En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

07.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 34 min 31 sec
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 1 heure 22 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 2 heures 54 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 3 heures 52 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 4 heures 11 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 4 heures 12 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 4 heures 12 min
décryptage > Economie
Différence de taille

Le match du plan de relance allemand et français

il y a 4 heures 14 min
décryptage > International
La France en première ligne

Liban : l'Europe portée disparue

il y a 4 heures 14 min
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 21 heures 35 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 52 min 16 sec
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 1 heure 48 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 3 heures 11 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 3 heures 58 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 4 heures 12 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 4 heures 12 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le Français ?

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Media
Economie des médias

Tuer les cookies pour sauver le journalisme ? Les très intéressantes leçons venues des Pays-Bas

il y a 4 heures 14 min
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 21 heures 16 min
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 22 heures 12 min
© Pixabay
© Pixabay
Sclérose en plaques

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)

Publié le 15 août 2019
Une étude publiée dans la revue Neurology montre qu'il n'y a apparemment aucun lien entre la vaccination contre l'Hépatite B et l'apparition de la sclérose en plaques.
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude publiée dans la revue Neurology montre qu'il n'y a apparemment aucun lien entre la vaccination contre l'Hépatite B et l'apparition de la sclérose en plaques.

Atlantico : Une étude publiée dans la revue Neurology le 30 juillet dernier a montré qu'il n'y avait apparemment aucun lien entre la vaccination et l'apparition de la sclérose en plaques. Comment l'étude a été menée ? Qu'est-ce que prouvent ces résultats ?

Stéphane Gayet : C'est une étude épidémiologique qui a été menée dans le Sud-Est de l'Allemagne, dans le plus grand des 16 États fédéraux ou « régions » (land : pays), la Bavière. C'est une vaste étude rétrospective qui a porté sur 13 années, soit de 2005 à 2017. Elle a consisté à réaliser une analyse statistique d'une gigantesque base de données (« big data »), issue de l'assurance maladie. La méthode d'étude est dite « cas-témoins » : le principe est de comparer les « cas », en l'occurrence toutes les personnes qui ont développé une sclérose en plaques ou SEP, pendant la période d'observation rétrospective, aux « témoins », en l'occurrence toutes celles qui n'ont pas développé de SEP pendant la période et qui, soit n'étaient atteintes d'aucune autre maladie auto-immune (la SEP est en effet une maladie auto-immune), soit étaient atteintes d'une maladie auto-immune autre que la SEP (en l'occurrence, une maladie de Crohn ou bien un psoriasis, car ce sont là deux maladies également auto-immunes et qui partagent certains facteurs de risque génétiques avec la SEP).

Pour chaque cas de sclérose en plaques ou SEP, on a pris en compte toutes les vaccinations qui avaient été effectuées au cours de la période de cinq années précédant le diagnostic.

Ensuite, on a calculé et comparé les probabilités suivantes :

1. Quand on développe une sclérose en plaques au cours de la période d'observation, quel est le profil le plus probable : (A) avoir été vacciné ou bien (B) ne pas avoir été vacciné et n'être atteint d'aucune maladie auto-immune ? : la réponse est B.

2. Quand on développe une sclérose en plaques au cours de la période d'observation, quel est le profil le plus probable : (A) avoir été vacciné ou bien (B) être atteint d'une maladie de Crohn ? : la réponse est B.

3. Quand on développe une sclérose en plaques au cours de la période d'observation, quel est le profil le plus probable : (A) avoir été vacciné ou bien (B) être atteint d'un psoriasis ? : la réponse est B.

Cela signifie que le psoriasis, la maladie de Crohn et la non vaccination sont des facteurs de risque de sclérose en plaques plus probables que la vaccination.

Cette étude épidémiologique a donc conclu au fait que la vaccination (en général) ne constituait pas un facteur de risque (au sens probabiliste du terme) de survenue d'une sclérose en plaques ou SEP, au moins dans les cinq années suivantes. De surcroît, elle a au contraire montré que la vaccination paraissait protéger de la SEP (dans les cinq années qui la suivent).

Comment expliquer les origines de cette controverse sur la vaccination contre l'hépatite B ? Y a-t-il eu une erreur d'information sur les cas de sclérose en plaques apparus après une vaccination ou une erreur d'interprétation ?

Les autorités de santé françaises restent encore aujourd'hui, et pour des années sans doute, traumatisées par les scandales sanitaires dont elles ont eu à rendre compte. Qu'il s'agisse de l'affaire du sang contaminé par le VIH, de celle de l'hormone de croissance contaminée par le prion, de celle de la « Clinique du sport » (contamination des opérés par une bactérie qui venait de l'eau du réseau), etc., une défiance s'est constituée dans l'esprit français vis-à-vis des thérapeutiques médicales.

Depuis lors, les autorités sanitaires sont sur la sellette et donc sur le qui-vive. Le moindre faux pas peut leur être fatal.

