En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

04.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

05.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse !

06.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott !

07.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

01.

La preuve par 4

01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 1 heure 6 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 3 heures 16 min
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse !

il y a 4 heures 41 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 5 heures 22 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 6 heures 19 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Le dernier des yakuzas" de Jake Adelstein, plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 18 heures 7 min
pépites > Justice
Calendrier judiciaire
Assassinat de Rafic Hariri : le verdict du procès finalement reporté suite aux explosions au port de Beyrouth
il y a 19 heures 48 min
pépites > Science
Ecosystème
Antarctique : de nouvelles colonies de manchots empereurs ont été découvertes grâce à des clichés pris depuis des satellites
il y a 21 heures 17 min
pépites > International
Solidarité avec le peuple libanais
Explosions à Beyrouth : Emmanuel Macron se rendra jeudi au Liban
il y a 1 jour 16 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 1 heure 45 min
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott !

il y a 4 heures 29 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 5 heures 19 sec
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 5 heures 49 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "L’offrande grecque, une aventure de Bernie Gunther" de Philip Kerr, du rififi chez les Grecs !

il y a 17 heures 45 min
pépites > Europe
Revers de la médaille ?
Brexit : les départs des Britanniques vers l’Union européenne auraient augmenté de 30% depuis le référendum
il y a 18 heures 30 min
pépites > International
Port de Beyrouth
Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse
il y a 20 heures 26 min
light > Science
Impact de l'homme sur les écosystèmes
La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment
il y a 22 heures 6 min
pépites > France
Polémique 2.0
L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive
il y a 1 jour 50 min
Bonnes feuilles

1676 : Quand le lieutenant-général Gabriel Nicolas de La Reynie se montrait trop efficace et démasquait Madame de Montespan

Publié le 12 août 2019
Les éditions l'Archipel publient Étonnantes histoires de l'Histoire d'Amélie de Bourbon Parme. Extrait 1/2.
Amélie de Bourbon Parme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Amélie de Bourbon Parme est journaliste et écrivain. Docteur en histoire, responsable de collection chez Plon, directrice conseil chez EuroRSCG, elle a écrit deux romans historiques consacrés à deux de ses ancêtres.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les éditions l'Archipel publient Étonnantes histoires de l'Histoire d'Amélie de Bourbon Parme. Extrait 1/2.

Assis derrière son bureau, à l’étage de l’hôtel particulier qu’il occupe, près du Palais-Royal, Gabriel Nicolas de La Reynie, lieutenant-général de la police de Paris, surveille les allées et venues de ses espions, archers, mouches et ins‑ pecteurs missionnés pour sécuriser le quartier Saint-Denis. Le 26 novembre 1679, il a préféré s’installer loin du Palais de justice, se fondre dans la ville pour mieux y débusquer les hors-la-loi. Avoir démantelé, en ouvrant une brèche dans le mur d’enceinte de Charles V, quartier Saint-Denis, la « cour des miracles », qui fourmillait de faux estropiés, aveugles, boiteux et paralytiques, a été son plus haut fait d’armes depuis que Colbert a créé pour lui cette charge policière, il y a douze ans. Il est fier de s’être imposé auprès du gou‑ verneur, du Parlement et du prévôt des Marchands. D’avoir rétabli l’autorité royale à Paris, dans l’une des villes les plus peuplées d’Europe, avec cinq cent mille habitants, dont il s’agit d’assurer la sécurité et pour lesquels il faut assainir l’environnement. Il se félicite chaque jour d’avoir créé le corps des commissaires, répartis sur dix-sept quartiers de Paris. L’efficacité de cette nouvelle organisation est telle que ses adjoints révèlent tous les jours des affaires. Il ne s’agit plus aujourd’hui de nettoyer la ville des vide-goussets à l’aide d’une police de chasse-coquins, mais de démanteler un réseau tentaculaire d’empoisonneurs et d’empoisonneuses.

Gabriel Nicolas de La Reynie suit une à une les étapes de cette affaire avec une certaine anxiété. Pas un soir ne se passe sans que son adjoint ne vienne lui donner le nom d’une nouvelle personne compromise dans ce dossier à tiroirs.

Gabriel Nicolas entend frapper à la porte, selon un rituel bien établi depuis quelques mois entre l’inspecteur Desgrez et lui.

— Entre ! dit-il.

Comme chaque soir, son fidèle collaborateur doit lui rendre compte de ses avancées. Il est âgé d’à peine trente ans, mais a déjà un air pour repérer des assassins dans des couvents. C’est lui qui a retrouvé la marquise de Brinvilliers, en fuite à Liège, trois ans plus tôt. L’histoire de cette femme, convaincue d’avoir empoisonné son père et ses deux frères, a fait grand bruit dans Paris.

Le jeune homme, l’allure légère, s’avance vers le lieutenantgénéral.

— Je crois que nous tenons quelque chose d’extraor‑ dinaire ! s’exclame-t‑il comme s’il venait de découvrir un trésor. On a trouvé pas moins de quarante-sept paquets de poison chez la Voisin.

La Reynie fronce les sourcils. Les lettres de cachet n’en finissent pas de pleuvoir, les arrestations se succèdent, les pendaisons et les bûchers se multiplient. Chaque jour, une nouvelle officine de miséreux est « logée », des attirails de distillation, des fourneaux, des alambics sont mis sous scellés. Des personnes de qualité, y compris à la Cour, mais aussi des prêtres sont compromis. On dirait que tout le monde, à Paris, veut supprimer ses parents pour en récupérer l’héri‑ tage grâce à ce poison lent baptisé « poudre de succession ».

— Que t’a-t‑elle dit lors de son audition ? demande La Reynie, saisissant les procès-verbaux que lui tend son ins‑ pecteur, à propos de Catherine Deshayes, surnommée « la Voisin », qui jouerait un rôle clé dans cette affaire.

— Elle cite des personnes connues, proches de la Cour. Elle aurait ou aurait eu comme clientes régulières la com‑ tesse de Soissons, la duchesse de Vivonne pour des messes noires, ou la vicomtesse de Polignac, le marquis de Cessac…

— Cette affaire ne me dit rien qui vaille, murmure La Reynie en parcourant les feuillets avec fébrilité.

Son expérience des bas-fonds lui a appris qu’ils recèlent des surprises parfois plus dangereuses encore que les gens qui les peuplent, comme si la mauvaise engeance, rien qu’en se côtoyant, démultipliait les crimes et les périls.

— Ne m’avez-vous pas donné carte blanche ? lance François Desgrez. Voulez-vous que je cesse cette investi‑ gation ?

La Reynie ne répond pas tout de suite, en réfléchissant aux états de service de ces devineresses, tireuses de cartes, avorteuses ou maquerelles, qui proposent toute une gamme de sortilèges, du philtre d’amour aux messes noires.

— Non. Les faits que tu décris sont trop graves. Et qui sait si la vie du roi ne sera pas menacée par l’une de ces poudres.

La Voisin est jugée et brûlée vive le 22 février 1680, non sans avoir emporté avec elle quelques secrets. La Reynie enfile alors son costume de procureur et entend la fille de la Voisin, qui semble très au fait des activités maternelles en relation avec des membres de l’entourage du roi.

— Que portait votre mère au château de Saint-Germain ? demande-t‑il, curieux.

— Des poudres pour l’amour.

— À qui étaient-elles destinées ?

— Au roi.

— Qui les commandait ? 

— Mme de Montespan.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires