En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

05.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

06.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

07.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

01.

Libye : la décision d'ouvrir le feu

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 1 min 59 sec
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 46 min 16 sec
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 1 heure 24 min
décryptage > Politique
Haute fonction publique

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

il y a 2 heures 2 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 15 heures 42 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 16 heures 49 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 17 heures 28 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 21 heures 2 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 21 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 21 heures 37 min
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 20 min 55 sec
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 1 heure 46 min
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 15 heures 9 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 16 heures 30 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 17 heures 9 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 18 heures 11 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 21 heures 32 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 21 heures 35 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 21 heures 52 min
11 septembre, 18 ans après

Terrorisme : l’intensité de la menace perçue par les Français recule nettement

Publié le 11 septembre 2019
Un sondage exclusif Ifop pour Atlantico réalisé après les attaques aux couteaux de ces derniers jours.
Ifop
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Ifop est un institut de sondages d'opinion et d'études marketing.
Voir la bio
François Kraus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Kraus est Directeur des études politiques au département Opinion de l'Ifop.   
Voir la bio
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un sondage exclusif Ifop pour Atlantico réalisé après les attaques aux couteaux de ces derniers jours.

Atlantico : Les attentats du 11 septembre 2001 ont dix-huit ans aujourd’hui. A cette occasion, l’IFOP a réalisé une étude pour Atlantico sur la perception du niveau de menace terroriste en France. Quelles sont les grandes évolutions dans la perception de cette menace depuis 2001 ?

François Kraus : On voit bien que par rapport à 2001, année où on a commencé à mettre en place ces baromètres, la perception de la menace terroriste reste très élevée. Cependant, depuis novembre 2017, on a un tassement du sentiment d’une menace terroriste élevée en France. Cela rejoint l’oubli progressif de ce dramatique anniversaire, et cela vient aussi probablement d’un traitement médiatique moins important de ces dates. L’anniversaire du 13 novembre 2015 est de moins en moins exposé médiatiquement, de la même manière, de même que l’attentat contre Charlie Hebdo, qui est moins consensuel dans l’opinion. L’absence de traitement médiatique fort autour de ces anniversaires conduit naturellement à réduire le sentiment de menace terroriste. Ce qu’il faut regarder en premier lieu dans ce sondage, c’est l’élément « sentiment d’une menace très élevée » dont le niveau est aujourd’hui de 18% des sondés. C’est trois fois inférieur à ce qu’on pouvait observer il y a deux ans.

C’est à partir du moment où le terrorisme de masse a touché la France, c’est-à-dire à partir de janvier 2015 que le sentiment d’une menace très élevée a vraiment surgi. Auparavant, la menace était ressentie, notamment depuis 2012 avec l’affaire Merah, mais elle n’avait pas atteint ce stade de 2015. En une semaine en janvier 2015, le sentiment d’une menace très élevée est passé de 18% des sondés à 49% des sondés. Après cette période, on était dans des seuils très élevés jusqu’à novembre 2017 où il y a eu décroissance.

Alain Rodier : La date clé, elle est très simple, c’est 2015, avec les attentats en France. Jusqu’à 2015, personne n’avait vraiment conscience de cette menace terroriste djihadiste d’origine salafiste. Le premier attentat contre Charlie Hebdo, c’était Al-Qaida qui l’avait programmé, et les deuxièmes, ceux de novembre, venaient de Daech. Il est évident qu’à ce moment-là, les Français se sont sentis menacés, parce que, quand des actions violentes se passent outre-mer, ils ne se sentent pas directement visés. Tous les autres attentats n’ont fait que développer cette crainte de l’attentat terroriste en France, jusqu’il y a peu.

Le 11 septembre est en partie oublié par rapport à ces dates de 2015. La nature de la mémoire humaine fait qu’on a tendance à oublier. Les nouvelles générations ont oublié ce qui s’est passé à ce moment-là. Elles le savent historiquement, mais l’évènement est entré dans l’Histoire sans qu’il renvoie à une réalité dramatique. La date qui a remplacé le 11 septembre dans la mémoire collective, ce sont les dates de 2015.

Dans quelle mesure la perception de la menace a-t-elle changé avec l'évolution de la nature de la menace ?

Alain Rodier : En janvier et en novembre 2015, les commandos avaient été préparés à l’extérieur. C’était une menace commanditée, préparée par des acteurs extérieurs. Ensuite on a eu une série d’attentats qui ont été le fait de gens qui n’avaient jamais été à l’étranger mener le djihad. Les derniers attentats ont été commis par des gens qui ont répondu à des appels au meurtre sur les réseaux sociaux et qui passent à l’action en faisant allégeance à Daech d’une manière ou d’une autre, mais de façon à ce que Daech puisse ensuite revendiquer l’action, bien qu’en termes de logistique et de préparation, l’organisation ne soit par intervenue directement. C’est l’attentat de Nice, les attaques au couteau. Il est évident qu’il y a eu, suivant les attentats de 2015, il y a eu une montée des inquiétudes beaucoup plus importantes au sein de la population française, parce que les méthodes étaient celles de commandos extrêmement préparés, et que les images de guerre en plein Paris tournaient sur les chaînes de télévision.

François Kraus : C’est à partir du moment où le terrorisme de masse a touché la France, c’est-à-dire à partir de janvier 2015 que le sentiment d’une menace très élevée a vraiment surgi. Auparavant, la menace était ressentie, notamment depuis 2012 avec l’affaire Merah, mais elle n’avait pas atteint ce stade de 2015. En une semaine en janvier 2015, le sentiment d’une menace très élevée est passé de 18% des sondés à 49% des sondés. Après cette période, on était dans des seuils très élevés jusqu’à novembre 2017 où il y a eu décroissance.

Comment expliquer que la perception d’une menace élevée soit de moins en moins importante ?

François Kraus : Depuis les attentats de Nice, la nature de la menace a changé. C’est l’amateurisme qui semble réunir toutes les attaques terroristes qui ont lieu à partir de ce moment-là. Les attaques au couteau, à Paris ou à Villeurbanne, les attentats ratés, donnent le sentiment que la menace de masse, que le terrorisme armé et organisé est de moins en moins présent. Depuis l’attentat de juillet 2016, on est sur une baisse lente mais qui semble constante de ce sentiment de la menace.

Alain Rodier : Il y a deux grandes organisations qui organisent le terrorisme islamiste : Al-Qaida et Daech de l’autre. Ces deux organisations ont d’autres soucis à l’heure actuelle que déclencher des opérations commanditées en Europe et en Occident. Al-Qaida s’en était rendu compte avant, Daech un peu après : quand un attentat est déclenché en Occident, il y a forcément une réaction. En fin de compte, à terme, le bénéfice est discutable. Si cela marque les opinions publiques sur le coup, cela ne renverse par les gouvernements, cela ne provoque pas de révoltes intérieures, mais cela provoque ces pays qui réagissent et qui essaient de neutraliser la menace à la base. Donc, sans crier victoire (bien au contraire, parce qu’Al-Qaida et Daech sont encore extrêmement actifs), il n’est pas de leur intérêt de déclencher une opération d’envergure en Occident. Cela explique qu’on soit dans une période de danger intérieur : cela n’exclue pas d’une initiative individuelle. Il ne s’agit pas de loups solitaires, parce que les nouveaux terroristes appartiennent à un environnement qui les prépare à l’acte terroriste. Nous risquons toujours d’avoir des actions de groupuscules isolés qui agissent à leur initiative en suivant les ordres passés sur internet. C’est ce qui explique que la menace soit perçue de manière totalement différente.

Est-ce que ce phénomène a des conséquences politiques ? Lesquelles ?

François Kraus : Dans l’opinion, ce genre de sentiment de menace est souvent en faveur du parti de l’ordre et favorise donc la droite, républicaine ou non. La droite peut donc profiter de ce genre de sentiments de menace élevée dans la mesure où c’est elle qui met en avant des dispositifs judiciaires, législatifs et policiers qui luttent contre le terrorisme. A l’inverse, les soutiens de la gauche, au nom de la défense des droits de l’homme et des libertés individuelles, sont plutôt hostiles à tout dispositif contraignant les libertés en faveur d’une surveillance des terroristes islamistes. C’est un clivage qui a beaucoup compté, notamment après Charlie. Après le 13 novembre, le débat était un peu moins fort. Mais aujourd’hui, depuis que la loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme de 2017, qui a mis fin à l’état d’urgence en mettant un certain nombre de dispositifs administratifs pour lutter contre le terrorisme, il y a moins de débat politique. Les grands médias traitent de moins en moins la question du terrorisme en France si ce n’est sous une forme de faits divers, où sont mis en avant le caractère psychiatrique ou le destin individuel qui serait à l’origine du terrorisme. C’est ce qui s’est passé après Villeurbanne, l’acte n’ayant pas été présenté par les terroristes et les médias comme un acte de terrorisme.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 12/09/2019 - 09:23
braves français
Si les médias n'en parlent plus, il en va de même pour les immigrés clandestins qui nous envahissent, ils n'y pensent plus.
Retour au sports, aux people, à la transition écologique et au progrès sociétal .....
Mais l'islamisme continue de gagner du terrain avec l'aide des collabos d'une certaine gauche et des associations.
La soumission (chercher la traduction en arabe) chaque jour progresse, dormez braves gens.
assougoudrel
- 11/09/2019 - 09:56
Quand un village a été inondé par
des crues diluviennes, les pompiers disent que cela recommencera un jour ou l'autre, ce qui est vrai. Il est est criminel de dire que les français pensent que l'intensité de la menace recule. Il faudrait qu'il y ait beaucoup moins de personnes indésirables en France, mais il suffit d'un ou de quelques individus pour faire des dégâts considérables. Donc, Comme le danger diminue, Macron peut réduire les effectifs de sa garde personnelle qui est la même qu'une Compagnie d'Infanterie (environ 150 hommes).