En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

06.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

07.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

01.

Lady Barjo, reflet de notre imaginaire collectif

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 13 min 9 sec
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique",
il y a 22 min 11 sec
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 1 heure 36 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 3 heures 31 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 4 heures 11 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 4 heures 37 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 4 heures 50 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 17 min 1 sec
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 2 heures 26 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 3 heures 50 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 4 heures 50 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 13 heures 59 min
© ALEXEY NIKOLSKY / SPUTNIK / AFP
© ALEXEY NIKOLSKY / SPUTNIK / AFP
Manifestations

L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger

Publié le 15 juin 2019
A la suite de l'arrestation du journaliste d'investigation Ivan Golunov, une série de protestations a eu lieu en Russie. Face à cette pression maintenue face à une arrestation jugée par beaucoup comme injuste, le Kremlin a finalement libéré le journaliste.
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A la suite de l'arrestation du journaliste d'investigation Ivan Golunov, une série de protestations a eu lieu en Russie. Face à cette pression maintenue face à une arrestation jugée par beaucoup comme injuste, le Kremlin a finalement libéré le journaliste.

Atlantico : A la suite de l'arrestation du journaliste d'investigation Ivan Golunov, une série de protestations a eu lieu en Russie ainsi que des manifestations (bien que limitées par le pouvoir russe). Cette pression maintenue face à une arrestation jugée par beaucoup comme injuste, le Kremlin a finalement libéré le journaliste. Le pouvoir russe, mythifié à l'étranger comme un pouvoir très coercitif, montre-t-il ses limites ?

Florent Parmentier : Le cas de l'arrestation du journaliste d'investigation Ivan Golunov remet en cause un certain nombre de nos certitudes quant à l'Etat de droit en Russie : un accusé n'était-il pas systématiquement coupable d’avance dans un tel système ? Certes, nos représentations de la Russie restent souvent marquées par la longue durée, par l'imaginaire des procès de Moscou qui ont défrayé la chronique dans les années 1930 ou par l’organisation de l’Etat. La machine administrative n'était-elle pas d'ordinaire réputée pour sa dureté à l’égard de ses opposants ? Quant au pouvoir central, on ne pouvait guère l'accuser de lâcher ses troupes ou de faire preuve de faiblesse par rapport à la société. A titre d’exemple, Yuval Noah Harari soulignait dans un de ses livres que la Russie tsariste était faite manière à ce que 3 millions de personnes sur 180 millions empêchaient les citoyens de s’unir pour faire prévaloir leurs intérêts…

Dès lors, on peut observer que la mobilisation des journalistes a contre toute attente payé, y compris paradoxalement la mobilisation des journalistes considérés comme étant aux ordres. Cette affaire montre qu’à côté des médias officiels, il existe encore en Russie des médias qui restent critiques du pouvoir et qui sont tolérés par celui-ci. Ils fournissent une sorte de thermomètre de la contestation : rien ne sert de casser le thermomètre si l’on veut savoir à quel moment une fièvre populaire pourrait advenir…

Le gouvernement ne pouvait pas rester totalement sourd à cette manifestation. Les médias grand public ont témoigné de cette prise de conscience : ainsi, au cours de l’une des principales émissions politiques du pays, l’un des invités de Dmitri Kisselev (considéré comme l’un des « propagandistes en chef » du Kremlin) dénonçait l’idée selon laquelle Golounov devait être en possession de drogue. Ce n'est pas une pression extérieure qui a permis d'obtenir la libération du journaliste, mais une véritable pression interne d’une société longtemps considérée comme apathique ou satisfaite du gouvernement actuel.

Les protestations contre les arrestations ne sont pas nouvelles en Russie. En revanche, une libération si rapide n'est pas si fréquente. La mobilisation d'une partie de la presse et des réseaux sociaux a-t-elle joué un rôle ? Une partie de l'opinion publique russe ne se cache plus pour protester contre certains abus.  Sommes-nous à un tournant en Russie ?

Effectivement, la rapidité de la libération d’Ivan Golounov peut surprendre. Il faut savoir que les réseaux sociaux sont extrêmement présents en Russie, qui dispose d'un « ru.net » véritablement autonome et extrêmement développé. La Russie dispose de ses propres réseaux, et ils jouent un rôle de catalyseur des mécontentements et de partage d’informations.

Quels sont les motifs des manifestations des citoyens russes aujourd’hui ? La chute de Vladimir Poutine dans l’opinion publique russe est une réalité. Toutefois, il faut observer que ces motifs de manifestation ne sont pas à proprement parler politiques, mais concerne plutôt des enjeux environnementaux, de corruption ou sociaux (retraites).

Certains observateurs de la Russie pensent que l'influence de Vladimir Poutine sur les services de renseignement et les forces de l'ordre est à double tranchant. Parfois, ces services prennent des initiatives. Est-ce le cas avec le cas avec cette arrestation récente ?

En effet vous avez raison de souligner ce point. Dans cet ordre d’idées, il y a un proverbe en Russie qui dit qu'il y a plusieurs tours au Kremlin : ce qu'il faut comprendre, c’est que le président russe n'est pas la personne qui prend toutes les décisions, mais que c'est bien davantage un arbitre dont la charge consiste à trouver des équilibres entre des tendances contradictoires ;  adaptation à la mondialisation et appel aux investissements internationaux contre trajectoire d'industrialisation et de développement interne ; volonté de se tourner vers la Chine et souhait de restaurer des liens avec divers régimes européens ; développement économique ou contrôle politique des régions périphériques… Dans le cas présent, on peut s'attendre à ce qu'un certain nombre de têtes tombent, afin d’envoyer un message à l’opinion publique : les institutions de force ne peuvent agir constamment avec un sentiment d’impunité.

Il en va de même pour les services de renseignement. Par rapport à un objectif général fixé par le Président, chaque service peut être amené à se démarquer des autres services par sa capacité à prendre des initiatives, que l'exécutif peut ensuite choisir de couvrir ou non. En d’autres termes, c’est moins une approche « intentionnaliste » qui permet de comprendre le processus de décision politique en Russie (comprendre les intentions du leader), qu’une approche « fonctionnaliste » (comprendre comment l’environnement du leader interprète et réagit aux attentes prêtées au leader). En la matière, Vladimir Poutine a beau de se réjouir de la libération d’Ivan Golounov comme il a pu le faire : cela lui permet de faire pression sur les institutions de force, sur lequel son contrôle n’est pas total… 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires