En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 8 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 10 heures 3 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 12 heures 17 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 14 heures 3 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 14 heures 36 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 14 heures 56 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 15 heures 10 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 3 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 5 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 10 heures 9 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 14 heures 20 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 15 heures 33 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 5 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 5 heures
© Andrew Milligan / POOL / AFP
© Andrew Milligan / POOL / AFP
Atlantico-Business

Les 10 (lourdes) questions qui planent sur le Royaume-Uni en cas de Brexit sans deal

Publié le 09 septembre 2019
Semaine cruciale pour Boris Johnson après la démission de la ministre du Travail qui explique pourquoi la Grande Bretagne ne peut pas quitter l’Union européenne sans deal.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Semaine cruciale pour Boris Johnson après la démission de la ministre du Travail qui explique pourquoi la Grande Bretagne ne peut pas quitter l’Union européenne sans deal.

« Je ne veux pas être associée à la responsabilité d’un Brexit sans deal comme le prépare Boris Johnson », voilà la déclaration de la ministre du Travail démissionnaire Amber Rudd. Après avoir perdu la majorité au Parlement qui lui aurait permis d’organiser la sortie de l’Union européenne avant le 31 octobre comme il l’avait promis, Boris Johnson se retrouve bien seul, d’autant que les membres de son gouvernement commencent eux aussi à prendre du recul. 

Le système politique britannique, qui autrefois a servi de modèle de démocratie représentative au monde entier, se retrouve complètement bloqué. Le Parlement et le gouvernement se retrouvent incapables de mettre en musique une décision issue d’un referendum populaire. Pour une raison très simple : la grande majorité des représentants du peuple, une grande partie des classes moyennes et du monde du business s’aperçoivent que le Brexit tel qu’il avait été présenté et « vendu » lors du référendum, est inapplicable ou alors au prix d’une catastrophe économique et sociale que les Anglais paieraient très cher

Le Brexit, tel qu’il est défendu par Boris Johnson et la partie de ses soutiens les plus radicaux, appartient aux décisions les plus absurdes que l’histoire a malheureusement prises dans le passé et dont les peuples ont du mal à se remettre, parce que ce sont les peuples qui trinquent, rarement les élites. 

Lors du referendum, il est évident que la question à laquelle il fallait répondre a été mal posée, qu‘elle n’a pas été expliquée dans ses conséquences et ses perspectives ou alors sur la base d’analyses incomplètes ou fausses. Y-a-t-il manipulation et diffusion de fake news ? Par qui et au profit de quel groupe social ? L’histoire, sans doute, nous le dira.

 

Toujours est-il que le projet de Boris Johnson est si peu clair, que la procédure qu’il veut mettre en place est si peu préparée, peu expliquée et peu comprise, à la fois par les consommateurs, les salariés et les chefs d’entreprises, travaillistes ou conservateurs, que le Premier ministre est devenu inaudible. Il ne suffit pas de dire qu’après le Brexit, la Grande Bretagne sera en meilleur état qu’auparavant, encore faut-il expliquer pourquoi et comment ça va se passer. C’est un exercice où tous les candidats Brexiters peinent à convaincre leurs électeurs. L’électorat britannique ne se contente plus de grands discours à la télévision par les ténors du populisme. Ils veulent des chiffres et des démonstrations qui tiennent compte de la réalité. C’est la vraie raison de la démission de la ministre du Travail qui a des connexions fortes dans les syndicats et qui réclamait de son Premier ministre autre chose que des injonctions ou des prédictions autoréalisatrices. La ministre du Travail a dit tout haut ce que les représentants au Parlement entendent de leurs électeurs. Dix questions reviennent en permanence sur les effets et les modalités du Brexit. 

 

1ère  question sur la sécurité d’approvisionnement en biens de consommation. Plus de 50 % des biens consommés en Grande-Bretagne, et notamment les produits frais, les fruits et légumes mais pas seulement, sont importés du continent en provenance du sud de l’Europe ou de la Méditerranée. Ces produits transitent via l’eurotunnel ou via les ferries en provenance de Bretagne. Ces produits circulent parce qu’ils répondent aux normes sanitaires établies en Europe. Que va-t-il se passer dès que le lien avec l’Union européenne sera coupé ?  Il faudra renégocier des accords avec tous les fournisseurs, combien de temps et à quel prix ?  

 

2e question, les droits de douane seront rétablis pour quel produits et qui les paiera ?  Il va falloir renégocier au cas pas cas pour chaque pays fournisseur. Cela va se traduire l’application de droits de douane qui seront payés, comme toujours, par le client. D’où une perte de pouvoir d’achat. Habituellement, les droits de douane, quand ils existent, représentent entre 10 et 25% du prix du produit. Parfois beaucoup plus.

 

3e question, les chaines de production sont désormais tellement éclatées qu’il va falloir réviser tous les contrats qui relient les clients à leurs fournisseurs. Une voiture vendue en Grande Bretagne est montée avec des pièces et des composants qui viennent d’une dizaine de pays. D’où l’inquiétude ou la prudence des industriels étrangers qui ne vont pas s’engager avant de connaître précisément les procédures et les valeurs d’échange. Le cas le plus urgent qu’il va falloir régler va être celui des médicaments. La Grande-Bretagne est très importatrice de médicaments en provenance de l’Europe. En attendant, les Anglais stockent tout ce qu’ils peuvent stocker pour compenser les risques de pénurie.

 

4e question, quel sera l’avenir du passeport européen ? Ce passeport était accordé à des acteurs étrangers qui s’établissaient en Grande-Bretagne et qui pouvaient alors travailler dans l’ensemble de l’espace Schengen avec d’autres entreprises européennes. Il est évident que l'Union Européenne va revoir de fond en comble les conditions d’utilisation du passeport européen. Pas question de permettre à des pays tiers d'utiliser tous les avantages du grand marché dès lors que la Grande Bretagne sortirait de ce marché. Pas question de laisser entrer dans l’Union des produits ou des services qui n’auraient pas les agréments requis. 

 

5e question, que va-t-il se passer au niveau de la protection sociale pour les Britanniques résidant et travaillant en Europe ? Et à l’inverse, pour les Européens résidant et travaillant en Grande Bretagne ? Faute d’information, tout le monde a tendance à penser que les ponts seront coupés. C’est d’ailleurs plus inquiétant pour les Britanniques que pour les non-Britanniques dans la mesure où le modèle social en Europe est en moyenne beaucoup plus généreux que le modèle social appliqué aux Anglais de Grande Bretagne. Les régimes d’assurance maladie, d’assurance chômage et de retraites sont moins couteux en Grande Bretagne qu’en Europe, mais ils sont aussi plus fragiles et moins étendus. Pour les syndicats britanniques, le modèle européen leur servait de modèle à atteindre. 

 

5e question, que va-t-il se passer au niveau de la fiscalité ? Alors que toute la politique européenne a pour objectif d’harmoniser et de lisser les fiscalités pour éviter la concurrence déloyale, il paraît évident que la Grande-Bretagne des Brexiters aura intérêt à provoquer un choc de dérégulation fiscale de façon à attirer les investisseurs. Il paraît aussi évident que l'Union européenne n'acceptera pas d’avoir à ses portes de telles blanchisseries fiscales. Pour l’heure, les acteurs du système financier n’ont aucune idée de ce qui peut se passer, donc ils attendent et tout est figé.

 

6e question, quelle politique de défense et quelle politique spatiale va-t-on mettre en jeu ? Actuellement, la Grande Bretagne accepte une certaine mutualisation des efforts de défense nationale, d’armement et de recherche spatiale. Il va sans doute remettre tout à plat et reconstruire une coopération. 

 

7e question, comment continuer à mutualiser les conditions d’approvisionnement en énergie ? Pour le pétrole, le gaz et le charbon, le système se compose de clients et de fournisseurs physiques. Pour l’électricité, l'avenir se construisait sur les interconnexions au sein même de l'Union européenne dans lesquelles la Grande Bretagne avait un rôle non négligeable. Il va falloir, là aussi, remettre tout a plat. 

 

8e question, les problèmes environnementaux ne sont gérables qu’à l’échelle de la planète ou d’un continent. S’il y a un domaine où le multilatéralisme est utile et nécessaire et prévaut sur les accords bilatéraux, c’est bien le domaine de la transition écologique et de la lutte contre le réchauffement climatique. 

 

9e question, les problèmes de circulation sur les domaines maritimes et aériens vont devoir être reposés. Le système d'aiguillage du ciel pour les avions est commun à l’Europe toute entière. Théoriquement, en sortant de l’Union européenne, la Grande Bretagne sort aussi de ce système. Ce qui va être d’une complication inextricable.

 

10e question, il va falloir harmoniser tout ce qui concerne la vie quotidienne, les conditions d’octroi d’un permis de conduire par exemple, les échanges scolaires et l’accès à Erasmus, duquel les jeunes Anglais ont déjà demandé à ne pas être privés.  Les papiers d’identité, cartes, passeports, visas d’entrée et de sortie... Les administrations n‘ont pratiquement pas avancé. 

 

Finalement, beaucoup de questions que se posent les Anglais concernent leurs protections. Quid des systèmes de protection tous azimut ? L’appartenance à l’Union européenne a sans doute beaucoup d’inconvénients, compte tenu d’un fonctionnement opaque et lourd, mais une majorité d’Anglais considèrent que l'Europe leur servait aussi d’organisme de garantie en les protégeant de beaucoup de risques liés à la modernité. Les normes sociales et fiscales, les contraintes environnementales qui ont toutes été inventées par les Européens, étaient finalement très bien acceptées par les Anglais parce que les Anglais les utilisaient comme boucliers. 

 

Enfin, un dernier risque, géopolitique. L‘Irlande, l’Ecosse et les Malouines supportaient la tutelle de Londres dans la mesure où Londres adhérait à la charte européenne.  Si le contrat avec l’Union européenne est déchiré, les velléités d’indépendance à l’intérieur du royaume vont évidemment ressortir.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 11/09/2019 - 10:41
Flo Balleti
"Les députés ont donc rejeté pour la deuxième fois en cinq jours l’appel de Johnson à des élections anticipées. Une nouvelle fois, l’opposition s’est unie pour contrecarrer les plans d’un Premier Ministre qui, rappelons-le, a pour seule légitimité le vote de 92 000 membres du parti conservateur."
hoche38
- 11/09/2019 - 10:40
Jean-Marc Sylvestre en a oublié!
À la litanie des malheurs qui vont frapper ces Anglais ingrats et suicidaires, il faut ajouter:

1° La Tamise fut nauséabonde, et les Anglais ne purent boire des eaux depuis le fleuve;
2° Les grenouilles tombèrent et recouvrirent l’Angleterre;
3° Toute la poussière du sol se changea en moustiques;
4° Des taons/ bêtes sauvages en grand nombre entrèrent... dans tout le pays de Londres;
5° Tous les troupeaux des Anglais moururent;
6° Gens et bêtes furent couverts de furoncles bourgeonnant en pustules;
7° Donald Tusk fit tomber la grêle qui se transforma en feu sur le pays de Londres;
8° Les sauterelles recouvrirent la surface de toute la terre et la terre fut dans l'obscurité; elles dévorèrent toutes les plantes de la terre et tous les fruits des arbres, tout ce que la grêle avait laissé et il ne resta aucune verdure aux arbres ni aux plantes des champs dans tout le pays d'Angleterre»
9° Il y eut d’épaisses ténèbres;
10 Tous les premiers-nés moururent dans le pays d’Angleterre;

Sans compter tous les autres malheur que le Mannekenpiss va provoquer par ses malédictions!
Benvoyons
- 11/09/2019 - 10:36
evgueniesokolof en mode résonnement :)::)
:) Faire du résonnement pour éviter de raisonner sur la réalité du Brexit. Ces pauvres Normands qui n'ont plus le statut de Conquérant. Même le Commonwealth s'en fout Royalement du Royaume Unie. D'ailleurs Unie dans quoi? :)