En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

04.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

05.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

06.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

07.

Philippe Juvin: "Si la France s’en sort aujourd’hui, c’est uniquement grâce aux Français, pas à l’État"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 49 min 14 sec
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 1 heure 37 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 2 heures 25 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 3 heures 42 min
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 14 heures 19 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 17 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 18 heures 31 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 19 heures 9 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 21 heures 4 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 1 heure 20 sec
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 2 heures 34 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 4 heures 10 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 14 heures 34 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 17 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 18 heures 46 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 20 heures 13 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 21 heures 43 min
© Jamie McCarthy / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© Jamie McCarthy / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Engagez vous qu'ils disaient

Engagement ou cuculisation de l’art contemporain ? Au secours l’ordre moral revient !

Publié le 18 juin 2019
L’art contemporain, empire du balourd.
Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’art contemporain, empire du balourd.

Dans son livre Ferdydurke, Witold Gombrowicz inventait le verbe « cuculiser », manière de dire « infantiliser ». A fréquenter centres d’art, biennales, galeries branchées et le petit monde de l’art qui leur sert de bulle protectrice, je ne suis pas certain que l’art actuel (au moins une partie de l’art) soit nul et dénué de sens. Je le trouve plutôt abominablement cucul, abominablement lourd d’un sens qui ne s’adresse qu’à quelques minorités. Bref, l’art contemporain n’est plus « l’empire du non-sens » que dénonçait Jacques Ellul en 1980, c’est l’empire du balourd.

Dans un livre court, calme et documenté, L’art sous contrôle, Carole Talon-Hugon, philosophe de l’art, commence par dresser l’état des lieux de ce nouvel « engagement » avec ses dimensions LGBT (lesbiennes-gay-bi-trans, etc.), féministe, post et dé-coloniale, humanitariste (l’accueil des migrants) et, bien sûr, écologique. Elle remarque que ces engagements ne sont pas uniquement le fait d’artistes. Ils sont soutenus par les institutions culturelles et de très grandes entreprises, notamment celles du secteur du luxe, au nom de la Responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) envers toutes ses « parties prenantes » (stakeholders). Votre sac Gucci au bras, ayez une petite pensée pour les migrants et les ours polaires !

Les « œuvres » de cet art militant s’accompagnent de plus en plus souvent de dénonciations, attaques et agressions contre les auteurs, producteurs, interprètes voire spectateurs de ce qui est condamné comme « immoral ». Si la conduite sexuelle de Roman Polanski ou de Woody Allen est condamnable, leurs films ne doivent plus être projetés. De la dénonciation, on glisse à la censure et de la censure au procès. Le comble de l’absurdité est atteint quand on soulève un prétendu critère d’appropriation : seul un gay peut parler des gays, un colonisé des colonisés, etc. (je vous laisse fabriquer des exemples sur le modèle…).

Les communautarismes sont ici à l’œuvre. Soyons honnêtes : les États démocratiques les ont beaucoup aidés et les aident encore à force de concessions insensées faites à des associations autorisées, on ne sait pourquoi, à participer, voire initier des poursuites.

Prenant un peu de recul, Carole Talon-Hugon montre fort bien que les productions artistiques ont été partout et quasiment depuis toujours soumises à des jugements moraux, religieux, politiques.

Elle rappelle aussi que l’autonomie de l’Art, avec ce qu’elle implique d’immunité face aux jugements sociaux, mais aussi de volonté de transgression, n’est pas plus vieille que la période moderne s’ouvrant à la fin du XVIIIème siècle pour s’achever avec le postmodernisme des années 1980. L’idée d’un art échappant à tout jugement autre qu’esthétique et se fixant ses propres limites y compris en cherchant à les repousser, ne vaut que pour deux petits siècles de notre histoire récente.

Il ne faudrait donc pas être surpris de ce qui n’est jamais qu’un retour à l’ordre ?

