En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Terrain miné

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

Publié le 13 août 2019
Dans le JDD ce dimanche, François Baroin est revenu sur la mort du maire de Signes. Il a appelé l'Etat à protéger davantage les maires et à leur laisser plus de marge de manœuvre.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le JDD ce dimanche, François Baroin est revenu sur la mort du maire de Signes. Il a appelé l'Etat à protéger davantage les maires et à leur laisser plus de marge de manœuvre.

Atlantico : Retisser le lien avec les maires de France et les élus locaux n'est pas seulement une nécessitée exprimée par le président de l'AMF, c'est aussi la stratégie de la droite. Gérard Larcher et Christian Jacob cherchent tous deux à reconstruire LR grâce à l'aide des élus locaux et en partant du terrain. Si les maires, par exemple, se sentent de plus en plus abandonnés par l'Etat, ils sont également un certain nombre à avoir rejoint En Marche. Dans un premier temps, faire appel à leur aide pour réinventer LR n'est-il donc pas une stratégie risquée ?

Edouard Husson : Les propos tenus par François Baroin sont sincères en même temps qu’ils sont au fond décalés. Le décès du maire de Signes est un symptôme de quelque chose de bien plus grave. Il aurait pu se passer à une autre époque, sans doute, dans les circonstances telles qu’elles nous ont été rapportées. Mais nous sommes en 2019; comme le reconnaît François Baroin, on a affaire à une gigantesque crise de l’autorité. Et le décès de M. Michel a pour écho les centaines d’agressions de divers type, en augmentation constante, contre les maires et leurs adjoints. Le problème, ce ne sont pas les maires: le poisson a d’abord pourri par la tête. Il y a un lent affaissement de l’autorité de l’Etat, encouragé cyniquement par François Mitterrand, pratiqué sans états d’âme par Jacques Chirac et, contrairement à ce qu’il avait laissé espérer, non enrayé par Nicolas Sarkozy. Hollande et Macron sont des pilotes dotés d’un gouvernail bloqué. Ils donnent de la voix, font les gestes mais ils sont bien incapables de faire virer de bord le bateau. Et cela se sait jusque dans les soutes où les représentants du capitaine ne sont plus pris au sérieux. Aborder la reconquête de l’opinion par en bas, à l’échelon du maire comme entreprennent de le faire Larcher ou Jacob, c’est regarder la crise française par le petit bout de la lorgnette. 

Si selon François Baroin "la bataille d'opinion a été gagnée" et "le maire a été replacé au coeur du pacte républicain", une part de défiance envers les élus locaux demeure toujours au sein de la population française. En ce sens, en misant principalement sur le local, la droite ne se trouve-t-elle pas dans une impasse ? 

Insoutenable légèreté des modérés ! La France brûle de toutes parts et nous avons droit à de la communication de vieux routier de la République des notables. Ici il faut faire attention à un point: la mise en cause des maires n’est pas, comme dans le cas de la police, le résultat d’abus de pouvoir. Il s’agit, pour l’essentiel, d’un refus de l’autorité au plan local. Baroin fait comme si les maires avaient à se justifier; alors qu’ils sont, la plupart du temps, dans la même situation que les pompiers: ils viennent éteindre des incendies et se font caillasser. Penser que le président de la République, qui passe ses vacances à 60 kilomètres de Signes, ne s’est pas déplacé pour l’enterrement de Monsieur Michel ! Il s’est contenté de faire lire une lettre par l’un de ses ministres. Mais, si Baroin, Larcher, Jacob, étaient autre chose que des notables, ils auraient interpelé vivement M. Macron ! Depuis plus d’un an, la vie publique française, qui est bonne fille, ne cesse de livrer sur un plateau, des occasions d’attaquer frontalement le gouvernement: Affaire Benalla, crise des Gilets Jaunes, affaire Alstom, euthanasie de Vincent Lambert, mort de Steve à l’issue d’une charge policière. Et nos modérés de prendre des gants, systématiquement ! 

