En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 6 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 1 heure 29 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 3 heures 18 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 3 heures 55 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 4 heures 9 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 5 heures 40 min
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 18 heures 2 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 20 heures 43 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 3 heures 42 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 5 heures 14 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 5 heures 50 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 20 heures 24 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 21 heures 29 min
© Gregg Newton / AFP
© Gregg Newton / AFP
Course aux étoiles

SpaceX : les acteurs privés sont-ils en train de gagner la bataille de l’espace contre Ariane ou la NASA ?

Publié le 30 juin 2019
Le 25 juin dernier, Space X a fait décoller sa fusée Falcon Heavy emportant avec elle 24 satellites pour sa troisième mission STP-2. Un lancement particulièrement difficile qui montre que les acteurs privés sont désormais à la hauteur des agences spatiales étatiques.
Philippe Achilleas est professeur de droit international public.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Achilleas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Achilleas est professeur de droit international public.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 25 juin dernier, Space X a fait décoller sa fusée Falcon Heavy emportant avec elle 24 satellites pour sa troisième mission STP-2. Un lancement particulièrement difficile qui montre que les acteurs privés sont désormais à la hauteur des agences spatiales étatiques.

Atlantico : Le 25 juin dernier, Space X a fait décoller sa fusée Falcon Heavy emportant avec elle 24 satellites pour sa troisième mission STP-2. Cette mission, qui consistait à déposer ses satellites sur trois orbites différentes, a été qualifiée par Elon Musk lui-même de « lancement le plus difficile » de l'histoire de la société. Une avancée énorme pour le secteur privé qui semblerait en passe de gagner progressivement la bataille de l'espace contre Ariane ou la Nasa. Est-ce votre sentiment ?

Philippe Achilleas : C'est une question difficile. Je n'ai pas envie de répondre oui pour des raisons de cœur puisque cela signifierait que ça serait le début d'une suprématie américaine. Parce qu'aujourd'hui, seuls les Américains pourraient alors développer de grosses entreprises privées qui seraient les seules en mesure d'apporter les investissements massifs nécessaires à la conquête spatiale. Si ce scénario se dessine, cela voudrait dire que les entreprises dans le reste du monde seraient confinées à des lancements institutionnels. Or, il est très difficile de faire vivre une industrie spatiale uniquement sur de l'institutionnel. La réussite commerciale d'Ariane Groupe repose sur le fait qu'il soit leader sur le marché commercial parce que l'Europe n'a pas suffisamment de commande, civile ou militaire, pour alimenter son lanceur. Si en plus, malheureusement, les gouvernements –dans le cadre de leurs missions publiques- ne font pas systématiquement appels aux lanceurs européens, on risque de tuer petit à petit la filière en Europe. Et sans filière lanceur, l'Europe ne sera plus une puissance spatiale puisque ce qui la détermine est justement l'accès autonome à l'espace. C'est le scénario le plus sombre.

A cette difficulté s'ajoute le cas particulier de Space X qui repose sur un système commercial dual: d'une part, il vend les vols de manière plus onéreuse pour le secteur publique américain afin de peser sur les coûts sur le marché commercial. Ainsi, si les prix continuent à baisser sur le marché, Space X s'imposera inéluctablement. Si ça fragilise nos industries en Europe, nous ne serons plus une puissance contrairement aux Chinois ou aux Russes qui peuvent maintenir leur industrie spatiale.

Vous décrivez la naissance d'un trust à l'échelle mondiale qui empêcherait toute innovation et compétitivité dans le secteur pour les autres pays.

Exactement. De plus, je pense que cela ne serait même pas bénéfique pour le secteur américain. Si on arrive à un monopole dans le service des lancements commerciaux, cela n'est bon pour personne. C'est pour cela que Boeing se bat pour exister aux côtés de Space X. Si on se retrouve avec une seule entreprise, c'est dangereux également pour l'innovation. Le monopole n'est bon pour personne. J'espère que les Américains feront tout pour conserver au moins deux entreprises pour la préserver.

Dans les années 2000, la NASA avait déclaré qu'elle nepouvait plus être uniquement soutenue par des fonds publics pour ses projets futurs. Mais si finalement, tout n'est plus qu'un facteur d'argent, le privé pourra facilement imposer ses propres vus sur les projets.

Pour autant, ne peut-on pas s'en réjouir dans la mesure où c'est également un moyen de gagner une course historique, aux enjeux politiques et culturels au niveau international, de la même manière que l'était la course pour aller sur la lune pendant la Guerre Froide ? Quels sont les enjeux politiques au niveau international ?

Effectivement, il y a cette logique en toile de fond avec les puissances pris dans la course aux étoiles, ou à Mars. Mais le secteur privé  n'obéit justement pas aux mêmes règles que le secteur privé. Pour résumé, quand la NASA avait les moyens de soutenir le programme Apollo, le gouvernement s'était largement surendetté. Mais actuellement, la dépendance au privé fait que si les investisseurs –toujours du privé- n'ont pas un retour financier suffisant, ils risquent d'abandonner le secteur spatial. Dès lors, rien ne garantit que dans dix Space X sera toujours-là si le projet n'est pas considéré assez rentable. Avec la course à la lune, on acceptait de s'endetter par choix politique. Les entreprises privées, elles, ignorent tout d'un choix politique, contrairement à ce que font toujours la Chine et la Russie. Il y aura toujours des commandes publiques, mais si le marché n'est pas au rendez-vous, le secteur spatial reviendra ce qu'il était avant, c’est-à-dire une sorte de niche.

Finalement, que peut faire l'Union Européenne pour exister dans la course aux étoiles ? Devrait-t-elle compter sur les Etats-Unis, via une loi antitrust, pour garantir la compétitivité du marché ?

Il y a trois solutions. D'abord, maintenir une incapacité d'innover. C'est ce qu'on fait avec Ariane 6, les gammes de micro-lanceurs…etc. Ensuite, faire baisser les prix de production et donc de vente des lanceurs. Et puis, pourquoi pas un European Act où les gouvernements s'engageraient –pour leurs missions publiques- à acheter des lanceurs européens – ce qui n'est pas le cas actuellement. Certes, les pays européens présents dans le secteur sont convaincus de la nécessité d'acheter Ariane. Mais le problème est complexe et le suivant : convaincre, au nom de l'indépendance européenne, soutenir une entreprise française. De plus, on a une absence d'unité politique actuellement qui rend cela difficile. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sidewinder
- 30/06/2019 - 22:49
Indigent.
Mal documenté et incohérent. L'Europe souffre d'abord d'une apathie totale dans beaucoup de domaines, le spatial n'est qu'une facette de celle-ci.
Le gorille
- 30/06/2019 - 21:09
Corrections, Atlantico ?
1e question : « il vend les vols de manière plus onéreuse pour le secteur PUBLIQUE américain »
3e question : « Mais le secteur PRIVÉ n'obéit justement pas aux mêmes règles que le secteur PRIVÉ. »
4e question : « D'abord, maintenir une INCAPACITÉ d'innover. »
Il semble plus cohérent, compte tenu de la phrase suivante, que ce soit "Capacité" le mot juste.