En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

05.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 14 min 59 sec
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 51 min 5 sec
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 2 heures 6 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 4 heures 22 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 5 heures 58 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 6 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 7 heures 15 min
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 17 heures 53 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 20 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 30 min 47 sec
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 1 heure 28 min
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 2 heures 36 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 4 heures 33 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 5 heures 28 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 6 heures 7 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 7 heures 44 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 18 heures 8 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 21 heures 19 min
Bonnes feuilles

1861 : quand l'héritier du trône Philippe d'Orléans s'embarquait vers l'Amérique pour faire la guerre de Sécession

Publié le 13 août 2019
Les éditions l'Archipel publient Étonnantes histoires de l'Histoire d'Amélie de Bourbon Parme. Extrait 2/2.
Amélie de Bourbon Parme est journaliste et écrivain. Docteur en histoire, responsable de collection chez Plon, directrice conseil chez EuroRSCG, elle a écrit deux romans historiques consacrés à deux de ses ancêtres.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Amélie de Bourbon Parme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Amélie de Bourbon Parme est journaliste et écrivain. Docteur en histoire, responsable de collection chez Plon, directrice conseil chez EuroRSCG, elle a écrit deux romans historiques consacrés à deux de ses ancêtres.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les éditions l'Archipel publient Étonnantes histoires de l'Histoire d'Amélie de Bourbon Parme. Extrait 2/2.

À dix-neuf ans, je me suis consacré à la liberté des hommes et à la destruction du despotisme. [...] Je suis parti pour le Nouveau Monde, contrarié par tous et aidé par aucun. »

Le 30 août 1861, Philippe d’Orléans se répète cette phrase du marquis de La Fayette pour mieux s’en imprégner. Posté sur le pont du Britannia, qui vient de quitter Lieth, le port d’Édimbourg, pour New York, il se sent, à vingt-trois ans, proche comme jamais du héros des Deux Mondes, ainsi surnommé pour son rôle dans les guerres d’Indépendance et de Sécession et la Révolution française.

Le bateau a quitté l’Écosse depuis quelques minutes et déjà, l’horizon semble infini. Quelque chose de neuf et de grand vient de s’ouvrir sous ses yeux. Et ce n’est pas la petite pluie fine qui va l’empê‐ cher de croire que son destin est enfin devant lui. Vers ce continent où se déroule la guerre de Sécession, qui oppose depuis quelques mois la confédération des États du Sud aux États du Nord. Après treize ans d’exil, lui, le prétendant au trône de France, le petit-fils du roi des Français Louis-Philippe, va enfin prendre les armes et renouer avec les origines glorieuses de sa famille. Il aperçoit alors la silhouette de son frère sur le pont.

— Je n’ai jamais été aussi impatient de rejoindre cette armée étrangère, lui lance-t‐il, l’air exalté. Pas toi ?

De deux ans son cadet, Robert reste muet, traînant son air ennuyé et hésitant.

— Te rends-tu compte ? reprend Philippe pour l’encourager. Nous allons enfin pouvoir montrer ce que nous valons !

Robert hausse mollement les épaules. Philippe ne peut s’empêcher de repenser aux affronts subis : n’a-t‐il pas été chassé de son pays par la Révolution de 1848, évincé de son destin et de sa place de prétendant au trône de France par la IIe République ? Le souvenir de l’insurrection républicaine qui renversa son grand-père en février 1848 est une défaite personnelle. N’était-il pas en première ligne pour lui succéder, depuis la mort de son père dans un accident de calèche ?

Même s’il n’était qu’un enfant de quatre ans, ce rendez-vous manqué avec le destin l’a marqué pour toujours. Comme si ça ne suffisait pas, il vient d’être recalé par ce parvenu de Napoléon III. L’empereur, qui a instauré le Second Empire en 1852, a refusé qu’il participe à la deuxième campagne d’Italie, sous prétexte qu’un prince issu de la famille royale ne peut servir dans l’armée française.

— Toi aussi, tu te prends pour La Fayette ! s’exclame Robert en s’accoudant au bastingage, le regard lourd d’une peine ancestrale liée au destin contrarié de la branche cadette des Bourbons.

— Et pourquoi pas ? Qui sait si cette campagne ne pourra pas enfin nous donner le lustre qui a permis à La Fayette de devenir un homme providentiel.

Malgré lui, Philippe n’en finit pas de vouloir faire prendre sa revanche à sa famille en rétablissant une monarchie parlementaire, juste synthèse, à ses yeux, entre son héritage royal et les idéaux révolutionnaires. Ce voyage doit lui permettre de conforter auprès de ses partisans, et même au-delà, son image de prince engagé et valeureux. Robert hoche la tête, peu convaincu.

— N’est-ce pas par les armes que notre grand-père a conquis sa légitimité auprès des partisans de la Révolution ? Il s’est distingué dans les armées républicaines en 1792. Puisse-t‐il en être de même pour nous, d’une manière ou d’une autre, poursuit Philippe.

Alors que le bruit du vent s’engouffre dans leurs pensées, Robert fronce les sourcils, comme à chaque fois qu’il prétend mettre de l’ordre dans son esprit.

— Peut-être, mais je ne pense pas que cette guerre nous permettra de redorer notre blason. Qui sait d’ailleurs si le président Lincoln voudra nous prendre dans ses rangs ?

Philippe recule, étonné.

— Et pourquoi pas ? Après tout, le fils du ministre de Charles X n’est-il pas allé rejoindre le camp des Confédérés ? Il faut bien rétablir l’équilibre !

Tout à coup, les pas d’un homme à la silhouette haute et élégante effleurent le pont du bateau. Il semble avoir apprivoisé la mer. Avant d’être leur oncle, le prince de Joinville est un marin qui ne sait pas passer plus de deux mois sur la terre ferme. Il a pris ses neveux sous son aile depuis la mort de leur père, et c’est lui qui les a entraînés dans cette aventure.

— Notre cousin le comte de Chambord n’a pas eu ce courage, ajoute le prince. Philippe ne relève pas.

Le comte de Chambord soutient l’ordre établi et l’ancien monde. Même de l’autre côté de l’Atlantique, les Orléans et les Bourbons, meilleurs ennemis depuis des lustres, se démarquent, chaque camp soutenant l’adversaire de l’autre. La guerre continue sous d’autres masques. Même si le régime impérial l’a relégué lui aussi dans le camp adverse, le comte de Chambord, petit-fils de Charles X, descendant de la branche aînée des Bourbons, est son rival. Âgé de quarante et un ans, il bénéficie d’une aura de sagesse et d’un prestige lié à la mort de son père, le duc de Berry, poignardé par un partisan de Napoléon. Même si le comte de Chambord prétend restaurer une monarchie digne de l’Ancien Régime, Philippe ne peut s’empêcher de voir en lui un concurrent de la cause monarchique. Peu après leur arrivée à New York, les princes rencontrent le président Abraham Lincoln. Ils sont frappés par l’allure de cet homme maigre, à la barbe brune, et au nœud papillon tordu. Une force étonnante émane de cette silhouette dont le visage est creusé par le temps.

— Êtes-vous prêts messieurs à vous battre à nos côtés comme n’importe quel soldat ? Aucun égard ne vous sera accordé.

Le président les observe, tels des spécimens d’une race disparue, aux caractéristiques mystérieuses.

— Monsieur le président, déclarent Philippe et Robert d’une même voix, c’est exactement ce que nous voulons.

Quelques jours plus tard, les deux princes sont attachés à l’état-major du général George McClellan, commandant de l’armée du Potomac, sous les noms des capitaine Paris et capitaine Chartres.

Un an plus tard, le comte de Paris, son frère et son oncle embarquèrent à destination de l’Europe, non sans avoir gagné quelques batailles. Le général McClellan ne tarira pas d’éloges sur ses recrues, « de chics types et de remarquables soldats ». Si l’engagement du prince héritier contribua à le rendre populaire dans les milieux les plus ouverts et les plus républicains, il ne suffira pas à le remettre au centre du jeu politique.

Après le Second Empire, il ne parviendra pas à restaurer une monarchie constitutionnelle. Il devra même s’incliner devant le comte de Chambord qui restera le représentant des partisans d’une monarchie traditionnelle, loin du rêve de jeunesse de La Fayette.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
padam
- 15/08/2019 - 22:18
@Pierre-Marie
Il s'agit bien de la guerre de Sécession (1861-65) qui vit la victoire de l'Union (Nord) sur les Confédérés (Sud). Au siècle précédent, c'était la guerre d'indépendance, avec notre La Fayette national...
pierre marie
- 15/08/2019 - 09:39
1861 ?
Bigre... Ne serait-ce pas un siècle plus tôt :)