Enfin, après plusieurs défaites électorales majeurs , miser principalement sur "la proximité du terrain" comme compte le faire Christian Jacob n'est-il pas une stratégie trop légère ? Avec une électorat qui semble prendre la fuite vers LREM ou le RN, une refonte complète de LR ne serait-elle plus payante ?

La République, c’est-à-dire l’Etat, se meurt de l’absence de vie démocratique. La vie démocratique consiste entre un affrontement permanent, et sain, entre une majorité et une opposition. Si cet affrontement, qui mime la guerre civile pour mieux l’éviter, n’a plus lieu, alors les forces de dislocation sociale l’emportent. La démocratie, c’est un peu comme les combats singuliers dans L’Iliade: des armées se choisissent des champions et s’affrontent par procuration. Regardez le parlement britannique, qui a gardé une disposition des sièges propre à mettre en scène le combat de la majorité et de l’opposition !  Les électeurs sont de plus en plus nombreux à quitter les Républicains car ils ne voient aucun champion, aucun collectif prêt à défier Emmanuel Macron. Les violences qui se multiplient, comme celles qui ont eu lieu après les matchs de l’Algérie avec, symbole terrible, le déboulonnage d’une statue du Général de Gaulle, devraient être l’occasion d’un discours engagé sur l’immigration, la sécurité publique, le mépris de l’histoire entretenu par Emmanuel Macron. Après tout, c’est le maire d’Evreux qui avait fait installer cette statue le 18 juin 2019 ! Quelle plus belle manière de relier le maire à la nation et son histoire que d’interpeler le président de la République sur son silence après cet acte sacrilège qui s’est déroulé un vendredi soir au vu et su de tous - regardez les vidéos, cela se passe sur la place de l’Hôtel de Ville ! C’était l’occasion de montrer, quand on est LR et - théoriquement - un héritier du gaullisme politique, qu’on allait au coeur des choses, que l’échelon municipal et l’échelon national étaient intimement liés. Eh bien, qu’avons-nous entendu? Quelques déclarations indignées mais aucune mise en cause du silence du président de la République ou des médias. Nous avons affaire à un président qui méprise la vie politique locale et considère que l’histoire de France n’est pas son passé. Qu’en font les élus LR? Rien ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

La guerre des changes aura lieu

07.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 14/08/2019 - 08:18
GAN avec assurance
"Le principal problème de la politique française, c'est que deux tiers des citoyens sont encore persuadés que si un ou une Le Pen arrive au pouvoir, ce nouveau dirigent aura obligatoirement une conduite inspirée par Hitler, Staline ou Pol Pot."

Mais pas du tout cela ne sera pas pareil car ce qu'ont fait ces Socialistes, étaient pires que tout ce qui s'était passé avant Hitler, Lenine, Staline , Mao, Pol Pot. Donc la nature Humaine qui est toujours la recherche de la performance (comme avec les médicaments à un moment donné faut des doses de Cheval ) cherchera a faire beaucoup, mais beaucoup mieux encore. :)::)
Paulquiroulenamassepasmousse
- 13/08/2019 - 21:19
Le PR est mort avec Sarko,
Le PR est mort avec Sarko, comme le PS est mort avec Flamby..... Chaque parti s'étant construit non pas sur ses idées mais contre les idées de son adversaire il suit dans le néant son adversaire qui était sa raison d'être......
Liberte5
- 13/08/2019 - 19:49
Trois candidats...mais quelles différences?
G. Larrivé et J. Aubert sont jeunes et n'ont jamais participé au pouvoir de manière proche. C. Jacob en revanche est un ancien du RPR et Chiraquien convaincu ayant été ministre sous Raffarin. Il a ensuite soutenu N. Sarkozy dans les primaires de droite et du centre. Pour faire court , tout Chiraquien est par définition centre gauche et en aucun cas ne possède un logiciel de droite. Il va être soutenu par Sarkozy et par ceux qui veulent que LR en aucun cas ne puisse développer un logiciel conservateur et libéral. Les étatistes de l'appareil LR sont à la manœuvre pour faire élire C. Jacob qui ne leur fera pas d'ombre. Les médias massivement aussi le soutiennent, ce qui est un signal pour les militants pour ne pas voter pour lui.