En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

05.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

06.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

07.

Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel

01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 37 min 35 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 3 heures 59 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 4 heures 2 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 4 heures 19 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 4 heures 32 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 5 heures 15 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Politique
Lâches, cyniques et/ou aveugles

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

il y a 6 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 18 heures 26 min
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 19 heures 19 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 3 heures 28 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 4 heures 45 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 4 heures 3 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 4 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 4 heures 59 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 5 heures 33 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 17 heures 59 min
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 18 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 19 heures 55 min
© NICOLAS TUCAT / AFP
© NICOLAS TUCAT / AFP
Les Arvernes

Comment les révolutions technologiques bouleversent le secteur du marquage fiscal

Publié le 21 août 2019
Le progrès technique bouleverse des segments entiers d’activité, et mets à mal des acteurs historiques. Le marquage fiscal, activité vieille de plusieurs siècles consiste à imprimer sur un produit un timbre fiscal validé par l’administration publique afin d’en assurer la traçabilité, en est un exemple.
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le progrès technique bouleverse des segments entiers d’activité, et mets à mal des acteurs historiques. Le marquage fiscal, activité vieille de plusieurs siècles consiste à imprimer sur un produit un timbre fiscal validé par l’administration publique afin d’en assurer la traçabilité, en est un exemple.

Chateaubriand disait de la modernité qu’elle est une « force qui va », soulignant ainsi combien il était vain de prétendre tenter de s’y opposer. Adaptant cette formule littéraire au domaine économique, Alois Schumpeter a rendu célèbre l’idée de « destruction créatrice » pour désigner le processus continuellement à l'œuvre qui voit se produire de façon simultanée la disparition de secteurs d'activité économique conjointement à la création de nouvelles activités économiques. 

Concepts bien connus dira-t-on. Certes. Mais, pour autant, porteurs de difficultés. Car l’économie étant par définition politique, le progrès technique, en même temps qu’il apporte des solutions, créé des problèmes nouveaux. 

C’est évidemment le cas pour ce qui concerne les emplois : le développement de la robotisation et de l’intelligence artificielle fait craindre la disparition entière de métiers et contraint en tout état de cause à de puissants efforts d’adaptation des compétences. Dans le même ordre d’idée, si la politique de la concurrence européenne est abondamment critiquée, c’est en réalité moins parce qu’elle est inefficace que parce qu’elle nourrit une instabilité chronique dans l’économie qui fragilise les plus faibles ou les acteurs qui refusent de s’adapter.

Plus largement, le progrès technique bouleverse des segments entiers d’activité, et mets à mal des acteurs historiques. Le marquage fiscal, activité vieille de plusieurs siècles consiste à imprimer sur un produit un timbre fiscal validé par l’administration publique afin d’en assurer la traçabilité, en est un exemple. 

Ce secteur connaît depuis une vingtaine d’année une révolution permanente liée à deux facteurs. D’abord, les innovations technologiques et l’arrivée de timbres fiscaux digitaux, qui bouleversent les méthodes de production des vieux acteurs du marché. Ensuite, dans un monde marqué par une exigence toujours plus grande de transparence et donc de traçabilité, les gouvernements – qui n’oublient pas leurs finances publiques – imposent de nouvelles normes, telles que celles que recèle un protocole de l’OMS signé par 180 pays.

Dans un tel contexte, les acteurs du marquage fiscal sous soumis à une obligation d’innover de se transformer aigue, qui attise la concurrence entre eux, comme l’atteste, par exemple, l’appel d’offre géant actuellement en cours pour le marquage fiscal du Maroc, auquel soumissionnent SIPCA, Inexto, Madras Services et, enfin, la vénérable De La Rue. Le cas de cette dernière est particulièrement intéressant de la difficulté qu’éprouvent les acteurs traditionnels à s’adapter à une évolution technologique qui les bouscule, voire les dépasse, rognant leurs parts de marché et déstabilisant jusqu’au qu’au cœur de leur organisation. Entreprise fondée en 1821 à Londres, plus vieille entreprise d’imprimerie fiduciaire du monde, elle se débat pour survivre dans un secteur de plus en plus concurrentiel. Las, si des contre-exemples d’acteurs établis capables de continuer à innover existent (St Gobain dans le verre par exemple), tel ne semble pas être le cas de De La Rue, confrontée à une évolution technologique trop rapide.

Cannibalisme tardif

Aujourd’hui, au bout de deux cents ans d’histoire, l’entreprise britannique semble à la croisée des chemins.

Au niveau stratégique, « DLR » semble poussée par des vents contraires. En 2018, elle inaugurait en grande pompe une usine dernier cri pour fabriquer des passeports et des timbres fiscaux, à Malte. L’investissement, d’une valeur de 27 millions d’euros, était censé lui permettre de se réinventer. Moins d’un an plus tard, De La Rue annonçait la vente de sa division passeport, le départ potentiel de ses 200 employés, et la vente de cette même usine pour 42 millions d’euros. À peine de quoi rembourser les sommes investies depuis des dizaines d’années – mais un choix de raison après la perte du contrat des nouveaux passeports post-Brexit du Royaume-Uni. 

Aujourd’hui, sentant le vent tourner, De La Rue veut se recentrer sur le marquage fiscal, malgré une expérience technologique assez faible sur ce secteur. Cette manœuvre, connue dans le monde de la stratégie d’entreprise, s’appelle la cannibalisation produit : faire d’une division, même rentable, une proie qui servira à nourrir une nouvelle, plus adaptée au monde nouveau. Ce fut le cas de Steve Jobs, qui en 2005, choisit de « cannibaliser » l’iPod Mini, alors en tête des ventes, en créant le Nano. Le résultat est connu : l’iPod Nano est devenu le baladeur MP3 le plus vendu de l’histoire.

Toutefois, cette démarche de cannibalisation doit être entreprise quand la division ou le produit « cannibalisé » est encore rentable. Ce n’est déjà plus le cas pour De La Rue qui, après plusieurs profit warnings et une perte de 77% de son chiffre d’affaires, conséquence de contrats perdus ou parfois d’impayés, et pris dans la tempête d’une accusation de corruption au Sud-Soudan, dispose d’une marge de manœuvre serrée. Les quelques contrats engrangés avec l’Arabie saoudite et les Émirats Arabes Unis ne peuvent que ralentir le déclin. Et tout parier sur le contrat marocain, comme DLR semble le faire, ne convainc pas les experts Outre-Manche, où l’avenir de l’entreprise pluri centenaire fait régulièrement la Une des journaux.

Nul ne peut connaître la suite de l’aventure pour De La Rue. Toutefois, l’exemple de l’imprimeur n’en demeure pas moins éclairant pour toutes les industries qui se croient encore à l’abri d’un chamboulement technique qui renverse, sans discrimination, tous les secteurs, même les plus anciens et les plus institutionnels. Combien de De La Rue en puissance se cachent-ils en France, convaincus que jamais le train du progrès technique ne partira sans eux ?

L’évolution du marché du marquage fiscal, victime d’une concurrence féroce qui confine au darwinisme, l’atteste : l’adaptation permanente aux exigences des consommateurs et des régulateurs est plus qu’une obligation, elle est une question de survie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 21/08/2019 - 15:38
ah ah ah
en voila un article qu'il est intéressant !!! Cela appelait un commentaire savant de Bendidons car la nature a horreur du vide! Il connait bien Neanderthal, Bendidons...sont allés à l'école ensemble: Ste Cucufine à La Chapelle Neuneux...
Benvoyons
- 21/08/2019 - 14:46
Il y a encore des gens pour croire que le monde peut
exister sans bouger ????? Depuis le Big Bang & comme dit Bouddha la seule constante qui existe dans l'Univers est le Changement .

Héraclite le dit sous une autre forme "Nous ne pouvons pas descendre deux fois dans le même fleuve, car il coule sans cesse de nouvelles eaux "

En fait si l'humain existe cela n'a été possible que par des disparitions massives & une nouvelle création Génétique puis son évolution vers
L’Homo sapiens. Il continu à exister car son ADN est le changement par la recherche & l'innovation. Néandertal même si par copulation il nous a transmis 2% de sa génétique il n'existe plus, car son code Génétique n'avait pas la notion de Communication du savoir & donc une Socialisation trop faible.
Si une idéologie propose de figer ( pour que rien ne bouge car bouger c'est nocif & voir même que le principe de précaution doit être seul maître à bord) pour sauver l'Humain, en fait elle ne fera que la destruction massive de l'Homo sapiens. Pas de crainte Il n'y aura jamais une majorité pour cette idéologie de régression, car l'Homo sapiens n'est pas programmé comme ça & donc pour ça.