En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 6 heures 21 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 9 heures 23 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 10 heures 14 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 11 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 13 heures 31 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 15 heures 41 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 16 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 16 heures 52 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 17 heures 25 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 6 heures 46 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 9 heures 48 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 11 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 13 heures 16 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 13 heures 49 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 15 heures 15 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 15 heures 51 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 16 heures 48 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 17 heures 44 min
© WALTER DIAZ / AFP
© WALTER DIAZ / AFP
Avenir

Pourquoi il faut savoir dépasser le jour du dépassement (et pourquoi les prédictions malthusiennes de 2019 sont probablement aussi fausses que celles d’hier)

Publié le 30 juillet 2019
L'humanité vit à crédit sur les ressources de la planète : le jour de dépassement des ressources naturelles a en effet été fixé au 29 juillet, c'est-à-dire hier.
Philippe Fabry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Fabry est historien et tient le blog Historionomie, principalement dédié à l'étude des schémas historiques et leur emploi à des fins d'analyse géopolitique et de prospective. Il a publié Rome du libéralisme au socialisme, Leçon antique...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'humanité vit à crédit sur les ressources de la planète : le jour de dépassement des ressources naturelles a en effet été fixé au 29 juillet, c'est-à-dire hier.

Atlantico : Depuis plusieurs années, les scénarios apocalyptiques se multiplient et les hypothèses quant à la pénurie des ressources avancent toujours la même cause : la "surpopulation". En quoi les réalités démographique et historique contredisent la théorie malthusienne, obsession actuelle des pays occidentaux ?

Philippe Fabry : Il est vrai que les théories catastrophistes paraissent avoir particulièrement le vent en poupe ces temps-ci, peut-être servies aussi par le fait que l’actualité internationale est peu chargée en événement et qu’il faut rassasier la soif d’urgence et de sensationnel des médias. Mais au-delà de cet effet médiatique, il semble effectivement qu’il y ait, en Occident du moins, une recrudescence du goût pour les prévisions dramatiques qui paraissent particulièrement prises au sérieux et relayées.
Les théories malthusiennes viennent du nom de Thomas Malthus, cet économiste du XIXe siècle, qui fut témoin de l’explosion démographique concomitant de la révolution industrielle britannique : né en 1766 et mort en 1834, il a vu au cours de sa vie la population du Royaume-Uni passer d’environ 8 millions à vingt millions d’habitants, c’est-à-dire plus que doubler, un phénomène parfaitement inédit dans une Europe dont la masse démographique n’évoluait que très lentement depuis des siècles. Cet accroissement subi de population est dû à l’importante diminution de la mortalité infantile et l’augmentation progressive de l’espérance de vie qui ont accompagné la révolution industrielle. Naturellement, cette observation avait quelque chose d’effrayant et Malthus a conclu que rapidement, il n’y aurait pas assez de nourriture pour le surcroît de population et tout risquerait de s’effondrer : il fallait donc prendre des mesures drastiques pour endiguer la croissance démographique et éviter la catastrophe.
Ce qu’ignorait Malthus c’est que d’un côté les rendements allaient fortement augmenter du fait du progrès technique, et d’autre part que cette brusque poussée démographique n’était que la première étape d’un phénomène aujourd’hui bien connu, la transition démographique, qui fait passer les sociétés d’un modèle où l’on observe une très forte natalité et une très forte mortalité infantile à un modèle de faible natalité et de faible mortalité infantile. Entre les deux, il y a une période transitoire où coexistent une forte natalité héritée de l’ordre ancien et une faible mortalité infantile acquise du nouveau, ce qui provoque naturellement un boom démographique. Malthus avait donc en tête un modèle qui était faux, notamment biaisé par la conviction de la linéarité d’un phénomène qui n’était que passager, d’une part, et d’autre part l’omission de ce que le progrès technique est susceptible de régler les problèmes dont on craint l’apparition, parfois même avant leur apparition.
On a pu observer un autre cas de peur malthusienne au début du XXe siècle : en 1898 William Crookes, éminent chimiste britannique, prédisait que la demande des composés azotés, qui entraient dans la composition des engrais, dépasserait l’offre dans un futur proche, et que par conséquent les rendements agricoles ne pourraient pas être maintenus et la civilisation succomberait à des famines monstres. Il faut en effet se rappeler qu’à l’époque, les engrais de synthèse n’existaient guère, ou étaient compliqués à produire : on produisait dans des usines de l’ammoniac (qui est composé d’azote) à partir du coke, mais le principal producteur d’engrais était le Chili, qui exploitait le salpêtre de son sol et fournissait les deux tiers des besoins mondiaux en engrais par ce biais. Mais les dépôts chiliens s’épuisaient. Le monde était donc destiné à mourir de faim, et la population à régresser au niveau soutenable par les moyens existants.
C’est alors que le chimiste allemand Fritz Haber inventa un procédé (dit de Haber-Bosch, du nom de celui qui industrialisa le processus d’Haber) permettant de synthétiser l’ammoniac en grande quantité et à bas coût, ce qui lui valut le prix Nobel de chimie en 1918 : le problème était réglé.
Aujourd’hui, la population mondiale est à la fois plus nombreuse et mieux nourrie que jamais, on peut donc dire que Malthus a eu tort, d’autant plus qu’il y a des tas d’exemples de peur malthusiennes qui se sont avérées sinon infondées en théorie, du moins ont été surmontées par l’ingéniosité humaine ou simplement une évolution inattendue des données du problème.

