En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

02.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

03.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

04.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

05.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

06.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 4 heures 8 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 5 heures 35 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 10 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 12 heures 17 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 15 heures 41 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 15 heures 59 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 4 heures 52 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 11 heures 54 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 14 heures 19 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 14 heures 41 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 14 heures 57 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 15 heures 28 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 15 heures 46 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 15 heures 59 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

15 août 1811 : ces querelles de préséances entre notables lors de la Saint-Napoléon annonçaient l'existence d'un nouvel ordre social

Publié le 15 août 2019
Tout l'été, Atlantico publie les bonnes feuilles de livres remarquables. Aujourd'hui, "15 août 1811 : l'apogée de l'Empire ?" de Charles-Eloi Vial. Extrait 2/2.
Charles-Eloi Vial
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Archiviste paléographe, docteur en histoire de l'université Paris-Sorbonne, Charles-Éloi Vial est conservateur à la Bibliothèque nationale de France. Il a notamment publié chez Perrin une biographie de Marie-Louise (prix Premier Empire de la fondation...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tout l'été, Atlantico publie les bonnes feuilles de livres remarquables. Aujourd'hui, "15 août 1811 : l'apogée de l'Empire ?" de Charles-Eloi Vial. Extrait 2/2.

"Il ne s’était pas tant agi, pour le Premier consul puis pour l’empereur, de mettre fin à la Révolution en remettant de l’ordre dans la société. Il fallait avant tout remettre la société en ordre. Les fêtes publiques, particulièrement la Saint-Napoléon, en constituent l’exemple parfait. Ces réjouissances permettent à la France de l’époque de se donner à voir à elle-même en aplanissant, autant que possible, les tensions sociales et les conflits hérités de la fracture révolutionnaire, les élites se subdivisant alors en un réseau subtil de hiérarchies entre les anciennes familles de la noblesse ou de la bourgeoisie et celles de notabilité plus récente, enrichies depuis 1789. Pour tout ce qui concerne les questions de préséance entre les représentants des différents groupes sociaux, l’Empire s’inscrit pourtant dans la lignée de l’Ancien Régime où de tels conflits étaient monnaie courante. Certaines de ces querelles font curieusement écho à celles de l’ancien temps : à Orléans, la fête de Jeanne d’Arc, rétablie par Bonaparte en 1803, donne ainsi lieu chaque année à des disputes entre magistrats et conseillers municipaux faisant directement écho à celles de la municipalité et du bailliage avant la Révolution.

Toutefois, même si la division de la société en trois ordres a théoriquement disparu en 1789, une nouvelle fracture se fait jour. Le sens des préséances entre notables est devenu si fort que, dans certaines villes, des plans ont été dressés afin d’assigner une place distincte aux différentes catégories sociales appelées à assister aux cérémonies officielles, avant tout destinés à mettre en avant la « majesté administrative » : préfet, sous-préfet, conseiller de préfecture, commandants militaires, médaillés de la Légion d’honneur, présidents et membres des tribunaux criminels, de première instance, de commerce ou de la douane, juges de paix, maire, conseillers municipaux, agents de police, huissiers, administrateurs des lycées, officiers de la Garde nationale, grands propriétaires terriens ou manufacturiers, et enfin le public, les plus riches devant et les pauvres les plus éloignés du chœur. L’organisation des fêtes publiques donne ainsi lieu à des querelles aussi complexes que celles qui occupent les officiers de la cour impériale responsables de l’étiquette. Le ministre de l’Intérieur échange régulièrement avec les autorités locales sur ces questions épineuses, grâce auxquelles les notables retrouvent peu à peu leur place au sein d’un ordre social un temps bouleversé.

Comme l’a noté Jean-Paul Bertaud, ces querelles souvent absurdes montrent surtout la « fatuité des notables » et la mesquinerie des fonctionnaires procéduriers et avides de reconnaissance. La plupart de ces affaires remontent au Consulat ou au début de l’Empire, les dernières années du règne ne recouvrant qu’un nombre réduit de dossiers. Comme à la cour des Tuileries où l’organisation de la fête de l’empereur fait désormais partie de la routine, la raréfaction des correspondances des préfets, sous-préfets et maires relatives à l’organisation des fêtes publiques montre cependant que l’œuvre de réorganisation était en voie d’achèvement. Seuls cinq documents évoquent la Saint-Napoléon du 15 août 1811. Dans certains cas, il ne s’agit que d’amour-propre : le sous-préfet de Chinon, Fortin, est ainsi visé par une plainte du curé après avoir insisté pour être raccompagné chez lui par la totalité du cortège des notables, tandis que d’Argenson, préfet des Deux-Nèthes, se plaint de devoir céder le pas au préfet maritime d’Anvers. La principale question préoccupant alors les autorités était celle du siège à accorder aux auditeurs au conseil d’État nommés à des sous -préfectures, dont le rang a été fixé par un décret du 1er juin mais que certains préfets ont du mal à placer sur les bancs des églises au jour de l’anniversaire de l’empereur, comme celui de la Doire, qui semble perplexe. Doivent-ils être assis côte à côte avec le secrétaire général de préfecture au deuxième rang ? Ou faut-il placer ces derniers au premier, avec le préfet, le maire et le président du tribunal de première instance ? Dans la Manche, le sous-préfet de Saint-Lô se pose les mêmes questions, comme son collègue préfet du Mont-Blanc à Annecy. À ces quelques incertitudes près, la fête se déroule dans tout l’Empire selon un canevas déjà éprouvé par plusieurs années de pratique, chaque individu connaissant sa place, non seulement dans le cadre des cérémonies, mais également au sein de la société. Un ordre dû à un seul homme, si parfait qu’il semble désormais immuable."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires