En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 9 heures 17 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 12 heures 18 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 13 heures 9 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 14 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 16 heures 27 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 18 heures 36 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 19 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 19 heures 48 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 20 heures 21 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 9 heures 42 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 12 heures 44 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 14 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 16 heures 12 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 16 heures 45 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 18 heures 11 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 18 heures 47 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 19 heures 44 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 20 heures 17 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 20 heures 39 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Bonnes feuilles

Comment les nouvelles technologies pourraient participer à la protection de l’environnement

Publié le 01 septembre 2019
Alors que le monde se précipite vers une "quatrième révolution industrielle" aux enjeux cruciaux, Christophe Victor propose des pistes pour bâtir "le monde qui vient" afin qu'il ne soit pas pire que celui, à bout de souffle, dans lequel nous vivons. Ce livre est publié aux éditions Plon. Extrait 2/2
Christophe Victor
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Victor est Consultant en transformation digitale, auteur et conférencier. Il est ancien Directeur Général des Echos et co-fondateur de Viva Technology avec Publicis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le monde se précipite vers une "quatrième révolution industrielle" aux enjeux cruciaux, Christophe Victor propose des pistes pour bâtir "le monde qui vient" afin qu'il ne soit pas pire que celui, à bout de souffle, dans lequel nous vivons. Ce livre est publié aux éditions Plon. Extrait 2/2

Depuis les travaux de l’économiste Joseph Schumpeter dans les années 1930, l’innovation est considérée comme l’un des facteurs centraux du développement de la compétitivité des entreprises et au-delà de la croissance économique des différents pays. Mais avec la prise de conscience du réchauffement climatique et de la crise écologique, elle est confrontée à des questionnements de plus en plus forts sur sa compatibilité avec les exigences de préservation de la planète. L’impact très visible sur l’environnement de certaines industries (industrie lourde, secteur aérien, domaine des transports et de l’énergie…) pourrait en faire douter. Pourtant, on a trop tendance à opposer impératifs écologiques et économiques, pour soutenir encore une fois la thèse d’une décroissance inévitable. Si l’exigence d’un comportement responsable en la matière est évidemment à rappeler de façon permanente, l’innovation peut avoir également un rôle clé dans le développement durable. Elle peut faire en sorte que la croissance à venir ne soit pas limitée par le stock actuel de ressources naturelles et contribuer à faire face aux besoins futurs de la planète, tout en la préservant.

Les nouvelles technologies décrites dans les deux premières parties de cet ouvrage nous font évoluer vers une organisation dans laquelle les flux de matières premières, d’énergie, de main-d’oeuvre et de données interagissent pour créer un modèle économique plus productif et plus économe en ressources. Cisco indiquait au Forum de Davos, en 2017, que « les solutions ouvertes par l’Internet des objets devraient permettre une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 9,1 milliards de tonnes d’ici 2020, soit 16,5 % du total prévu pour cette année-là », et « des retombées économiques de 2 700 milliards de dollars, dans la décennie à venir, provenant de l’élimination du gaspillage et de l’amélioration des processus d’approvisionnement et de la logistique12 ». Une transparence accrue de l’information accélérera la prise de conscience de la menace écologique et contribuera à modifier le comportement des citoyens pour les inciter à réduire leur consommation d’électricité ou à recycler leurs déchets. De nouveaux modèles autour de l’économie du partage se traduiront par un meilleur taux d’utilisation des équipements. De nouveaux modes de communication (dématérialisation) et de travail (télétravail, visioconférence, Smart Work Centers, etc.) diminueront les transports de documents, d’objets ou de personnes.

L’objectif est d’aboutir le plus rapidement possible à un modèle d’économie circulaire où les matières premières ne seront plus extraites et transformées pour être ensuite consommées et jetées, mais où de nouvelles pratiques organisationnelles permettront de réinjecter les déchets dans le cycle économique en favorisant leur réutilisation et leur recyclage. Le dioxyde de carbone cesserait ainsi, par exemple, d’être un gaz à effet de serre pour devenir une ressource. Capturé à la sortie des cheminées d’usine où il est le plus concentré, il pourrait être ensuite transformé en acide formique – qui permet de faire fonctionner les piles à combustible des voitures du futur – ou en méthanol – utilisé comme solvant dans les peintures, vernis ou encres…. Ces opérations sont pour le moment très exigeantes en énergie et reposent sur l’utilisation de métaux précieux, ce qui constitue un vrai frein à leur déploiement. Mais des centaines de laboratoires sur la planète s’emploient à améliorer ces processus de catalyse en les rendant moins énergivores et en testant d’autres métaux. La loi française du 18 août 2015 relative à la transition énergétique a ainsi prévu de réduire de 30 % la consommation de ressources par rapport au PIB entre 2010 et 2030 grâce à l’économie circulaire.

Certains me jugeront beaucoup trop optimiste sur l’impact des nouvelles technologies sur la planète et m’opposeront que, loin de la sauvegarder, elles accélèrent au contraire sa dégradation. Les exemples sont faciles à trouver : explosion des déchets d’équipements électriques et électroniques (estimés à 750 millions de tonnes en 2014), croissance soutenue de la consommation électrique liée aux besoins de traitement et de stockage informatique, difficultés à recycler certains nouveaux matériaux issus notamment des nanotechnologies… D’autres estimeront que ces progrès existent, mais sont loin d’être suffisants par rapport à l’enjeu : certains scientifiques n’ont-ils pas calculé que nous consommons actuellement en un an ce que la Terre a pris un million d’années à construire ? Le rapport d’octobre 201813 du GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), nous rappelle l’urgence de la situation : le rythme actuel de réchauffement de la planète est supérieur à celui fixé par l’accord de Paris d’octobre 2017 et pourrait avoir des conséquences dramatiques : disparition de milliers d’espèces vivantes, élévation du niveau de la mer, inondations et tempêtes dévastatrices. Les commentateurs se sont néanmoins arrêtés à ce constat catastrophiste et ont peu mis en lumière le message essentiel des scientifiques : les solutions existent, leur coût est tolérable, et leur mise en oeuvre n’est pas incompatible avec le développement économique.

« Limiter le réchauffement à 1,5 °C implique de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre d’environ 45 % en 2030 par rapport à 2010 et d’atteindre des émissions nettes nulles vers 2050. » La captation et le stockage du carbone présent ou émis dans l’atmosphère pourraient s’avérer une technologie décisive, si de nouveaux progrès étaient réalisés sur ce sujet et suffisamment diffusés. Des efforts considérables en matière de recherche et développement devraient y être consacrés. En attendant, le rapport du GIEC nous invite à faire passer la part de l’électricité dans l’ensemble énergétique mondial de 20 % actuellement à 60 % en 2050. La part des renouvelables devrait atteindre 80 % et la part du nucléaire devrait croître également. Le coût d’une telle transition pour l’énergie et l’industrie est estimé au niveau mondial à 900 milliards de dollars par an, soit 0,6 % du PIB mondial, quand la croissance se situe autour de 3 à 3,5 %. Il s’agit donc d’un effort supportable s’il est correctement réparti et si un effort de pédagogie suffisant est réalisé.

Extrait de "Le monde qui vient - Ou comment reprendre le contrôle sur les technologies", de Christophe Victor, publié aux éditions Plon

Pour acheter le livre sur Amazon, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires