En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

04.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

05.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

06.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

07.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 12 min 54 sec
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 6 heures 52 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 7 heures 16 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 7 heures 53 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 9 heures 38 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 53 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 30 min 56 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 3 heures 8 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

il y a 6 heures 52 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 7 heures 32 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 28 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 1 heure
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 1 jour 2 heures
Bonnes feuilles

Comment la faillite de l'école a entraîné une faillite de la langue

Publié le 21 août 2019
Pendant l'été, Atlantico publie les bonnes feuilles d'ouvrages remarquables. Aujourd'hui, "L'Ecole à la ramasse" de Michel Fize, publié aujourd'hui 21 août aux éditions de L'Archipel.
Michel Fize est un sociologue, ancien chercheur au CNRS, écrivain, ancien conseiller régional d'Ile de France, ardent défenseur de la cause animale.Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont  Le Peuple adolescent (2ème éd. Mots...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fize est un sociologue, ancien chercheur au CNRS, écrivain, ancien conseiller régional d'Ile de France, ardent défenseur de la cause animale.Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont  Le Peuple adolescent (2ème éd. Mots...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pendant l'été, Atlantico publie les bonnes feuilles d'ouvrages remarquables. Aujourd'hui, "L'Ecole à la ramasse" de Michel Fize, publié aujourd'hui 21 août aux éditions de L'Archipel.

C’est, selon nous, la faillite première, et même la faillite suprême. Car avec la perdition de la langue, c’est la culture française elle-même qui est aujourd’hui mise en danger.

La faillite de la langue est globale : orthographe, grammaire, vocabulaire, lecture, écriture, compréhension du sens (de ce qui est lu ou écrit).

La faillite touche presque toutes les catégories de jeunes, y compris les enfants de l’« élite ». Le temps n’est plus où les lycéens, tous des « héritiers » de la bourgeoisie et de l’aristo- cratie, entendant parler chez eux un français « classique », le parlaient à leur tour, dans une école qui parlait elle-même le français de Pascal et Descartes. Eux aussi ont perdu le « capital linguistique » cher à Bourdieu. Désabusé, Olivier Guichard, ministre du général de Gaulle, notait déjà, en 1970, que la culture classique était aussi étrangère à 90 % des enfants des classes aisées qu’aux enfants du peuple.

L’élargissement social du recrutement des enseignants, qui ne sont plus tous des enfants des couches moyennes (voire supérieures), le développement de la « langue-jeune » et des

langages « texto » expliquent aussi ce déclin du français. La « langue » de la Toile, issue de la langue « texto », est même en train d’acquérir le statut de langue dominante dans notre société. Or cette langue, quoi qu’en disent des linguistes aussi distingués qu’Alain Rey, qui la salue à longueur d’interviewes, est d’une extraordinaire pauvreté. Le vocabulaire est limité, les mots sont tronqués, le style est direct, cru, souvent agressif.

La faillite est aussi multigénérationnelle, car désormais les désordres langagiers se transmettent de père en fils, et de mère en fille. Les étudiants parlant mal, écrivant mal, deviennent,naturellement, des profs qui vont (au moins de temps en temps) parler mal, écrire mal (les enseignants honnêtes le reconnaissent volontiers, qui essaient de se corriger). Il y a plus de soixante ans, l’inspecteur général de l’Enseignement secondaire Le Gall tirait la sonnette d’alarme. De plus en plus, notait-il, les professeurs d’université relèvent dans les copies de licence des fautes d’orthographe et de syntaxe indignes d’élèves du certificat d’études. On a même signalé (pour remonter encore plus haut dans le temps) en 1893, dans un cours élémentaire, de nombreuses fautes dans les dictées : « Entre douze et quinze dans un texte de six lignes ! »

Ainsi, ce ne sont plus seulement les jeunes, et avant eux les enfants, qui massacrent la langue française, ce sont aussi les adultes, jusqu’aux plus hauts niveaux de responsabilité professionnelle... et de l’État (les travailleurs honnêtes le reconnaissent eux aussi, qui s’empressent à présent de prendre des cours d’orthographe et de se soumettre à la dictée).

Ainsi y a-t-il en France de plus en plus d’« illettrés », dans le sens donné à ce terme par d’éminents auteurs, comme Jean-Philippe Rivière, c’est-à-dire de « personnes qui ont été scolarisées mais qui ne maîtrisent pas suffisamment l’écrit pour faire face aux exigences minimales requises dans la vie professionnelle, sociale, culturelle et personnelle ». On estime aujourd’hui à 7 % le nombre d’illettrés chez les 18-65 ans – soit quelque deux millions et demi d’individus. Ajoutons qu’un Français sur cinq possède à présent un faible niveau de lecture et d’écriture, soit quatre fois plus qu’au Japon et deux fois plus qu’en Finlande. C’est considérable, mais pour certains linguistes (ah ! décidément, ces linguistes !), comme Frédéric Jejcic, tout ceci n’est pas bien grave. L’orthographe, disent ces experts, se modifie avec le temps (certes, mais entre évolution et déformation, il y a une différence, non ?). Quant aux nouvelles formes d’écriture, comme les textos, elles sont jugées franchement utiles. L’assemblage des chiffres et des lettres (comme écrire « 2main » au lieu de « demain »), dit ainsi M. Jejcic, représenterait « un jeu intéressant avec la logique ».

Extrait de L'Ecole à la ramasse, de Michel Fize, paru aux éditions de l'Archipel aujourd'hui, 21 août 2019.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

04.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

05.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

06.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

07.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 22/08/2019 - 14:19
La langue française n'a plus un problème
puisqu'elle n'existe plus. Ils ont voulu qu'on apprenne une langue de proximité et on l'a eue. Une grammaire, une syntaxe, c'est déjà du trop haut niveau. Autour de moi, je rencontre de plus en plus des personnes qui laissent entrevoir qu'elles sont dixéliques... non dixlétiques, enfin disléxiques, je crois. Enfin, vous m'avez compris, je pense ?
evgueniesokolof
- 21/08/2019 - 15:24
on comprend...
...le désespoir de l'auteur! Suffit de lire Bendidons pour comprendre le naufrage....

Bon, cela dit, dans les années 60 , au lycée où j'étais, les profs parlaient très bien français mais pour la moitié d'entre eux , la nullité le disputait à la fainéantise. La réalité est peut être un peu plus complexe
1.pas étonnant que la bêtise de l'Académie consistant à sacraliser les règles les plus débiles de l'orthographe finisse par sombrer. A -t-on franchement besoin des dictées de Pivot
2 Par ailleurs, un type qui sortait illettré de l'école il y a 50 ans pouvait prendre une pelle ou une pioche: c'est terminé
En revanche, combien de jeunes illettrés sont issus d'une certaine immigration ?
Le problème est complexe mais ne mérite pas que l'on se livre à des lamentations aussi inutiles que mille fois entendues
Phlt1
- 21/08/2019 - 15:03
Simple...
La langue d'un peuple est son génie, particulièrement celle de la France. Si la langue est simplifiée sur l'autel de la facilité et de la praticabilité, donc sur l'autel du matérialisme et du consumérisme comme le préconise toute la Gauche, de Faure à Mélenchon et au delà (normal, le socialisme est la philosophie du matérialisme, idiot utile du néo libéralisme et de la mondialisation), alors la France disparaitra dans les tourbillons de cette mondialisation, justement. Seule une extrême élite s'en sortira. Suis-je "décliniste".?. Non, ce sont des faits, INELUCTABLES.