En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

06.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 51 min 31 sec
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 2 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 4 heures 5 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 6 heures 3 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 6 heures 28 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 7 heures 5 sec
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 7 heures 30 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 8 heures 37 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 8 heures 45 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 2 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 3 heures 44 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 5 heures 7 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 6 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 7 heures 20 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 7 heures 51 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 8 heures 28 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 8 heures 43 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 9 heures 43 min
© DR
© DR
Punks 2019

Pop culture du web : connaissez-vous les e-boys et les e-girls ?

Publié le 03 août 2019
Le phénomène des E-Boys et E-Girls, adolescents s'inspirant de personnages de mangas et issus du réseau social de vidéos Tick Tock, est en pleine explosion.
Nathalie Nadaud-Albertini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le phénomène des E-Boys et E-Girls, adolescents s'inspirant de personnages de mangas et issus du réseau social de vidéos Tick Tock, est en pleine explosion.

Atlantico : Que sont ces E-girls et E-Boys ? Qu'est-ce qui suscitent chez eux et au travers de leurs vidéos l'adhésion d'adolescent(e)s du monde entier ? 

 Nathalie Nadaud-Albertini : Les E-Girls et les E-Boys sont des personnages purement numériques au sens où ce sont des adolescents qui s’inspirent de l’esthétique des personnages de mangas pour se mettre en scène dans des vidéos réalisées le plus souvent dans leurs chambres. Dans la rue, au collège ou au lycée, ces adolescents ne se présentent pas ainsi, ils ne deviennent E-Boys ou E-Girls que pour ces vidéos. Un E-Boy ou une E-Gil, c’est donc avant tout une mise en scène de soi, une théâtralisation de l’identité pour soi que les générations précédentes construisaient à l’adolescence en tête-à-tête avec leur miroir en s’interrogeant via l’image que ce dernier leur renvoyait sur qui ils sont et qui ils voudraient être.

L’adhésion provient de la réussite de l’esthétique des personnages composés, de l’humour des sketchs mis en ligne et de la popularité. En effet, plus un E-Boy ou une E-Girl gagne en popularité, plus on veut le suivre pour être proche de la personne la plus populaire et de cette façon gagner un bénéfice symbolique par contagion.

 

Qu'est-ce que ce phénomène nous dit-il de la société actuelle ? En quoi ce phénomène est-il différent de ceux qui l'ont précédé, notamment sur Instagram, tel que phénomène des post bad (ces jeunes filles hyper maquillées et sexualisées) ? 

Ce phénomène nous parle de la société actuelle de plusieurs façons. Tout d’abord par le fait que l’identité pour soi que les adolescents des générations précédentes interrogeaient en tête-à-tête avec leur miroir devient plus rapidement une identité pour autrui. En effet, l’expérimentation identitaire à travers le jeu avec l’apparence faisait auparavant l’objet d’une réflexion de l’adolescent qui allait hésiter, tester auprès d’un ou deux amis proches, puis essayer sur un cercle plus large. Avec les E-Girls et les E-Boys, la demande de validation par autrui intervient plus rapidement, car l’expérimentation a pour objectif d’être filmée et mise en ligne pour être soumise à la validation ou à l’invalidation par le vaste autrui collectif qu’est le public.

Cette rapidité est valable autant pour les E-Boys et les E-Girls que pour les autres mises en scène de soi des adolescents sur les réseaux sociaux, notamment ce qu’on appelle le phénomène des post-bads. La grande différence des E-Girls est l’histoire du terme et sa réappropriation par les intéressées. En effet, on a commencé à parler d’E-Girls comme une insulte adressée à des jeunes femmes jouant à des jeux vidéo en ligne. On  leur reprochait de vouloir « racoler » desgamers en faisant semblant de s’intéresser aux jeux vidéo. Par extension, on parle de E-Girls lorsque l’on reproche à des jeunes femmes de mettre leurs charmes en évidence dans des vidéos en ligne pour totaliser le nombre de vue le plus élevé possible. Lors de la création du terme, on était donc dans une conception sexiste des rapports hommes-femmes où l’on reproche à une femme sa visibilité dans l’espace public en l’assimilant à une forme de prostitution. À la différence des autres femmes visibles dans l’espace public à qui l’on adresse ce type de critiques, les E-Girls s’emparent de la terminologie et se la réapproprient. Pour certaines l’usage est ironique, pour d’autres plus revendicatif. Ainsi, Ashley Eldridge explique-t-elle que quoi qu’elle fasse, les hommes vont la sexualiser, autant qu’elle fasse ce qu’elle a envie. On est alors en présence de jeunes femmes qui passent outre le tabou du lien entre femmes, sexualité et plaisir en jouant avec les stéréotypes de la sexualisation sans honte. Ainsi, à leur façon, elles réfutent la norme patriarcale selon laquelle une femme ne devrait pas assumer des comportements liés à la sexualité. Autrement dit, derrière le phénomène des E-Girls, il y a une forme de revendication de la liberté des femmes. 

 

Si les critiques envers  les E-girls se multiplient, notamment au sujet de leur hyper sexualisation, les E-boys semblent passer entre les mailles du filet. Pourquoi est-ce que l'attention, en partie médiatique, se focalise sur ces jeunes filles et femmes ? A contrario, que traduit, sinon le manque d'intérêt du moins le manque de critiques, ciblant leur pendant masculin ?  

C’est lié au très classique double standard relatif aux hommes et aux femmes selon lequel le même comportement est socialement accepté pour un homme et stigmatisé pour une femme. Ici, on considère qu’un jeune homme a le droit de se livrer à des expérimentations identitaires via son apparence et de les mettre en ligne dans l’espace public et pas une jeune femme. On retombe sur la question de la présence des femmes dans l’espace public, comme s’il était naturel que les hommes y soient présents et que cela n’allait pas encore entièrement de soi pour les femmes. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
e-boy, e-girl, mangas, Internet
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires