En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 38 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 10 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 11 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 11 heures 29 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 13 heures 45 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 14 heures 47 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 16 heures 32 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 9 heures 22 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 10 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 11 heures 25 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 13 heures 13 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 15 heures 28 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 16 heures 21 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 16 heures 38 min
© NIKLAS HALLE'N / AFP
© NIKLAS HALLE'N / AFP
Bonnes feuilles

Brexit : pourquoi la décision britannique fut révélatrice d’une crise profonde de l’identité britannique

Publié le 27 juillet 2019
Alex Taylor publie "Brexit : l’autopsie d’une illusion" aux éditions Jean-Claude Lattès. Bouleversé et en colère après le Brexit, il choisit de devenir Français et obtient la nationalité française. À l’heure du repli sur soi, de l’explosion des populismes et des questions toujours plus cruciales sur l’identité, Alex Taylor répond par l’humour et la nuance. Extrait 1/2.
Journaliste et producteur, Alex Taylor a animé de nombreuses émissions. D’abord à FG puis pour France 3 (avec la célèbre émission « Continentales »), Pink TV et Arte. Journaliste à France Inter, à la BBC et à Vox (Allemagne), il a aussi été le directeur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alex Taylor
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste et producteur, Alex Taylor a animé de nombreuses émissions. D’abord à FG puis pour France 3 (avec la célèbre émission « Continentales »), Pink TV et Arte. Journaliste à France Inter, à la BBC et à Vox (Allemagne), il a aussi été le directeur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alex Taylor publie "Brexit : l’autopsie d’une illusion" aux éditions Jean-Claude Lattès. Bouleversé et en colère après le Brexit, il choisit de devenir Français et obtient la nationalité française. À l’heure du repli sur soi, de l’explosion des populismes et des questions toujours plus cruciales sur l’identité, Alex Taylor répond par l’humour et la nuance. Extrait 1/2.

53 % des Anglais ont voté le Brexit, 60 % dans certaines régions. Un sondage début 2019 montre que 35 % des habitants de l’Angleterre se sentent plus anglais que britanniques et leur nombre ne cesse de grimper. Combien pour le contraire ? 18 % seulement, et le nombre décroît. Près de la moitié des Anglais veulent un parlement anglais, même si aucun député ou représentant ne fait campagne pour le réclamer. C’est un thème largement absent des médias.

L’Angleterre n’a pas d’hymne. Peu d’Anglais connaissent la date de la fête nationale, le jour de ce même saint George (le 23 avril). Il ne faudrait pas leur dire que ce « héros national », quintessence même du Englishness, n’est pas de souche anglaise, étant le fils d’une famille grecque orthodoxe habitant en Syrie. 

Le Brexit a fait sonner le réveil du nationalisme anglais depuis longtemps mis sur le bouton « somnoler ». Ces agissements ne font qu’exacerber des velléités indépendantistes déjà plus retentissantes. L’autonomie consentie ces dernières années par Londres aux parlements écossais, gallois et en Irlande du Nord suscite déjà la polémique sur l’appel lation « pays ». Le pouvoir londonien en a donc trouvé une autre, dans l’un de ses moments les plus  abstrus : the devolved administrations (les administrations dévolues). 

À défaut d’être la grande panacée promise sur les bus, le Brexit risque d’être la sage-femme facilitant l’accouchement de l’indépendance écossaise ainsi que la réunification de l’Irlande. La plus grande incertitude sera de savoir lequel des jumeaux émergera le premier. Ces deux « pays » ont voté pour rester dans l’Union européenne, contrairement à l’Angleterre et au pays de Galles. Ce seront les premiers à vouloir trancher le cordon ombilical avec Londres.

Les journalistes français vont finir par avoir raison et pourront continuer à parler des « Anglais » qui quittent l’Europe. 

Les mots ont de l’importance. N’oublions pas qu’il y a le mot « Great » dans Great Britain. Il y a tout de même peu de pays au monde qui s’autorisent un tel compliment. On imagine sans mal l’accueil réservé aux Great United States of America, ou encore moins Grossdeutschland. La France a peut-être une certaine idée d’elle-même et de sa grandeur. Elle ne se pavane pas pour autant avec son nom. 

Impossible de déterminer quand l’adjectif « Great » fut acoquiné à « Britain ». La théorie la plus probable veut que ce soit l’arrogance du roi James Ier. Loin de lui l’idée d’être le simple roi d’une province de la Bretagne romaine (qui incluait l’Angleterre et une partie du pays de Galles). Il insista pour qu’on l’appelle The King of Great Britain. 

Autre signe de cette crise autour de l’identité britannique, on insiste aujourd’hui nettement plus qu’auparavant sur cet adjectif constituant. Un simple regard sur les programmes de télévision des chaînes britanniques suffit. On tombe rapidement sur The Great British Quiz, The Great British Swim (la natation), ou The Great British Darts show (les fléchettes). C’est l’une des raisons pour lesquelles les Brexitteurs n’ont pas pu copier le slogan de Trump « Make America Great Again ». Difficile de rendre sa grandeur à un pays qui « self-identifies » déjà si ostensiblement en tant que tel. 

Le meilleur exemple est l’émission qui caracole depuis quelques années en haut de l’audimat, The Great British Bake Off. Des apprentis cuisiniers rivalisent pour créer des cakes les plus extravagants. Ils tentent surtout d’éviter le blâme national qui attend tout pauvre candidat qui a le malheur de sortir du four la moindre création faisant preuve d’un soggy bottom (le fond mou). 

Ce n’était pas toujours ainsi. Même Mrs Thatcher parlait plutôt de « Britain » supposant sans doute qu’avec elle, sa grandeur n’avait nullement besoin d’être brandie de la sorte. Même la Reine parle toujours du « people of Britain ». Ce besoin récent d’auto-encensement est le propre d’un pays en pleine interrogation. Cela rappelle la phrase de la reine Gertrude dans Hamlet de Shakespeare qui pointe l’excès de zèle rendant peu convaincante toute déclaration trop empressée : « The Lady doth protest too much, methinks » (La dame proteste de trop, me semble-t-il). 

Pour autant, les velléités de ne pas être « britannique » ne s’arrêtent pas aux « pays ». Je le sais par expérience, ayant grandi dans une partie de l’Angleterre, la Cornouaille, où certains refusent depuis des siècles de se définir comme « anglais », et encore moins comme britanniques. Si l’on imagine toute la Grande-Bretagne comme un chauffeur de voiture, la Cornouaille en est le pied. Même sur cette extrémité du corps, le Brexit laisse quelques traces d’ADN, minimes certes, mais révélatrices.

Extrait du livre d’Alex Taylor, "Brexit : l’autopsie d’une illusion", publié aux éditions Jean-Claude Lattès. 

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 29/07/2019 - 11:48
Rien n'est désespéré!
Ces Britanniques sans identité vont pouvoir en trouver une dans la Grande Europe en votant bien la prochaine fois.
zelectron
- 27/07/2019 - 16:04
elle avait déjà un Brexit mou, il lui en fallait plus
Par orgueil l’Angleterre n'admettra jamais d'avoir eu tord de quitter la famille
Benvoyons
- 27/07/2019 - 11:32
Cette article est Great & très acidulé
:)