En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 18 min 41 sec
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 2 heures 34 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 3 heures 21 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 5 heures 11 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 5 heures 49 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 7 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 7 heures 15 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 17 heures 29 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 18 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 41 min 6 sec
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 3 heures 47 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 6 heures 35 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 7 heures 13 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 7 heures 32 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 41 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 21 heures 44 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Bonnes feuilles

Comment les nouvelles technologies pourraient participer à la protection de l’environnement

Publié le 01 septembre 2019
Alors que le monde se précipite vers une "quatrième révolution industrielle" aux enjeux cruciaux, Christophe Victor propose des pistes pour bâtir "le monde qui vient" afin qu'il ne soit pas pire que celui, à bout de souffle, dans lequel nous vivons. Ce livre est publié aux éditions Plon. Extrait 2/2
Christophe Victor
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Victor est Consultant en transformation digitale, auteur et conférencier. Il est ancien Directeur Général des Echos et co-fondateur de Viva Technology avec Publicis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le monde se précipite vers une "quatrième révolution industrielle" aux enjeux cruciaux, Christophe Victor propose des pistes pour bâtir "le monde qui vient" afin qu'il ne soit pas pire que celui, à bout de souffle, dans lequel nous vivons. Ce livre est publié aux éditions Plon. Extrait 2/2

Depuis les travaux de l’économiste Joseph Schumpeter dans les années 1930, l’innovation est considérée comme l’un des facteurs centraux du développement de la compétitivité des entreprises et au-delà de la croissance économique des différents pays. Mais avec la prise de conscience du réchauffement climatique et de la crise écologique, elle est confrontée à des questionnements de plus en plus forts sur sa compatibilité avec les exigences de préservation de la planète. L’impact très visible sur l’environnement de certaines industries (industrie lourde, secteur aérien, domaine des transports et de l’énergie…) pourrait en faire douter. Pourtant, on a trop tendance à opposer impératifs écologiques et économiques, pour soutenir encore une fois la thèse d’une décroissance inévitable. Si l’exigence d’un comportement responsable en la matière est évidemment à rappeler de façon permanente, l’innovation peut avoir également un rôle clé dans le développement durable. Elle peut faire en sorte que la croissance à venir ne soit pas limitée par le stock actuel de ressources naturelles et contribuer à faire face aux besoins futurs de la planète, tout en la préservant.

Les nouvelles technologies décrites dans les deux premières parties de cet ouvrage nous font évoluer vers une organisation dans laquelle les flux de matières premières, d’énergie, de main-d’oeuvre et de données interagissent pour créer un modèle économique plus productif et plus économe en ressources. Cisco indiquait au Forum de Davos, en 2017, que « les solutions ouvertes par l’Internet des objets devraient permettre une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 9,1 milliards de tonnes d’ici 2020, soit 16,5 % du total prévu pour cette année-là », et « des retombées économiques de 2 700 milliards de dollars, dans la décennie à venir, provenant de l’élimination du gaspillage et de l’amélioration des processus d’approvisionnement et de la logistique12 ». Une transparence accrue de l’information accélérera la prise de conscience de la menace écologique et contribuera à modifier le comportement des citoyens pour les inciter à réduire leur consommation d’électricité ou à recycler leurs déchets. De nouveaux modèles autour de l’économie du partage se traduiront par un meilleur taux d’utilisation des équipements. De nouveaux modes de communication (dématérialisation) et de travail (télétravail, visioconférence, Smart Work Centers, etc.) diminueront les transports de documents, d’objets ou de personnes.

L’objectif est d’aboutir le plus rapidement possible à un modèle d’économie circulaire où les matières premières ne seront plus extraites et transformées pour être ensuite consommées et jetées, mais où de nouvelles pratiques organisationnelles permettront de réinjecter les déchets dans le cycle économique en favorisant leur réutilisation et leur recyclage. Le dioxyde de carbone cesserait ainsi, par exemple, d’être un gaz à effet de serre pour devenir une ressource. Capturé à la sortie des cheminées d’usine où il est le plus concentré, il pourrait être ensuite transformé en acide formique – qui permet de faire fonctionner les piles à combustible des voitures du futur – ou en méthanol – utilisé comme solvant dans les peintures, vernis ou encres…. Ces opérations sont pour le moment très exigeantes en énergie et reposent sur l’utilisation de métaux précieux, ce qui constitue un vrai frein à leur déploiement. Mais des centaines de laboratoires sur la planète s’emploient à améliorer ces processus de catalyse en les rendant moins énergivores et en testant d’autres métaux. La loi française du 18 août 2015 relative à la transition énergétique a ainsi prévu de réduire de 30 % la consommation de ressources par rapport au PIB entre 2010 et 2030 grâce à l’économie circulaire.

Certains me jugeront beaucoup trop optimiste sur l’impact des nouvelles technologies sur la planète et m’opposeront que, loin de la sauvegarder, elles accélèrent au contraire sa dégradation. Les exemples sont faciles à trouver : explosion des déchets d’équipements électriques et électroniques (estimés à 750 millions de tonnes en 2014), croissance soutenue de la consommation électrique liée aux besoins de traitement et de stockage informatique, difficultés à recycler certains nouveaux matériaux issus notamment des nanotechnologies… D’autres estimeront que ces progrès existent, mais sont loin d’être suffisants par rapport à l’enjeu : certains scientifiques n’ont-ils pas calculé que nous consommons actuellement en un an ce que la Terre a pris un million d’années à construire ? Le rapport d’octobre 201813 du GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), nous rappelle l’urgence de la situation : le rythme actuel de réchauffement de la planète est supérieur à celui fixé par l’accord de Paris d’octobre 2017 et pourrait avoir des conséquences dramatiques : disparition de milliers d’espèces vivantes, élévation du niveau de la mer, inondations et tempêtes dévastatrices. Les commentateurs se sont néanmoins arrêtés à ce constat catastrophiste et ont peu mis en lumière le message essentiel des scientifiques : les solutions existent, leur coût est tolérable, et leur mise en oeuvre n’est pas incompatible avec le développement économique.

« Limiter le réchauffement à 1,5 °C implique de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre d’environ 45 % en 2030 par rapport à 2010 et d’atteindre des émissions nettes nulles vers 2050. » La captation et le stockage du carbone présent ou émis dans l’atmosphère pourraient s’avérer une technologie décisive, si de nouveaux progrès étaient réalisés sur ce sujet et suffisamment diffusés. Des efforts considérables en matière de recherche et développement devraient y être consacrés. En attendant, le rapport du GIEC nous invite à faire passer la part de l’électricité dans l’ensemble énergétique mondial de 20 % actuellement à 60 % en 2050. La part des renouvelables devrait atteindre 80 % et la part du nucléaire devrait croître également. Le coût d’une telle transition pour l’énergie et l’industrie est estimé au niveau mondial à 900 milliards de dollars par an, soit 0,6 % du PIB mondial, quand la croissance se situe autour de 3 à 3,5 %. Il s’agit donc d’un effort supportable s’il est correctement réparti et si un effort de pédagogie suffisant est réalisé.

Extrait de "Le monde qui vient - Ou comment reprendre le contrôle sur les technologies", de Christophe Victor, publié aux éditions Plon

Pour acheter le livre sur Amazon, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires