En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 2 heures 4 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 2 heures 44 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 3 heures 53 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 4 heures 13 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 4 heures 31 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l’hydrogène : l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 4 heures 38 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 4 heures 58 min
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 16 heures 58 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 19 heures 14 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 20 heures 47 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 2 heures 16 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 3 heures 31 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 4 heures 4 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 4 heures 33 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 4 heures 48 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 5 heures 9 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 17 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 20 heures 13 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 21 heures 59 min
© FILIPPO MONTEFORTE / AFP
© FILIPPO MONTEFORTE / AFP
héritage bafoué

Les remises en cause de l’héritage de Jean Paul II témoignent de l’intensité des tensions politiques au sein du Vatican

Publié le 31 juillet 2019
George Weigel, ancien proche du pape défunt, a publié un article cinglant pour critiquer les réformes en cours au Vatican qui affaibliraient les défenseurs du dogme traditionnel de l’Eglise sur la famille.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
George Weigel, ancien proche du pape défunt, a publié un article cinglant pour critiquer les réformes en cours au Vatican qui affaibliraient les défenseurs du dogme traditionnel de l’Eglise sur la famille.

Dans le "Catholic World Report", George Weigel, professeur à l'Institut d'Éthique de Washington et célèbre pour sa monumentale biographie du pape Jean-Paul II, raconte comment l'Institut Jean-Paul II sur le mariage et la famille, créé à Rome pour transmettre et approfondir l'enseignement de Karol Wojtyla, est en train d'être vidé de sa substance et démantelé sous la direction d'un archevêque, Vicenzo Paglia, nommé à sa tête par l'actuel souverain pontife. Weigel parle d'un véritable vandalisme contre les trésors d'intelligence, de savoir et d'expérience accumulés dans l'Institut. 

Effectivement, si l'on devait avoir un doute sur les intentions du pape François dans son encyclique "Amoris Laetitia" écrite après la tenue d'un synode sur la famille, le renvoi de deux professeurs piliers de l'Institut Jean-Paul II, la suppression de la Chaire de Théologie Morale et, surtout, la fin du recrutement des professeurs de l'Institut par leurs pairs - au profit d'une nomination par la direction de l'Institut, ce qui va contre tous les usages académiques- disent simplement que l'actuel souverain pontife entend remettre en cause tout l'enseignement accumulé depuis quelques décennies, en particulier l'idée qui se trouve au centre de l'encyclique "Veritatis splendor" (1993) de Jean-Paul II, établissant, dans la grande tradition thomiste, qu'il existe des actes intrinsèquement immoraux, mauvais, répréhensibles. Toute l'encyclique "Amoris Laetitia", au contraire, vise à proposer une contextualisation permanente des actes individuels, au point de ne plus laisser de place à l'idée d'une morale objective. 

La polémique se focalise sur les enjeux de morale sexuelle, parce que notre époque est, en Occident, littéralement obsédée par le sujet - les fruits amers de la révolution sexuelle des années 1960, si puissamment saisis par la plume romancière de Michel Houellebecq, menant à une sorte de surenchère- mais on voit bien que c'est tout l'enseignement moral de l'Église qui est en jeu, dans tous les domaines de la vie. Aussi critiqués aient-ils été, les papes, de Paul VI à Benoît XVI ont maintenu une ligne de résistance aux tendances qu'ils jugeaient nocives dans la modernité.  Cibles régulières des médias, ils en étaient pour autant respectés et secrètement admirés comme les empêcheurs de tourner en rond de l'individualisme occidental. La crise de 2007-2008 a marqué, en quelque sorte la fin de l'optimisme de l'ère néo-individualiste amorcée dans les années 1950. Or c'est curieusement le moment choisi par le pape Benoît XVI pour abandonner le combat, jeter l'éponge, abdiquer. Et l'Église se retrouve avec un pape, piètre théologien et tendant à n'envisager les sujets que sous un angle purement politique. François Ier a été porté sur le trône de Saint Pierre par un noyau de cardinaux  progressistes, désireux de prendre leur revanche sur les décennies antérieures. 

La bataille pour le sens de Vatican II

Comme le souligne très bien George Weigel, le camp progressiste avait largement perdu la bataille intellectuelle contre les conservateurs -au sens plein du terme, celui de réformateurs respectueux de la tradition, soucieux de transmission et prêts à affronter les défis que pose leur époque -Weigel rappelle comme le Concile Vatican II a donné lieu à une féroce bataille entre ceux qui y voyaient un renouvellement dans la fidélité à la tradition de l'Église et ceux qui comprenaient dans l'aggiornamento de Jean XXIII un accommodement avec le monde. De Paul VI à Benoît XVI, c'est la première tendance qui l'a emporté. Le pontificat inattendu de François Ier représente la revanche brutale des seconds: inférieurs intellectuellement et confrontés au déclin du nombre d'étudiants en théologie partout où le progressisme est dominant; confrontés, comme les évêques allemands, au départ massif des fidèles; devant constater que l'essentiel des vocations sacerdotales ou religieuses a lieu dans les milieux catholiques conservateurs et traditionalistes, les progressistes ont sauté sur l'occasion qu'offrait la démission inattendue de Benoît XVI pour se lancer dans une tentative systématique de noyautage des structures ecclésiales. 

Il est important d'écouter George Weigel pour échapper au manichéisme qui est en train de se mettre en place dans l'Église. Face à la brutalité des sbires de François Ier comment ne pas se dire que, malgré les efforts de Jean-Paul II, le Concile n'a pas pu être sauvé? La démission de Benoît XVI n'est-elle pas le signe que la bataille sur le "vrai Vatican II" est vaine? Il est bien vrai qu'actuellement se répand une sorte de triomphalisme dans le camp traditionaliste et que la génération Jean-Paul II est désemparée. Comment ne pas être sensible à l'argument qui consiste à rapprocher la désacralisation de bien des célébrations liturgiques et la crise de la pédophilie, produit d'une banalisation du prêtre, qui ne se tient plus à distance de ses ouailles et même sombre dans des promiscuités coupables? Comment ne pas voir que la baisse de niveau catastrophique des contenus de beaucoup de catéchismes explique largement que les catholiques français puissent voter Emmanuel Macron alors que toute sa politique (non seulement les réformes sociétales mais le manque évident d'attention aux souffrances des plus pauvres, des plus démunis, des plus souffrants que révèle la répression policière féroce des Gilets Jaunes) devrait les en détourner? 

Les catholiques désemparés par l'interruption d'une série de dix papes remarquables

Mais il s'agit de réponses trop faciles! Ce que nous dit la crise actuelle de l'Église, c'est que les catholiques se sont trop facilement accommodés de ce que Rome restait bien tenue malgré la crise de l'Église. Jamais l'hypothèse de la fragilité humaine des papes n'a été envisagée - il faut dire que rarement l'Église a eu autant de grands papes à la suite que de Pie IX ( 1846-1878) à Jean-Paul II. Mais l'infaillibilité pontificale ne concerne pas la personne des papes; elle touche leur enseignement théologique et moral. Nous nous trouvons aujourd'hui dans la situation où la défaillance de Benoît XVI, accablé par le fardeau politique de sa charge, a ouvert une brèche au cœur de la citadelle vaticane. Du coup tout va dépendre de la capacité des catholiques, sur le terrain, partout dans le monde, à témoigner de leur fidélité à l'enseignement de Jean-Paul II et à 2019 ans de tradition.  

J'ai beaucoup de respect pour le courant traditionaliste mais le refus par Monseigneur Lefebvre des textes conciliaires sur la liberté religieuse n'est pas un sujet secondaire. Croit-on que Jean-Paul II aurait pu ébranler les régimes communistes sans l'appel à la liberté de conscience et la liberté religieuse? Je connais la puissance de recueillement et le sens du sacré que peut inculquer la liturgie tridentine. Mais sa réinstallation généralisée pure et simple - en admettant qu'elle soit possible - ne répondrait ni au besoin viscéral de participation de l'individu ni à la diversité effective des rites qui caractérise l'Église universelle. 

George Weigel nous incite par son analyse très fine à ne pas nous réfugier dans des réponses trop faciles. Nous nous trouvons dans une situation d'infidélité manifeste de l'actuel souverain pontife à l'héritage qui lui a été transmis; et de dévoiement de certains responsables de l'Église.  C'est alors que doit se réveiller une tradition constante -curieusement méconnue dans notre époque qui n'a que le bottom-up à la bouche - dans l'histoire de l-institution: celle de l'admonestation aux successeurs de Pierre et des apôtres. C'est le sens de la pétition adressée par 150 étudiants de l'Institut Jean-Paul II sur le mariage et la famille à leur nouvelle direction. C'est le sens des "dubia" (doutes) adressés par quatre cardinaux à François Ier après la publication d'"Amoris Laetitia". C'est le sens du texte récemment adressé par une cinquantaine d'universitaires catholiques qui pose la question de "propositions hérétiques" dans l'enseignement de l'actuel souverain pontife. Gageons que c'est seulement le début d'une longue série. Contrairement à ce que croient les progressistes, il y a bien une tradition de participation, de démocratie dans l'Église. Mais elle n'a de sens que si elle se réfère à l'objectivité de la tradition et de la loi naturelle. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 02/08/2019 - 08:37
Pardon
Elles étaient (les mosquées)
Bobby Watson
- 02/08/2019 - 07:49
Bonne question
" Comment ne pas voir que la baisse de niveau catastrophique des contenus de beaucoup de catéchismes explique largement que les catholiques français puissent voter Emmanuel Macron alors que toute sa politique (non seulement les réformes sociétales mais le manque évident d'attention aux souffrances des plus pauvres, des plus démunis, des plus souffrants que révèle la répression policière féroce des Gilets Jaunes) devrait les en détourner? ". On peut aussi mettre en cause le silence de l'Eglise de France, tétanisée par les affaires de pédophilie, et qui n'a pas pris position sur la crise sociale...alors qu'elle avait tant à dire. La disparition du cardinal Lustiger a crée un vide sidérant.
assougoudrel
- 02/08/2019 - 06:25
"Ventre vide n'écoute pas"(Le gorille) ou
"ventre affamé n'a pas d'oreille". De suite après la guerre des Balkans, en Bosnie-Herzégovine, l'Arabie Saoudite avait donné de l'argent pour reconstruire les mosquées; ils étaient flambant-neufs, avec des minarets étincelants. Pas un centime pour les fidèles qui avaient faim, laissant cela pour ces impurs, ces infidèles d'occidentaux. J'ai vu des femmes et des enfants chercher de quoi manger dans des dépotoirs et nous leur donnions nos rations de combat. Quand on est dans une telle situation, je ne crois pas qu'on ait envie d'entendre le spirituel, tel le disait Jésus :"l'homme ne vivra pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu". Le gorille l'explique très bien.