En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

03.

Et si Trump avait raison sur la Chine

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 5 heures 49 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 6 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 8 heures 7 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 8 heures 58 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 11 heures 35 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 13 heures 42 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 15 heures 32 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 16 heures 43 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 17 heures 48 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 18 heures 25 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 6 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 7 heures 42 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 8 heures 27 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 11 heures 10 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 12 heures 25 sec
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 14 heures 38 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 16 heures 6 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 18 heures 13 sec
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 19 heures 20 min
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
Vent nouveau sur la planète

La guerre aux pets : ce nouveau régime alimentaire pour les vaches beaucoup moins dommageable pour l’environnement

Publié le 29 mai 2019
En Colombie, des éleveurs de bovins ont testé une solution pastorale plus respectueuse de l'environnement, qui consiste à nourrir les bêtes avec du tournesol mexicain, qui se présente sous forme de gros buissons, plutôt qu'avec de l'herbe, le tout sous un couvert arboré.
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En Colombie, des éleveurs de bovins ont testé une solution pastorale plus respectueuse de l'environnement, qui consiste à nourrir les bêtes avec du tournesol mexicain, qui se présente sous forme de gros buissons, plutôt qu'avec de l'herbe, le tout sous un couvert arboré.

Atlantico : En quoi est-ce une solution valable face aux défis environnementaux posés par l'élevage ?

Bruno Parmentier : Les ruminants ont un avantage considérable pour cohabiter pacifiquement avec les humains, ils mangent et digèrent directement du végétal qui ne sert pas à l’alimentation humaine : de l’herbe (et du foin l’hiver) et plus généralement des fourrages à base de graminées, de luzerne, de maïs, de colza, ou même de résidus d’autres cultures comme de la pulpe de betterave ou le tourteau de colza, etc. Ils ont également besoin de protéines, qu’ils trouvent directement dans les pâturages, car dans une belle prairie de montagne cohabitent plusieurs dizaines de plantes complémentaires apportant chacune leurs éléments nutritifs. Mais quand ils sont à l’étable, en particulier l’hiver, il faut leur donner des légumineuses comme du soja, et divers compléments alimentaires. Résultat, en Europe, on importe massivement du maïs et du soja (OGM) d’Amérique Latine pour élever nos animaux, et on a transformé nos herbivores en granivores, en concurrence alimentaire directe avec nous !

Mais… à force de multiplier les troupeaux, on arrive à notre quota maximum de ruminants sur la planète. Le surpâturage transforme les savanes en déserts (le Sahel se transforme en Sahara, la Mongolie en Désert de Gobi, et l’Australie se désertifie). Dans les zones tropicales, on déforeste à tour de bras, et, dès que les terrains sont pentus, la terre s’écoule dans les rivières et part dans la mer. Dans de nombreuses régions du monde, on passe donc de la forêt aux ruminants, et des ruminants au désert, et on arrête ainsi rapidement de fixer du carbone et de refroidir la planète !

De plus, le processus de digestion de ces fourrages produit malheureusement une grande quantité de méthane (pété ou roté…), un gaz 23 fois plus réchauffant que le gaz carbonique ! On estime ainsi que l’élevage de ruminants est une des activités qui réchauffent le plus la planète.

En la matière, il faut donc absolument innover ! D’une part via l’agroforesterie. On sait depuis longtemps en Normandie que le cidre se marie parfaitement avec le camembert, et on élève les vaches sous les pommiers, une association parfaitement bénéfique. C’est encore plus vrai dans les régions tropicales où le rayonnement solaire est considérable et la chaleur excessive. Il faut donc remettre un peu partout et systématiquement les ruminants sous les arbres.

Ils ont, dans cet essai qui concerne 4 000 fermes, expérimenté le « tournesol mexicain » (Tithonia diversifolia). Il semble que cette plante soit miraculeuse : vivace, on n’a pas besoin de la semer chaque année, extrêmement robuste, à croissance rapide, très recouvrante (elle monte à 2 à 3 m de haut), riche en protéines, résistante à la sécheresse, elle est capable en plus de fixer directement l’azote de l’air, de fertiliser les sols en y apportant azote et phosphore, et de servir d’insecticide naturel !

L’érosion est beaucoup mieux contrôlée. Et ces régions se remettent à fixer du carbone atmosphérique tandis que la fertilité des terres augmente.

Il est encore trop tôt pour en tirer des leçons définitives, on n’en est qu’aux premières publications scientifiques. Mais cette expérimentation montre que l’innovation reste encore possible, et nécessaire, en alimentation animale comme dans les autres secteurs de l’agriculture, pour réussir à la fois à produire malgré le réchauffement climatique, améliorer la conservation et la fertilité des sols, et fixer du carbone pour refroidir la planète, tout en consommant moins de pesticides.

Quelles sont les démarches principales développées au sein de cette tendance sylvopastorale, à laquelle ce projet se rapporte ?  Quels sont les risques ?

Pour lutter vraiment contre le réchauffement climatique en récupérant le carbone qu’on a émis dans l’atmosphère, il faudrait reforester l’équivalent de 300 millions d’hectares (en forêts ou en haies). On n’en prend pas le chemin puisqu’actuellement on déforeste massivement la planète, à raison de 14 à 18 millions d’hectares par an ! Il faudrait donc changer véritablement de politique. Le sylvopastoralisme prend alors tout son sens, ainsi plus généralement que l’agroforesterie. L’arbre est notre ami, pas un « empêcheur de produire » comme on en était venu à le considérer !

De même, on ne cultive absolument pas assez d’espèces différentes : il existe 30 000 espèces végétales comestibles, mais seulement 30 fournissent 90 % de l’alimentation humaine. Et 15 espèces animales, 90 % de l’élevage. Il faut absolument rediversifier notre alimentation et celles de nos animaux d’élevage, et découvrir ou redécouvrir des plantes utiles, efficaces et résilientes. Celle-ci semble l’être.

Mais attention, elle est très invasive ; chaque plante produit 100 à 200 graines légères que le vent peut emporter loin et qui germent très facilement. Une fois qu’on l’a introduite il devient très difficile de s’en débarrasser. Même si, dans nos contrées, elle craint le gel, elle peut resurgir au printemps du sol où elle s’est protégée l’hiver. Au Cameroun, où on l’appelle Fleur jalousie, elle est la hantise des planteurs à cause de son fort pouvoir envahissant, malgré ses pouvoirs fertilisants et ses nombreuses qualités thérapeutiques…

 

Ce mouvement a-t-il de l'importance ou est-il encore de taille modeste ? Comment peut-on favoriser son développement ? 

L’expérience évoquée ici est de taille significative, mais néanmoins modeste (à peine 1 % des pâturages de Colombie) ; elle a été financée par diverses organisations internationales ; il y a également eu quelques essais à Cuba et en Afrique. Pour un changement aussi important, et relativement coûteux, des habitudes ancestrales des éleveurs, prévoir quelques délais, et de forts financements internationaux. Mais il faut aussi être sûrs que cette solution est bénéfique à long terme dans les régions où on l’introduit, vu la difficulté de revenir en arrière une fois qu’on a développé ce tournesol. L’histoire de l’agriculture est jalonnée de catastrophes arrivées après l’introduction, volontaire ou non, de plantes trop envahissantes.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

03.

Et si Trump avait raison sur la Chine

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 29/05/2019 - 23:53
Ce qu'ignorent les écologistes
est que le végétal est le plus grand créateur de vesses. Je remémore : oignons, choux-fleurs, brocolis, petits pois, artichauts, etc. De qui se moque-t-on ?