Il est quand même déjà bizarre de retrouver nos militants et militantes des libérations contemporaines aux côtés du procureur Pinard qui s’illustra aux procès de Madame Bovary et des Fleurs du mal. Butler, Preciado et Pinard, même combat ! Ce doit s’appeler l’intersectionnalité : la convergence de luttes dont les acteurs n’ont pas forcément grand-chose à voir...

Heureusement, l’ignorance ambiante aidant, nos nouveaux censeurs resteront probablement imperméables à la comparaison.

Plus sérieusement, Carole Talon-Hugo fait remarquer que tous les penseurs, et non des moindres, qui ont insisté sur le lien inéliminable entre éthique et esthétique, de Platon à Schiller, de Diderot et Rousseau à Tolstoï, avaient en vue le rapport essentiel de l’art à l’humanité et à l’humanisation de l’homme, et pas à des causes particulières défendues par des communautés limitées et auto-instituées.

Vient ensuite la question judicieuse : est-ce que l’art est si bien bien équipé que ça pour remplir les engagements moralisateurs que certains voudraient lui assigner ?

Après tout, Guernica n’a pas produit la défaite de Franco, Kader Attia répare tout ce qu’il veut mais pas les fractures algériennes et c’est Bouteflika et ses distributions de rente pétrolière qui ont mis fin à la guerre civile entre le GIA et le pouvoir militaire algérien en 1999.

Avec un sérieux pince-sans-rire, Carole Talon-Hugon examine de manière savante et posée tous les sens que l’on peut donner à « l’efficacité de l’art » pour conclure sur la malicieuse phrase de l’abbé Dubos dans ses Réflexions critiques sur la poésie et la peinture de 1719 :

« La tragédie purge donc les passions à peu près comme les remèdes guérissent et comme les armes défensives garantissent des coups des armes offensives. La chose n’arrive pas toujours mais elle arrive quelque fois…. ».

Reste à savoir comment s’en sortir ?

Pourrait-on distinguer, comme le souhaite Carole Talon-Hugon, entre moralisme radical et moralisme modéré ?

Le moralisme radical est tout simplement de l’intégrisme fondamentaliste : on interdit La case de l’oncle Tom et Lolita, brûle les nus, change le dénouement de Carmen – sans oublier de mettre en prison Picasso, ce prédateur sexuel en série !

Le moralisme modéré consisterait à reconnaître les défauts moraux mais en tenant compte de la valeur artistique. Orelsan peut menacer sa copine de la « marie-trintigner », mais on absoudra ce poète au nom de l’art - dixit le juge, pas moi !

Sauf que, hormis ce juge qui s’institue critique, il n’est plus grand monde pour juger ou prétendre pouvoir juger aujourd’hui de « la valeur esthétique ». Et plus personne surtout dont on reconnaisse le jugement de valeur esthétique.

Carole Talon-Hugon nous dit que l’artiste militant hyper-moralisateur fait passer sa militance avant ses préoccupations artistiques. On la croit sans mal à voir pas mal de productions actuelles qui « excellent d’imbécilité » pour reprendre une jolie formule de Saint-Simon.

Et si la moralisation communautariste de l’art se balkanisant en black, décolonial, féministe, migratoire, écologique, animaliste, vegan, gay, trans, pour quoi pas a-sexuel et que sais-je encore, n’était rien d’autre que l’affirmation roublarde de l’Art quand il agonise, et même quand il est mort et bien mort - un peu comme on rafraîchit les poissons avec de l’ammoniaque. Ici c’est de la moraline et de l’engagement.

Carole Talon-Hugon, L’art sous contrôle, Paris, PUF, 2019, 142 page, 14 euros.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 18/06/2019 - 17:53
LGTB, accueil des migrants et
LGTB, accueil des migrants et écologie, sont les trois mamelles du nouvel ordre artistique ??
Phlt1
- 18/06/2019 - 17:28
OK.!.
Super article.!. Bravo.!.