En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 3 heures 58 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 5 heures 32 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 6 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 8 heures 18 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 8 heures 41 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 10 heures 2 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 10 heures 41 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 10 heures 57 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 11 heures 14 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 11 heures 33 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 4 heures 54 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 6 heures 16 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 6 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 8 heures 22 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 8 heures 57 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 10 heures 48 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 11 heures 3 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 11 heures 20 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 11 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Racisme

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

Publié le 11 septembre 2019
A chaque polémique concernant le racisme, les militants décoloniaux reviennent à la charge et tentent par divers moyens d’expliquer que le racisme anti blancs n’existe pas. Or, ce qu’ils présentent comme des arguments prouvant l’inexistence du racisme anti blancs est en fait l’une des expressions de ce racisme.
Diplômé d'école de commerce, Nicolas Moreau a exercé en tant qu'auditeur pendant une décennie, auprès de nombreux acteurs publics, associatifs et privés.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Moreau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé d'école de commerce, Nicolas Moreau a exercé en tant qu'auditeur pendant une décennie, auprès de nombreux acteurs publics, associatifs et privés.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A chaque polémique concernant le racisme, les militants décoloniaux reviennent à la charge et tentent par divers moyens d’expliquer que le racisme anti blancs n’existe pas. Or, ce qu’ils présentent comme des arguments prouvant l’inexistence du racisme anti blancs est en fait l’une des expressions de ce racisme.

La vision décoloniale du racisme

La récente sortie de Lilian Thuram («Les blancs pensent être supérieurs et ils croient l'être ») a relancé la polémique autour du racisme anti blancs. Comme toujours, tandis que certains universalistes s’acharnent à expliquer que tous les racismes se valent en horreur, d’autres s’échinent à prouver que le racisme anti blancs n’existe tout simplement pas.

Ces autres, ce sont les militants décoloniaux, dont les plus connus sont Rokhaya Diallo ou Houria Bouteldja. Selon leur idéologie, la colonisation ou l’esclavage passés produisent encore aujourd’hui des effets négatifs sur les descendants des peuples opprimés, qu’ils nomment les « racisés » (par opposition aux blancs). Suivant cette logique, ils définissent le racisme comme un système de domination qui s’inscrit dans l’Histoire, et qui inflige des conséquences concrètes aux racisés qui le subissent aujourd’hui (discriminations au logement ou à l’emploi, contrôles aux faciès, etc.). Cette vision d’un racisme comme système de domination est nommé « racisme systémique », ou encore « racisme d’Etat ».

Selon cette définition, les blancs ne peuvent pas subir ce type d’oppression systémique aujourd’hui, car ils n’ont historiquement pas été opprimés et colonisés. Au contraire, ils ont historiquement été oppresseurs et colons, en conséquence de quoi le système de domination mis en place au temps de la colonisation et de l’esclavage ne peut pas leur être défavorable aujourd’hui. 

Les décoloniaux considèrent ainsi que les blancs ne subissent pas de système d’oppression hérité de l’Histoire et que par conséquent le racisme anti blancs ne peut pas exister. Ils illustrent cette inexistence par une absence de discrimination des blancs sur les marchés du logement et de l’emploi, ou face à la police.

La démonstration parait solide et séduisante, puisqu’elle prétend expliquer l’origine des discriminations subies par les racisés de nos jours. Mais en vérité, elle fait l’impasse sur de nombreux faits, et elle porte en elle un profond racisme anti blancs.

Des faits ignorés

Sont occultés par exemple les quatorze siècles de traite négrière arabo-musulmane, et la mortalité très élevée lors des opérations de castration des esclaves. (Ce que Tidiane N’Diaye nomme le « génocide voilé »). Occultés également les neuf siècles de traite négrière intra-africaine. Ces oppressions, pourtant systémiques, n’intéressent visiblement pas les décoloniaux. Selon quelle logique la traite négrière occidentale engendrerait-elle un système de domination aujourd’hui, alors que les traites négrières intra-africaine et arabo-musulmane n’en engendreraient pas ? Et que se passe-t-il dans le cas d’oppressions entre racisés ?

Est également occultée la colonisation en Indochine, dont les ressorts sont supposés être les mêmes pour les peuples opprimés, mais dont les conséquences en termes de discrimination semblent bien différentes. Selon quelle logique les mêmes causes donnent des conséquences différentes ?

On le voit, l’approche prétendument historique des décoloniaux prend du plomb dans l’aile lorsqu’on réfléchit à l’ensemble des faits historiques qui sont volontairement passés sous silence au motif qu’ils ne collent pas à leur théorie.

L’approche légale et l’appellation « racisme d’Etat » vacillent également, lorsque qu’on rappelle qu’aucune disposition constitutionnelle, aucune loi, aucun décret, aucun règlement, ne permet une quelconque discrimination négative envers les racisés. La réalité est d’ailleurs plus proche de l’inverse, avec des dispositions particulières de discrimination positives indirectement mises en place à leur endroit, au niveau des concours d’entrée à Science Po par exemple.

Une définition raciste du racisme

L’escroquerie intellectuelle de ces militants va plus loin encore, en ignorant la définition même du racisme, telle qu’elle fait consensus, et en la réinventant de toutes pièces pour qu’elle colle aux fins décoloniales. 

Ainsi, le racisme n’est plus défini par les décoloniaux comme la croyance infondée en l'existence de races humaines et la hiérarchisation de celles-ci, mais comme un système d’oppression résultant d’une Histoire, qui porte des conséquences négatives sur les racisés d’aujourd’hui.

Cette redéfinition du racisme est opérée de manière à en exclure spécifiquement les blancs, en se plaçant dans le contexte exclusif de l'Occident, et en occultant les faits historiques qui ne vont pas dans le sens de cette vision.

Sous cette définition, les blancs sont définitivement exclus du droit d’être victimes, et sont enfermés dans le rôle de l’éternel et unique bourreau des peuples racisés. Cette définition est créée sur mesure pour amalgamer l’ensemble des blancs et les enfermer dans le rôle scélérat de l’éternel tortionnaire. Elle est par conséquent raciste.

C’est ainsi qu’en voulant prouver que le racisme anti blancs n’existe pas, les décoloniaux en prouvent au contraire l’existence.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vu de très loin
- 12/09/2019 - 11:38
Prononcer les mots "les blancs" est déjà raciste
Qui sont les "blancs" ?
Qui sont les "racisés" ?
Dans un monde de métissage, ils vont avoir du mal à séparer les groupes. Où mettent-ils les métis ?
Mais d'autres facteurs entraînent les discriminations, qui n'ont rien à voir avec la couleur de peau ou les racines ethniques : le niveau de diplôme, le patrimoine, la maladie... et j'en passe. Pourquoi ne focaliser le discours que sur les caractéristiques physiques ?
Certains cumulent plusieurs de ces handicaps tandis que d'autres "non blancs" ne me semblent pas à plaindre.
Ayant beaucoup voyagé, je peux témoigner que le racisme est partout, il n'est pas l'apanage d'un seul groupe : c'est mon expérience...
D'un autre côté, j'ai vécu des amitiés formidables qui dépassaient tout ce fatras de considérations "ethniques", et je m'en félicite.
hoche38
- 12/09/2019 - 08:58
Est-ce si compliqué?
Ce racisme anti-blancs n'est-il pas simplement l'expression d'une sorte de complexe d'infériorité mal refoulé face à la civilisation occidentale?
Escifer
- 12/09/2019 - 01:24
le pire
est sans doute que ce racisme anti-blanc, comme l'ensemble de la construction intellectuelle délirante, au sens fort du terme, qui promeut le discours victimaire imposant la figue du "racisé", sont de nature à faire le plus grand tort aux communautés au nom desquelles ces inepties sont universitairement et médiatiquement répandues. Si les "intellectuels" qui produisent ou répètent ces discours visent des postes, de la discrimination positive, ou la jouissance de voir le monde "officiel"trembloter devant eux, la vérité est qu'ils fournissent en revanche à qui les écoute et veut bien les croire au sein des "communautés" un permis de haine, de délinquance, d'abrutissement, bref de tout ce qui peut s'opposer au progrès et à l'ascension sociale. Les "racisés" sont devant tout, pas derrière, ensemble navrant de ceux que ces discours empoisonnés de ressentiment incontrôlé va faire glisser vers le bas. Il ne suffisait pas de la catégorie d'imbéciles au destin perdu fabriquée par le ressentiment islamiste, il faut qu'un autre volet du grand panoptique de la haine, où il ne manque plus qu'un réveil du suprématisme blanc, vienne faire de notre vie sociale le tableau d'un enfer dérisoire.