En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 1 heure 45 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 3 heures 56 sec
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 4 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 7 heures 25 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 9 heures 35 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 12 heures 37 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 13 heures 34 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Politique
Tri sélectif

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

il y a 16 heures 12 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 2 heures 19 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 3 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 7 heures 16 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 8 heures 54 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 11 heures 41 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 13 heures 10 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 15 heures 37 min
décryptage > Politique
Casse-tête

Retraites : 49.3, retrait ou "bidouille", quel chemin de sortie de crise serait le moins dommageable pour Macron ?

il y a 16 heures 29 min
© ATTA KENARE / AFP
© ATTA KENARE / AFP
Crise

Cette arme secrète des Etats-Unis dont les Iraniens ne semblent pas avoir conscience

Publié le 02 juillet 2019
On parle bien de la nouvelle situation énergétique mondiale.
Samuel Furfari est docteur en sciences appliquées, ingénieur chimiste et ingénieur industriel. Il a été durant trente-six ans haut fonctionnaire à la Direction générale de l'énergie de la Commission européenne. Il enseigne depuis 2003 la géopolitique de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samuel Furfari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samuel Furfari est docteur en sciences appliquées, ingénieur chimiste et ingénieur industriel. Il a été durant trente-six ans haut fonctionnaire à la Direction générale de l'énergie de la Commission européenne. Il enseigne depuis 2003 la géopolitique de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On parle bien de la nouvelle situation énergétique mondiale.

Depuis son retrait de l’accord nucléaire iranien du 14 juillet 2015, le président américain Donald Trump exerce « une pression maximale » sur l’Iran, c'est-à-dire une tentative de suffocation économique du régime de la république islamique. L’enrichissement de l’uranium est un prétexte puisque Trump ne cache pas qu’il veut punir l’Iran, coupable de soutenir au moins trois organisations anti-israéliennes. Téhéran a réagit en annonçant ce 8 mai 2019 qu’il ne mettra plus en œuvre certaines dispositions de cet accord, et qu’il donnait un délai de 60 jours aux autres signataires de l’accord pour maintenir leurs engagements, principalement de pouvoir permettre à l’Iran de vendre son pétrole dans le monde. A défaut, la République islamique menace de reprendre son enrichissement de l’uranium et la construction d’un réacteur à eau-lourde menant, à terme, à la possession de la Bombe Atomique. 50 jours sont passés et Téhéran blâme le reste de la communauté internationale, en particulier l’UE pour inaction face à la détermination de Washington (la mise en œuvre de Instex, la chambre de compensation euro- rial iranien, tarde). L’Iran réplique  que l’Arabie saoudite soutien le terrorisme islamiques. Il refuse les bons offices de Shinzo Abe qui était porteur d’une lettre personne de Trump. L’escalade n’est pas loin. Les escarmouches de ce dernières semaines dans le Golfe Persique –  que les saoudiens veulent appeler Golfe Arabique, -  vont-elles dégénérer du fait du refus de Téhéran de négocier tant qu’il y a des sanctions ? Espérons que non car les conséquences pourraient être dramatiques. L’avenir nous le dira.

Le nouveau paradigme énergétique

Mais pourquoi le président Trump se montre-t-il aussi déterminé ? Qu’est-ce qui lui permet de faire preuve d’une telle assurance et opiniâtreté ? C’est parce que nous avons changé de paradigme énergétique. Cette nouvelle situation énergétique mondiale n’est, ni de près ni de loin, liée à la décarbonisation annoncée pour dans quelques décennies. La géopolitique ne s’embarrasse pas  d’objectifs politiquement corrects, qui au demeurant n’intéressent que les dirigeants européens et les activistes écologiques ? Les énergies fossiles représentent en 2018 86% de la demande d’énergie primaire mondiale et on voit mal comment on pourra arriver à une décarbonisation comme l’illustre le graphique suivant, en plus en abandonnant le nucléaire.

Non, la nouvelle situation énergétique mondiale n’est pas la décarbonisation, qui n’existe d’ailleurs pas puisque les émissions mondiales de CO₂ ont augmenté de 1 % par an entre 2007 et 2017 et de 2% entre 2017 et 2018

La nouvelle situation mondiale est celle de l’abondance des énergies fossiles et de leur meilleure répartition que dans le passé.

La nouvelle abondance

Après la crise pétrolière de 1973 instiguée par le Colonel libyen Mouammar Kadhafi  , la jeune république islamique d’Iran, dont on vient de « célébrer » les 40 ans en février dernier, jette l’Occident dans un marasme total avec l’aide d’autres producteurs de la région, coupable aux yeux des producteurs arabo-musulmans de ne pas abandonner leur soutien à Israël en échange de la paix pétrolière. Il faut donc vite trouver du pétrole, si indispensable à nos économies qui ne peuvent vivre sans transport. Aux USA, le Président Jimmy Carter lance un plan d’énergies renouvelables avec pour objectif (très) ambitieux que l’ensemble de l’énergie aux USA – et non pas seulement l’électricité – soit à 20% d’origine solaire. Observons que le solaire n’y représente aujourd’hui que 0,8 % du total de cette consommation, ce qui démontre que les annonces dans le domaine de l’énergie ne sont pas nécessairement suivies de faits...

