En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Bonnes feuilles

Pourquoi Juan Carlos d'Espagne fut un roi modèle

Publié le 14 août 2019
Tout l'été, Atlantico publie les bonnes feuilles de livres remarquables. Aujourd'hui, Juan Carlos d'Espagne, par Laurence Debray, publié aux Editions Perrin. Extrait 1/2.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tout l'été, Atlantico publie les bonnes feuilles de livres remarquables. Aujourd'hui, Juan Carlos d'Espagne, par Laurence Debray, publié aux Editions Perrin. Extrait 1/2.

"Juan Carlos Ier fut une icône vivante car il accomplit parfaite ment la mission pour laquelle il fut élevé : rétablir durablementla monarchie en Espagne et réconcilier les Espagnols déchirés et

hantés par la guerre civile. Le roi a su capter sur lui la lumière. Mais les ombres demeurent. Derrière ce succès politique se cachent des drames personnels terribles : livré enfant à l’ennemi, ballotté entre deux figures paternelles impitoyables, indirectement responsable de la mort accidentelle de son frère, marionnette de Franco, usurpateur de son père... Sa prouesse pour le pays eut un coût humain incommensurable. Mais un souverain n’a pas droit aux états d’âme.

 

Juan Carlos est longtemps resté une « personne en projet ». À la mort de Franco, son tuteur, il se révélera, à la surprise de tous, la « personne d’un projet ». Au cours de sa vie, il sut guider son peuple dans toutes les phases de son histoire. En tant que moteur ou en tant qu’accompagnateur ?

 

Je n’ai pas la prétention de livrer une biographie définitive de ce personnage public. Encore moins de saisir le mystère de l’homme, qui demeure, quoi qu’on en dise. J’ai tenté d’esquisser les vérités et les dynamiques d’une vie hors du commun, sans trahir notre héros. Cet exercice n’a pas été aisé car les enjeux sont encore contemporains, et les principaux acteurs, tenus par une autocensure protectrice de leur souverain, rechignent à expliquer. Mon approche s’est nourrie d’archives et de témoignages inédits.

 

Ce livre a été possible grâce aux interviews de témoins glanées à Madrid et à Paris. Jorge Semprun m’a ouvert son réseau d’amis espagnols, dont le très regretté Javier Pradera ; Alfonso Guerra m’a aussi efficacement guidée. Des personnalités françaises de renom, dont entre autres Stéphane Bern, Hubert Védrine et Alexandre Adler, ont enrichi ma réflexion. Grâce à eux et aux archives diplomatiques françaises et britanniques, j’ai pu construire des clés de compréhension qui m’ont permis de cerner la conquête du pouvoir de Juan Carlos.

 

Juan Carlos m’a maintes fois répété : « Je n’aime pas le pouvoir. » Curieux pour un chef d’État. Correspondait-il au personnage que je m’étais façonné au gré de mes recherches ? Lors de deux après-midi d’hiver, en février 2014, quatre mois avant l’abdication, nous avons discuté de son parcours et de sa famille pour un film documentaire Moi, Juan Carlos, roi d’Espagne. Dans l’intimité de son bureau de la Zarzuela, au milieu de ses souvenirs. Des maquettes de bateau en argent et des photos de famille jalonnaient les omniprésentes bibliothèques de bois sombre. La lumière des jardins réussissait à égayer les lieux, qui n’ont ni le chic des palaces, ni l’allure des hôtels particuliers. Aucun élément high-tech ne venait perturber l’harmonie de la pièce, jonchée de livres, journaux et autres dossiers. Près de son bureau, Juan Carlos avait placé la photo d’Adolfo Suárez et un portrait de Torcuato Fernández-Miranda. Les deux hommes avec qui il a le plus œuvré politiquement pour l’Espagne. Le roi est donc un homme reconnaissant, à l’opposé de l’ingratitude supposée inhérente au pouvoir suprême."

 

Juan Carlos d'Espagne

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

La guerre des changes aura lieu

07.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fazende
- 15/08/2019 - 09:00
le sésame ? @le gorille
Oui, ne serait-ce d'accepter que la vie est un Mystère et qu'ainsi elle est respectable en ses tripes ! Qui dit Mystère, dit Espérance ! Après les tempêtes, l'herbe n'est-elle pas plus féconde, le ciel bleu plus étonnant ?? Je crois en L'Humanité, sa belle âme.. et prie dans les Monastères, Fondation du mont Athos en France.. Une piste...
Le gorille
- 14/08/2019 - 22:46
L'Histoire
Hum, madame. Oui vous avez raison sur le fond... mais j'ai discuté il y a quelque temps avec un professeur d'histoire. Ce qu'il m'a raconté sur l'état des lieux dans la profession est à faire dresser les cheveux sur la tête ! Apparemment, à l'époque de ses propres classes pour être professeur, il était déjà un introduit un biais, contre lequel il s'est révolté. Alors madame, avez vous le sésame pour extirper la gangrène introduite par ce biais ? L'histoire ne serait pas le fait des hommes. Donc il serait impossible à l'homme de peser sur l'histoire et donc d'avoir une Histoire... Je vous laisse à votre effarement!
Fazende
- 14/08/2019 - 11:40
Pourquoi ?
en France, ne peut-on, ne veut-on rétablir notre propre Histoire, avec ses fondations ??? La France serait moins dans la rue, fainéante et lâche, si elle retrouvait sa Dignité, sa Fierté ! la fierté implique l'humilité, l'acceptation de ses imperfections, ses ratages.. "Amen" dirait l'imbécile qui-ne-veut-être-loyal.....