En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 7 heures 1 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 8 heures 34 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 10 heures 51 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 14 heures 42 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 15 heures 13 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 15 heures 52 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 16 heures 33 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 16 heures 58 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 17 heures 32 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 17 heures 47 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 7 heures 59 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 8 heures 55 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 15 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 15 heures 51 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 16 heures 7 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 17 heures 11 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 17 heures 34 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 17 heures 56 min
© Reuters
© Reuters
Anticapitalisme fou

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

Publié le 21 août 2019
La distribution de dividendes pour 2019 aurait atteint, au deuxième trimestre de cette année, 513 milliards $ dans le monde, soit une hausse de 1,1% par rapport à l’année dernière. Il n’en fallait pas plus pour susciter la colère des mouvements anticapitalistes.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La distribution de dividendes pour 2019 aurait atteint, au deuxième trimestre de cette année, 513 milliards $ dans le monde, soit une hausse de 1,1% par rapport à l’année dernière. Il n’en fallait pas plus pour susciter la colère des mouvements anticapitalistes.

Comme à chaque publication d’étude sur les dividendes et leur montant, la meute des altermondialistes crie au loup. L’étude de référence publiée lundi par la société de gestion de fonds Janus Henderson Investors n’a pas échappé à la règle. Avec 513 milliards $ distribués en 2019 (au deuxième trimestre) au titre des bénéfices 2018, soit une modeste hausse de 1,1% en un an (beaucoup moins rapide que la croissance mondiale), les ennemis de la finance ont rapidement dégainé leurs discours habituels sur le sujet. 

On notera par exemple ce tweet d’Oxfam France, grande pourfendeuse du dividende sous toutes ses formes :

On ne sera pas surpris par le fond, même si un peu d’examen critique ne serait pas inutile ici. Ainsi, les distributions ont diminué de 3% en Asie hors Japon. Ce chiffre n’est pas très bon pour la croissance mondiale. 

Le dividende, cette bête du Gévaudan

On sait évidemment ce qui chagrine les ennemis du capitalisme (rebaptisés altermondialistes), même bien après la chute du mur de Berlin. Depuis Marx, le dividende est devenu le symbole de la spoliation, de l’argent distribué sans raison valable aux héritiers, aux détenteurs du capital, aux actionnaires fainéants et dormants, sur le dos des vrais méritants, les ouvriers qui font la prospérité de l’entreprise. Cette captation de la plus-value par des capitalistes, synonymes de riches et de profiteurs, au détriment de la main-d’oeuvre, synonyme de braves gens exploités, a mauvaise réputation.

Pour peu (comme c’est le cas aujourd’hui) qu’elle intervienne dans un contexte où les salaires sont sous contrainte, les discours sont tout prêts à dénoncer cet argent donné aux bourgeois inutiles pendant que le prolétariat souffre et n’arrive pas à nourrir ses enfants. On aura beau rappeler que le gros bataillon des actionnaires du CAC 40 et du SBF 120 sont constitués de familles fondatrices de l’entreprise dont elles tirent leurs moyens de subsistance, il restera toujours l’idée que la seule rémunération honnête s’appelle le salaire, et que le principe même du dividende est aussi celui de l’exploitation.

Nous avons tous ici en mémoire les diatribes habituelles de la gauche radicale ou révolutionnaire sur la prétendue baisse de la part des rémunérations dans le partage des richesses, qui constitue la tarte à la crème, factuellement fausse, des discours contestant la moralité du capitalisme. Si l’on se souvient que Marx dénonçait le salariat comme l’espace de l’aliénation, la défense mordicus, dans la bouche des marxistes aujourd’hui, du salaire comme moyen d’émanciper les salariés laisse songeur sur le déclin intellectuel de l’extrême gauche. Mais c’est une autre question…

Le dividende, cette chance pour les contribuables

Du strict point de vue financier, les contribuables français ont pourtant bien tort de faire la guerre aux dividendes, car ceux-ci font l’objet d’une taxation bien plus lourde que les autres revenus. Pour qu’un dividende puisse être versé, il faut en effet qu’un bénéfice soit dégagé, et donc qu’un premier coup de rabot de 33% soit passé au titre de l’impôt sur les sociétés. Une fois le dividende versé, le bénéficiaire peut décider de s’acquitter du prélèvement forfaitaire unique (le PFU) de 30% sur la somme qu’il reçoit. Ce prélèvement correspond à un versement de CSG et à l’impôt sur le revenu perçu. On écartera ici le cas des actionnaires qui ne perçoivent aucun revenu d’activité et qui doive s’acquitter d’une taxe supplémentaire de 6%. On retiendra le cas classique qui conduit à un prélèvement nominal de 66% sur la somme distribuée. Ce n’est pas rien!

Concrètement, il faut 150 euros de bénéfice pour distribuer 100 euros de dividende. Ces 100 euros sont ensuite soumis à un prélèvement de 30 euros au titre du PFU. Autrement dit, pour verser 70 euros de dividende nets, une entreprise doit dégager 150 euros de bénéfice, dont 80 seront payés en impôts…

Selon l’institut Molinari, cette mécanique permet à l’État d’être le grand bénéficiaire des distribution de dividendes du CAC 40. Au vu de la législation fiscale, on comprend pourquoi: la taxation du dividende permet de redistribuer massivement les richesses. Cette taxation à environ 55% explique d’ailleurs largement pourquoi les entreprises françaises sont obligées de distribuer beaucoup de dividendes pour satisfaire leurs actionnaires. Pour verser 100 euros nets, il faut dégager environ 210 euros de bénéfice, ce qui est colossal. 

La CSG sur les dividendes, une aubaine pour la sécurité sociale

Si l’on admet l’hypothèse que, bon an mal an, le CAC 40 distribue environ 60 milliards d’euros de dividende, on notera que cette somme permet de dégager environ 10 milliards d’euros de ressources pour la sécurité sociale au titre de la CSG. Pour les assurés sociaux, ce montant est une aubaine, puisqu’il n’est créateur d’aucun droit. Autant le versement du moindre euro de salaire crée des droits sociaux, autant la CSG n’autorise même pas à adhérer au régime général de la sécurité sociale. C’est d’ailleurs pour résoudre cette aporie que le législateur a fini par inscrire dans la loi un principe général d’obligation d’être affilié au régime général, qui vise essentiellement à obliger les patrons qui ne se versent que des dividendes à financer la sécurité sociale (à fonds perdus) en devenant assuré social obligatoire. 

Selon la Commission des Comptes de la sécurité sociale, la CSG sur le patrimoine et sur les produits financiers a rapporté, en 2018, à la sécurité sociale, une somme de 13 milliards d’euros. Là encore, on peut s’étonner du désamour de certains Français, autoproclamés amis de l’égalité, pour les dividendes. En effet, le produit de la CSG sur le capital, qui nous intéresse ici, est directement affecté au financement du Fonds de Solidarité Vieillesse, qui sert à « pensionner » les Français les plus pauvres. On peut difficilement faire mieux en matière de solidarité et, là encore, les volumes transférés sont loin d’être neutres. 

Que serait un monde sans dividende?

La persistance des critiques péremptoires contre le versement de dividendes indique que cette socialisation des revenus du capital ne suffit pas à désarmer les oppositions. Mais que serait le monde sans dividende qu’appellent de leurs voeux un certain nombre d’adversaires déclarés du capitalisme? 

On le sait, le dividende est la rémunération du capital, c’est-à-dire la rémunération d’un placement financier. Par sa nature, il n’est pas différent du taux d’intérêt affecté au livret A. En revanche, son utilité est bien plus grande. Le dividende rémunère en effet un apport financier à une entreprise. Cet apport permet de développer l’activité de celle-ci et d’accélérer la croissance globale de l’économie.

On n’ignorera pas ici les critiques récurrentes sur la volatilité des capitaux, qui s’explique en partie par le manque de corrélation entre les taux d’impôt sur les dividendes et la durée de détention des actions. Nonobstant ce point, qui mérite d’être traité en lui-même, sur le principe, la disparition des dividendes obligerait les entreprises, pour assurer leur développement, à s’endetter auprès d’une banque plutôt que de bénéficier de la confiance de ces porteurs de risque que sont les actionnaires. Car n’oublions jamais qu’un dividende est versé quand l’entreprise dégage des bénéfices. En revanche, en cas de retournement, l’actionnaire qui a pris le risque d’apporter du capital à une entreprise peut tout perdre. 

Cette donnée-là n’est jamais prise en compte par les altermondialistes. L’actionnaire n’est pas un banquier qui prête de l’argent et qui peut le récupérer par tous les moyens. L’actionnaire est un partenaire, dont la qualité peut se discuter, mais qui n’est jamais sûr de gagner. L’année 2019 a commencé à le montrer avec des dégringolades boursières parfois douloureuses pour les porteurs. 

Faut-il comprendre, dans les critiques qui sont portées contre les dividendes, que les altermondialistes veulent favoriser une bancarisation à outrance de notre économie? Ils n’en ont probablement pas conscience, mais c’est bien le résultat de leurs prises de position. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jerome69
- 22/08/2019 - 16:08
Excellent
c est ce que je me tue à l expliquer autour de moi à ceux qui répètent ce que les idiots du villages Gocho braillent.
je suis largement plus choqué de voir des jeunes de moins de 30 ans touchés en un RAS en vivant et glandant toute la journée chez papa et maman alors que des boulots de tous types sont offerts sans trouver preneur.
autre phénomène pas vraiment expliqué ici est qu'une entreprise du CAC 40 doit verser un brut de dividende beaucoup plus plus élevé qu'une équivalente anglaise , usa etc... pour avoir le meme dividende net à la sortie. si elle ne le fait pas elle s'expose au risque de voir sa valeur boursière chutée et ainsi être la proie pour une OPA et disparaitre , ses salariés avec.
castres81
- 22/08/2019 - 12:24
Par définition le dividende sort de l'entreprise
Beaucoup de sociétés récentes n'en distribuent pas . Le plus souvent le rendement espéré des actions repose sur la hausse du cours plus que sur les dividendes perçus .
Paulquiroulenamassepasmousse
- 22/08/2019 - 08:28
@ganeshânebâté
Non.....! C'est juste l'illustration de la fable "la cigale est la fourmi"