En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 50 min 52 sec
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 1 heure 6 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 1 heure 20 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 1 heure 34 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 2 heures 12 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 2 heures 21 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 16 heures 11 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 17 heures 7 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 58 min 12 sec
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 1 heure 9 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 1 heure 30 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 2 heures 15 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 15 heures 13 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 16 heures 46 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 19 heures 2 min
© Reuters
© Reuters
Excisions et mariages forcés

Bilan modeste pour la loi anti-harcèlement de rue et... quasi inexistant pour la lutte contre nombre de violences aux femmes nettement plus graves

Publié le 06 août 2019
La loi Schiappa fête ses un an avec un bilan très contrasté et discutable. Si un grand nombre de contraventions pour "outrage sexiste" ont été distribuées, le harcèlement de rue n'a bien évidemment pas pour autant disparu. D'autre part, d'autres enjeux tels que le mariage forcé ou l'excision sont les grands oubliés du texte.
Gabrielle Cluzel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gabrielle Cluzel est journaliste, rédactrice en chef de Boulevard Voltaire, et auteur. Elle a publié « Adieu Simone, les dernière heures du féminisme » aux éditions Le Centurion. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La loi Schiappa fête ses un an avec un bilan très contrasté et discutable. Si un grand nombre de contraventions pour "outrage sexiste" ont été distribuées, le harcèlement de rue n'a bien évidemment pas pour autant disparu. D'autre part, d'autres enjeux tels que le mariage forcé ou l'excision sont les grands oubliés du texte.

Atlantico : Au-delà du bilan chiffré -plus de 700 contraventions pour "outrage sexiste" depuis l'année dernière- quelles conclusions peut-on tirer de la loi Schiappa et de ses résultats ? Est-elle à la hauteur des enjeux soulevés il y a un an ?

Gabrielle Cluzel : La loi Schiappa est une loi pour rien. Parce que son application, et on le savait dès le départ, est utopique et parce qu’elle n’a pas posé le bon diagnostic. Aucun médecin ne peut soigner des maux dont il a mal identifié l’origine.

Le harcèlement de rue est né d’un double phénomène : la libération des mœurs, issue de mai 68, et l’arrivée massive sur notre sol d’une populiation allochtone qui culturellement, ne porte pas le même regard sur la femme. Mais cela, il ne faut surtout pas le dire, il faut continuer à entretenir le mythe que ce harcèlement serait le reliquat d’une société traditionnelle occidentale patriarcale oppressive qu’il faudrait finir d’éradiquer, parce que le féminisme a ceci de commun avec l’écologie d’avoir été monopolisée par la gauche et d’en être le supplétif docile : les combats doivent rentrer coûte que coûte au chausse-pied dans un prisme idéologique imposé, le reste importe peu.

La vérité est que la la libération des mœurs a été comme la libération des marchés : pour faciliter l’acte sexuel, pour fluidifier les échanges et les mutliplier, on a « cassé les codes », dérégulé l’ensemble de la société, comme l’on a dérégulé l’économie. Libéraux et libertaires, ont les mêmes ressorts. Les étapes intermédiaires, les « avant-contrats », fastidieux, pour la partie la plus pressée de conclure et de consommer, mais qui permettaient de construire le consentement et d’y conduire sereinement en pleine conscience sans y être forcé - cour, fiançailles, mariage, etc.-, ont disparu au profit d’une relation immédiate, d’où le plus faible sort, comme dans tout commerce, lésé. Les policiers appellent cela prosaïquement des miols, un mot valise qui veut dire demi-viol, une contraction de « viol » et « mouais ». L’adolescent croyait l’adolescente consentante, elle ne l’était pas.

Souvenez-vous de la passe d’armes, début 2018, entre les tenantes de Me Too, plutôt jeunes, et les signataires de la "liberté d’importuner », toutes septuagénaires, ou presque. C’était une une guerre de générations : jeunes féministes contre vétérans. Parce qu’elles ne connaissaient pas la même France.

Les « baby-boomers » sont en fait des « baby-boumers » : Avec eux, tous les cadres, les frontières et les garde-fous ont fait boum. Dans tous les domaines, ils ont fait exploser une société trop conventionnelle et corsetée à leur goût - mais les conventions et le corset avait des vertus protectrices dont eux-mêmes ont largement profité - conduisant à l’ultra-libéralisme économique comme à l’ultra-libéralisme sexuel.

En cassant les codes, en désacralisant la sexualité et en la banalisant, en promouvant dans le cinéma, la littérature, la presse, la pub et jusque dans l’éducation sexuelle dispensée à l’école, un « amour libre » très entreprenant, assorti d’un vocabulaire direct jusqu’au trivial - fini, les circonlocutions fastidieuses - tellement obnubilée par son interdit d’interdire, que même face à la pornographie, elle n’a rien trouvé à redire, cette génération, prétendant libérer les femmes les a en réalité mises en danger. Il suffit pour s’en convaincre de faire un test simple. Demandez donc à vos grands-mères si l’une d’elles, jadis, s’est entendu dire dans la cour de récréation : « eh meuf, t’es qu’une salope ! (ou une p…) », lot commun, aujourd’hui, de la plupart collégiennes… même si nombre d’entre elles, secrètement blessés, ne le racontent pas à leurs parents. Mais aujourd’hui qui oserait le dénoncer ? Surtout pas nos féministes institutionnelles, comme Marlène Schiappa.

Cette perte des us a  rendu impossible le dialogue entre les sexes.

On disait « l’homme propose la femme dispose ». Les compliments, par exemple, faisaient partie des travaux d’approche, permettaient de « tâter le terrain », et la femme, comprenant à demi-mots, avait mille façons délicates d’éconduire si elle voulait en rester là. Personne n’était humilié, ni insulté. Il faut relire Galanterie française (Gallimard) de Claude Habib, pour se convaincre que la France, plus encore que tout autre pays d’Europe - même l’Italie - avait su tisser entre hommes et femmes une façon de communiquer qui ressemblait une dentelle raffinée. Aujourd’hui, les féministes dénigrent et démonétisent cette galanterie en l’appelant « sexisme bienveillant ». Ne semblent rester que l’homme qui impose (le porc), et la femme qui s’oppose (celle qui balance le porc). Comme si, en guerre, ils ne savaient plus se parler. Celles qui ont porté la loi Schiappa ont entretenu cette confusion délétère : les compliments sont assimilés à des insultes, et inversement, avec cette conséquence de criminaliser les uns et de banaliser les autres.

Non, Brel et Ronsard ne sont pas des délinquants. Quand le ton est poli, il suffit de dire merci, et voilà, c'est fini.

Dans la mesure où elle laisse de côté certains enjeux comme les excisions ou les mariages forcés, la loi Schiappa n'est-elle pas encore marquée par une volonté idéologique qui en fait une mesure partielle, militante et gadget ?

Si la loi laisse de côté ces enjeux, comme vous dites, c’est parce qu’ils risqueraient, pensent nos féministes, de « stigmatiser » une population venue de l’étranger, que la gauche - c’est son vivier électoral - ne peut se permettre de fâcher. Les féministes, jadis, quand ces enjeux-là n’étaient pas encore prégnants, ne prenaient pas autant de gants, n’avaient pas des pudeurs de rosière pour évoquer ces sujets-là : relisez Ainsi soit-elle de Benoîte Groult. Les dénonciations très dure et sans ambages qu’elle y fait de l’excision seraient assimilées aujourd’hui à de l’islamophobie.

Si l’on sort de l’idéologie, pour faire preuve de réalisme, que constate-t-on pourtant ? Sont arrivés  et arrivent toujours en France (sous l’impulsion initiale des mêmes « baby-boumers », assoiffés d’ultra-libéralisme économique) des centaines de milliers d’hommes auxquels notre savoir-vivre, notre savoir-être, notamment entre les sexes, est étranger. Ils ont une culture autre, avec une fâcheuse propension à jauger, avec leur curseur propre, la vertu d’une femme à sa façon de se vêtir.

Ce n’est pas moi qui le dis, mais tous les guides touristiques dont la Française moyenne fait l’acquisition quand elle décide, pour les vacances ou son travail, de se rendre dans les pays d’origine de ces hommes. Là-bas, on lui recommande par prudence de se couvrir, les bras, les jambes, ou même la tête. Par quel coup de baguette magique ces hommes changeraient-ils de vision aussitôt qu’ils passent la frontière ? Et pourquoi le feraient-ils  alors que rejoignant leur communauté - forte et dominante dans un nombre croissant de quartiers - personne ne leur demande de se réformer ?

D’autant que c’est en s’imprégnant des codes, des rites, des usages qu’un étranger se coule dans une société. Or la société française n’en a plus - on l’a dit, on les a cassés -… ceux qui arrivent sur notre sol gardent donc les leurs.

À quel moment cette réalité, qui est une évidence pour Madame Toutlemonde, a-t-elle été évoqué par Marlène Schiappa ?

Devant la multiplication d'actes de cyberharcèlement et la mutation dans la nature des violences sexistes, les lois contre le harcèlement sexuel sont-elles condamnées à être toujours en retard sur la réalité du harcèlement sexuel en France ? 

Tant que personne n’aura le courage d’une analyse vraie et juste, même si elle fâche, ces lois sur le harcèlement - cyber ou physique -  ne seront que cautères sur jambes de bois. Ce n’est d’ailleurs pas de loi, dont on a besoin, mais d’éducation en amont. De « recivilisation ». De respect retrouvé. La gauche, il faut bien le dire, a toujours eu cette manie de faire une loi pour tenter de réparer ce que son impéritie a  suscité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 07/08/2019 - 10:48
Quand les coups de pieds au Cul des Parents en place Publique
car ils se défaussent de l'éducation de leurs enfants.

Car tout vient de là, des Parents.

Jamais je ne mettrais en responsabilité les profs ni les institutions sur le manque d'éducation des enfants car c'est un devoir, que Parentale, d'assumer sa progéniture.

L'éducation Parentale s'est la forme la plus aboutie de l'Amour Filiale.
Anouman
- 06/08/2019 - 22:04
Harcèlement
On peut faire des lois tant qu'on veut. Mais il serait préférable de se pencher sur les viols et les agressions violentes avant de se focaliser sur les dragueurs lourdingues. Mais c'est comme toujours: céder à la facilité est la marque de fabrique des gouvernements impuissants. Et celui là a la puissance d'un moteur de deux chevaux sur une 4x4 de 2 tonnes.
Benvoyons
- 06/08/2019 - 14:39
La loi interdit de tuer & de voler & pourtant cela se fait
encore tous les jours.
Même une loi interdisant aux Cons d'être Con ne fera pas disparaître les Cons & encore moins leurs Conneries.

Ou alors il faut remettre la mise à mort par la Justice & encore il faudra qu'elle produise cette sanction systématiquement en très grand nombre & très vite.