cœur de la réunion tripartite entre l'Iran, la Turquie et la Russie
il y a 6 heures 16 min
décryptage > Santé
Santé

Vers de nouveaux médicaments capables d’atténuer les douleurs liées au vieillissement

il y a 6 heures 50 min
pépites > Politique
"Macron's Moment"
Emmanuel Macron dresse le bilan de son mandat et de la crise des Gilets jaunes dans le magazine Time
il y a 8 heures 14 min
décryptage > Politique
Réformes

Cet obstacle qui bloquera toute véritable simplification administrative aussi longtemps qu’il ne sera pas levé

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Environnement
Mobilisation

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Politique
Grand oral

Vous avez la parole : quand Xavier Bertrand propose un retour à Raffarin

il y a 11 heures 34 min
décryptage > Environnement
Solutions

Pourquoi la taxe carbone ferait plus de mal que de bien

il y a 11 heures 53 min
light > Culture
Principe de précaution
Les Journées du patrimoine menacées par la mobilisation des Gilets jaunes
il y a 3 heures 13 min
pépites > France
Sécurité
Manifestation des Gilets jaunes : dispositif sécuritaire renforcé à Paris ce samedi 21 septembre
il y a 3 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois, "Les Dictateurs" de Jacques Bainville

il y a 5 heures 56 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les aiguilles se décentrent et quand les couleurs se concentrent : c’est l’actualité des montres quand vient l’automne
il y a 6 heures 31 min
pépites > Justice
LFI
Trois mois de prison avec sursis requis contre Jean-Luc Mélenchon
il y a 7 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
Calendrier
Xavier Bertrand "pense" à la présidentielle de 2022
il y a 8 heures 54 min
décryptage > France
Un vrai café
Financement

SOS, le groupe associatif capable de rassembler 200 millions d’euros pour sauver les cafés de nos campagnes (oui, mais les sauver de quoi au juste...?)

il y a 10 heures 42 min
décryptage > Religion
Dieu reconnaîtra les siens

Monsieur le grand rabbin vous avez encore quelques petites choses à apprendre sur le Coran…

il y a 11 heures 21 min
décryptage > Politique
Droite sociale et régalienne

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

il y a 11 heures 50 min
décryptage > France
Prévisions

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoient une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

il y a 12 heures 9 min
© Reuters
© Reuters
Racisme

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

Publié le 11 septembre 2019
A chaque polémique concernant le racisme, les militants décoloniaux reviennent à la charge et tentent par divers moyens d’expliquer que le racisme anti blancs n’existe pas. Or, ce qu’ils présentent comme des arguments prouvant l’inexistence du racisme anti blancs est en fait l’une des expressions de ce racisme.
Diplômé d'école de commerce, Nicolas Moreau a exercé en tant qu'auditeur pendant une décennie, auprès de nombreux acteurs publics, associatifs et privés.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Moreau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé d'école de commerce, Nicolas Moreau a exercé en tant qu'auditeur pendant une décennie, auprès de nombreux acteurs publics, associatifs et privés.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A chaque polémique concernant le racisme, les militants décoloniaux reviennent à la charge et tentent par divers moyens d’expliquer que le racisme anti blancs n’existe pas. Or, ce qu’ils présentent comme des arguments prouvant l’inexistence du racisme anti blancs est en fait l’une des expressions de ce racisme.

La vision décoloniale du racisme

La récente sortie de Lilian Thuram («Les blancs pensent être supérieurs et ils croient l'être ») a relancé la polémique autour du racisme anti blancs. Comme toujours, tandis que certains universalistes s’acharnent à expliquer que tous les racismes se valent en horreur, d’autres s’échinent à prouver que le racisme anti blancs n’existe tout simplement pas.

Ces autres, ce sont les militants décoloniaux, dont les plus connus sont Rokhaya Diallo ou Houria Bouteldja. Selon leur idéologie, la colonisation ou l’esclavage passés produisent encore aujourd’hui des effets négatifs sur les descendants des peuples opprimés, qu’ils nomment les « racisés » (par opposition aux blancs). Suivant cette logique, ils définissent le racisme comme un système de domination qui s’inscrit dans l’Histoire, et qui inflige des conséquences concrètes aux racisés qui le subissent aujourd’hui (discriminations au logement ou à l’emploi, contrôles aux faciès, etc.). Cette vision d’un racisme comme système de domination est nommé « racisme systémique », ou encore « racisme d’Etat ».

Selon cette définition, les blancs ne peuvent pas subir ce type d’oppression systémique aujourd’hui, car ils n’ont historiquement pas été opprimés et colonisés. Au contraire, ils ont historiquement été oppresseurs et colons, en conséquence de quoi le système de domination mis en place au temps de la colonisation et de l’esclavage ne peut pas leur être défavorable aujourd’hui. 

Les décoloniaux considèrent ainsi que les blancs ne subissent pas de système d’oppression hérité de l’Histoire et que par conséquent le racisme anti blancs ne peut pas exister. Ils illustrent cette inexistence par une absence de discrimination des blancs sur les marchés du logement et de l’emploi, ou face à la police.

La démonstration parait solide et séduisante, puisqu’elle prétend expliquer l’origine des discriminations subies par les racisés de nos jours. Mais en vérité, elle fait l’impasse sur de nombreux faits, et elle porte en elle un profond racisme anti blancs.

Des faits ignorés

Sont occultés par exemple les quatorze siècles de traite négrière arabo-musulmane, et la mortalité très élevée lors des opérations de castration des esclaves. (Ce que Tidiane N’Diaye nomme le « génocide voilé »). Occultés également les neuf siècles de traite négrière intra-africaine. Ces oppressions, pourtant systémiques, n’intéressent visiblement pas les décoloniaux. Selon quelle logique la traite négrière occidentale engendrerait-elle un système de domination aujourd’hui, alors que les traites négrières intra-africaine et arabo-musulmane n’en engendreraient pas ? Et que se passe-t-il dans le cas d’oppressions entre racisés ?

Est également occultée la colonisation en Indochine, dont les ressorts sont supposés être les mêmes pour les peuples opprimés, mais dont les conséquences en termes de discrimination semblent bien différentes. Selon quelle logique les mêmes causes donnent des conséquences différentes ?

On le voit, l’approche prétendument historique des décoloniaux prend du plomb dans l’aile lorsqu’on réfléchit à l’ensemble des faits historiques qui sont volontairement passés sous silence au motif qu’ils ne collent pas à leur théorie.

L’approche légale et l’appellation « racisme d’Etat » vacillent également, lorsque qu’on rappelle qu’aucune disposition constitutionnelle, aucune loi, aucun décret, aucun règlement, ne permet une quelconque discrimination négative envers les racisés. La réalité est d’ailleurs plus proche de l’inverse, avec des dispositions particulières de discrimination positives indirectement mises en place à leur endroit, au niveau des concours d’entrée à Science Po par exemple.

Une définition raciste du racisme

L’escroquerie intellectuelle de ces militants va plus loin encore, en ignorant la définition même du racisme, telle qu’elle fait consensus, et en la réinventant de toutes pièces pour qu’elle colle aux fins décoloniales. 

Ainsi, le racisme n’est plus défini par les décoloniaux comme la croyance infondée en l'existence de races humaines et la hiérarchisation de celles-ci, mais comme un système d’oppression résultant d’une Histoire, qui porte des conséquences négatives sur les racisés d’aujourd’hui.

Cette redéfinition du racisme est opérée de manière à en exclure spécifiquement les blancs, en se plaçant dans le contexte exclusif de l'Occident, et en occultant les faits historiques qui ne vont pas dans le sens de cette vision.

Sous cette définition, les blancs sont définitivement exclus du droit d’être victimes, et sont enfermés dans le rôle de l’éternel et unique bourreau des peuples racisés. Cette définition est créée sur mesure pour amalgamer l’ensemble des blancs et les enfermer dans le rôle scélérat de l’éternel tortionnaire. Elle est par conséquent raciste.

C’est ainsi qu’en voulant prouver que le racisme anti blancs n’existe pas, les décoloniaux en prouvent au contraire l’existence.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoient une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

03.

Monsieur le grand rabbin vous avez encore quelques petites choses à apprendre sur le Coran…

04.

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

05.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

06.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

07.

Vous avez la parole : quand Xavier Bertrand propose un retour à Raffarin

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoient une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

03.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

06.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vu de très loin
- 12/09/2019 - 11:38
Prononcer les mots "les blancs" est déjà raciste
Qui sont les "blancs" ?
Qui sont les "racisés" ?
Dans un monde de métissage, ils vont avoir du mal à séparer les groupes. Où mettent-ils les métis ?
Mais d'autres facteurs entraînent les discriminations, qui n'ont rien à voir avec la couleur de peau ou les racines ethniques : le niveau de diplôme, le patrimoine, la maladie... et j'en passe. Pourquoi ne focaliser le discours que sur les caractéristiques physiques ?
Certains cumulent plusieurs de ces handicaps tandis que d'autres "non blancs" ne me semblent pas à plaindre.
Ayant beaucoup voyagé, je peux témoigner que le racisme est partout, il n'est pas l'apanage d'un seul groupe : c'est mon expérience...
D'un autre côté, j'ai vécu des amitiés formidables qui dépassaient tout ce fatras de considérations "ethniques", et je m'en félicite.
hoche38
- 12/09/2019 - 08:58
Est-ce si compliqué?
Ce racisme anti-blancs n'est-il pas simplement l'expression d'une sorte de complexe d'infériorité mal refoulé face à la civilisation occidentale?
Escifer
- 12/09/2019 - 01:24
le pire
est sans doute que ce racisme anti-blanc, comme l'ensemble de la construction intellectuelle délirante, au sens fort du terme, qui promeut le discours victimaire imposant la figue du "racisé", sont de nature à faire le plus grand tort aux communautés au nom desquelles ces inepties sont universitairement et médiatiquement répandues. Si les "intellectuels" qui produisent ou répètent ces discours visent des postes, de la discrimination positive, ou la jouissance de voir le monde "officiel"trembloter devant eux, la vérité est qu'ils fournissent en revanche à qui les écoute et veut bien les croire au sein des "communautés" un permis de haine, de délinquance, d'abrutissement, bref de tout ce qui peut s'opposer au progrès et à l'ascension sociale. Les "racisés" sont devant tout, pas derrière, ensemble navrant de ceux que ces discours empoisonnés de ressentiment incontrôlé va faire glisser vers le bas. Il ne suffisait pas de la catégorie d'imbéciles au destin perdu fabriquée par le ressentiment islamiste, il faut qu'un autre volet du grand panoptique de la haine, où il ne manque plus qu'un réveil du suprématisme blanc, vienne faire de notre vie sociale le tableau d'un enfer dérisoire.