En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 1 heure 10 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 1 heure 44 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 2 heures 5 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 3 heures 22 sec
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 3 heures 43 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 5 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 18 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 19 heures 17 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 1 heure 18 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 2 heures 2 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 2 heures 39 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 4 heures 5 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 4 heures 49 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 19 heures 5 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 20 heures 5 min
© Flickr/Viajar24h.com
© Flickr/Viajar24h.com
Crise de civilisation

Derrière l'euthanasie obtenue par une jeune Néerlandaise de 17 ans : un terrifiant renoncement des sociétés occidentales

Publié le 06 juin 2019
Une jeune hollandaise de dix-sept ans, qui souffrait de stress post-traumatique, de dépression et d’anorexie après avoir été abusée et violée au cours de son adolescence, a été légalement autorisée à mourir chez elle dimanche après avoir demandé l’aide d’une « clinique de fin de vie ».
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une jeune hollandaise de dix-sept ans, qui souffrait de stress post-traumatique, de dépression et d’anorexie après avoir été abusée et violée au cours de son adolescence, a été légalement autorisée à mourir chez elle dimanche après avoir demandé l’aide d’une « clinique de fin de vie ».

Atlantico : Une jeune hollandaise de dix-sept ans, qui souffrait de stress post-traumatique, de dépression  et d’anorexie après avoir été abusée et violée au cours de son adolescence, a été légalement autorisée à mourir chez elle dimanche après avoir demandé l’aide d’une « clinique de fin de vie » [MàJ. La jeune fille aurait arrêté de s'alimenter et de boire ; les médecins ont décidé de ne pas intervenir].  La mort de cette jeune fille ne révèle-t-elle pas l’incapacité  de la société contemporaine d’apporter une réponse à la dépression et à la souffrance ? Cette incapacité n’est-elle pas synonyme d’un échec ?  

Bertrand Vergely : Une adolescente qui a été abusée sexuellement et qui souffre depuis d’un état dépressif réclame d’être euthanasiée, obtient gain de cause et met fin à ses jours. Est-ce un échec de la société contemporaine ? Pour toute une partie de cette même société contemporaine, non. Ce n’est pas un échec. Au contraire ! C’est un progrès et même une victoire qu’il importe de célébrer. Trois raisons sont avancées pour légitimer ce progrès et cette victoire.

D’abord la liberté absolue. Dans une société moderne et démocratique, l’individu doit pouvoir choisir de façon absolue si il entend vivre ou pas. Rien ne doit lui être imposé. L’individu doit pouvoir être souverain en cette matière. Sa vie est la sienne. Elle lui appartient absolument. La liberté passe par la liberté de pouvoir se suicider si on le désire et la société doit se plier à ce désir.

Deuxième raison, la sensibilité. Le suicide nous choque. Mais, nous n’avons pas à être choqué. Nous pensons que la souffrance doit être surmontée et peut être surmontée. Mais, si cette jeune fille pense que sa souffrance ne peut pas être surmontée ? C’est son droit, un droit fondé sur sa sensibilité qui est la sienne et pas la nôtre. Certaines personnes pensent que leur souffrance n’est pas absolue. Cette jeune fille a pensé le contraire. Il fait respecter non seulement sa liberté mais sa sensibilité.

Enfin, troisième raison, le choix. Cette jeune fille a pensé que le suicide assisté était, pour elle, la seule solution au drame qu’elle vivait. Il s’agit là non seulement de sa liberté et de sa sensibilité, mais de son choix. On doit pouvoir avoir le droit de penser que le suicide est la seule réponse pour soi au drame que l’on vit.

Liberté, sensibilité, choix, droit d’avoir sa liberté, sa sensibilité et ses choix, ce sont là les arguments avancés quand il s’agit de légitimer le suicide rebaptisé ici euthanasie, qui signifie en grec, rappelons le, « la douce mort ». Un public de plus en plus large tend à se réjouir d’un tel progrès. Ce qui laisse perplexe. Pour un progrès, quel triste progrès ! Réfléchit-on quand on croit en un tel progrès ?  

D’abord la liberté. Penser que le suicide est une liberté, voire la suprême liberté de l’homme, est un sophisme. Quand on est libre, on ne se suicide pas. Quand on se suicide, c’est que l’on n’est pas libre. Quand cette jeune hollandaise s’est suicidée, c’est parce qu’elle était dévorée par la dépression et nullement parce qu’elle était libre. C’est pour se débarrasser d’un fardeau qui l’étranglait et non parce qu’elle se sentait aérienne et légère. Être libre c’est pouvoir vivre sa liberté. Quand on met fin à sa vie, mettant fin à ce qui permet d’être libre, on tue sa liberté.

S’agissant de la sensibilité, quand quelqu’un dit que son malheur est insurmontable, nous sommes tenus de le croire, dit-on. Il s’agit là encore d’un sophisme. Que cette jeune fille qui a été abusée ait ressenti une douleur extrême, c’est ô combien compréhensible. Cela dit, comment aide-t-on ceux qui souffrent à s’en sortir ? En leur disant qu’ils ne sont pas maudits.

Tout être humain qui subit une violence est tenté de diaboliser celui, celle, qui lui a fait du mal tout en se comportant lui-même en victime absolue. De sorte que, si il souffre en ayant subi une violence, c’est parce que le monde entier est contre lui. Quand, à la suite d’un attentat, une antenne psychologique est dépêchée pour soutenir ceux qui en sont les victimes, c’est pour éviter cette identification délirante et paranoïaque.

Il est grisant de se dire victime en soutenant que le monde entier est contre soi. Quand une loi autorise le suicide et fournit une aide pour se suicider, elle n’aide pas ceux qui se suicident à ne pas s’enfermer dans un mécanisme victimaire. Elle fait le jeu de ce mécanisme. En cela, elle aide faussement ceux et celles qu’elle prétend aider, aider quelqu’un qui souffre consistant non pas l’aider à se suicider mais à le retenir de le faire.

Enfin, il y a le choix. « Et si se suicider est sa façon à elle de résoudre son problème », tend à dire la doxa contemporaine. Cette vision n’est pas tenable et repose une fois de plus sur un sophisme. Un suicide est violent et cette violence ne regarde pas simplement celui qui se suicide. Quand on se fait du mal, on ne fait pas du mal qu’à soi. Parce qu’on se fait du mal, on fait le mal.

Ce n’est pas parce que l’on se rend coupable de mauvais traitement à l’égard de soi que l’on est innocent. On est coupable. Celui qui se suicide n’est pas seul. Les autres existent. Quand quelqu’un se suicide, le monde autour de lui est atterré.

Un jour une de mes élèves m’a fait part de son désir de se suicider. Son beau-père avait eu comme on dit « des gestes inappropriés » à son égard. « Et votre mère ? », lui ai-je dit,   «  Vous y avez songé ? Vous rendez vous compte qu’en vous tuant vous allez quelque part la tuer ? Avez vous conscience qu’en vous punissant pour punir votre beau-père, vous allez la tuer ? » Stupéfaite, cette élève m’a regardé sans plus savoir quoi dire. Les autres, sa mère, elle n’y avait pas songé. L’idée que son suicide puisse être un meurtre et une façon de tuer l’humanité en quittant la vie comme on part en claquant la porte,  ne l’avait pas effleurée.

À la fin de l’un de ses ouvrages, Elisabeth Badinter  a expliqué que notre monde était en route vers l’égoïsme absolu. Elle a raison et la mansuétude avec laquelle on considère le suicide en est la preuve. « Ce n’est pas à moi à faire attention aux autres mais aux autres à faire attention à moi », a tendance à dire l’individualisme contemporain. « Je dois pouvoir me suicider comme bon me semble et cela ne regarde que moi ». Cet égoïsme monstrueux est insupportable.  On devrait en avoir conscience. On n’en a pas conscience et c’est là que réside l’échec de notre monde.

Son échec ne vient pas simplement du fait que ‘on se suicide. Il vient de ce que de l’opinion publique considère de plus en plus cet échec qu’est le suicide comme une réussite. On s’interroge sur l’incapacité qu’a notre monde de faire face à la dépression ainsi qu’à la souffrance. Quand de plus en plus de gens pensent que le suicide est la seule réponse aux grandes souffrances de la vie, comment faire face à la dépression et à la souffrance ? Faire du suicide une réponse aux souffrances de la vie, ce n’est pas supprimer la souffrance. C’est ajouter de la souffrance à la souffrance. Quand une ère qui a perdu son enfant se suicide par désespoir. Là où il y avait un mort, il y en a désormais deux. Quand cette mère qui se suicide a deux enfants, là où il y avait des enfants il y a désormais des orphelins.

Aux Pays-Bas, où l’euthanasie est autorisée sous certaines conditions même pour des mineurs, en 2017, les morts par euthanasie ont représenté 4, 4% du nombre total des décès. En légalisant l’euthanasie n’ouvre-t-on pas la boîte de Pandore ? À quelles dérives s’expose-t-on ?

Bertrand Vergely : Notre société, notre humanité, le monde libre dans lequel nous vivons reposent sur l’interdit de tuer. Si on légalise l’euthanasie, cet interdit va sauter. François Mitterrand en avait conscience quand, à propos de l’euthanasie,  il a eu cette remarque : « Je n’ai pas fait supprimer la peine de mort du code civil pour la rétablir par le biais de l’euthanasie ». La première dérive se trouve là. Si l’euthanasie est légalisée, c’est une nouvelle humanité qui va naître, une humanité sans son principe fondateur qui est l’interdit du meurtre. On peut le faire. Cela a toutefois un coût. Cela va contribuer à banaliser la violence déjà fort présente dans notre monde.  

Outre que l’interdit du meurtre protège l’humanité contre la violence, il la protège  contre des manipulations perverses. Quand une vieille dame possèdes biens, il peut être tentant de lui vanter les bienfaits de l’euthanasie afin d’aller se reposer. La loi interdisant l’euthanasie protège de telles dérives.

Enfin, il y a ce qui est en train d’arriver. Quand on pense à l’euthanasie, on pense aux grands agonisants qui souffrent dans les hôpitaux. Et, forcément, on voit dans l’euthanasie un moyen d’abréger ces souffrances. On oublie qu’il y a quantité de gens qui ne sont pas dans des hôpitaux et qui souffrent. « Pourquoi nous refuser l’euthanasie », disent ils ? « Les souffrances que nous endurons valent bien celles d’un grand agonisant dans un service hospitalier ».

La jeune hollandaise, qui est morte dimanche, a ouvert la voie à cette utilisation de l’euthanasie en envoyant ce message : « J’ai été victime d’abus sexuels. J’en souffre atrocement. Je réclame d’être euthanasiée ». D’autres qu’elles tiennent ce même raisonnement.  Un jeune, plaqué par sa petite amie, qui ne s’en remet peut et qui réclame d’être euthanasié. Un cadre remercié brutalement par son entreprise. En Belgique, un prisonnier coupable d’abus sexuels a réclamé d’être euthanasié en avançant cet argument : « Je suis un pervers sexuel multirécidiviste. Je sens bien que je ne guérirai jamais. Je suis un danger pour les autres. Pour le bien de la société, je réclame que l’on euthanasie ».

Tous ceux qui souffrent et qui réclament l’euthanasie doivent-ils être euthanasiés afin de respecter leur liberté et d’abréger leurs souffrances ? Si la société va dans ce sens, elle signe son arrêt de mort.

Quand ceux qui souffrent réclament d’être euthanasiés, demandent-ils simplement à être euthanasiés pour ne pas souffrir ? Non. Ils manipulent la société avec un malin plaisir.

Jusqu’à présent, la société est garante de la vie des citoyens qu’elle protège. Quand les citoyens demandent à être euthanasiés pour toutes sortes de raisons, que se passe-t-il ? Le citoyen met la société à terre en la pliant à ses désirs. Ce qu’a fait la jeune hollandaise. On est là dans un jeu orgueilleux.

Ainsi, au sujet de la jeune hollandaise, il importe d’avoir une double lecture. D’un côté, cette jeune fille a certainement souffert des abus dont elle a été victime. Mais, on peut également dire que, folle furieuse d’avoir été abusée, elle a décidé de se venger et de mettre la société à terre.

L’euthanasie peut devenir un jeu et, dans le cas de la jeune fille hollandaise, tout donne à penser que c’est ce qui s’est passé. Dans L’étranger de Camus, c’est un peu ce qui se passe également.  Quand Meursault le héros ne fait rien pour ne pas être condamné à mort après le crime gratuit qu’il a commis,  il s’euthanasie lui-même en éprouvant dans ce geste une jouissance infinie. « La lutte vers les sommets suffit à remplir le cœur d’un homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux » écrit Camus à la fin du Mythe de Sisyphe. «  La lutte pour se faire euthanasier suffit à remplir le cœur d’un certain nombre de candidats au suicide désireux de se venger de la société en l’obligeant à les tuer », faut-il rajouter. « Il faut imaginer ces candidats au suicide heureux ».

Dans une société Instagram qui manque d’idéaux et où la pression sociale est à son comble  de quels maux spirituels et culturels la hausse des euthanasies et des suicides est-elle le symptôme ?

Bertrand Vergely : Trois mots résument les maux spirituels et culturels dont nous souffrons : hédonisme, narcissisme et nihilisme.

D’abord l’hédonisme. Notre monde est hanté par des pulsions suicidaires. Ces pulsions proviennent de son hédonisme. L’enfant à qui on refuse ce qu’il désire se roule par terre. La pulsion suicidaire obéit au même principe. On me refuse ce que mon désir de plaisir réclame ? Vous allez voir. Je vais me suicider et vous allez regretter de m’avoir frustré. Les héros du livre de Nikos Kazantzaki La liberté ou la mort ont comme devise : « La liberté ou la mort ». Nous avons comme devise « Le plaisir ou la mort ». Plutôt mourir que vivre une vie sans plaisir. Certains voient là une fière façon d’affirmer la liberté. Il s‘agit là bien plutôt d’une attitude totalement infantile incapable de supporter la moindre frustration, le moindre manque, la moindre attente.

Par ailleurs, le narcissisme. Le narcissisme est suicidaire et le suicide est narcissique. Narcisse qui entend avoir toujours du plaisir entend avoir avant tout toujours le plaisir de lui-même. Pour cela, il est prêt à se tuer en mettant en scène sa propre mort. « Vous verrez comme ma mort sera belle. Vous m’admirerez ».

Enfin, le nihilisme. Quand on est spirituel on vit pour la transcendance en dépassant la violence par la transcendance. Quand on a perdu tout lien avec le spirituel, on fait l’inverse. On dépasse la transcendance par la violence en en vivant la violence comme transcendance. Dans le suicide c’est ce qui a lieu. Le culte de la mort derrière le culte de sa propre mort tient lieu de transcendance.

Un moyen de sortir de cet enfer ? Oui. La force d’âme. Écouter la voix intérieure qui dit : « Relève toi. Mets toi debout. Tiens toi droit. Arrête d’être l’esclave de la mort ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 07/06/2019 - 08:50
Le shit, la PMA, la GPA, l'euthanasie,
Dur, dur de suivre le progrès, un peu d'effort, la polygamie, la zoophilie, l'inceste, on arrive pas à suivre...La transgression comme mode de pensée est un sport exigeant !...que Diable !
Benvoyons
- 06/06/2019 - 14:46
Les progressistes sont pour l'euthanasie
Que va-t-il rester aux syndicats progressistes, qui se servent du suicide, contre le travail, alors que cela n'est qu'une liberté de chacun à se suicider. En effet elui qui se suicide, considère que cela est bien pour lui.
Autrement il ferait une procédure juridique pour faire condamner la cause, donc le travail.
Ainsi le PDG de France Télécom ne devrait pas avoir de condamnation sur les suicides de FT car c'est une avancée progressiste.
clo-ette
- 06/06/2019 - 13:52
On y va ,on y va ...
tout doucement, sans faire de bruit ....