En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

03.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

04.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 8 heures 15 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 8 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 15 heures 39 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 16 heures 3 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 18 heures 25 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 9 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 8 heures 38 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 11 heures 55 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 15 heures 11 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 15 heures 39 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 16 heures 18 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 17 heures 57 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 9 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 10 heures
Atlantico-Business

CETA, Mercosur : quand les accords commerciaux facilitent le business et permettent d’exporter les bonnes pratiques écologiques

Publié le 18 juillet 2019
La majorité parlementaire qui vient de ratifier l’accord commercial avec le Canada a reçu un flot de critiques et de haine venant de gens qui ne veulent même pas en analyser les bénéfices tangibles pour tout le monde. Quel gâchis !
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La majorité parlementaire qui vient de ratifier l’accord commercial avec le Canada a reçu un flot de critiques et de haine venant de gens qui ne veulent même pas en analyser les bénéfices tangibles pour tout le monde. Quel gâchis !

Ceta, Mercosur : mais pourquoi tant de haine contre des accords commerciaux qui ouvrent des perspectives à tout le monde?

La ratification par l’Assemblée nationale de l’accord de libre échange entre l’Union européenne et le Canada a relancé la polémique violente déjà entamée par le traité conclu avec l’Amérique du Sud (le Mercosur). 

Tout se passe en France comme si tout échange commercial avec un pays étranger était devenu suspect et porteur de problèmes divers pour un certain nombre de professionnels paniqués par l'idée que des concurrents étrangers, plus malins, moins chers ou mal intentionnés allaient venir hypothéquer leur propre activité, leur emploi et par conséquent leur avenir. Mais si c’était l’inverse? Si les accords permettaient de démultiplier l’activité, de favoriser le progrès pour tout le monde et permettaient aussi d’imposer aux pays les plus réfractaires des bonnes pratiques écologiques. 

La mondialisation des échanges a sans doute engendré beaucoup de dysfonctionnements et de bouleversements. Elle a creusé les inégalités entre certains pays, certaines populations à l’intérieur même des pays. La mondialisation a sans doute entrainé le déclassement de certaines catégories sociales qui, faute de moyens, d’accompagnement ou de formation se sont retrouvées déclassées, appauvries ou profondément frustrées. Bref, la mondialisation ne nous aurait apporté que de la misère avec un transfert débridé des pouvoirs de l’ouest vers l‘est du globe. Ajoutons à cela bien sûr que la mondialisation a très certainement accéléré les flux migratoires vers l’hémisphère nord.  

Mais, mais, soyons honnêtes, la mondialisation a aussi servi ces dernières années de bouc émissaire pour éviter de regarder en face nos propres problèmes, nos propres faiblesses. 

Il faudrait évidemment reconnaître que l’explosion du commerce mondial depuis les années 2000 a engendré une baisse de l’extrême pauvreté à l’échelle mondiale. Le nombre d’êtres humains n’a pas cessé de croitre pour dépasser les 7 milliards, mais la part de cette population mondiale en état de sous-alimentation n’a pas cessé de décliner, à moins de 10% aujourd’hui. Il reste des foyers d’extrême pauvreté avec des hommes, des femmes et des enfants qui meurent de faim dans certaines régions d’Afrique ou d’Inde, mais la plupart sont sortis de cette misère. 

Au fur et à mesure que les pays autrefois sous-développés sont passés dans la catégorie des pays en voie de développement, puis sont passés au statut de pays émergents, ils se sont donc enrichis, l’espérance de vie moyenne sur la planète s’est allongée et la mortalité infantile a baissé. Les conditions sanitaires et d’hygiène ont fait d‘immenses progrès et la lutte contre les grandes maladies qui, autrefois, décimaient des millions d’êtres humains, fait faire à la santé humaine des pas de géant

Pareillement, faut-il parler de l’illettrisme qui n’a pas disparu certes, mais qui touche désormais moins de 20% de la population mondiale, alors qu’au début du siècle, la planète comptait encore plus de 40% d’illettrés?

Avec le recul de l’illettrisme, on sait très bien que la condition sociale des populations, des femmes et des enfants s’est considérablement améliorée, parce que les conditions de travail ont changé, les moyens de vivre se sont améliorés. 

Ces progrès considérables, qui n’ont jamais été aussi rapides, sont imputables à la mondialisation qui permet de partager et de diffuser les innovations et les connaissances, les moyens de financement aussi. Enfin, c’est bien évidemment le développement du commerce mondial qui a généré de formidables gains de productivité. 

Alors, le résultat n’est pas optimal, il n’est pas satisfaisant, mais il a le mérite d’exister. 

Tous ceux qui aujourd’hui critiquent avec tant de violence les accords de libre échange comme le Mercosur ou le Ceta, alors que ces accords ont été discutés pendant de longues années, font le jeu finalement de tous ceux qui rêvent de vivre dans des sociétés autarciques et fermées. Des sociétés où l’innovation ne peut pas se diffuser, où la croissance doit ralentir ou disparaître etc. Alors on peut comprendre ce repliement quand on est riche et installé, mais quid des autres, de ceux qui n’ont pas le privilège d’appartenir à des régions développées?

 

Certaines critiques contre le Mercosur ou le Ceta sont légitimes. On peut certes souligner que certains pays signataires de ces grands accords se comportent mal en matière d’environnement et en matière de réciprocité dans le respect des normes et des quotas. On peut discuter de tout cela. D’ailleurs, ces grands accords permettent de discuter des applications avec des accords de sauvegarde. Le dialogue et le progrès ne se figent pas le jour de la signature. Ils se prolongent à la demande de toutes les parties. 

Mais faut-il pour autant tout jeter, tout refuser et haïr (en prime) ceux qui ont négocié en les accusant de toutes les gémonies?

 

L’accord du Mercosur, pour ceux qui l’ont lu en détail, est équilibré. Les dirigeants agricoles s’y opposent plus pour des raisons de politique interne aux syndicats, que pour ses incidences pratiques.

L’accord du Ceta est déjà en partie appliqué depuis 2007. Et depuis 2007, les exportations vers le Canada ont progressé de 6,6%. Les labels et les marques ont été protégés et sont parvenus à gagner des parts de marché significatives.

Les importations canadiennes en France, elles, ont chuté de 6% entre 2007 et 2018, parce que la France a cessé d’acheter du Colza et du minerai de fer. 

En valeur, il faut savoir que l'excédent commercial français avec le Canada est passé de 50 à 450 millions d’euros. (De l’industrie et de l’agroalimentaire principalement)

A la veille de la ratification par le Parlement, ce traité était encore critiqué par beaucoup d’organisations agricoles françaises, par énormément d’organisations écologiques et le principal argument portait essentiellement sur la politique de transition énergétique. 

« Le Canada serait le plus mauvais élève des pays membres du G20 dans la lutte pour le climat...  Et signer cet accord, disait Nicolas Hulot, reviendrait à encourager le Canada dans ses mauvaises pratiques ». 

C’est possible, mais on peut aussi défendre le raisonnement inverse. La concurrence, la richesse des échanges peuvent aussi inciter les acteurs canadiens à changer de procédures. Une multitude d’organisations comme Attac, Greenpeace, la Cgt ou Que choisir refusent cet accord sous le prétexte qu’il va faciliter l’entrée sur le marché en Europe de produits élaborés selon des normes inférieures aux standards européens.  

Mais qui peut croire ce type d’affirmation, parmi ceux qui ont signé cet accord ou qui l'aurait lu? Qui peut le croire en toute bonne foi ?

Cet accord concerne 510 millions d’Européens d’un côté et 35 millions de Canadiens. Peut-on berner 510 millions de consommateurs avec des produits trafiqués? Et en quoi les 35 millions de Canadiens auraient intérêt à envoyer des produits falsifiés plutôt que des produits aux normes?

L’accord supprime les droits de douane sur 98% des produits échangés, il élargit la concurrence et renforce la coopération au niveau des normes et des standards. Ajoutons à cela que 143 produits d’appellation d’origine française sont reconnus et protégés jusque dans leur marketing et leur design.  

Actuellement, et cela pour le syndicat des éleveurs français qui est vent debout, il faut savoir que depuis 2008, le Canada n'a exporté que 1000 tonnes de viande de bœuf vers la France, soit moins de 2% du quota accordé par l’accord Ceta. Il n’y a eu aucune invasion de viande frelatée et pour cause, les éleveurs de bovins du Canada ne sont pas prêts à respecter les exigences européennes. 

Pour l’instant, il n’existe que 36 fermes au Canada qui produisent sans hormone de croissance. Les autres ne sont pas outillées. Elles n’ont même pas les hommes et les spécialistes pour le faire. Donc elles ne passent pas la douane.  Elles n’essaient même pas. L’agriculture canadienne est d’autant plus désarmée qu’elle ne peut même pas répondre à la demande intérieure en bio et en produit clean de toute chimie. Alors de là à envahir les marchés européens, il va se passer du temps. 

En attendant, l’agriculture canadienne vient embaucher des compétences en Europe et plus spécialement en France. Alors, avis aux amateurs formés dans les agros français ou même dans les lycées agricoles. Il y a du travail. On peut exporter les bonnes pratiques. 

Et plutôt que de refuser ce type de grands accords commerciaux, on pourrait peut-être les considérer comme des moyens et des occasions de diffuser les bonnes pratiques écologiques. Après tout, les consommateurs nord-américains sont comme les consommateurs européens. Ils sont demandeurs de bio, de transparence et de bénéfice santé. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

03.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

04.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 18/07/2019 - 11:16
Pommes canadiennes
Remarque humoristique entendue ce matin sur BFMTV :
''Les pommes canadiennes et françaises sont très semblables''.

Effectivement : 90% d'entre-elles contiennent plus de 4 pesticides !

https://www.journaldemontreal.com/2018/04/11/residus-de-pesticides-la-fraise-encore-la-plus-contaminee
JBL
- 18/07/2019 - 09:59
Question !
Le débat hier à l'Assemblée National a un petit côté surréaliste. Certes, il y avait échange d'idées et d'arguments, certains très pertinents, mais qu'elle est la finalité de ce type de débats. La majorité défend la position du gouvernement et elle est majoritaire !!!!! Chacun sait que le projet va être adopté. Alors tous ces palabres servent à quoi ? Et en plus derrière le Sénat........Tout ça est absurde.