En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 9 heures 8 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 10 heures 10 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 11 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 15 heures 46 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 16 heures 17 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 16 heures 52 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 17 heures 8 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 9 heures 28 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 10 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 13 heures 11 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 13 heures 33 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 15 heures 38 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 16 heures 12 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 16 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 16 heures 57 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 17 heures 22 min
© XAVIER LEOTY / AFP
© XAVIER LEOTY / AFP
Education

L’école de moins en moins perçue comme gratuite par les Français : une épée de Damoclès qui pend au-dessus du gouvernement

Publié le 29 juin 2019
L'Ifop vient de publier un sondage pour le CNAL dans le cadre d'une enquête sur le coût de l'éducation. 6 parents sur 10 adhèrent au fait que l'école est gratuite. Des divergences existent néanmoins. L'école pourrait-elle devenir une cause de crispation sociale ?
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Ifop vient de publier un sondage pour le CNAL dans le cadre d'une enquête sur le coût de l'éducation. 6 parents sur 10 adhèrent au fait que l'école est gratuite. Des divergences existent néanmoins. L'école pourrait-elle devenir une cause de crispation sociale ?

Atlantico : Dans votre enquête sur le coût de l'éducation, vous demandez aux sondés s'ils estiment que le service de l'éducation est gratuit. 6 parents sur 10 adhèrent ainsi au fait que l'école est gratuite. Il y a néanmoins des divergences sur cette question entre les classes supérieures de la population d'une part et les professions intermédiaires et les ouvriers  d'autre part qui ont davantage le sentiment que l'école est payante. Comment interprétez-vous ces résultats ?

Jérôme Fourquet : le principe d'une école obligatoire, laïque et gratuite pour tous est un des éléments fondamentaux de notre pacte républicain. Ce principe-là continue d'être largement ressenti comme étant référent dans la société française.

On constate néanmoins qu'à côté de ce grand principe, de cet esprit de la loi, du texte, les pratiques diffèrent sensiblement. Il y a une mise à contribution des parents et des familles sur un certain nombre d'activités qui gravitent autour de l'école : achat des fournitures, achat de tel ou tel équipement pour le sport, activités culturelles ou autres. Le coût de la scolarité de base est bien gratuit : on ne paie pas les professeurs ou les locaux. Mais il y a des coûts annexes bien détaillés dans cette enquête. Le poids de ces coûts annexes apparaît très supportable aux milieux les plus favorisés, puisqu'ils sont objectivement assez peu chers. A l'inverse, ces coûts représentent une charge conséquente donc perçu par une partie de la France populaire ou de la classe moyenne.

Il y a une deuxième question principale dans cette enquête qui évoque les bénéfices perçus de la gratuité de l'enseignement. Les bénéfices de cette gratuité qui sont moins perçus sont ceux qui sont de l'ordre de l'excellence ou de la réussite de son enfant ou des élèves de manière générale, quand l'égalité est un bénéfice presque évident de cette gratuité. Est-ce que pour vous, cela signifie qu'il y a une remise en question de la gratuité dans sa capacité à emmener les élèves à une forme d'excellence ?

Je ne sais pas si on peut parler de "remise en cause". Mais ce qu'on constate, c'est que pour une part importante des Français, il n'y a pas forcément de liens évidents et avérés entre une école gratuite et une école qui permettrait l'excellence pour chacun. Cela ne va pas néanmoins jusqu'à tordre le bâton dans l'autre sens, et cela ne revient pas à dire que si l'école était payante, elle serait forcément plus efficace pour emmener les élèves à la réussite. Une autre question dans ce sondage porte sur les dispositifs de soutien scolaire : on voit qu'il n'y a pas un consensus énorme sur le fait de dire "quand c'est payant, cela marche mieux". Ce que cela dit plutôt, c'est que pour les sondés, il n'y a en fait pas de lien avéré entre la gratuité et la capacité à réussir pour tous les élèves.  

De manière plus générale, quelle est la position de l'école privée payante dans ce que vous appelez dans votre livre "L'archipel français" ? Sont-ce les classes supérieures qui mettent leurs enfants dans des dispositifs payants ? Comment se débrouillent les classes populaires ou intermédiaires face au fait, justement, qu'il n'y a pas de lien avéré entre gratuité et excellence ?

La question de l'efficacité du système scolaire français est posée aujourd'hui de manière très forte dans la société française et dans l'opinion. Il y a une perte de confiance très forte de la population vis-à-vis de l'institution scolaire et de sa capacité à transmettre un certain nombre de connaissances et à préparer les enfants et les jeunes à entrer sur le marché du travail et à acquérir un bagage culturel conséquent. Le niveau baisse : voilà l'idée qui est très répandue.

Nous avons aujourd'hui une économie et un marché du travail où la question du capital scolaire et du niveau de diplôme est beaucoup plus criante. Il y a une compétition scolaire qui s'est emballée. Il y a trente ou quarante ans, des gens qui ne venaient pas du supérieur pouvaient trouver des emplois. Dans notre économie de la connaissance, il y a une différence très forte entre ceux qui sont diplômés du supérieur et ceux qui ne le sont pas pour l'accès à l'emploi.

Quand on met ces deux éléments-là ensemble : crise de confiance dans l'institution, et nécessité d'obtenir un diplôme, on a un toute une série de comportements qu'on pourrait appeler comportement de "sauve-qui-peut" de la part de publics soit qui en ont les moyens, soit qui sont les plus conscients de l'enjeu scolaire : ce sont les catégories qui sont favorisées financièrement, celles aussi qui ont un capital culturel, puis celles , pour reprendre le terme de Bourdieu, qui ont le sens du placement, c’est-à-dire par exemple les profs (qui ne sont pas les mieux lotis financièrement, mais qui savent très bien comment fonctionne le champ scolaire et les enjeux autour des filières). Tous ces publics savent bien comment maximiser leur chance. Nous avons des phénomènes de contournement de cartes scolaires, les choix stratégiques d'options qui permettent de mettre dans les bonnes classes, et le recours à l'enseignement privé.

Ce recours au privé permet de scolariser entre 15 et 20% d'une tranche d'âge. Or s'ajoute à cela la déchristianisation. L'essentiel de l'enseignement privé en France était historiquement d'influence catholique. Jusqu'au début des années 1980, c'est d'abord dans ce milieu catholique que ces établissements ont recruté. C'est aujourd'hui de moins en moins vrai. La motivation principale est de plus en plus de se mettre à l'abri, de donner à ses enfants toutes les chances de réussir dans la compétition dans un contexte scolaire.

Quand on a dit cela, tous les enfants favorisés ne sont pas dans le privé et on a aussi des enfants des milieux populaires et de la classe moyenne dans le privé. Il y a une proportion en hausse sensible des enfants de milieux favorisés dans le privé alors qu'elle reste relativement stable dans le public. L'écart est assez important.

On peut relier ces trois éléments : la charge plus importante à porter pour les classes populaires et intermédiaires pour scolariser ses enfants, même dans le public, la difficulté financière pour placer ses enfants dans le privé, et la confiance limitée dans l'école gratuite pour l'excellence de ses enfants et l'accès à l'emploi. L'école pourrait-elle devenir avec tout cela une cause de crispation sociale comme l'a été les taxes sur le diesel pour les gilets jaunes ? est-ce marginal ?

Non, c'est quelque chose qui est central parce que l'avenir de nos enfants c'est primordial dans nos familles. Mais d'une part la question, c'est aussi la conscience de ses enjeux par les acteurs. D'autre part, dans les classes moyennes et populaires, on est déjà aussi dans des stratégies d'évitement : on contourne les problèmes avec les moyens disponibles. On essaie par exemple de faire affecter son enfant dans un autre collège que celui de son secteur. Un des moyens aussi pour faire en sorte que son enfant ne soit pas affecté dans tel ou tel collège, c'est de ne pas habiter dans le secteur concerné. Là, on a aussi une dimension de ségrégation sociale et culturelle avec le collège qui joue souvent comme élément emblématique ou révélateur de la situation d'un quartier.

Donc c'est déjà un enjeu social très fort et vous avez raison de faire la comparaison avec les gilets jaunes : c'est le bas de la classe moyenne  qui s'est révoltée parce qu'elle n'arrivait plus à suivre la tendance et qu'elle ne pouvait plus accéder à la société de consommation du fait de sa situation économique, vue la hausse des prélèvements obligatoires et des dépenses contraintes. C'est pareil sur l'école : à partir du moment où l'accès au diplôme devient une ressource centrale et que les classes moyennes et populaires n'ont pas d'autre capital pour faire progresser leurs enfants, la question de l'affectation dès l'enfance dans un établissement va devenir l'objet d'une lutte. Là où c'est différent des Gilets jaunes, c'est que nous avons des stratégies d'adaptation très différentes. On parle de révolte mais là, c'est du chacun pour soi. Il y a ceux qui mettent leurs enfants dans le privé parfois via certains tuyaux, il y en a qui ne maîtrisent pas les codes.

Pour l'instant il n'y aurait donc pas de manifestation d'une crise sociale pouvant naître à partir de cela sauf si la loi Blanquer mettait en place des dépenses contraintes plus importantes sur ce qui est annexe dans l'école gratuite par exemple ...

Cela n'est pas tellement pas le coût financier le problème. Ce qui mettrait le feu aux poudres ce serait de faire rentrer le privé dans la sectorisation. Là il n'y aurait plus d'échappatoire.

Actuellement il y a donc une perte de confiance dans l'institution, mais la question du coût est différente. On pourrait résumer cela par : Est-ce que vous seriez prêts à payer 50€ par mois pour que votre enfant soit dans un bon collège ? Beaucoup seraient prêts à le faire et diraient peut-être plus dans l'enquête de l'IFOP que l'école a un coût mais ils y seraient prêts. Ce qui les importe principalement ça n'est pas de réduire la facture mais de faire en sorte que leur enfant s'en sorte.  

Voici le lien pour retrouver l'enquête de l'Ifop pour le CNAL sur le coût de l'éducation : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 21/08/2019 - 19:50
le gaspillage forcé pour les parents
à partir surtout du lycée les livres doivent être changés tous les ans (souvent pour 1 page ou 2) au profit des petites sociétés d'édition (CGT du livre de sinistre réputation) de mèche avec les profs (de gauche)
ajm
- 21/08/2019 - 15:24
Faux et vrais problèmes.
L'école publique française est une des moins chères en Europe et, en plus, les enfants y sont nourris presque gratuitement au déjeuner ( cantine), pour les parents dont le quotient familial fiscal est bas. Le vrai problème c'est la qualité de l'enseignement et surtout la pollution des classes par des garçons ( principalement) issus de la "diversité" qui y font régner la terreur, empêchent les autres de travailler et qui sont traînés envers et contre tout jusqu'au bac .
clo-ette
- 21/08/2019 - 13:45
L'école est perçue comme gratuite
parce que les parents n'ont rien de méchant à payer . Et cela vaut peut être mieux, car s'il fallait payer le gamin n'irait pas à l'école et travaillerait . L'école étant déjà un chantier de ruines, il vaut mieux ne pas aggraver . A moins que payer davantage responsabilise les parents? C'est une autre option, peut être une meilleure, qui sait ? Je suis sans avis .