En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 8 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 9 heures 26 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 10 heures 22 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 11 heures 18 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 15 heures 34 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 16 heures 18 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 16 heures 55 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 17 heures 30 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 18 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 9 heures 15 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 10 heures 18 sec
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 10 heures 43 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 12 heures 13 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 15 heures 26 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 16 heures 56 sec
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 16 heures 22 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 17 heures 59 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 18 heures 47 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Municipales 2020

Le "En-même temps" à l’assaut des mairies : mais à quoi ressemble le portrait-robot d’un projet municipal LREM ?

Publié le 04 septembre 2019
Cédric Villani devrait annoncer sa candidature pour les élections munIcipales à Paris ce mercredi. Benjamin Griveaux a été officiellement désigné par LREM à Paris. La lutte entre les deux candidats pourrait engendrer un conflit d'idées et de programmes.
Olivier Gracia
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Essayiste, diplômé de Sciences Po, il a débuté sa carrière au cœur du pouvoir législatif et administratif avant de se tourner vers l'univers des start-up. Il a coécrit avec Dimitri Casali L’histoire se répète toujours deux fois (Larousse, 2017).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cédric Villani devrait annoncer sa candidature pour les élections munIcipales à Paris ce mercredi. Benjamin Griveaux a été officiellement désigné par LREM à Paris. La lutte entre les deux candidats pourrait engendrer un conflit d'idées et de programmes.

Atlantico : Cédric Villani pourrait annoncer aujourd’hui sa candidature pour les élections municipales de Paris. Est-ce qu’un programme unique, un programme type, se dégage des différentes candidatures LREM pour les élections municipales ?

Olivier Gracia : Il y a désormais une forme de marque de fabrique macronienne dans la façon de concevoir une campagne électorale et de propulser les candidats. Que ce soit Benjamin Griveaux, Cédric Villani ou les autres candidats, l’ambition de LREM et de ses candidats est d’abord nationale, avant d’être locale. Les élections municipales vont en effet être l'occasion pour le Président de la République de confirmer auprès de l'opinion sa popularité. En prenant le cas de Paris, Benjamin Griveaux a certes émis quelques idées, mail il est difficile de distinguer ce qui va le différencier clairement d’Anne Hidalgo, de Gaspard Gantzer ou de Pierre-Yves Bournazel.

Ce qui est très différent dans la configuration de Paris par rapport aux autres grandes villes, c'est évidemment le cas Villani. Ce qui le rend très intéressant, c’est le fait qu’il reste très proche du logiciel macronien. Il fait clairement du Macron : il procède exactement Emmanuel Macron lors de sa campagne en 2017, c’est-à-dire qu’il se lance dans la conquête de Paris sans appareil politique, qu’il ne se prétend ni de gauche ni de droite de manière indépendante et spontanée tout en voulant rallier à lui la gauche et la droite parisienne. En cela, il est conforme à ce qu'avait entrepris Emmanuel Macron au début et il le confirme d’ailleurs en disant qu'il reste fidèle à ses valeurs. La candidature de Cédric Villani est donc plus proche de celle d’Emmanuel Macron que de celle de Benjamin Griveaux, qui a été investi par le parti.

Deuxième ville où il y a visiblement un conflit entre les soutiens de LREM : Lille. Violette Spillebout, ex-PS, a été investie par les instances nationales de LREM et Valérie Petit, proche de Gérald Darmanin et qui se serait bien vue candidate, a déclaré qu’elle ne la soutenait pas. La synthèse macronienne peut paraître un peu branlante quand ressortent les ambitions personnelles et les oppositions historiques…

Il y a un projet national certes, mais est-ce qu’il y a un projet tout court ? Visiblement ce qui a été proposé aux candidats par la CNI, ce n’est qu’une charte éthique…

Oui, il n'y a pas de cases idéologiques à cocher. Ce n’est pas surprenant dans la mesure où cela reste conforme à ce qu’avait développé Emmanuel Macron lors de sa campagne. On se souvient qu'il a été le dernier candidat à offrir un programme à la presse et aux Français. D'ailleurs son programme présidentiel empruntait beaucoup aux Républicains sur plusieurs mesures. On sait en effet qu'Emmanuel Macron s'est beaucoup inspiré de l’offre concurrente pour élaborer son offre politique.

Pour les municipales, les programmes vont être publiés plus tardivement, et il y aura certainement des problèmes de cohérence entre eux, même si je ne doute pas que dans certaines villes de France il y ait des candidats avec des visions claires. C’est qu’effectivement le pragmatisme est une notion qui laisse très libres les candidats… Le mot "pragmatique" est un terme privilégié d'Emmanuel Macron : le Président aime dire que la France est en changement, qu'elle nécessite des réformes structurelles. A propos des municipales, on va donc avoir le même discours, pourquoi en serait-il autrement ? On n'a pas changé la logique originelle de LREM donc il est cohérent d'avoir des candidats envers lesquels le parti n'a pas d'exigences idéologiques. Les candidats devront cocher des cases de transparence, comme la CNI de LREM l’exige, mais aucune case sur le plan des idées.

On a toujours su néanmoins que LREM avait une sensibilité de gauche, une sensibilité écologiste, et une sensibilité de droite, plutôt libérale : c’est ce que vont exprimer à leur manière les candidats pour les municipales.

La lutte entre Villani et Griveaux reste un conflit d'ambitions politiques ou un conflit de style, mais pas tellement un conflit idéologique. Est-ce que cependant, sur le plan national, peuvent émerger des conflits d’idées et de programmes ?

Evidemment. D'ailleurs, pour Paris c'est un cas particulier. Pour la capitale, je ne pense pas qu'il y ait de profondes distensions programmatiques ou idéologiques entre Benjamin Griveaux et Cédric Villani. Je pense que Cédric Villani est un peu plus écologiste et plus à gauche que Benjamin Griveaux. Sa campagne sera donc peut-être plus à gauche mais fondamentalement il n'y a pas de grandes différences, c'est juste une différence de forme, de style. C’est aussi, bien sûr, une guerre d'ego. A l'évidence, Cédric Villani va se présenter et espère peut-être réaliser un coup de force qui consisterait à cliver et rallier à lui les Marcheurs parisiens pour marginaliser Griveaux. Dans ce cas, il peut peut-être conduire le parti et Emmanuel Macron à reconsidérer la légitimité de la candidature de Benjamin Griveaux. Nous ne sommes pas à l'abri d'une surprise où le parti après avoir investi un premier candidat, finalement décide de l'écarter pour en réinvestir un nouveau qui, lui, pourrait avoir la légitimité de la base militante. En soit, Cédric Villani affiche une audace tout à fait macronienne et en cela il est beaucoup plus conforme à Macron dans la façon de concevoir la politique que Benjamin Griveaux qui est davantage dans une logique d'ancien monde investi par un parti. C'est intéressant de voir qu'il est bien plus conforme à la pensée présidentielle.

Sur le plan programmatique, il faut observer ce qui se passe dans les principales villes où un candidat LREM va être investi. Patrick Le Mestre, le candidat investi par le CNI à Vannes, a déclaré dans une interview : « Ce n’est pas encore l’heure de présenter un programme, mais on peut déjà dire que ces grands thèmes, ce sont la transition écologique, la justice sociale et la sécurité. » C’est donc plutôt la fibre sociale du programme de Macron qui va s’exprimer. Ailleurs, à Montpellier, Philippe Saurel ne briguera pas l’investiture. Ce sera peut-être Nicolas Charrel qui sera choisi ? Son programme : une application pour remettre le citoyen au cœur de la cité, l’écologie incitative (gratuité des transports, distribution de réducteur de consommation d’eau, etc.). De son côté, Benjamin Griveaux a parlé à Paris d’un programme pour soutenir l’apprentissage de l’anglais à Paris. Quand on fait le bilan, ce qu’il reste, c’est donc une politique très hétéroclite, plutôt gestionnaire, pas forcément axée sur le développement économique, mais plutôt sur des questions qui font consensus : l’écologie, la transparence des élus, etc.

On sait que les municipales vont être les élections les plus difficiles pour LREM, ce qui est naturel. C'est un jeune parti qui n'a pas encore de cadres locaux, qui se retrouvent dans l'urgence dans lequel ils ont été lors des élections législatives. LREM a investi beaucoup de candidats de dernière minute aux législatives, ce qui a donné une majorité avec des incohérences idéologiques parce que le parti macronien avait besoin pour construire une majorité de candidats. Naturellement, on ne peut pas dire que tous les candidats aient une forme d'universalité idéologique. La question est similaire pour les municipales et même d'une plus grande ampleur. En France, cela nécessite des effectifs et des ressources locales que ne possède pas LREM. Alors que les Républicains par exemple ont quarante à cinquante ans d'expérience de ces élections. Cela va donc être difficile pour En Marche car leur candidat vont devoir former des alliances. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 05/09/2019 - 14:28
LREM a un art consommé
pour préparer les plans d'une défaite.
zelectron
- 05/09/2019 - 09:10
des projets en forme de promesses électorales
à ne pas tenir surtout, puisqu'il faut obéir en tous points aux consignes des différents partis et groupes d'influence qui vous ont fait maires (ou députés ou que-sais-je) sous peine de ne plus avoir leurs soutiens (pas gratuits)
caustik317
- 04/09/2019 - 18:00
Macron,
veut imposer SA vision de la nation, au lieu d'accompagner les désirs des français pour leur avenir et ceux de leurs enfants. Il se comporte déjà en dictateur, n'écoutant que lui-même et non pas les aspirations des administrés qui le nourrissent provisoirement. Tous les jours, il se comporte comme quelqu'un qui a 2 ou 3 mandatures devant lui ! C'est évident. C'est anormal et présomptueux : méfiez vous !