En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 20 min 30 sec
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 1 heure 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 1 heure 44 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 3 heures 55 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 4 heures 39 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 6 heures 8 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 6 heures 40 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 7 heures 48 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 8 heures 11 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 8 heures 40 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 44 min 26 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 1 heure 30 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 2 heures 26 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 4 heures 27 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 5 heures 58 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 6 heures 10 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 7 heures 43 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 7 heures 58 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 8 heures 19 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 8 heures 45 min
© STR, Josh Edelson, Loïc VENANCE, EMMANUEL DUNAND / AFP
© STR, Josh Edelson, Loïc VENANCE, EMMANUEL DUNAND / AFP
PLF 2020

Budget : les entreprises vont payer

Publié le 10 septembre 2019
Avec le report de la baisse de l’impôt sur les sociétés et la nouvelle taxe sur le digital pour cause de Gafa. La baisse de l’impôt sur les sociétés avait été promise à un taux de 25% en fin de quinquennat. Mais l’agitation sociale et la conjoncture vont obliger l’Etat à revenir sur ses promesses. Les entreprises sont les grandes victimes du mouvement des gilets jaunes et celles qui opèrent avec de la technologie seront sans doute plus touchées que les autres.
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec le report de la baisse de l’impôt sur les sociétés et la nouvelle taxe sur le digital pour cause de Gafa. La baisse de l’impôt sur les sociétés avait été promise à un taux de 25% en fin de quinquennat. Mais l’agitation sociale et la conjoncture vont obliger l’Etat à revenir sur ses promesses. Les entreprises sont les grandes victimes du mouvement des gilets jaunes et celles qui opèrent avec de la technologie seront sans doute plus touchées que les autres.

Les Gilets jaunes ont fait du mal aux entreprises. Mais la taxe GAFA en cours de négociation leur en fera aussi, parce qu’elle risque fort de s’appliquer à beaucoup d’autres entreprises que les seules multinationales américaines du digital.  

 

En plein débat international sur la taxe des géants du numérique, la France avait confirmé, au plus fort du mouvement des Gilets jaunes, sa volonté de mettre en place une taxe nationale sur les GAFA, en attendant une prise de décision internationale. Dans le même temps, pour financer les mesures annoncées le 10 décembre (hausse de la prime pour l’emploi), abandon de la hausse de la CSG sur certaines retraites, il a fallu aller chercher l’argent du côté des entreprises.

Déjà mises à contribution par la prime annuelle défiscalisée jusqu’à 1000 euros annoncée au même moment, les entreprises ont encaissé la baisse d’imposition sur les sociétés, prévue de longue date annoncée pendant la campagne et planifiée au cours du 1er été du quinquennat. La feuille de route était lisible et prévoyait plusieurs points d’étapes :

  • En 2018, l’IS devait baisser à 28% pour les PME réalisant moins de 500 000 euros de bénéfice ; les autres entreprises passaient à 31% ;
  • En 2020, les 28% devaient être généralisés pour l’ensemble des entreprises ;
  • En 2021 : 26,5% d’imposition du bénéfice des sociétés
  • La baisse à 25% pour toutes les entreprises était programmée pour la fin de quinquennat en 2022. 

Quant au taux réduit à 15% pour les entreprises jusqu’à 38 120 € de bénéfice et 7 millions de chiffre d’affaires, il continuera de s’appliquer tel quel.

 

Gilets jaunes passés par là, en 2019, les grands groupes (tous ceux qui ont un chiffre d’affaires supérieur à 250 millions d’euros) restent à 33%, soit le niveau initial. Pour les autres entreprises, la baisse est seulement de 2 points, à 31%.

 

On a reculé pour mieux sauter, puisque pour l’instant, la marche pour arriver à un taux d'IS à 28 % l’an prochain pour toutes les entreprises est d'autant plus grande. Et pour l’instant, l’engagement du président en début de mandat tient toujours. Mais d’une baisse d’impôt d’un côté, une nouvelle taxe a été instaurée depuis, pour cause de GAFA.

 

Cette taxe de 3% sur le chiffre d’affaires des entreprises du numérique a été adoptée par le Parlement en juillet et sera activée dès cette année. Les critères retenus pour déterminer les entreprises à taxer, outre des critères de taille, sont liés à l’activité numérique (ciblage publicitaire ou plateforme de mises en relation). Cela concernera en France des géants comme Google, Amazon, Airbnb, Booking, Groupon, Zalando. Dans ce cas, une seule française fait partie de la liste des entreprises touchées par cette taxe : Criteo. 

Mais la réforme de la fiscalité internationale est en ce moment discutée au niveau international, au niveau de l’OCDE, dans un groupe de travail présidé par la France et les Etats-Unis. Suivant les négociations des uns et des autres – et les Américains qui possèdent beaucoup d’entreprises concernées pourraient se montrer tenaces, la taxe pourrait devenir bien plus sévère, touchant plus d’entreprises françaises.

Car si tous les pays semblent d’accord sur la nécessité de taxer ces entreprises qui délocalisent leur profit, il va falloir s’entendre sur le terme d’ «entreprises numériques ». La technologie tend à s’immiscer de plus en plus dans nos maisons, voitures et les frontières deviennent de plus en plus poreuses entre les secteurs. 

Par exemple, le constructeur automobile, à partir du moment où il installe dans la voiture un outil technologique permettant de savoir où vous avez garé votre véhicule et où vous vous êtes arrêté pour faire vos courses, détient des données numériques et à ce titre, il peut être considéré comme une entreprise technologique.  Et on toucherait alors des entreprises, notamment du domaine de l’industrie, qui sont déjà largement par des impôts élevés (impôts de production ne dépendant pas du résultat : impôt sur le foncier, taxe sur les salaires…).  

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pale rider
- 10/09/2019 - 12:43
Arrêtez de faire porter le chapeau au gilets jaunes
les gilets jaunes sont un mouvement de ras le bol multiforme aux revendications parfois antagonistes. Evidemment le gouvernement y a répondu comme le font les parents indignes : il a acheté la tranquillité ... pour quelques mois .
REAGAN
- 10/09/2019 - 12:16
gilets jaunes
bidon l excuse des gilets jaunes car les chiffres ne montrent pas du tout une baisse de croissance
le chomage baisse ect ect alors arretons de mettre les problemes de la France sur le dos des GJ.
au fait le grand debat il en est sorti quoi PAROLES PAROLES QUE DES PAROLES
ajm
- 10/09/2019 - 12:16
Macron Caméléon.
Les gilets jaunes ne représentent pas le peuple, il sont une partie du peuple, partie non homogène et d'accord sur presque rien, à part de prix de l'essence, et encore.
Macron que l'on présentait comme pro-business à tort se révèle maintenant pour ce qu'il a toujours été : un technocrate centralisateur, imbu de lui-même, ne connaissant pas grand chose au monde de l'entreprise, pas diplomate pour un sou et maladroit, mais opportuniste et malin aussi , naviguant entre des convictions molles, au milieu d'un monde complètement chamboulé où il faut reconnaître que n'importe qui aurait du mal à y voir clair. D'une certaine façon, cette absence de conviction et son opportunisme pourrait être un atout politique pour lui à défaut de l'être pour le pays. Il peut naviguer entre les récifs à vue, dans le champ de ruine politique et diplomatique que constitue l'Europe actuelle en même temps qu'il tirera profit d'une atomisation de la société Française, avec une opinion publique qui se dédit, se renie en permanence , noyée par un flot continu d'informations non maîtrisables, troupeau pathétique de volailles bio qui s'agitent dans tous les sens dans leur courette de ferme.