Dans la mesure où aucune des prédictions du passé (celles de Malthus ou celles établies au Club de Rome) ne s'est révélée juste, à quoi attribuer le succès des théories malthusiennes aujourd'hui ? Sur quelles peurs se sont-elles développées et se développent-elles encore ?

Déjà, il faut noter qu’à la base des théories malthusiennes il y a une erreur intellectuelle classique, qui est la linéarité des projections : on pense intuitivement que les choses continueront d’évoluer de manière linéaire, sans rupture, sans modification des données du problèmes, et l’on en tire des conclusions. C’est une disposition d’esprit qui fait partie des réflexes de pensée humains, et a sans doute été sélectionnée par des siècles de sélection naturelle parce que généralement l’induction sur la base d’une répétition donne des résultats assez justes. Mais autant cela est un réflexe utile pour des problèmes simples impliquant peu de données, peu susceptibles de changer, autant lorsque l’on traite de problèmes complexes et dont une partie des données sont méconnues, cela conduit le plus souvent à des conclusions erronées. Les peurs malthusiennes sont donc partiellement le produit d’une disposition d’esprit qui a souvent pu nous sauver la vie, mais mal adaptée à l’appréhension de problèmes d’un autre ordre de complexité, comme la démographie, l’économie, le climat ou les trois à la fois.
Concernant le succès actuel des théories malthusiennes, j’incline à penser qu’il est aussi favorisé par un certain sentiment de fin de l’Histoire, de « monde plein » pour reprendre l’expression de Pierre Chaunu : l’homme ne vit pas que de pain, et c’est possiblement un moyen de rassasier la quête du sens, dans des sociétés plus sécularisées que jamais dans l’Histoire, que de s’inventer des défis apocalyptiques à combattre, sans quoi l’on se sentirait condamnés collectivement à consommer et à travailler en attendant la retraite, puis la mort, sans que rien n’ait le moindre sens.

Dans quelles situations (économique, géographique, démographique etc.) les inquiétudes néo-malthusiennes pourraient retrouver une certaine pertinence ?

Les peurs malthusiennes ne sont pas nécessairement infondées : pour reprendre le cas de la peur sur les composés azotés au début du XXe siècle, on peut constater que si personne n’avait inventé la synthèse de l’ammoniac, la catastrophe aurait pu se concrétiser, et la formulation du danger, en soi, a favorisé l’émergence de la solution, puisque des chimistes se sont penchés sur la question. Dans une certaine mesure, la peur malthusienne peut donc avoir un intérêt, si elle pousse à trouver des solutions alternative. Elle est dangereuse si elle pousse à proposer des solutions comme celles de Malthus, à savoir des solutions stérilisantes, régressives, qui enchaînent l’humanité au lieu de la libérer.
Car en réalité, les deux derniers siècles de l’histoire de l’Occident nous montrent un dépassement systématiquement « par le haut » des peurs malthusiennes, par l’invention de procédés qui accroissent les rendements, par l’exploitation de nouvelles énergies, etc.
L’idée de trouver de nouvelles sources d’énergies pour cesser de rejeter des gaz à effet de serre, des particules fines ou que sais-je dans l’atmosphère est sans doute bonne, la question étant : faut-il le faire par la décroissance, la privation, le rationnement, comme le proposent les catastrophistes, ou par la production de nouvelles solutions ? Faut-il multiplier les éoliennes et les panneaux solaires à rendement et durabilité décevants, ou se tourner vers de nouvelles solutions nucléaires prometteuses, comme le thorium ou, plus enthousiasmant peut-être encore, la fusion nucléaire ? Il y a quatre ans, Lockheed Martin, le grand fournisseur d’armement américain, a annoncé pouvoir présenter un réacteur à fusion fonctionnel et compact – transportable dans un camion poids-lourd – à l’horizon 2025. Récemment, l’entreprise a répété qu’elle pensait tenir ce délai. Intéressant, quand on se souvient que Fritz Haber lui-même a à la fois sauvé le monde de la famine et légué les armes chimiques de sinistre réputation, au chlore notamment. Peut-être dans une quinzaine d’années rirons-nous de ces peurs dans le confort de nos maisons alimentées par des réacteurs à fusion inventés par un géant de l'armement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 31/07/2019 - 19:15
la solution est dans le progrès.
en attendnat les US vont lentement mais sûrement vers une production de 15 M barils de pétrole/jour, grace au schiste.Ils sont redevenus num. 1 mondial et aucun autre pays n'a lancé massivement un programme d'exploration comparable , c'est dire que nous ne manquerons pas de pétrole avant longtemps, lorsque russes, chinois et saoudiens lanceront leur propre programme sur le schiste , gaz et pétrole.
Il est vrai qu'à ce moment , nous aurons peut-être domestiqué la fusion nucléaire et le pétrole ne sera peut-être plus nécessaire.
Le " jour du dépassement" est peut-être celui du dépassement de la bêtise . Mais comme disait Einstein à peu près en ces termes, " je ne sais si l'univers est fini, mais en tout cas je suis certain que la bêtise humaine est infinie".
Comment les media "main stream "peuvent-ils être autant à côté de la plaque?
Loupdessteppes
- 30/07/2019 - 17:27
Nostradamus l'avait omis
Les écolos l'on rectifié.
tatouzou
- 30/07/2019 - 17:15
Prendre de la hauteur
Les discours fondés sur les publications du GIEC ne peuvent être que catastrophiques parce que la raison d'être du GIEC, sa mission, c'est de lutter contre les effets néfastes du réchauffement climatique anthropique, sans jamais s'interroger sur l'existence même du réchauffement ni sur ses causes.

Alors on a droit à un concours Lépine des solutions plus ou moins farfelues pour se passer du pétrole et du charbon, mais plus personne ne se pose les vraies questions:
- Est-on vraiment certain que les variations de la concentration de CO2 dans l'atmosphère sont la cause des variations du climat?
- Est ce que la théorie de l'effet de serre due au CO2 a pu être vérifiée par une expérience et des mesures fiables?
- Qu'est-ce qui permet d'affirmer que le réchauffement climatique va se poursuivre si on ne change rien?
- Bien avant la civilisation industrielle, le climat a déjà connu de grands bouleversements, des glaciations ont alterné avec des périodes chaudes. Il est donc évident que d'autres causes modifient le climat. Les a-t-on étudiées ?
- Qu'est-ce qui permet d'affirmer que, si le réchauffement climatique se poursuit, ses effets néfastes l'emporteront sur les bienfaits?