En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Société
Polémique
Femme voilée au conseil régional : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 20 min 17 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 4 heures 2 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 4 heures 53 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 5 heures 25 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 5 heures 59 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 6 heures 15 min
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 22 heures 11 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 22 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 2 heures 18 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 2 heures 40 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 4 heures 11 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 6 heures 30 min
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 22 heures 24 min
pépites > Environnement
Pas désintéressés
A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine
il y a 22 heures 53 min
© STR, Josh Edelson, Loïc VENANCE, EMMANUEL DUNAND / AFP
© STR, Josh Edelson, Loïc VENANCE, EMMANUEL DUNAND / AFP
PLF 2020

Budget : les entreprises vont payer

Publié le 10 septembre 2019
Avec le report de la baisse de l’impôt sur les sociétés et la nouvelle taxe sur le digital pour cause de Gafa. La baisse de l’impôt sur les sociétés avait été promise à un taux de 25% en fin de quinquennat. Mais l’agitation sociale et la conjoncture vont obliger l’Etat à revenir sur ses promesses. Les entreprises sont les grandes victimes du mouvement des gilets jaunes et celles qui opèrent avec de la technologie seront sans doute plus touchées que les autres.
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec le report de la baisse de l’impôt sur les sociétés et la nouvelle taxe sur le digital pour cause de Gafa. La baisse de l’impôt sur les sociétés avait été promise à un taux de 25% en fin de quinquennat. Mais l’agitation sociale et la conjoncture vont obliger l’Etat à revenir sur ses promesses. Les entreprises sont les grandes victimes du mouvement des gilets jaunes et celles qui opèrent avec de la technologie seront sans doute plus touchées que les autres.

Les Gilets jaunes ont fait du mal aux entreprises. Mais la taxe GAFA en cours de négociation leur en fera aussi, parce qu’elle risque fort de s’appliquer à beaucoup d’autres entreprises que les seules multinationales américaines du digital.  

 

En plein débat international sur la taxe des géants du numérique, la France avait confirmé, au plus fort du mouvement des Gilets jaunes, sa volonté de mettre en place une taxe nationale sur les GAFA, en attendant une prise de décision internationale. Dans le même temps, pour financer les mesures annoncées le 10 décembre (hausse de la prime pour l’emploi), abandon de la hausse de la CSG sur certaines retraites, il a fallu aller chercher l’argent du côté des entreprises.

Déjà mises à contribution par la prime annuelle défiscalisée jusqu’à 1000 euros annoncée au même moment, les entreprises ont encaissé la baisse d’imposition sur les sociétés, prévue de longue date annoncée pendant la campagne et planifiée au cours du 1er été du quinquennat. La feuille de route était lisible et prévoyait plusieurs points d’étapes :

  • En 2018, l’IS devait baisser à 28% pour les PME réalisant moins de 500 000 euros de bénéfice ; les autres entreprises passaient à 31% ;
  • En 2020, les 28% devaient être généralisés pour l’ensemble des entreprises ;
  • En 2021 : 26,5% d’imposition du bénéfice des sociétés
  • La baisse à 25% pour toutes les entreprises était programmée pour la fin de quinquennat en 2022. 

Quant au taux réduit à 15% pour les entreprises jusqu’à 38 120 € de bénéfice et 7 millions de chiffre d’affaires, il continuera de s’appliquer tel quel.

 

Gilets jaunes passés par là, en 2019, les grands groupes (tous ceux qui ont un chiffre d’affaires supérieur à 250 millions d’euros) restent à 33%, soit le niveau initial. Pour les autres entreprises, la baisse est seulement de 2 points, à 31%.

 

On a reculé pour mieux sauter, puisque pour l’instant, la marche pour arriver à un taux d'IS à 28 % l’an prochain pour toutes les entreprises est d'autant plus grande. Et pour l’instant, l’engagement du président en début de mandat tient toujours. Mais d’une baisse d’impôt d’un côté, une nouvelle taxe a été instaurée depuis, pour cause de GAFA.

 

Cette taxe de 3% sur le chiffre d’affaires des entreprises du numérique a été adoptée par le Parlement en juillet et sera activée dès cette année. Les critères retenus pour déterminer les entreprises à taxer, outre des critères de taille, sont liés à l’activité numérique (ciblage publicitaire ou plateforme de mises en relation). Cela concernera en France des géants comme Google, Amazon, Airbnb, Booking, Groupon, Zalando. Dans ce cas, une seule française fait partie de la liste des entreprises touchées par cette taxe : Criteo. 

Mais la réforme de la fiscalité internationale est en ce moment discutée au niveau international, au niveau de l’OCDE, dans un groupe de travail présidé par la France et les Etats-Unis. Suivant les négociations des uns et des autres – et les Américains qui possèdent beaucoup d’entreprises concernées pourraient se montrer tenaces, la taxe pourrait devenir bien plus sévère, touchant plus d’entreprises françaises.

Car si tous les pays semblent d’accord sur la nécessité de taxer ces entreprises qui délocalisent leur profit, il va falloir s’entendre sur le terme d’ «entreprises numériques ». La technologie tend à s’immiscer de plus en plus dans nos maisons, voitures et les frontières deviennent de plus en plus poreuses entre les secteurs. 

Par exemple, le constructeur automobile, à partir du moment où il installe dans la voiture un outil technologique permettant de savoir où vous avez garé votre véhicule et où vous vous êtes arrêté pour faire vos courses, détient des données numériques et à ce titre, il peut être considéré comme une entreprise technologique.  Et on toucherait alors des entreprises, notamment du domaine de l’industrie, qui sont déjà largement par des impôts élevés (impôts de production ne dépendant pas du résultat : impôt sur le foncier, taxe sur les salaires…).  

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pale rider
- 10/09/2019 - 12:43
Arrêtez de faire porter le chapeau au gilets jaunes
les gilets jaunes sont un mouvement de ras le bol multiforme aux revendications parfois antagonistes. Evidemment le gouvernement y a répondu comme le font les parents indignes : il a acheté la tranquillité ... pour quelques mois .
REAGAN
- 10/09/2019 - 12:16
gilets jaunes
bidon l excuse des gilets jaunes car les chiffres ne montrent pas du tout une baisse de croissance
le chomage baisse ect ect alors arretons de mettre les problemes de la France sur le dos des GJ.
au fait le grand debat il en est sorti quoi PAROLES PAROLES QUE DES PAROLES
ajm
- 10/09/2019 - 12:16
Macron Caméléon.
Les gilets jaunes ne représentent pas le peuple, il sont une partie du peuple, partie non homogène et d'accord sur presque rien, à part de prix de l'essence, et encore.
Macron que l'on présentait comme pro-business à tort se révèle maintenant pour ce qu'il a toujours été : un technocrate centralisateur, imbu de lui-même, ne connaissant pas grand chose au monde de l'entreprise, pas diplomate pour un sou et maladroit, mais opportuniste et malin aussi , naviguant entre des convictions molles, au milieu d'un monde complètement chamboulé où il faut reconnaître que n'importe qui aurait du mal à y voir clair. D'une certaine façon, cette absence de conviction et son opportunisme pourrait être un atout politique pour lui à défaut de l'être pour le pays. Il peut naviguer entre les récifs à vue, dans le champ de ruine politique et diplomatique que constitue l'Europe actuelle en même temps qu'il tirera profit d'une atomisation de la société Française, avec une opinion publique qui se dédit, se renie en permanence , noyée par un flot continu d'informations non maîtrisables, troupeau pathétique de volailles bio qui s'agitent dans tous les sens dans leur courette de ferme.