En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 13 heures 38 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 19 heures 58 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 20 heures 29 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 20 heures 55 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 21 heures 2 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 21 heures 3 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 21 heures 21 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 21 heures 47 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 17 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 19 heures 5 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 20 heures 15 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 20 heures 38 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 21 heures 2 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 21 heures 2 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 21 heures 4 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 21 heures 33 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 13 heures
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 15 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 17 heures
© ALEXEY NIKOLSKY / SPUTNIK / AFP
© ALEXEY NIKOLSKY / SPUTNIK / AFP
Manifestations

L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger

Publié le 15 juin 2019
A la suite de l'arrestation du journaliste d'investigation Ivan Golunov, une série de protestations a eu lieu en Russie. Face à cette pression maintenue face à une arrestation jugée par beaucoup comme injuste, le Kremlin a finalement libéré le journaliste.
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A la suite de l'arrestation du journaliste d'investigation Ivan Golunov, une série de protestations a eu lieu en Russie. Face à cette pression maintenue face à une arrestation jugée par beaucoup comme injuste, le Kremlin a finalement libéré le journaliste.

Atlantico : A la suite de l'arrestation du journaliste d'investigation Ivan Golunov, une série de protestations a eu lieu en Russie ainsi que des manifestations (bien que limitées par le pouvoir russe). Cette pression maintenue face à une arrestation jugée par beaucoup comme injuste, le Kremlin a finalement libéré le journaliste. Le pouvoir russe, mythifié à l'étranger comme un pouvoir très coercitif, montre-t-il ses limites ?

Florent Parmentier : Le cas de l'arrestation du journaliste d'investigation Ivan Golunov remet en cause un certain nombre de nos certitudes quant à l'Etat de droit en Russie : un accusé n'était-il pas systématiquement coupable d’avance dans un tel système ? Certes, nos représentations de la Russie restent souvent marquées par la longue durée, par l'imaginaire des procès de Moscou qui ont défrayé la chronique dans les années 1930 ou par l’organisation de l’Etat. La machine administrative n'était-elle pas d'ordinaire réputée pour sa dureté à l’égard de ses opposants ? Quant au pouvoir central, on ne pouvait guère l'accuser de lâcher ses troupes ou de faire preuve de faiblesse par rapport à la société. A titre d’exemple, Yuval Noah Harari soulignait dans un de ses livres que la Russie tsariste était faite manière à ce que 3 millions de personnes sur 180 millions empêchaient les citoyens de s’unir pour faire prévaloir leurs intérêts…

Dès lors, on peut observer que la mobilisation des journalistes a contre toute attente payé, y compris paradoxalement la mobilisation des journalistes considérés comme étant aux ordres. Cette affaire montre qu’à côté des médias officiels, il existe encore en Russie des médias qui restent critiques du pouvoir et qui sont tolérés par celui-ci. Ils fournissent une sorte de thermomètre de la contestation : rien ne sert de casser le thermomètre si l’on veut savoir à quel moment une fièvre populaire pourrait advenir…

Le gouvernement ne pouvait pas rester totalement sourd à cette manifestation. Les médias grand public ont témoigné de cette prise de conscience : ainsi, au cours de l’une des principales émissions politiques du pays, l’un des invités de Dmitri Kisselev (considéré comme l’un des « propagandistes en chef » du Kremlin) dénonçait l’idée selon laquelle Golounov devait être en possession de drogue. Ce n'est pas une pression extérieure qui a permis d'obtenir la libération du journaliste, mais une véritable pression interne d’une société longtemps considérée comme apathique ou satisfaite du gouvernement actuel.

Les protestations contre les arrestations ne sont pas nouvelles en Russie. En revanche, une libération si rapide n'est pas si fréquente. La mobilisation d'une partie de la presse et des réseaux sociaux a-t-elle joué un rôle ? Une partie de l'opinion publique russe ne se cache plus pour protester contre certains abus.  Sommes-nous à un tournant en Russie ?

Effectivement, la rapidité de la libération d’Ivan Golounov peut surprendre. Il faut savoir que les réseaux sociaux sont extrêmement présents en Russie, qui dispose d'un « ru.net » véritablement autonome et extrêmement développé. La Russie dispose de ses propres réseaux, et ils jouent un rôle de catalyseur des mécontentements et de partage d’informations.

Quels sont les motifs des manifestations des citoyens russes aujourd’hui ? La chute de Vladimir Poutine dans l’opinion publique russe est une réalité. Toutefois, il faut observer que ces motifs de manifestation ne sont pas à proprement parler politiques, mais concerne plutôt des enjeux environnementaux, de corruption ou sociaux (retraites).

Certains observateurs de la Russie pensent que l'influence de Vladimir Poutine sur les services de renseignement et les forces de l'ordre est à double tranchant. Parfois, ces services prennent des initiatives. Est-ce le cas avec le cas avec cette arrestation récente ?

En effet vous avez raison de souligner ce point. Dans cet ordre d’idées, il y a un proverbe en Russie qui dit qu'il y a plusieurs tours au Kremlin : ce qu'il faut comprendre, c’est que le président russe n'est pas la personne qui prend toutes les décisions, mais que c'est bien davantage un arbitre dont la charge consiste à trouver des équilibres entre des tendances contradictoires ;  adaptation à la mondialisation et appel aux investissements internationaux contre trajectoire d'industrialisation et de développement interne ; volonté de se tourner vers la Chine et souhait de restaurer des liens avec divers régimes européens ; développement économique ou contrôle politique des régions périphériques… Dans le cas présent, on peut s'attendre à ce qu'un certain nombre de têtes tombent, afin d’envoyer un message à l’opinion publique : les institutions de force ne peuvent agir constamment avec un sentiment d’impunité.

Il en va de même pour les services de renseignement. Par rapport à un objectif général fixé par le Président, chaque service peut être amené à se démarquer des autres services par sa capacité à prendre des initiatives, que l'exécutif peut ensuite choisir de couvrir ou non. En d’autres termes, c’est moins une approche « intentionnaliste » qui permet de comprendre le processus de décision politique en Russie (comprendre les intentions du leader), qu’une approche « fonctionnaliste » (comprendre comment l’environnement du leader interprète et réagit aux attentes prêtées au leader). En la matière, Vladimir Poutine a beau de se réjouir de la libération d’Ivan Golounov comme il a pu le faire : cela lui permet de faire pression sur les institutions de force, sur lequel son contrôle n’est pas total… 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires