En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

05.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

06.

Le RN servi par des critiques paresseux

07.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 11 heures 6 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 12 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 14 heures 59 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 16 heures 4 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 17 heures 15 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 18 heures 6 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 20 heures 15 min
décryptage > France
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

il y a 20 heures 48 min
décryptage > Santé
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

il y a 21 heures 34 min
décryptage > Science
Crew Dragon

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

il y a 22 heures 2 min
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 11 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 14 heures 39 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 15 heures 32 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 16 heures 32 min
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 17 heures 43 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 19 heures 5 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 20 heures 31 min
décryptage > Media
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

il y a 21 heures 14 min
décryptage > France
Roman national ?

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

il y a 21 heures 51 min
décryptage > France
Table des négociations

Démocratie sociale: monde d’après ou pas, le gouvernement conserve les mêmes travers

il y a 22 heures 27 min
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Immigration

Le graphique qui en dit plus sur les racines du Brexit (et sur l’état de l’UE) que de longs discours sur nos valeurs communes

Publié le 06 septembre 2019
Les migrations nettes de non-britanniques pour motif de travail au Royaume-Uni ont été divisées par un peu plus de deux depuis le pic de juin 2016. Pour les migrations des citoyens de l'UE, le chiffre a été divisé par 3,5.
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les migrations nettes de non-britanniques pour motif de travail au Royaume-Uni ont été divisées par un peu plus de deux depuis le pic de juin 2016. Pour les migrations des citoyens de l'UE, le chiffre a été divisé par 3,5.

Atlantico.fr : Quelles sont les conséquences de l'insularité de la Grande-Bretagne sur son sentiment d'appartenance à la citoyenneté européenne ?

Laurent Chalard : Cela peut paraître évident au premier abord, mais c’est un élément effectivement sous-estimé par les commentateurs hexagonaux qui connaissent à la fois mal la société britannique (Londres n’est pas l’Angleterre !) et ce que signifie vivre dans une île (les français sont des terriens !), la situation géographique spécifique du Royaume-Uni, en l’occurrence son insularité, joue un rôle extrêmement important dans le (non) sentiment d’appartenance à la citoyenneté européenne.

En effet, le Royaume-Uni est un Etat maritime qui s’est construit,au cours de son histoire,un empire sur les mers contre les puissances continentales européennes (la France, l’Espagne puis l’Allemagne) qui lui bloquaient toute perspective d’expansion sur les terres, l’excluant, d’une certaine manière, de l’Europe. Cet Etat s’est donc toujours perçu comme se situant en-dehors du continent, tout en étant très proche. En gros, dans la psyché britannique (Ecosse exceptée), la Grande-Bretagne est à côté de l’Europe plus que constituant de l’Europe. Ce sentiment a été renforcé par la forte émigration de sa population au XIX° siècle vers les colonies de l’Outre-Mer, qui ont conduit à la constitution d’une entité culturelle intercontinentale spécifique, dissociée du reste du continent européen. Du fait de cette histoire et malgré les distances, les citoyens britanniques ont aujourd’hui plus de liens culturels et migratoires avec l’Australie, première destination de l’émigration anglaise à l’heure actuelle, ou le Canada qu’avec le reste de l’Europe. Le sentiment d’appartenance européen n’est donc pas systématique.

Pour beaucoup de britanniques, l’appartenance au monde anglo-saxon l’emporte largement, en particulier pour les populations aux faibles revenus, qui ne fréquentent guère le continent et au sein desquelles demeure un fort sentiment nationaliste, conduisant au rejet de l’altérité, en gardant en tête, par exemple, que, selon une grande historienne d’Outre-Manche, « être anglais », c’est avant tout « ne pas être français » et donc « ne pas être un continental ». Comme le disait à l’auteur de ces lignes une employée d’un petit musée londonien, la France est « so close, so far », c’est-à-dire, « si proche » (géographiquement) mais « si loin » (culturellement), ce qui est valable pour les rapports des anglais avec le reste de l’Europe. Il ne faut pas oublier que si l’Europe s’est « anglo-saxonisée » depuis la Seconde Guerre Mondiale sous l’influence américaine, par contre, le Royaume-Uni lui ne s’est nullement européanisé. 

Edouard Husson : Je ne crois pas que ce soit directement l’insularité qui soit en question. Ou alors ce n’est que de manière indirecte: la Grande Bretagne a toute une histoire maritime, qui fait qu’elle n’a jamais regardé seulement vers l’Europe. Il faut d’abord parler de l’Empire ! Ce qui est très frappant, c’est que le pays a donné la priorité à l’immigration issue du Commonwealth à celle issue de l’UE. Il est certain que s’est développé de ce fait un fort communautarisme. Londres est une ville dont 40% sont des étrangers. Et plus généralement, nos amis d’outre-Manche sont largement indifférents aux débats français sur le voile.

On sent bien monter une exaspération vis-à-vis de l’Islam radical. Mais il est frappant de voir que le grand parti à la droite des conservateurs est un parti souverainiste, non un parti identitaire: le Brexit Party. Un autre facteur qui vient renforcer le sentiment de particularité, c’est la relation très spéciale aux Etats-Unis et, plus généralement, le très fort sentiment d’appartenance à une communauté des peuples anglophones, porteurs du rule of law, de l’état de droit. 

Dès lors, quelle est la place des migrations intra-européennes en Grande-Bretagne dans la décision du Brexit ? Comment ont-elles évolué depuis juin 2016 ? 

Laurent Chalard : Le vote pour le Brexit a été largement la conséquence de la crise des réfugiés syriens de l’année 2015, qui a vu une Union Européenne complètement débordée en incapacité de contrôler les flux de migrants entrants sur son territoire. Les britanniques se sont sentis fortement concernés par la question car, depuis le début des années 2000, la Grande-Bretagne a connu des flux migratoires internationaux sans précédent, qui ont profondément modifié le profil démographique du pays, en particulier dans les grandes métropoles, à commencer par la première d’entre elles, Londres, où les anglais sont en voie de devenir minoritaires. Dans ce contexte, une partie de la population britannique a pris peur de ne plus demeurer majoritaire dans son pays si les frontières restaient grande ouverte à l’immigration, ce que laissait penser un maintien au sein de l’Union Européenne. En effet, pour les anglais, tous les immigrés, qu’ils soient extra-européens ou européens sont perçus de la même manière, comme des étrangers ne pouvant s’assimiler au peuple britannique. Par exemple, les polonais, qui passent relativement bien en France, sont très mal perçus dans un payshistoriquement anti-slaves et anti-catholique, d’autant qu’il existe une concurrence certaine sur le marché du travail de cette main d’œuvre relativement qualifiée avec les classes populaires autochtones.

Depuis 2016, se constate un effondrement des arrivées de citoyens originaires de l’Union Européenne au Royaume-Uni, en particulier pour des motifs de travail, ce qui est une conséquence logique du Brexit, puisque les conditions de circulation et d’exercice d’un emploi seront fortement compliquées une fois la sortie de l’Union européenne actée, d’autant que le racisme décomplexé affiché par une partie de la population anglaise ne motive guère les citoyens européens à venir y travailler. D’une certaine manière, le Brexit aura probablement plus d’impact sur les flux migratoires provenant du reste de l’Europe que sur les flux migratoires extra-européens, le Royaume-Uni demeurant attractif pour les populations originaires de ses ex-colonies.

Edouard Husson : On a deux strates à considérer. Pris sur plusieurs années, l’afflux d’Européens du Centre et de l’Est, à commencer par des Polonais, a été perçu comme de plus en plus difficile à tolérer. Il est difficile de dire qu’il s’agisse d’abord de l’emploi car la flexibilité du marché du travail a produit un plein emploi, à la différence de la France. Cependant, la concurrence pour l’emploi, dans les métiers du bâtiment en particulier, a créé un ressentiment. Le souci d’équilibre budgétaire, d’autre part, suite à la crise de 2008, a conduit à vouloir restreindre l’accès immédiat des autres citoyens de l’UE aux prestations sociales.

C’est tout l’enjeu des négociations entre David Cameron et ses partenaires avant qu’il ne déclenche le référendum sur l’euro. Et l’on peut penser que Cameron aurait obtenu un vote Remain, vu les concessions obtenues, s’il n’y avait pas eu un facteur déclenchant immédiat: la décision irresponsable d’Angela Merkel d’ouvrir complètement les frontières à des réfugiés et migrants début septembre 2015: les Britanniques ont moins été effrayés par l’origine de ces immigrés potentiels (ils connaissent et acceptent, par l’ancien Empire, l’immigration issue d’Afrique ou du Proche-Orient. Ils ont refusé la non-maîtrise de flux issus d’un voisin européen.

En fait, le Brexit, c’est Angela Merkel, le plus mauvais chancelier de l’histoire de la RFA, qui l’a déclenché sans s’en rendre compte ! Autre effet non maîtrisé de ce qui se passe: même si le Brexit n’est toujours pas acté, l’immigration en général, et plus particulièrement l’immigration issue d’Europe continentale ont de fait diminué depuis juin 2016: l’immigration économique venue de l’UE a été divisée par 3,5 !  Globalement, le chiffre est divisé par deux. 

Peut-on considérer qu'à travers le miroir du Brexit, nous mettons le doigt sur la réalité de la citoyenneté européenne et sur son incapacité à fédérer les peuples européens ?

Laurent Chalard : Le Royaume-Uni étant, comme nous l’avons vu précédemment, un cas particulier du fait de son identité insulaire, il est difficile d’en tirer un enseignement général pour l’ensemble de l’Europe.Le Brexit semble plus témoigner d’une exceptionnalité britannique à l’origine de la difficulté de faire émerger un sentiment d’appartenance européen dans ce pays que d’une incapacité de l’Union Européenne à fédérer les citoyens de l’ensemble de ses pays membres. Cependant, l’exemple britannique, nous rappelle que le continent a un héritage historique conflictuel avec des identités culturelles très marquées rendant compliquée l’émergence d’une citoyenneté commune malgré toutes les bonnes volontés du monde. L’Europe n’est pas les Etats-Unis où l’Etat s’est constitué sur des valeurs démocratiques mais aussi sur une seule langue, l’anglais, et la culture qui va avec. Les différences culturelles demeurent très fortes et la moindre tension d’ordre géopolitique fait revenir à la surface les vieux antagonismes nationaux. L’Europe demeure plus une construction géographique artificielle d’intellectuels qu’une réalité identitaire.

Edouard Husson : Il faut relire Le destin des immigrés, le livre qu’Emmanuel Todd avait publié en 1992 pour comprendre que la citoyenneté européenne se heurte aux différences anthropologiques entre les sociétés européennes: on trouve une diversité de réactions à la présence d’étrangers sur le sol national, qui est intimement liée à des héritages législatifs, à des définitions variées de ce qu’est la « différence » ou la vision de l’assimilation. Les Britanniques mènent rarement des débats abstraits comme les Français savent le faire sur la laïcité. Il n’y a jamais eu, dans l’Empire, de volonté d’assimilation ni de don de la citoyenneté (comme le rêve de pousser au bout la logique de l’Algérie département français). Les Britanniques s’accommodent d’une sorte de coexistence dans l’indifférence avec des communautés culturellement différentes. Ce qui les gêne dans l’UE, c’est précisément, cette volonté de créer à la fin des fins  une citoyenneté unique. Les Britanniques veulent être libres de mettre fin, de manière pratique, à la coexistence avec tel ou tel groupe s’ils le souhaitent. Comme ils ont largué l’Empire sans beaucoup de soubresauts. 

Propos recueillis par Aliénor Barrière

Merci à Denis Ferrand pour ce graphique qu'il a partagé sur Twitter.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

05.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

06.

Le RN servi par des critiques paresseux

07.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 07/09/2019 - 19:48
bien d'accord sur le rôle néfaste de Angela Merkel
présentée alors comme une chancelière de génie par la presse française! du style "pourquoi n'est-elle pas française?"

Sa décision unilatérale d'accueillir 1,5 M de réfugiés nous a également valu les drames en Méditérranée , générés à la source (à 10 km des côtes libyennes) par des ONG non démocratiques , totalement irresponsables et financées par on ne sait qui... Soros entre autres par son véhicule "open society"



pale rider
- 06/09/2019 - 10:56
+1 @azka
. Oui le london-touquet-paris j'en connais un certain nombre , ce sont les zweig d'aujourd'hui , ils vivent dans leur strate, heureux de leur monde qui leur convient si bien, ils auraient voulu qu'il vive toujours mais ils ne voient absolument pas les dégats occasionnés sur les autres strates, alors ils maudissent ces peuples qui renâclent
evgueniesokolof
- 06/09/2019 - 10:53
Deux choses encore: C'est
Deux choses encore: C'est avec justesse qu'Husson évoque les différences anthropologiques . Mais la première d'entre elles est la langue. A la Commission on parle ....anglais comme on parlait anglais quand l'Inde ou les autres colonies appartenaient à l'empire. Un pays où les dirigeants ne parlent pas la langue de leur peuple est soit une colonie soit une dictature.
En second lieu, le délabrement de l'UE a été la conséquence directe de l'entrée du RU qui en a profondément transformé les règles: l'agriculture européenne s'était reconstruite à l'abri du Tarif douanier extérieur commun. Elle s'est délitée dès lors que le RU a imposé le libre échange!