En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

02.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

05.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

06.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 4 heures 58 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 6 heures 25 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 11 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 14 heures 42 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 15 heures 19 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 15 heures 37 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 16 heures 10 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 16 heures 32 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 16 heures 49 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 5 heures 42 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 10 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 12 heures 44 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 15 heures 9 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 15 heures 31 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 15 heures 47 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 16 heures 18 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 16 heures 36 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 16 heures 49 min
© Brendan Smialowski / AFP
© Brendan Smialowski / AFP
Coopération internationale

G7 à haut risque : des compromis sont-ils possibles dans le monde occidental divisé de Donald Trump ?

Publié le 23 août 2019
Le G7 se réunit à Biarritz du 24 au 26 août après une semaine riche en rencontres diplomatiques et en évènements politiques, notamment en Italie. Plus que jamais, deux camps dans cette rencontre des dirigeants du monde développé semblent s’opposer : « progressistes » d’un côté, et « populistes » de l’autre.
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le G7 se réunit à Biarritz du 24 au 26 août après une semaine riche en rencontres diplomatiques et en évènements politiques, notamment en Italie. Plus que jamais, deux camps dans cette rencontre des dirigeants du monde développé semblent s’opposer : « progressistes » d’un côté, et « populistes » de l’autre.

Atlantico : Sur les principaux problèmes communs aux pays dont les dirigeants vont se rencontrer, peut-il y avoir des compromis entre ces deux camps ?

Jean-Eric Branaa : Cela me semble très difficile. Le monde est devenu extraordinairement complexe et divisé. Dans Trumpland : portrait d’une Amérique divisée (2017), j’écrivais que Donald Trump allait amener un nouvel ordre mondial. On voit que cet ordre mondial s’installe, pas uniquement via Donald Trump, mais c’est un des chefs de file de cette transformation. Le monde occidental se divise aujourd’hui entre progressistes et populistes, comme vous le dites. La division gauche-droite telle qu’on la connaissait avant 2016 n’existe plus parce qu’il n’y a plus de clivage autour de la remise en cause du capitalisme. C’est sur des valeurs et certaines grandes questions globales que la division se fait.

Certains problèmes, dans ce cadre, sont quasiment insolubles. Prenons l’exemple du climat qui est un enjeu de taille pour les progressistes. Du côté populiste, le problème économique est central : la défense de l’environnement revient pour ceux qui suivent Donald Trump à contraindre par la régulation les industriels et mène donc à une augmentation du nombre de chômeurs. Il n’y a donc pas de motifs à agir pour les populistes.  

Aucun des deux camps ne veut avancer et faire des compromis, parce que cela va à l’encontre de ce que veulent leurs électeurs. D’un côté comme de l’autre, il y a une forte radicalisation de l’électorat. Le clivage ne cesse de grandir et le fossé, devenu ravin, est à mon avis infranchissable.  

Le thème principal de ce sommet, ce sont les inégalités mondiales, selon la volonté d’Emmanuel Macron. Finalement, n’est-ce pas justement le sujet sur lequel les deux camps sont irréconciliables?

Une des grandes politiques de Donald Trump depuis son élection a consisté à se retirer de tous les dispositifs de solidarité à l’égard du reste de l’humanité, expliquant que les Etats-Unis n’avaient pas à supporter sur leurs épaules le poids des malheurs du monde. Durant sa campagne électorale, il a expliqué aux contribuables américains qu’ils étaient imposés pour réduire les inégalités dans leur propre pays. Il utilisait régulièrement l’exemple de ceux qui vivent dans la rue aux Etats-Unis (et c’est un problème majeur dans les grandes villes américaines) en expliquant que, tant que ce problème n’était pas résolu, il n’était pas question de s’occuper de ceux qui vivent dans la rue en Afrique, en Asie, ou dans d’autres régions du monde.  Il a coupé les aides américaines dans ce sens. La solidarité mondiale, que les progressistes défendent, est bien entendu mise à mal par cette politique.

Peut-on expliquer les rencontres d’Emmanuel Macron cette semaine avec Vladimir Poutine et avec Boris Johnson comme une tentative d’isoler Donald Trump pendant cette G7 ?

Je pense que c’est le contraire. L’année dernière, le G7 s’est terminé en catastrophe. Donald Trump avait retiré sa signature du communiqué final. Il était parti en expliquant que le G7 était idiot parce qu’il fallait un G8. Il avait déjà demandé à ce que la Russie revienne dans ces sommets annuels, sous prétexte qu’il fallait discuter avec Vladimir Poutine des problèmes du monde. C’est un de ces leitmotivs en réalité, depuis très longtemps.

Emmanuel Macron répond à cet appel : Vladimir Poutine a été reçu au fort de Brégançon et le Président de la République a laissé entendre qu’il fallait rétablir le G8. C’est étonnant, parce que les problèmes qui existaient en 2014, notamment l’annexion de la Crimée, existent toujours. Donald Trump ferait un sacré pied de nez à l’histoire en réussissant ce coup : il aurait quasiment tout détricoté de l’héritage de Barack Obama.

Quant à Boris Johnson, c’est pour éviter un clash qu’Emmanuel Macron le reçoit auparavant. Donald Trump en visite d’Etat au Royaume-Uni a promis un accord phénoménal aux Britanniques, une fois le Brexit réalisé, et Bolton a fait une sortie remarquée il y a dix jours dans laquelle il a expliqué que le plan était quasiment prêt, qu’il serait certainement révélé au G7 avec une rencontre entre Donald Trump et Boris Johnson dès le début du G7. Ils pourraient donc révéler un plan qui ferait effet dès le 1er Novembre, sachant que le 31 octobre est la date du Brexit définitive que l’Union Européenne a accordé au Royaume-Uni, avec ou sans accord de retrait. Cela veut donc dire que le Royaume-Uni aurait un plan B. On sait cependant qu’un tel plan devrait passer par le Congrès, et Nancy Pelosi a déjà annoncé que les Démocrates n’approuveraient pas un plan de ce type. En jouant donc un peu à une forme de poker menteur, une telle annonce au G7 ruinerait tout de même les efforts d’Emmanuel Macron qui explique qu’il ne peut pas y avoir d’accord avec les Britanniques, et mettrait le Président de la République en porte-à-faux. Cela explique probablement qu’Angela Merkel ait ouvert la porte aux Britanniques de ce côté-là. En somme, tout le monde est gêné aux entournures : ce G7 est à hauts risques.

La Chine et la Russie sont les deux plus grandes puissances absentes de ce sommet. Un G7 sans la Chine peut-il aboutir à de véritables avancées diplomatiques ou économiques ?

Le cas de la Chine est un peu différent parce que la Chine n’est pas vraiment dans le concert des nations. La Chine est une puissance économique, mais n’est pas encore une puissance diplomatique qui fait évoluer réellement les grands dossiers du monde, parce que les alliances traditionnelles de l’après-guerre sont encore présentes. Donald Trump a fait exploser ces alliances, mais elles restent sous-jacentes. Pour le Président américain, les Alliés ne sont plus des alliés mais des partenaires, c’est-à-dire des partenaires commerciaux, et d’autres pays ont vocation à devenir des partenaires en ce sens-là. Le monde est donc, selon la doctrine de Donald Trump, un vaste supermarché dans lequel les Américains peuvent vendre leurs produits et essayer d’acheter le moins cher possible. Paix et prospérité : ce sont les deux axiomes que les Républicains ont en réalité toujours défendu, notamment au début du XXème siècle. Dans les temps de paix, il s’agit d’aller faire du commerce.

La Chine a donc vocation à se retrouver dans les instances les plus importantes. Mais elle pose quelques problèmes à Donald Trump. D’abord, l’hégémonie chinoise est grandissante : il y a une compétition entre les deux pays. Donald Trump n’a pas envie d’avoir la Chine dans les instances régulatrices. Cela a beaucoup gêné les Américains que la Chine intègre l’OMC par exemple. Les Américains ont tout fait pour bloquer le fonctionnement de l’OMC depuis. Donald Trump n’est qu’au début de son travail. Il cherche à faire revenir la Russie dans les négociations parce que cela permet d’affaiblir la Chine, mais faire venir la Chine, c’est plus compliqué.

Les voyages diplomatiques de Boris Johnson ces derniers jours, et la rencontre Macron-Poutine, semblent indiquer que les décisions internationales ne se prennent plus dans ces sommets internationaux ou dans les institutions internationales. Les grandes institutions de coopération internationale ont-elles un avenir ?

Tout dépend de ce qui va se passer en 2020. C’est à peu près ce qui va décider de l’avenir de ces institutions internationales. Si Donald Trump est réélu, et s’il est réélu avec une majorité plus importante que celle qu’il a aujourd’hui - imaginons qu’il remplace encore quelques sénateurs par des fidèles, et qu’il reprenne la Chambre des Représentants – il sera libre sur son champ de jeu et pourra aller beaucoup plus loin qu’il ne va actuellement, notamment en politique étrangère. Sur la politique étrangère, c’est en effet les anciens Républicains qui tiennent encore la maison.

S’il n’était pas réélu, on aura l’effet de balancier inverse. Le trumpisme ne va pas mourir : il y aura aux Etats-Unis une opposition très forte de la part des trumpistes. Sur la scène internationale en tout cas, si c’est Joe Biden qui gagne, il est évident qu’on va avoir un retour à l’ère Obama et la reconstruction de cette ère : retour dans les Accords de Paris, etc. L’ère Trump sera considérée comme une parenthèse, et le monde reprendra le fil de l’histoire comme il avait été prévu. Beaucoup de nations actuellement parient là-dessus : il y a une prudence, un attentisme, presque un coup d’arrêt dans les décisions diplomatiques. Tout le monde attend les élections américaines pour voir comment le monde va être mangé.

Il faut ajouter que ce G7 est à hauts risques, mais il ne va pas se passer grand-chose. Le thème choisi, s’il n’est pas pris dans le détail, va permettre de parler d’éducation et de santé, choses qui ne se discutent pas. Les questions structurantes vont être laissées à l’abandon. Comme un symbole, il n’y aura même pas de communiqué final : c’est comme si on s’était réuni pour rien. 

Propos recueillis par Augustin Doutreluingne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 24/08/2019 - 18:15
Les USA ne sont efficaces que
Les USA ne sont efficaces que dans l'adversité et ne sont jamais aussi à l'aise que dans la bipolarisation. Depuis que le communisme est mort, ils sont perdus.... Ils savent aussi que dans 30 ans cet ennemi sera la Chine. Alors aujourd'hui, ils s'y préparent, comme les Russes qui ne péseraient pas bien lourd face à une Chine conquérante en 2050.....Sauf à s'adosser à l'occident, c'est à dire l'Europe et aux USA.
Benvoyons
- 24/08/2019 - 16:13
ajm ::) Quand de Gaulle fait Chaise Vide il s'est brouillé avec
tous & les Français ont trouvé ça bien :)::)
En Diplomatie se brouiller avec certains veut dire qu'il y a des discussions, si non faut déclarer la Guerre.
ajm
- 23/08/2019 - 23:03
Macron l'anti diplomate.
Macron est de plus en plus ridicule. Après nous avoir brouillé avec une grande partie de l'Europe ( Europe de l'est, Italie, GB . ) sans pour autant avoir de bonnes relations avec l'Europe du Nord dont il n'a rien obtenu, il continue avec d'autres continents: Trump ne le prend pas au sérieux, Macron trouve le moyen de se brouiller avec les pays d'Amérique du sud, Brésil en tête . Peut-être l'Inde qui a besoin de nos Rafales contre le Pakistan sera l'exception qui confirme la règle.