En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Assange et le piège à miel

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 8 heures 33 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 9 heures 11 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 12 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 16 heures 51 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 17 heures 12 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 17 heures 50 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 17 heures 57 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 8 heures 53 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 10 heures 55 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 12 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 13 heures 49 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 16 heures 32 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 16 heures 48 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 17 heures 2 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 17 heures 54 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 17 heures 58 min
© ALAIN JOCARD / AFP
© ALAIN JOCARD / AFP
Plus blanc que blanc

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

Publié le 18 juillet 2019
La chute de François de Rugy est perçue comme une victoire pour les moralisateurs de la vie publique. Mais ce type d'affaires et la forme qu'elles prennent, en jetant l'opprobre sur l'entièreté de la classe politique, profite surtout aux partis populistes.
Olivier Gracia
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Essayiste, diplômé de Sciences Po, il a débuté sa carrière au cœur du pouvoir législatif et administratif avant de se tourner vers l'univers des start-up. Il a coécrit avec Dimitri Casali L’histoire se répète toujours deux fois (Larousse, 2017).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La chute de François de Rugy est perçue comme une victoire pour les moralisateurs de la vie publique. Mais ce type d'affaires et la forme qu'elles prennent, en jetant l'opprobre sur l'entièreté de la classe politique, profite surtout aux partis populistes.

Atlantico : Dans les faits, la façon dont adviennent ces affaires n’est-elle pas un cadeau pour les populistes que la moralisation de la vie politique veut pourtant désarmer ? N’intègre-t-on pas inconsciemment une forme de dégagisme ?

Olivier Gracia : Les partis populistes ne sont pas exempts d’affaires judiciaires. On se souvient de l’affaire des collaborateurs parlementaires du RN au Parlement européen. Ce n’est pas comme si les populistes avaient une forte vertu que les autres partis n’avaient pas. Néanmoins, ce qui est certain, c’est que dans le discours, cela fragilise le système dans sa globalité et surtout Emmanuel Macron qui s’était fait l’initiateur de cela avec sa loi sur la moralisation de la vie publique. C’était une de ses promesses, une des premières loi adoptées sous son mandat, qui s’opposait à la tendance qu’avait l’ « ancien monde » de s’enrichir et profiter de l’argent public. 

Mais il a convié l’Ancien monde dans la politique, et n’a pu s’en défaire complètement. L’affaire de Rugy rappelle l’affaire Fillon. François Fillon et François de Rugy avaient tous les deux faits de la transparence et de la morale en politique leur cheval de bataille, leur fer de lance. Fillon se faisait passer pour le chevalier blanc ou le moine soldat de la droite quand Rugy était le premier à donner son avis sur la vie des parlementaires et sur les questions de dépenses. Il est étonnant de voir que ce sont ceux qui en parle le plus qui en font le plus. Dans le sens où on est étonné de voir qu’aujourd’hui dans le contexte de fracture sociale et de perte de confiance des Français dans le fonctionnement de notre démocratie et pour la politique, ce genre de pratiques existe encore.

Les soirées organisées par François de Rugy n’étaient pas d’une discrétion folle. Il invitait à sa table des peoples, des journalistes… Forcément à un moment, cela serait sorti. Et l’affaire du « homard » est loin d’être la seule. Ce genre de comportement fragilise la politique et met en danger les bons hommes politiques, qui existent, il faut le rappeler. Il faut bien distinguer les bonnes et les mauvaises pratiques. Bien des politiciens n’ont jamais profité abusivement d’un euro d’argent des Français. Le tous pourri est nourrit par ce genre de double discours. 

 

Quelle vous semble être la bonne stratégie dès lors ? On voit que c’est Emmanuel Macron qui a poussé François de Rugy vers la sortie et cela semble le fragiliser. Quelles solutions s'offrent à lui ?

Oui cela le fragilise, et ce que je trouve étonnant, c’est que comme pour l’affaire Benalla, il a pris un petit temps pour réagir, en l’occurrence pour pousser son ministre à la démission. Néanmoins, la bataille morale est perdue. Il aurait fallu faire une annonce dans la semaine des premières révélations. D’autant plus qu’il ne faut pas douter que le Président devait avoir une visibilité sur ce qui s’apprêtait à sortir dans la presse. S’il avait été intransigeant, cela aurait été apprécié, mais on a plutôt l’impression qu’il a louvoyé dans cette histoire, et ménagé ses équipes pour éviter une humiliation de son ministre. Il a de fait attendu que la situation se dégrade pour réagir. Ce qui est regrettable, c’est que le résultat est aujourd’hui désastreux, dans le sens où certes Mediapart a obtenu sa démission, certes les Français sont contents de voir partir ce ministre, mais la bataille morale est perdue par Emmanuel Macron. On ne se souviendra pas de la démission de François de Rugy, mais du moment où Emmanuel Macron a tenté avec son Premier ministre de protéger le numéro 2 de son gouvernement. Il n’était pas question au début de le congédier. Les Français retiennent ça. Il a fallu plusieurs semaines de débat pour qu’enfin le gouvernement prenne une décision responsable concernant son cas. Sa mort politique était annoncée, elle était claire et prévisible. C’est le même problème que pour Benalla. C’est comme si les politiques envisageaient une issue positive. L’histoire montre tout autre chose, cela finit toujours mal, et la transparence et l’intransigeance seules peuvent faire basculer ces situations. 

 

Quand on regarde le succès des populistes en Italie ou le succès de politiques plus radicales notamment sur l’immigration dans les démocraties sociales scandinaves, ne peut-on pas voir aussi les excès d’une recherche de vertu dans nos sociétés ?

Sur ces questions, les Scandinaves sont bien en avance sur nous. Ils n’ont pas attendu l’émergence des populistes pour réagir. On sait que les ministres suédois peuvent être congédiés pour des affaires de bien moindre ampleur que celle que nous avons vécu avec François de Rugy. Ils démissionnent dans la minute pour la moindre faute. La France est sur chemin. Mais il faut en effet pas faire de la vertu le seul critère, elle peut être dangereuse. Elle est souhaitable car on veut un comportement digne, mais la vertu ne doit pas enlever aux politiques tout espace de liberté. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 18/07/2019 - 19:19
Avex Médiaprt, Macron s'est
Avex Médiaprt, Macron s'est débarrasse de RUGIS pour mettre Born à sa place. Brigitte est contente.
padam
- 18/07/2019 - 16:12
Cachez-moi ce crustacé que je ne saurais voir
Ce qui est sidérant, et aussi il faut bien le dire révélateur de notre époque en voie de décomposition (du moins pour ce qui concerne l' Europe et singulièrement le France), c'est que pour l'auteur de ce papier le comportement de l'ex ministre transitoirement écologique n'apparaît pas à l'évidence condamnable en soi, mais avant tout alarmant dans la seule mesure où il serait susceptible de favoriser les "populistes"... On lui conseillera simplement de (re)lire les classiques qui lui apprendront que la tartufferie, sorte de déclinaison de la lâcheté, a toujours été de tout temps le vice des "Grands" qui passe le plus mal auprès des peuples.
Ganesha
- 18/07/2019 - 14:13
Repoussoir
Cela fait toujours plaisir de voir un texte de basse propagande haineuse se faire insulter par les abonnés de ce site !

Au risque de me répéter, je pense que ce que recherchent (désespérément) les français, ce ne sont pas des dirigeants politiques qui mèneraient une vie d'une simplicité et d'une rigueur monastique, mais des individus qui soient sensibles aux difficultés que rencontrent une majorité des citoyens dans leur vie quotidienne.

Et surtout, qui nous proposent enfin un projet plus juste que la crapuleuse tyrannie qui nous est imposée depuis des décennies.

Et, ces idées libératrices et de justice sociale, on les trouve principalement chez ces ''populistes'', de droite comme de gauche, que l'auteur de cet article cherche à nous présenter comme un ''repoussoir'' !