En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 24 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 10 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 11 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 11 heures 14 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 13 heures 30 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 14 heures 32 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 15 heures 50 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 16 heures 4 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 16 heures 17 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 9 heures 8 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 10 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 11 heures 10 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 12 heures 58 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 15 heures 58 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 16 heures 6 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 16 heures 24 min
Mobilité

La France où l’on s’installe pour le cadre de vie et celle où l’on déménage pour l’emploi

Publié le 01 juillet 2019
La ville de Béziers a lancé le 10 juin une campagne de publicité dans le métro parisien pour tenter d'attirer les citadins, en mettant en avant le confort de vie dans une ville moyenne du sud de la France.
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La ville de Béziers a lancé le 10 juin une campagne de publicité dans le métro parisien pour tenter d'attirer les citadins, en mettant en avant le confort de vie dans une ville moyenne du sud de la France.

Atlantico : Cet argument avancé par la ville de Béziers peut-il vraiment porter ? Quelle est la part de ce déterminant "confort de vie" dans les causes de la mobilité résidentielle en France ?

Laurent Chalard : De plus en plus de territoires de Province organisent des campagnes de publicité dans le métro parisien dans l’optique d’attirer des populations franciliennes qui ne supportent plus les inconvénients de la vie dans une mégapole de plus de 10 millions d’habitants, c’est-à-dire la promiscuité, la pollution, les bouchons, ou encore l’insécurité. L’argument mis en avant est toujours le même, la sempiternelle « qualité de vie », qui serait forcément bien meilleure dans une ville moyenne que dans une grande métropole. Cependant, si certaines villes moyennes offrent réellement une qualité de vie appréciable, c’est loin d’être toujours le cas, car moindre taille ne signifie pas forcément moins de problèmes, Béziers en étant un exemple frappant. En effet, le parisien qui quitte l’Ile de France ne souhaite pas y retrouver les mêmes problèmes alors qu’il ne pourra plus bénéficier de ses avantages (commerces, équipements, qualité de l’enseignement, desserte en transports…). Or, dans de nombreuses villes moyennes, dont Béziers, les problèmes d’insécurité sont tout aussi importants qu’en banlieue parisienne et la pollution n’y est pas absente du fait d’une circulation automobile intense, alors que parallèlement l’offre en services laisse à désirer, ce qui sous-entend que la qualité de vie n’est pas au rendez-vous. 

Par ailleurs, il faut garder en tête que la part du déterminant « qualité de vie » est variable en fonction de l’âge des individus. Pour des jeunes entrant dans la vie active, il joue un rôle secondaire, l’emploi étant plus important que tout. C’est plutôt en vieillissant que ce déterminant devient primordial dans la mobilité résidentielle des français. C’est le cas, bien évidemment, pour les retraités. Lorsqu’ils choisissent de déménager au moment de quitter leur vie active, ils privilégient les territoires dont ils jugent le cadre de vie attractif : les littoraux (Atlantique, Méditerranée), les régions ensoleillés (moitié sud du pays) ou les régions aux beaux paysages (Bretagne ou Quercy par exemple). C’est aussi le cas, à un degré moindre, pour les actifs bien insérés sur le marché du travail, qui souhaitent parfois changer de lieu de résidence pour changer de vie, jugeant leur vie trop stressante là où ils habitent. Cependant, sauf exception, le déménagement ne peut se faire sans perspectives de trouver un emploi sur place, limitant donc grandement les destinations potentielles.

D'autres déterminants n'auraient-ils pas du être davantage mis en avant (bassin de l'emploi dynamique, présence de services publics, etc.) ? Est-ce que ce ne sont pas ces déterminants qui expliquent en premier lieu la mobilité résidentielle dans le pays ?

Effectivement, on aurait pu penser que d’autres déterminants auraient pu être mis en avant, mais encore faut-il que la ville concernée puisse s’enorgueillir de bonnes performances dans le domaine. Or, concernant la situation de l’emploi, si la commune de Béziers connaît une progression de son nombre d’emplois ces dernières années, elle est bien moindre que celle de la population active, d’où un taux de chômage considérable, qui touche 23,2 % de la population communale en 2015, en augmentation depuis 2010. Autant dire que cela risque de ne pas faire rêver l’éventuel candidat parisien au départ ! Concernant l’attractivité commerciale, le centre-ville de Béziers ne se démarque guère de la tendance générale au déclin qui se constate dans la plupart des villes moyennes hexagonales, avec de nombreuses devantures fermées. A nouveau, cela ne peut pas faire rêver ! Enfin, concernant les équipements publics, la commune n’offre pas un panel complet de formations universitaires, la présence d’un IUT n’étant pas satisfaisante pour l’éventuel migrant parisien, qui préfèrera s’installer à Montpellier s’il se fait du souci pour l’avenir de ses enfants.

La mobilité résidentielle des français, et encore plus des parisiens, ne repose effectivement pas uniquement sur la qualité de vie, mais avant tout sur l’emploi, tout du moins pour les actifs. Ces derniers se dirigent préférentiellement vers une agglomération où ils ont trouvé un emploi ou où ils ont de fortes chances d’en obtenir un. Ils vont donc privilégier les villes dynamiques dans ce domaine, que sont principalement les grandes métropoles, les performances des villes moyennes étant, en règle générale, bien moins bonnes, d’autant que leur manque de diversité économique rend compliqué pour le conjoint du migrant de trouver un emploi sur le nouveau lieu de résidence. Outre la question primordiale de l’emploi, la présence d’équipements et de services publics joue aussi un rôle non négligeable dans les choix résidentiels des ménages, dans un contexte de disparition des services publics dans de nombreux territoires. Dans la société actuelle, l’individu cherche à s’épanouir, ce qui passe par la proximité d’un certain nombre de services. S’ils sont absents du territoire, le migrant urbain, sauf choix personnel assumé de l’isolement, ne souhaitera pas venir y habiter, comme le montre le refus de nombreuses mutations dans des villes de taille intermédiaire de la part de cadres parisiens.

Le recul des activités agricoles et industrielles, et la vogue d'un travail à distance favorisé par la numérisation de nombreuses activités tertiaires, sont-ils à l'origine d'un mouvement d'exode urbain comme on pourrait le prévoir ?

Il est compliqué de répondre à cette question pour la simple raison que la réponse dépend largement de ce que l’on met derrière le terme « d’exode urbain ». Est-ce que cela s’applique au processus de périurbanisation, entendu comme les personnes qui quittent la partie dense des agglomérations urbaines pour habiter dans des communes rurales environnantes où ils peuvent accéder à la propriété dans des maisons individuelles ou est-ce que cela concerne les français qui quittent les aires urbaines pour habiter dans l’espace rural profond, éloigné de toute métropole ? Si l’on retient la première définition, il y a effectivement eu un exode urbain considérable dans notre pays depuis les années 1970, puisque de vastes couronnes périurbaines ont émergé autour des principales agglomérations françaises, mais, les populations qui y résident continuent de travailler, de faire leurs courses et d’effectuer leurs loisirs en ville. Ils restent donc des urbains. Par contre, si l’on retient la seconde définition, ce n’est pas le cas, les espaces ruraux profonds de France étant globalement peu attractifs, sauf pour les personnes âgées, ce qui ne fait que renforcer leur vieillissement. Concernant les jeunes actifs, il demeure un fort tropisme vers les grandes métropoles, qui concentrent les établissements d’enseignement supérieur et les créations d’emploi. Si l’on ne considère pas la périurbanisation comme un phénomène anti-urbain, il paraît donc erroné de parler « d’exode urbain » pour l’instant, en gardant en tête que cette question de définitions n’est pas définitivement tranchée au sein de la communauté scientifique !

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires