En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 10 heures 6 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 12 heures 37 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 14 heures 39 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 16 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 17 heures 10 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 10 heures 33 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 14 heures 24 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 15 heures 59 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 16 heures 19 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 16 heures 31 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 17 heures 4 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 17 heures 10 min
© Nazeer al-Khatib / AFP
© Nazeer al-Khatib / AFP
International

Syrie : une alliance sacrée entre djihadistes est en train de se constituer sous l’égide d’Al-Qaida "canal historique" dans la province d’Idlib

Publié le 31 mai 2019
L'offensive syrienne et russe contre la province d'Idlib a déjà forcé près de 180 000 personnes à fuir.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'offensive syrienne et russe contre la province d'Idlib a déjà forcé près de 180 000 personnes à fuir.

Ce n’est pas un mystère que la province d’Idlib située au nord-ouest de la Syrie est devenue un mini-émirat islamique même si ses responsables se gardent bien de le proclamer pour le pas s’attirer la ire internationale comme l’avait fait Abou Bakr al-Baghdadi lors de la proclamation de son pseudo-califat. Il ne faut pas que ce qui est train de se passer à Idlib soit ressenti par l’Occident comme une menace potentielle d’où les discours bien formatés mettant la lutte anti-Assad et les atrocités commises par ce régime - et ses alliés russes et iraniens - en exergue. Taper sur ce trio est très bien vu à Washington et des les milieux intellectuels européens. Il n’est pas loin le temps où les salafistes-djihadistes internationalistes seront considérés comme des "combattants de la liberté". Déjà qu’ils haïssent la société occidentale considérée comme décadente et amorale, ils pourront aussi la mépriser pour sa bêtise. Il n’est d’ailleurs pas dit que lorsqu’ils en auront retrouvé les moyens, ils ne tenteront pas de relancer des attentats contre des sociétés qu’ils méprisent tant.

La situation sur le terrain

Si Daech ne se manifeste pas actuellement dans la zone d’Idlib car le mouvement est en cours de réorganisation suite à son "repli dans le désert" qui a suivi la perte des territoires qu’il contrôlait, c’est bien l’organisation Al-Qaida "canal historique" - toujours bien vivante - qui est à la manœuvre pour unifier sous un même commandement toutes les formations présentes sur place de manière à, premièrement, s’opposer à l’offensive gouvernementale syrienne qui se profile au sud et, deuxièmement, pour contrer l’influence des Turcs au nord.

La situation reste pour l’instant très compliquée même si Abou Mohamed al-Joulani, l’émir du Hayat Tahrir al-Cham (HTC) anciennement Front al-Nosra devenu en juillet 2016 Jahbat Fath al-Cham (JFC), a pris l’avantage sur la quasi-totalité de la province d’Idlib. Il gère en particulier la frontière turque ce qui lui permet de "lever l’impôt" sur les différents trafics à travers un "gouvernement du salut". Si Joulani a officiellement rompu avec le commandement d’Al-Qaida "canal historique" en 2016, l’attitude de son leader, Ayman al-Zawahiri, a désormais notablement évolué. Il évite dans ses discours - toujours nombreux - d’attaquer de front le HTC ainsi que le Parti Islamique du Turkestan (PIT) qui lui est allié. Il faut dire que les seuls combats sur le terrain depuis des mois survenaient entre mouvements rebelles, mais la situation a changé depuis avec l’intensification des bombardements syro-russes et les offensives terrestres - pour le moment d’ampleur modérée - qui ont lieu dans le sud-ouest de la province.

Un vétéran d’Al-Qaida "canal historique", membre de son organe de commandement (la Choura) et, de plus, qui aurait été dans le passé un collaborateur direct d’Oussama Ben Laden, aurait joué le "Monsieur bons offices" comme intermédiaire. Il est connu sous le nom - vraisemblablement d’emprunt - d’Abou ‘Abd al-Karim al-Masri (l’Égyptien) ou d’Abou ‘Abd al-Karim al-Gharbi. L’ouverture s’est faite via Hurras al-Din, la plus importante représentation d’Al-Qaida "canal historique" en Syrie.

Le Hurras al-Din (HAD (les "gardiens de la religion" fondé en février 2018) est un groupe qui dépend directement d’Al-Qaida "canal historique". Il y en a eu d'autres mais, pour troubler les pistes, les noms ont fréquemment changé (et continueront de changer). Ses dirigeants sont Abou Hammam al-Chami, Sami al-Hijazi, l’ex-commandant militaire du Front al-Nosra, le Docteur Sami al-Ouraydi, l’ex-idéologue de même mouvement (qui avait brièvement été arrêté avec al-Chami en novembre 2017 par le HTC), les Jordaniens Iyad Toubas et Bilal Khreissate, ces deux derniers ayant contribué à attirer vers le HAD des salafistes étrangers (dont des Jordaniens). En avril 2018, le HAD s’est allié au Ansar al-Tawhid (les défenseurs de l’unicité) au sein d’une coalition appelée Nusrat al-Islam (alliance de secours à l’islam). Cette alliance coopère depuis octobre de la même année au sein d’une "chambre des opérations" Wa Harredh al-Mouminin (incite les croyants - au combat -) avec le Ansar al-Din (les défenseurs de la religion) et Ansar al-Islam (les défenseurs de l’islam) qui totalisent pas loin de 15 000 combattants.

Les négociations entre le HAD et le HTC

Le HAD a donc proposé via "M. bons offices" de former un "comité de réconciliation" avec le HTC. Il est chargé de régler les problèmes concrets comme ceux des zones d’influence, de la distribution d’armements et surtout pour faire cesser la guerre de communiqués entre les différents mouvements. Les représentants du HTC auprès de ce comité sont le Cheikh Abou Malik al-Chami, Abou Qoutada al-Albani (de son vrai nom Abdoul Jashari), Mokthar al-Turki et Abou Moussab al-Chami. Celui du HAD est Abou Mohamed al-Soudani. Cet effort de réconciliation est soutenu par différents responsable de la nébuleuse à l’étranger (ce qui, au passage, permet de cartographier un semblant d’organigramme) :

Abou Qoutada (qui n’est pas personnellement hostile au HTC) et Abou Mohammed al-Maqdisi (tous deux vivant en Jordanie), Tariq Abdoul Haleem (qui vit au Canada), le Dr Ani al-Sibai (Grande Bretagne), le Dr Tarek Abdul-Halim, les Cheikh al-Sadiq al-Hachimi et Iyad Ghali (AQMI), Abou Zar al-Burni (Bornéo), etc.

Joulani a peut-être accepté cet accord car il sait que le Hurras al-Din, grâce à ses alliances successives gagne progressivement en importance. De plus, il s’appuie sur des rebelles syriens mais aussi sur de nombreux combattants étrangers dont des Tunisiens. Le nombre d’activistes au sein du HAD serait estimé à 9 000 combattants comparés aux 15 000 du HTC.

Pour l’anecdote, Omar Omsen alias Omar Diaby, le djihadiste français qui a été détenu quatre mois fin 2018 par le HTC, est resté fidèle à Al-Qaida. Il est donc du côté du HAD.

Les grands perdants de cette affaires sont les nombreux groupes (dont le Harakat Ahrar al-Cham) et groupuscules qui sont membres du Al-Jabhat al-Wataniya Lil Tahrir (Front national de Libération - FNL -). Il regroupe d’anciennes formations de l’Armée syrienne libre (ASL), des mouvements djihadistes dits modérés et des milices turkmènes. Cette coalition est directement liée à la Turquie qui lui offre des bases arrières, un soutien logistique et sanitaire, et contribue à l’instruction de ses combattants. Initialement, Ankara espérait que cette coalition parviendrait à prendre le contrôle de la province d’Idlib. Mais c’est le HTC qui y est parvenu au début de l’année provoquant la fuite des leaders du FNL vers Al-Bab et Afrin. Les militants se sont répartis dans les mouvements restants.

Si le HTC et le HAD (et ses alliés) parviennent à s’entendre, ce sont plus de 30 000 combattants qui seront unifiés dans la poche d’Idlib au milieu de trois millions d’habitants dont de nombreux réfugiés. Personne ne contrôle cette enclave. Certes, les activistes ont, après s’être entendus, pour premier souci de survivre à la pression syro-russe. Le rôle de la Turquie sera déterminant car, si elle ferme la frontière, la situation dans cette province deviendra rapidement critique, comme d’habitude, d’abord pour les populations civiles.

Il semble que les Occidentaux poussent Ankara à laisser passer l’"aide humanitaire" car ce coin planté dans la Syrie dirigée par le régime honni de Bachar el-Assad appuyé par Moscou et Téhéran arrange en premier lieu Washington qui dicte sa loi.

Affaiblir les régimes de ces trois États est dans leurs intérêts. Par contre, cela tient bien sûr pas compte de la vie des populations civiles locales. On peut développer de beaux discours moralistes en permanence mais poursuivre par ailleurs des buts géopolitiques moins glorieux par des moyens machiavéliques. En résumé, pousser les populations à la révolte contre les régimes qu’il s’agit de renverser - sans intervenir trop directement - en participant à leur affamement. Comme le dit le diction populaire : "un mal pour un bien".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires