En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 2 heures 53 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 5 heures 5 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 6 heures 18 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 6 heures 46 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 8 heures 45 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 10 heures 34 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 11 heures 44 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 12 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 2 heures 40 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 3 heures 19 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 5 heures 53 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 6 heures 35 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 7 heures 5 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 9 heures 53 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 11 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 12 heures 10 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 12 heures 24 min
© JEFF PACHOUD / AFP
© JEFF PACHOUD / AFP
Hors-la-ville

Disparition des classes moyennes à Paris : ces autres - et nombreuses - villes françaises touchées par le phénomène

Publié le 12 juin 2019
Paris, mais aussi Lyon, Lille, Bordeaux, Strasbourg... voient tous leurs classes moyennes quitter les centres-villes. Un phénomène qui suit le processus en cours de métropolisation des grandes agglomérations.
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paris, mais aussi Lyon, Lille, Bordeaux, Strasbourg... voient tous leurs classes moyennes quitter les centres-villes. Un phénomène qui suit le processus en cours de métropolisation des grandes agglomérations.

Atlantico : Un récent article du Monde souligne la disparition des classes moyennes de Paris, voire parfois même de l'agglomération parisienne. Ce phénomène est-il spécifique à Paris ou retrouve-t-on des situations similaires dans d'autres grandes villes françaises ? Métropolisation ? Gentrification ? Quels en sont les ressorts de ces évolutions ?

Laurent Chalard : Le phénomène de métropolisation, qui caractérise l’ensemble du monde développé, repose sur la concentration des emplois les plus qualifiés dans les plus grandes agglomérations. Il s’en suit qu’au fur-et-à-mesure du temps, les populations les plus diplômées et aux plus hauts revenus y sont de plus en plus nombreuses. Cependant, ces populations se répartissent inégalement au sein de ces métropoles, privilégiant ces dernières années une localisation dans le centre-ville, aux nombreuses aménités répondant à la demande en services des classes supérieures, plutôt qu’en périphérie, dans un contexte de raréfaction de l’offre en logements individuels. On parle alors d’un phénomène de gentrification des cœurs urbains car auparavant leur population était plus hétérogène socialement qu’aujourd’hui avec des classes populaires qui y résidaient dans des quartiers anciens dégradés, ce qui est désormais de moins en moins le cas.

La France n’échappe pas à la règle générale, les plus grandes agglomérations du pays étant touchées par le phénomène de métropolisation. Assez logiquement, ce dernier est corrélé à la taille de l’agglomération, étant plus important en région parisienne, unique ville globale hexagonale qui affiche le plus fort taux de cadres du pays, que dans des agglomérations de taille moindre. Plus on descend dans la hiérarchie urbaine, plus le taux de cadres est faible. Le phénomène de gentrification du centre-ville, concomitant de la métropolisation, est donc, en règle générale, moins important dans les agglomérations de taille moindre que Paris, où il est exacerbé. Lyon, deuxième métropole de France, est la seconde ville la plus touchée par le processus, qui concerne aussi Lille, Bordeaux ou Toulouse. La gentrification du cœur de ville constitue d’ailleurs un bon indicateur de la dynamique de métropolisation d’une agglomération. Lorsqu’elle est peu développée, comme à Marseille, elle traduit une moindre dynamique métropolitaine qu’ailleurs.

Seule Marseille semble encore être une véritable ville pour classes moyennes. Comment expliquer cette exception ? Existe-t-il une limite au phénomène de métropolisation actuel dans certaines villes françaises ?

Cette exception, que nous avions mis en exergue avec Maryne Buffat dans un article de la revue Sur-Mesure paru en janvier 2018, s’explique par des spécificités locales. Tout d’abord, il convient de rappeler que si le centre de Marseille paraît moins gentrifié que ceux de Lyon ou Paris, il n’en demeure pas moins que le phénomène existe, que ce soit dans le quartier du Panier ou plus globalement dans le périmètre du projet urbain Euroméditerranée. Mais, cette gentrification demeure limitée pour deux principales raisons. La première est une métropolisation moindre, comme nous l’avons vu précédemment, liée à la difficulté de relance économique de l’agglomération marseillaise suite à l’effondrement du système industrialo-portuaire dans un contexte de criminalité importante obérant son attractivité. La seconde raison est un processus de périurbanisation, plus massif qu’ailleurs, des classes moyennes aisées vers un habitat pavillonnaire périphérique depuis les années 1970, qui fait qu’habiter en périphérie reste plus attractif pour les catégories sociales favorisées qu’habiter en centre-ville, d’autant que le centre de Marseille souffre de la concurrence du centre-ville d’Aix-en-Provence, seconde commune de l’agglomération, traditionnel lieu de résidence de la bourgeoisie provençale.