Mais le président Carter lance aussi des projets pour exploiter d’étranges gisements nationaux de pétroles que les géologues lui ont signalés. Il s’agit de ce qu’on appelle, en géologie, de la « roche-mère » et que l’on a appelé erronément schiste. Il s’agit de pétrole et du gaz localisés à l’endroit même où la nature les a fabriqués, à quelques 3 km de profondeur et où les conditions géologiques les ont laissés en place plutôt que de migrer vers des réservoirs que l’on appelle « conventionnels ». Mais voilà, exploiter ce pétrole « non-conventionnel » n’était pas possible avec les technologies de l’époque. Afin de forcer ce développement, Carter décide d’offrir des conditions exceptionnelles : pour compenser les risques de mise au point de cette nouvelle technologie d’exploitation, les coûts élevés de cette hypothétique production- si jamais ce pétrole pouvait être produit -  il s’engage à ce que ce dernier bénéficie du prix mondial et non pas du prix du marché américain. Le numéro de février 1981 de la revue National Geographic est consacré aux multiples solutions qui devaient permettre à l’Occident de résister à la pénurie de pétrole, solutions qu’on nous décrit aujourd’hui comme des innovations de notre temps. Il présente ainsi sur une double page une coupe géologique , avec des puits et des galeries, comme dans une mine de charbon, pour aller retirer de cette roche-mère le précieux pétrole. Le titre de cette double page illustre parfaitement le défi de l’époque : « arracher le pétrole de la roche récalcitrante ». Car cette roche, en effet, contrairement à celle des gisements conventionnels, possède une très faible perméabilité, de sorte qu’elle est extrêmement difficile à exploiter. Le contre-choc pétrolier de la première moitié des années 1980 vient mettre fin à toutes ces recherches et tout le monde abandonne le rêve d’exploiter ces roches-mères.

Comme dans la fable du laboureur et de ses enfants

Tout le monde ? Pas Georges Mitchell, le fils d’un cordonnier grec immigré aux USA. Chose qui n’est pas rare au Texas, il est propriétaire d’ une entreprise de services pétroliers, « Mitchell Energy’s ». Déterminé, il se met en tête de vouloir vaincre cette roche récalcitrante. Entre les années 1980 et 1990, sur le site de Barnett, près de Fort Worth, au centre-nord du Texas, il va s'entêter, contre le conseil de ses amis pétroliers, qui finissent par se moquer de lui. Après de nombreuses difficultés et six millions de dollars investis en recherche, et au terme de 18 années d'effort, le succès est enfin au rendez-vous. Mitchell démontra que les énormes gisements de gaz de roche-mère des États-Unis pouvaient être exploités techniquement et économiquement. Il ne pensait certainement pas à l’époque que sa maîtrise technologique allait ouvrir une nouvelle ère dans la politique énergétique mondiale, et allait avoir des répercussion jusqu’en Iran. Le fils du cordonnier avait donc inventé le moyen de produire du pétrole et du gaz dit erronément « de schiste ».

 

Comme dans la Fable de La Fontaine ,« Le laboureur et ses enfants », Mitchell a pris de la peine, « Creusant, fouillant, bêchant, ne laissant nulle place où la main ne passe et repasse », mille fois il a retourné le champs pour trouver le trésor qui y était caché. La morale de l’histoire, c’est que le travail est un trésor. De même, aujourd’hui, le monde avance à force d’efforts, de courage, de recherche et développement. Sans innovation, le monde stagne. La richesse, la prospérité, la santé ne proviennent pas de la nature (c’est bien pourquoi les êtres humains sont passés de chasseurs cueilleurs à agriculteurs), mais du génie humain qui la travaille et la transforme. Il en est de même pour la géopolitique de l’énergie, c’est l’innovation technologique des ingénieurs et des industriels qui la façonne.

 

Force des USA et faiblesse de l’Iran

 

Présenté comme une bulle sans avenir, cette exploitation - qui, contrairement à ce que d’aucuns affirment, n’a pas plus d’impact sur l’environnement que toute autre exploitation d’hydrocarbures, voire même que la géothermie – a permis aux USA de devenir le premier producteur de pétrole dans le monde. Avec une augmentation de leur production de 16,6% entre 2017 et 2018, et de 6,7% par an en moyenne sur les dix dernières années, les États-Unis ont produit près de 15,3 millions de barils par jour (Mb/j) d'hydrocarbures liquides en 2018, dépassant de plus de 3 Mb/j le géant historique, l’Arabie saoudite (12,3 Mb/j en 2018). Les États-Unis sont aussi devenus un exportateur majeur de gaz naturel. Depuis le début de 2019, 35% du gaz de schiste américain - présenté par les écologistes comme une abomination environnementale - est livré dans l’UE, où il représente 13% des importations européennes de gaz. La Commission européenne salue d'ailleurs sur son site la croissance de ces importations présentées comme le fruit de la visite de son président Jean-Claude Junker faite à Donald Trump en juillet 2018.

Le pétrole et le gaz de schiste américain ont bouleversé la donne géopolitique mondiale. Ils permettent aux USA d’imposer des sanctions de plus en plus sévères à l’Iran, car le monde peut désormais se passer des réserves de pétrole et de gaz de ce pays (10% et 15% respectivement des réserves mondiales). Inversement, l’Iran ne peut pas se permettre de ne pas vendre son pétrole.

 ‘L’accord nucléaire’ du 14 juillet 2015 porte ce nom car l’objectif de Barack Obama était d’empêcher que l’Iran puisse arriver au seuil de la production d’une bombe atomique. Mais, étrangement malgré son titre, il contient 65 fois le mot « pétrole » : en fait le régime iranien voulait, en échange du ralentissement de son programme nucléaire, revenir en force sur le marché pétrolier mondial et ainsi contrarier dans le même temps l’Arabie saoudite, son adversaire régional et religieux. Sans les revenus du pétrole, (ne parlons pas du gaz, car, malgré leur énorme gisement de South Pars, les Iraniens ne possèdent pas la technologie pour le produire), le pays est menacé d’asphyxie. Il y a longtemps que ceux qu’on appelle les « faucons » le disent à Washington.

La ténacité de Mitchell a ainsi donné aux États-Unis un avantage extraordinaire sur le reste du monde. De plus, le gaz naturel  étant si bon marché cella donne des ailes à l’industrie américaine chimique et la production d’électricité devenant moins chère  qu’à partir du charbon les émissions de CO₂ diminuent.

Avant la Révolution islamique de 1979, l’Iran produisait 8,3% du pétrole mondial ; en 2018 cette part est tombée à 5%. Alors que l’Iran du Shah vendait 5,6 Mb/j de pétrole, l’Iran de la République islamique a dû se contenter l’an dernier d’une exportation de 2,8 Mb/j – la moitié ! En mai 2018, la « pression maximale » exercée par Donald Trump, est telle que le régime islamique a exporté 400 000 b/J. Il ne pourra pas accepter encore longtemps cette asphyxie. Si aujourd’hui, le monde peut très bien se passer du pétrole iranien, le régime iranien, lui, aura beaucoup de mal à se maintenir. Les mollahs le savent : ils vont devoir apporter une réponse appropriée. Le pétrole de schiste embête énormément les chefs chiites.

Pour une démonstration de cette exposition,  le lecteur intéressé trouvera toutes les informations dans le dernier livres de l’auteur en 2 volumes : « The changing world of energy and the geopolitical challenges » disponible sur Amazon.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Iran, Etats-Unis, nucléaire, crise
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 04/07/2019 - 14:10
merci pour cet article passionnant et tres documente
qui permet de comprendre pourquoi on en est arrive la et quelles sont les avancees americaines par rapport aux europeennes et en particulier la France et le "gaz de schiste"
Trump ne veut pas d'une guerre, il veut un accord mieux redige que celui de 2015 qui ne sert pas a grand chose (clauses secretes, interdiction a l'AIEA de faire des visites inopinees, interdiction de voir les sites militaites enterres, balistique non concerne,....)
Trump a les moyens sans faire de guerre au sens militaire de ruiner les ayatollahs et de participer a leur chute. Panique a Teheran qui recherche quels sont les hauts grades qui donnent les renseignements a Israel sur les sites syriens qui sont methodiquement detruits avant de pouvoir etre utilises, remplacement de chefs des Gardiens de la Revolution, ... Les Americains sont en train d'etudier particulierement les petits petroliers qui se cacheraient dans certains ports iraniens pour prendre du petrole en contrev=bande contre reduction des couts...
Pour le moment tout ce que les mollahs disent c'est qu'Israel sera detruit en 1 demi heure ... et pendant ce temps la a part la marmotte bien connue ...Netanyahu reflechit a Gaza infeode aux mollahs
zelectron
- 03/07/2019 - 13:11
Les mollah ne sont pas encore enterrés
leur capacité de nuisance est encore forte, mais effectivement ça ne va pas durer longtemps !
hoche38
- 03/07/2019 - 08:55
Une fois de plus!
Félicitations à Atlantico pour l'intérêt et la qualité de l'information que vous nous apportez.