Dans les années 1990, une étude épidémiologique (sans puissance, évidemment) a laissé entrevoir qu'il y aurait peut-être une relation entre la vaccination contre l'hépatite B et la survenue d'une sclérose en plaques dans les années qui suivent. Dès que le ministère de la santé a eu vent de cette information - et sachant que la vaccination contre l'hépatite B venait de surcroît d'être systématisée chez les enfants -, il a pris peur et a cessé de systématiser cette vaccination. Cela a fait l'effet d'un pavé dans la mare. Les démentis qui ont suivi n'y ont rien fait : une forte suspicion concernant la vaccination contre l'hépatite B s'était installée dans la population, rapidement élargie en suspicion contre les vaccins dans leur ensemble.

Cette malheureuse et très préjudiciable affaire a eu pour causes une information légère, sans puissance et qui s'est avérée finalement erronée, un affolement consécutif et des erreurs de communication fatales. C'est à cette occasion que l'on a perçu les dégâts que pouvaient faire une communication hâtive et non maîtrisée, surtout à l'échelon d'un ministère.

Evidemment, il est toujours facile de dénoncer les erreurs a posteriori. Toujours est-il que de nouvelles erreurs ont été commises lors de la « pandémie grippale » de 2009, déclenchant un vent de panique vis-à-vis du vaccin antigrippal.

Pour en revenir au vaccin contre l'hépatite B, on a naïvement confondu séquence et conséquence. Si l'on constate qu'une sclérose en plaques se développe dans les suites d'une vaccination, c'est une séquence, un enchaînement d'événements. Il ne faut pas en déduire que le second événement est la conséquence du premier, alors que c'est une fréquente tentation.

Seulement 2/3 des parents d'enfants nés entre 2017 et 2018 ont déclaré être favorables à l'obligation vaccinale dans une étude publiée par Santé Publique France en avril 2017. Ce chiffre paraît relativement peu élevé si on le compare à l'objectif de couverture vaccinale (90%) notamment pour l'Hépatite B. L'obligation est-elle une bonne méthode pour rétablir la confiance dans les vaccins ? Quelles sont les bonnes solutions selon vous ?

Tout compte fait, l'obligation est une mesure pertinente. Les Français ne sont pas les champions de la discipline et dans notre pays les obligations sont souvent rejetées de prime abord, dans une revendication de liberté et de libre-arbitre.

Mais sachant tout ce qui s'est passé en France en matière de vaccination depuis les années 1990, attendre que le peuple devienne mature et admette enfin l'intérêt des vaccins demanderait des années.

Le fait de rendre certaines vaccinations obligatoires est une mesure courageuse, responsable et forte du ministère chargé de la santé et c'est ce qui a été fait ; c'était la sage décision à prendre.

Pourquoi ? Parce que la prise de cette décision implique une très grande confiance en les vaccins de la part de l'autorité de santé. Car il est évident que cette même autorité devra prendre en compte tous les accidents de vaccination et dans les cas où le produit aura été rendu coupable d'effets secondaires graves, une indemnisation s'imposera d'autant plus que l'acte en cause était une obligation. Il y a donc une prise de risque non négligeable de la part du ministère. Elle est parfaitement justifiée étant donné que, à l'échelle de la santé publique, le rapport bénéfices sur risques de la vaccination en général et surtout des vaccinations rendues obligatoires, est plus qu'excellent et cela personne ne peut le contester.

On peut écouter ici l'argumentaire du professeur Alain Fischer en faveur du caractère obligatoire des 11 vaccinations : https://vimeo.com/228555353

C'est pourquoi les bonnes solutions sont le caractère obligatoire conjugué à des informations factuelles, honnêtes, simples et non infantilisantes. D'autres pays y sont arrivés, pourquoi pas la France ?

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 18/08/2019 - 12:31
gerint en fait avec ton conflit d'intérêt généralisé
il ne faudrait pas se Vacciner, ni utiliser les Médicaments.
Donc faut laisser la nature faire son travail naturellement.
Mais en effet quelqu'un qui a eu la Grippe, sans complication, & donc qui est toujours de ce monde, peut éventuellement être immunisé (sans se faire vacciner) pour une grippe nouvelle car une partie de son ancienne grippe agit comme un vaccin, car très proche. Facteur chance :) mais qui ne donne pas une sécurité immuable car ton corps évolue & donc des fragilités se feront jour. :)
gerint
- 17/08/2019 - 14:01
Benvoyons
En ce qui me concerne je n’ai pas du tout la même vision du bénéfice-risque ni de la valeur des études alléguées pour la prise de décision. Je gère ma santé et celle de ma famille de façon plus ciblée à la carte y compris en matière de vaccinations et dieu merci depuis des dizaines d’années tout va bien. Je ne pense pas qu’il s’agisse seulement de chance.
Les conflits d’intérêts (de tout bord) sont gigantesques et mènent à la multiplication des mensonges et en matière pharmaceutique actuellement à mon sens à une certaine barbarie,
Benvoyons
- 17/08/2019 - 08:35
gerint - 17/08/2019 - 00:44
Voilà gerint https://www.who.int/features/qa/84/fr/
Putain de Putain mais le conflit d'intérêt s'agrandit avec ses pré-supposés mondiaux( à la gerint ) avec tous ces médecins, scientifiques qui y travaillent. :)::)