En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Renault en plein chaos post Ghosn

04.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

05.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

06.

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 11 heures 38 min
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 13 heures 30 min
pépites > Politique
Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI
Election présidentielle : Marine Le Pen confirme son "envie d'être candidate" en 2022
il y a 15 heures 42 min
pépites > Justice
Dénonciation calomnieuse
Alexandre Benalla a déposé une plainte contre l'association Anticor
il y a 17 heures 12 min
pépites > Politique
Voix sociale et républicaine
Des élus PS et des soutiens d'Emmanuel Macron signent une tribune en faveur de la création d'un "pôle de gauche" dans la majorité
il y a 18 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Le dernier hiver du Cid" de Jérôme Garcin : le chagrin et la piété

il y a 19 heures 45 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
La Nasa a dévoilé les combinaisons des astronautes qui marcheront sur la Lune ; Le système planétaire le plus proche de nous a des propriétés étranges
il y a 20 heures 55 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L'amélioration des conditions de travail de la police passera par la restauration de l'autorité de l'Etat et par une modernisation en profondeur

il y a 20 heures 57 min
décryptage > Finance
Monnaies

Facebook : comment le Libra pourrait bien changer le dollar

il y a 21 heures 29 min
décryptage > Société
Transmission

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

il y a 22 heures 31 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 13 heures 11 min
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 13 heures 58 min
pépites > Politique
Neutralité religieuse
Elections municipales : Bruno Retailleau propose un projet de loi pour interdire les "listes communautaristes"
il y a 16 heures 34 min
pépite vidéo > Europe
Avenir du Royaume-Uni
Brexit : Boris Johnson se résigne à demander un nouveau report
il y a 17 heures 51 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 59 min
décryptage > Société
Culpabilisation à grande échelle

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

il y a 20 heures 50 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

il y a 20 heures 56 min
rendez-vous > Science
Atlantico Green
Les recherches prometteuses de chimistes japonais sur de nouveaux matériaux plastiques qui permettent de fixer le CO2
il y a 20 heures 59 min
décryptage > Europe
Bras de fer politique

Jusqu’à quand une poignée de parlementaires britanniques s’opposera-t-elle à l’inéluctable - le Brexit ?

il y a 22 heures 15 min
pépites > International
Cessez-le-feu
Recep Tayyip Erdogan menace les combattants kurdes en cas de non-respect de l’accord
il y a 1 jour 11 heures
© WALTER DIAZ / AFP
© WALTER DIAZ / AFP
Avenir

Pourquoi il faut savoir dépasser le jour du dépassement (et pourquoi les prédictions malthusiennes de 2019 sont probablement aussi fausses que celles d’hier)

Publié le 30 juillet 2019
L'humanité vit à crédit sur les ressources de la planète : le jour de dépassement des ressources naturelles a en effet été fixé au 29 juillet, c'est-à-dire hier.
Philippe Fabry est historien et tient le blog Historionomie, principalement dédié à l'étude des schémas historiques et leur emploi à des fins d'analyse géopolitique et de prospective. Il a publié Rome du libéralisme au socialisme, Leçon antique...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Fabry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Fabry est historien et tient le blog Historionomie, principalement dédié à l'étude des schémas historiques et leur emploi à des fins d'analyse géopolitique et de prospective. Il a publié Rome du libéralisme au socialisme, Leçon antique...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'humanité vit à crédit sur les ressources de la planète : le jour de dépassement des ressources naturelles a en effet été fixé au 29 juillet, c'est-à-dire hier.

Atlantico : Depuis plusieurs années, les scénarios apocalyptiques se multiplient et les hypothèses quant à la pénurie des ressources avancent toujours la même cause : la "surpopulation". En quoi les réalités démographique et historique contredisent la théorie malthusienne, obsession actuelle des pays occidentaux ?

Philippe Fabry : Il est vrai que les théories catastrophistes paraissent avoir particulièrement le vent en poupe ces temps-ci, peut-être servies aussi par le fait que l’actualité internationale est peu chargée en événement et qu’il faut rassasier la soif d’urgence et de sensationnel des médias. Mais au-delà de cet effet médiatique, il semble effectivement qu’il y ait, en Occident du moins, une recrudescence du goût pour les prévisions dramatiques qui paraissent particulièrement prises au sérieux et relayées.
Les théories malthusiennes viennent du nom de Thomas Malthus, cet économiste du XIXe siècle, qui fut témoin de l’explosion démographique concomitant de la révolution industrielle britannique : né en 1766 et mort en 1834, il a vu au cours de sa vie la population du Royaume-Uni passer d’environ 8 millions à vingt millions d’habitants, c’est-à-dire plus que doubler, un phénomène parfaitement inédit dans une Europe dont la masse démographique n’évoluait que très lentement depuis des siècles. Cet accroissement subi de population est dû à l’importante diminution de la mortalité infantile et l’augmentation progressive de l’espérance de vie qui ont accompagné la révolution industrielle. Naturellement, cette observation avait quelque chose d’effrayant et Malthus a conclu que rapidement, il n’y aurait pas assez de nourriture pour le surcroît de population et tout risquerait de s’effondrer : il fallait donc prendre des mesures drastiques pour endiguer la croissance démographique et éviter la catastrophe.
Ce qu’ignorait Malthus c’est que d’un côté les rendements allaient fortement augmenter du fait du progrès technique, et d’autre part que cette brusque poussée démographique n’était que la première étape d’un phénomène aujourd’hui bien connu, la transition démographique, qui fait passer les sociétés d’un modèle où l’on observe une très forte natalité et une très forte mortalité infantile à un modèle de faible natalité et de faible mortalité infantile. Entre les deux, il y a une période transitoire où coexistent une forte natalité héritée de l’ordre ancien et une faible mortalité infantile acquise du nouveau, ce qui provoque naturellement un boom démographique. Malthus avait donc en tête un modèle qui était faux, notamment biaisé par la conviction de la linéarité d’un phénomène qui n’était que passager, d’une part, et d’autre part l’omission de ce que le progrès technique est susceptible de régler les problèmes dont on craint l’apparition, parfois même avant leur apparition.
On a pu observer un autre cas de peur malthusienne au début du XXe siècle : en 1898 William Crookes, éminent chimiste britannique, prédisait que la demande des composés azotés, qui entraient dans la composition des engrais, dépasserait l’offre dans un futur proche, et que par conséquent les rendements agricoles ne pourraient pas être maintenus et la civilisation succomberait à des famines monstres. Il faut en effet se rappeler qu’à l’époque, les engrais de synthèse n’existaient guère, ou étaient compliqués à produire : on produisait dans des usines de l’ammoniac (qui est composé d’azote) à partir du coke, mais le principal producteur d’engrais était le Chili, qui exploitait le salpêtre de son sol et fournissait les deux tiers des besoins mondiaux en engrais par ce biais. Mais les dépôts chiliens s’épuisaient. Le monde était donc destiné à mourir de faim, et la population à régresser au niveau soutenable par les moyens existants.
C’est alors que le chimiste allemand Fritz Haber inventa un procédé (dit de Haber-Bosch, du nom de celui qui industrialisa le processus d’Haber) permettant de synthétiser l’ammoniac en grande quantité et à bas coût, ce qui lui valut le prix Nobel de chimie en 1918 : le problème était réglé.
Aujourd’hui, la population mondiale est à la fois plus nombreuse et mieux nourrie que jamais, on peut donc dire que Malthus a eu tort, d’autant plus qu’il y a des tas d’exemples de peur malthusiennes qui se sont avérées sinon infondées en théorie, du moins ont été surmontées par l’ingéniosité humaine ou simplement une évolution inattendue des données du problème.

Dans la mesure où aucune des prédictions du passé (celles de Malthus ou celles établies au Club de Rome) ne s'est révélée juste, à quoi attribuer le succès des théories malthusiennes aujourd'hui ? Sur quelles peurs se sont-elles développées et se développent-elles encore ?

Déjà, il faut noter qu’à la base des théories malthusiennes il y a une erreur intellectuelle classique, qui est la linéarité des projections : on pense intuitivement que les choses continueront d’évoluer de manière linéaire, sans rupture, sans modification des données du problèmes, et l’on en tire des conclusions. C’est une disposition d’esprit qui fait partie des réflexes de pensée humains, et a sans doute été sélectionnée par des siècles de sélection naturelle parce que généralement l’induction sur la base d’une répétition donne des résultats assez justes. Mais autant cela est un réflexe utile pour des problèmes simples impliquant peu de données, peu susceptibles de changer, autant lorsque l’on traite de problèmes complexes et dont une partie des données sont méconnues, cela conduit le plus souvent à des conclusions erronées. Les peurs malthusiennes sont donc partiellement le produit d’une disposition d’esprit qui a souvent pu nous sauver la vie, mais mal adaptée à l’appréhension de problèmes d’un autre ordre de complexité, comme la démographie, l’économie, le climat ou les trois à la fois.
Concernant le succès actuel des théories malthusiennes, j’incline à penser qu’il est aussi favorisé par un certain sentiment de fin de l’Histoire, de « monde plein » pour reprendre l’expression de Pierre Chaunu : l’homme ne vit pas que de pain, et c’est possiblement un moyen de rassasier la quête du sens, dans des sociétés plus sécularisées que jamais dans l’Histoire, que de s’inventer des défis apocalyptiques à combattre, sans quoi l’on se sentirait condamnés collectivement à consommer et à travailler en attendant la retraite, puis la mort, sans que rien n’ait le moindre sens.

Dans quelles situations (économique, géographique, démographique etc.) les inquiétudes néo-malthusiennes pourraient retrouver une certaine pertinence ?

Les peurs malthusiennes ne sont pas nécessairement infondées : pour reprendre le cas de la peur sur les composés azotés au début du XXe siècle, on peut constater que si personne n’avait inventé la synthèse de l’ammoniac, la catastrophe aurait pu se concrétiser, et la formulation du danger, en soi, a favorisé l’émergence de la solution, puisque des chimistes se sont penchés sur la question. Dans une certaine mesure, la peur malthusienne peut donc avoir un intérêt, si elle pousse à trouver des solutions alternative. Elle est dangereuse si elle pousse à proposer des solutions comme celles de Malthus, à savoir des solutions stérilisantes, régressives, qui enchaînent l’humanité au lieu de la libérer.
Car en réalité, les deux derniers siècles de l’histoire de l’Occident nous montrent un dépassement systématiquement « par le haut » des peurs malthusiennes, par l’invention de procédés qui accroissent les rendements, par l’exploitation de nouvelles énergies, etc.
L’idée de trouver de nouvelles sources d’énergies pour cesser de rejeter des gaz à effet de serre, des particules fines ou que sais-je dans l’atmosphère est sans doute bonne, la question étant : faut-il le faire par la décroissance, la privation, le rationnement, comme le proposent les catastrophistes, ou par la production de nouvelles solutions ? Faut-il multiplier les éoliennes et les panneaux solaires à rendement et durabilité décevants, ou se tourner vers de nouvelles solutions nucléaires prometteuses, comme le thorium ou, plus enthousiasmant peut-être encore, la fusion nucléaire ? Il y a quatre ans, Lockheed Martin, le grand fournisseur d’armement américain, a annoncé pouvoir présenter un réacteur à fusion fonctionnel et compact – transportable dans un camion poids-lourd – à l’horizon 2025. Récemment, l’entreprise a répété qu’elle pensait tenir ce délai. Intéressant, quand on se souvient que Fritz Haber lui-même a à la fois sauvé le monde de la famine et légué les armes chimiques de sinistre réputation, au chlore notamment. Peut-être dans une quinzaine d’années rirons-nous de ces peurs dans le confort de nos maisons alimentées par des réacteurs à fusion inventés par un géant de l'armement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Renault en plein chaos post Ghosn

04.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

05.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

06.

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 31/07/2019 - 19:15
la solution est dans le progrès.
en attendnat les US vont lentement mais sûrement vers une production de 15 M barils de pétrole/jour, grace au schiste.Ils sont redevenus num. 1 mondial et aucun autre pays n'a lancé massivement un programme d'exploration comparable , c'est dire que nous ne manquerons pas de pétrole avant longtemps, lorsque russes, chinois et saoudiens lanceront leur propre programme sur le schiste , gaz et pétrole.
Il est vrai qu'à ce moment , nous aurons peut-être domestiqué la fusion nucléaire et le pétrole ne sera peut-être plus nécessaire.
Le " jour du dépassement" est peut-être celui du dépassement de la bêtise . Mais comme disait Einstein à peu près en ces termes, " je ne sais si l'univers est fini, mais en tout cas je suis certain que la bêtise humaine est infinie".
Comment les media "main stream "peuvent-ils être autant à côté de la plaque?
Loupdessteppes
- 30/07/2019 - 17:27
Nostradamus l'avait omis
Les écolos l'on rectifié.
tatouzou
- 30/07/2019 - 17:15
Prendre de la hauteur
Les discours fondés sur les publications du GIEC ne peuvent être que catastrophiques parce que la raison d'être du GIEC, sa mission, c'est de lutter contre les effets néfastes du réchauffement climatique anthropique, sans jamais s'interroger sur l'existence même du réchauffement ni sur ses causes.

Alors on a droit à un concours Lépine des solutions plus ou moins farfelues pour se passer du pétrole et du charbon, mais plus personne ne se pose les vraies questions:
- Est-on vraiment certain que les variations de la concentration de CO2 dans l'atmosphère sont la cause des variations du climat?
- Est ce que la théorie de l'effet de serre due au CO2 a pu être vérifiée par une expérience et des mesures fiables?
- Qu'est-ce qui permet d'affirmer que le réchauffement climatique va se poursuivre si on ne change rien?
- Bien avant la civilisation industrielle, le climat a déjà connu de grands bouleversements, des glaciations ont alterné avec des périodes chaudes. Il est donc évident que d'autres causes modifient le climat. Les a-t-on étudiées ?
- Qu'est-ce qui permet d'affirmer que, si le réchauffement climatique se poursuit, ses effets néfastes l'emporteront sur les bienfaits?