Concernant les limites au phénomène de métropolisation en France, elles tiennent essentiellement à la faible taille démographique des agglomérations hexagonales, dont beaucoup n’atteignent pas des seuils d’emplois et de populations suffisamment élevés pour espérer enclencher une dynamique métropolitaine, sauf hyperspécialisation dans les hautes-technologies. C’est pour cela que le processus ne semble concerner qu’une dizaine de grandes agglomérations, qui tirent l’économie nationale ces dernières années, alors que les autres ne suivent pas. Par ailleurs, pour les agglomérations à l’héritage industriel important, la reconversion n’est pas toujours évidente, comme c’est, par exemple, le cas à Rouen. Le changement d’orientation économique ne va pas de soi, d’autant que la France a du mal à maintenir des métropoles de taille intermédiaire au tissu industriel traditionnel important affichant de bonnes performances économiques, contrairement à ses voisins européens, dont l’Allemagne. 

La dynamique générale de disparition des classes moyennes dans les centres-villes risque-t-elle de se confirmer dans les années à venir ? Quels sont les freins possibles à cette dynamique ?

Le processus de gentrification des centre-villes des principales métropoles françaises devrait se poursuivre dans les prochaines années, étant donné les tendances structurelles à l’œuvre. En effet, la métropolisation ne fait que s’accentuer, les principaux investissements publics sont destinés aux plus grandes agglomérations, comme par exemple le réseau de métro du Grand Paris Express, et les plus gros projets urbains du pays s’y localisent (Bordeaux Euratlantique, Lyon Confluence, Nice Méridia, Ile de Nantes…). Il s’en suit que le pourcentage de cadres devrait continuer de s’accroître dans les plus grandes agglomérations du pays ainsi que leur concentration dans les centre-villes, qui, au fur-et-à-mesure du temps, voient leur parc de logement monter en gamme.

Deux principaux freins à cette dynamique pourraient apparaître. Un, d’ordre structurel, serait un changement de paradigme économique, mettant fin au processus de concentration des emplois les plus qualifiés dans les grandes métropoles. S’il est techniquement envisageable, à travers le développement du télétravail, il paraît peu probable à l’heure actuelle. Un second frein relèverait plutôt de la mise en place de politiques publiques volontaristes, visant à contrecarrer la concentration des populations les plus aisées dans le centre-ville. Etant donné que le processus de gentrification des cœurs de ville est lié à l’embourgeoisement du parc de logements relevant du secteur privé, sur lequel il paraît difficile d’agir dans un contexte de marché de l’immobilier libre, le seul moyen de maintenir des catégories populaires serait de construire massivement des logements sociaux dans les centre-villes. Cependant, sur le terrain, cette politique semble quasiment impossible à mener, pour la simple raison que les centre-villes sont déjà entièrement urbanisés. Les perspectives de construction de logements y sont donc limitées, à moins de construire en hauteur des tours de logements sociaux, ce qui n’est pas à l’ordre du jour dans les communes concernées car ce serait suicidaire électoralement pour les municipalités qui les dirigent, d’autant que le fort tropisme écologique des urbains de centre-ville ne les rendrait probablement guère favorable à cette potentielle solution. En conséquence, la gentrification des centre-villes des grandes métropoles françaises a de beaux jours devant elle !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 22/08/2019 - 21:33
Les 10 villes du boboland
Et les classes moyennes dans le reste du pays. Guilluy a tout expliqué, les GJ l'ont démontré et la guerre de France y mettra un terme.
Loupdessteppes
- 22/08/2019 - 14:55
Définition de la classe moyenne ?
Elle n'existe plus entre prolos, cas sociaux, déséquilibrés et soi-disantes élites ! Ces universitaires franchouillards sont vraiment des tacherons de basse besogne. Cet article ne fait pas exception mais notez bien que 10% de ces soi-disantes élites finirons SDF, cela nous rassure un peu...
ajm
- 22/08/2019 - 14:55
Gentrification inégale.
Pour " gentrifier" Marseille il y a du boulot !!!