En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

06.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

07.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

01.

Les think tanks peuvent-ils influencer la présidentielle ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 6 heures 49 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 8 heures 19 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 10 heures 52 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 11 heures 53 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 13 heures 8 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 16 heures 3 min
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 16 heures 59 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 18 heures 25 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 19 heures 21 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 7 heures 34 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 8 heures 47 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 11 heures 21 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 12 heures 29 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 13 heures 46 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 16 heures 16 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 17 heures 34 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 19 heures 7 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 19 heures 38 min
© US ARMY / AFP
© US ARMY / AFP
Bonnes feuilles

Les Canadiens, la seule armée qui n’a jamais perdu une seule bataille après le débarquement du 6 juin 1944

Publié le 08 juin 2019
Daniel Feldmann publie "Ils ont conduit les Alliés à la Victoire" aux éditions Perrin. En se plongeant dans l'intimité de cinq grands généraux – George Patton, Jean de Lattre de Tassigny ou le Canadien Harry Crerar. Daniel Feldmann passe au crible l'expérience de chacun. Ce livre permet de mettre en évidence tant les réussites que les échecs de ces hommes. Extrait 1/2.
Daniel Feldmann, consultant en stratégie, a publié la première biographie de Montgomery en français et une étude innovante sur la campagne de 1945 à l'Ouest. Il est l’auteur de l’ouvrage Ils ont conduit les Alliés à la Victoire. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daniel Feldmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daniel Feldmann, consultant en stratégie, a publié la première biographie de Montgomery en français et une étude innovante sur la campagne de 1945 à l'Ouest. Il est l’auteur de l’ouvrage Ils ont conduit les Alliés à la Victoire. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daniel Feldmann publie "Ils ont conduit les Alliés à la Victoire" aux éditions Perrin. En se plongeant dans l'intimité de cinq grands généraux – George Patton, Jean de Lattre de Tassigny ou le Canadien Harry Crerar. Daniel Feldmann passe au crible l'expérience de chacun. Ce livre permet de mettre en évidence tant les réussites que les échecs de ces hommes. Extrait 1/2.

Crerar est de nouveau sous les ordres de Montgomery pour le débarquement en Normandie. Le plan prévoit la création d’une tête de pont avec la prise en priorité du port de Cherbourg. L’engagement canadien est progressif. Si une division canadienne est dans la première vague de débarquement sous autorité britannique le 6 juin 1944, il faut attendre le 11 juillet pour voir débarquer le corps d’armée de Simonds. Quant à Crerar et à son état-major d’armée, il n’est prévu qu’une fois la tête de pont consolidée en prévision de la grande poussée sur la Seine. Cette subordination temporaire des unités canadiennes à une armée britannique n’est pas sans inquiéter Crerar, qui insiste lourdement auprès de Montgomery, alors en pleine bataille, sur le statut particulier des unités canadiennes. Même subordonnées à une entité britannique, elles peuvent toujours, si leur commandant s’estime mal géré (mishandled), faire appel des ordres auprès du représentant de leur gouvernement, c’est-à-dire… Crerar lui-même. Montgomery n’a aucune objection, mais voit bien que le point est d’une telle importance pour son interlocuteur qu’il peut dans certaines circonstances avoir des répercussions catastrophiques sur la bataille. Comme il a, de plus, des doutes quant à la compétence de Crerar, il trouve toutes sortes de raisons techniques pour retarder son arrivée en Normandie. « J’ai sérieusement peur que Crerar ne soit pas bon du tout ; je l’empêche de se joindre à la fête aussi longtemps que je le peux », écrit-il dans sa correspondance privée. 

Enfin, le 23 juillet, Crerar et son état-major d’armée sont opérationnels. La 1re armée canadienne est d’abord chargée du secteur entre Caen et la mer, une zone calme mais importante, et ne commande qu’à un seul corps d’armée, celui du général John Crocker. Ce dernier est un vétéran de la campagne de Tunisie et il vient d’organiser avec succès le débarquement sur deux des plages de Normandie. Crerar a l’idée d’une petite opération pour que la zone de front soit moins exposée à une éventuelle attaque allemande, mais ne parvient absolument pas à convaincre son subordonné. Le 24 juillet, les deux hommes discutent longuement sans trouver un terrain d’entente : Crocker estime que l’ordre de Crerar provoquera trop de pertes pour un gain insignifiant. Crerar menace de mettre le désaccord par écrit, ce qui laisse Crocker indifférent. Montgomery se voit alors obligé d’entendre les deux officiers, puis de les rabibocher. À Crerar, il explique que le rôle de commandant d’armée est de prendre du recul, de laisser la gestion de la bataille au commandant de corps et de n’interférer qu’en cas de problème. Mais dans ses courriers personnels à Brooke, Montgomery est plus direct : « Harry Crerar a commencé sa carrière comme commandant d’armée en vexant absolument tout le monde […]. J’ai peur qu’il pense être un grand soldat, et qu’il ait été déterminé à le montrer à la seconde où il a pris son poste à 12 heures le 23 juillet. Il a fait sa première erreur à 12 h 05 ; et la seconde après le déjeuner. » De nouveau, l’autorité de Crerar ne dépasse pas le cercle restreint de ses officiers d’état-major. Il est considéré comme illégitime par certains de ses commandants subordonnés. La façon qu’il a de coucher les choses par écrit pour les porter à la connaissance de Montgomery est un singulier aveu de faiblesse. Il n’a ni l’imagination ni la force de conviction pour qu’on adhère à son point de vue sur un sujet opérationnel. De cet épisode il tire au moins une leçon : proposer des idées d’opérations n’est pas ce qu’on lui demande, voire ne fait que créer des problèmes. Il se concentre alors sur l’efficacité de son état-major d’armée – où son groupe d’officiers fait tout au long de la campagne un travail admirable – et ne conteste ni ne cherche à améliorer les propositions d’attaques venant de Simonds (qui est maintenant lui aussi en Normandie) ou de Montgomery. La différence est frappante quand on rapproche Crerar de l’autre commandant d’armée qui entre en fonction en même temps que lui : Patton n’a besoin que de quelques heures pour établir une autorité incontestable sur ses commandants de corps, et réfléchit et implémente immédiatement des actions offensives parfois fort audacieuses. Dans la 3e armée américaine, toute l’énergie vient du chef ; dans la 1re armée canadienne, le chef sert les idées venant du subordonné ou du supérieur. 

Les opérations d’août 1944 en sont l’illustration la plus manifeste. Montgomery charge l’armée canadienne de fermer la poche de Falaise par le nord (opérations « Totalize » puis « Tractable »). Les Anglo-Canadiens, et Crerar le premier, savent que la difficulté n’est pas de passer la première ligne allemande, mais de percer le front ennemi en profondeur. Toutefois, c’est Simonds qui imagine un plan très innovant, avec des attaques de nuit et une vague de bombardement au second jour pour permettre non pas une mais deux percées successives. Ce plan a aussi ses limites, par exemple l’étroitesse de la zone d’assaut pour le nombre de troupes impliquées, mais Crerar ne le perçoit pas et valide le plan sans l’amender. Il se charge surtout d’obtenir le soutien aérien requis. Devant les officiers chargés de l’attaque, il s’efface délibérément pour laisser Simonds présenter l’idée directrice. Pendant les combats eux-mêmes, Crerar visite les unités, survole le front avec son avion personnel, se tient parfaitement au courant de l’action, mais cela ne se traduit pas par des décisions identifiables. Bien qu’étant extrêmement angoissé par ces premières batailles dans lesquelles il est directement impliqué, il n’interfère pas avec ce que fait Simonds, même quand l’attaque de l’opération « Totalize » se met à patiner après 14 km de progrès. Il ne réclame pas de moyens supplémentaires, ne propose pas un autre plan d’attaque pour l’opération suivante. Son rôle essentiel semble être de transmettre les instructions de Montgomery, sur lesquelles il s’appuie systématiquement dans ses consignes. Il ne prend pas non plus de la hauteur pour, par exemple, planifier les opérations ultérieures – c’est aussi Montgomery qui joue ce rôle.

Extrait du livre de Daniel Feldmann, "Ils ont conduit les Alliés à la victoire, Patton, de Lattre et leurs pairs", publié aux éditions Perrin. 

Lien vers la boutique Amazon : ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

06.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

07.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

01.

Les think tanks peuvent-ils influencer la présidentielle ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires