En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 43 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 11 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 12 heures 8 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 13 heures 55 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 15 heures 55 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 17 heures 48 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 18 heures 35 sec
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 10 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 12 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 12 heures 13 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 14 heures 45 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 17 heures 8 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 17 heures 34 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 17 heures 54 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 8 heures
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
Vent nouveau sur la planète

La guerre aux pets : ce nouveau régime alimentaire pour les vaches beaucoup moins dommageable pour l’environnement

Publié le 29 mai 2019
En Colombie, des éleveurs de bovins ont testé une solution pastorale plus respectueuse de l'environnement, qui consiste à nourrir les bêtes avec du tournesol mexicain, qui se présente sous forme de gros buissons, plutôt qu'avec de l'herbe, le tout sous un couvert arboré.
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En Colombie, des éleveurs de bovins ont testé une solution pastorale plus respectueuse de l'environnement, qui consiste à nourrir les bêtes avec du tournesol mexicain, qui se présente sous forme de gros buissons, plutôt qu'avec de l'herbe, le tout sous un couvert arboré.

Atlantico : En quoi est-ce une solution valable face aux défis environnementaux posés par l'élevage ?

Bruno Parmentier : Les ruminants ont un avantage considérable pour cohabiter pacifiquement avec les humains, ils mangent et digèrent directement du végétal qui ne sert pas à l’alimentation humaine : de l’herbe (et du foin l’hiver) et plus généralement des fourrages à base de graminées, de luzerne, de maïs, de colza, ou même de résidus d’autres cultures comme de la pulpe de betterave ou le tourteau de colza, etc. Ils ont également besoin de protéines, qu’ils trouvent directement dans les pâturages, car dans une belle prairie de montagne cohabitent plusieurs dizaines de plantes complémentaires apportant chacune leurs éléments nutritifs. Mais quand ils sont à l’étable, en particulier l’hiver, il faut leur donner des légumineuses comme du soja, et divers compléments alimentaires. Résultat, en Europe, on importe massivement du maïs et du soja (OGM) d’Amérique Latine pour élever nos animaux, et on a transformé nos herbivores en granivores, en concurrence alimentaire directe avec nous !

Mais… à force de multiplier les troupeaux, on arrive à notre quota maximum de ruminants sur la planète. Le surpâturage transforme les savanes en déserts (le Sahel se transforme en Sahara, la Mongolie en Désert de Gobi, et l’Australie se désertifie). Dans les zones tropicales, on déforeste à tour de bras, et, dès que les terrains sont pentus, la terre s’écoule dans les rivières et part dans la mer. Dans de nombreuses régions du monde, on passe donc de la forêt aux ruminants, et des ruminants au désert, et on arrête ainsi rapidement de fixer du carbone et de refroidir la planète !

De plus, le processus de digestion de ces fourrages produit malheureusement une grande quantité de méthane (pété ou roté…), un gaz 23 fois plus réchauffant que le gaz carbonique ! On estime ainsi que l’élevage de ruminants est une des activités qui réchauffent le plus la planète.

En la matière, il faut donc absolument innover ! D’une part via l’agroforesterie. On sait depuis longtemps en Normandie que le cidre se marie parfaitement avec le camembert, et on élève les vaches sous les pommiers, une association parfaitement bénéfique. C’est encore plus vrai dans les régions tropicales où le rayonnement solaire est considérable et la chaleur excessive. Il faut donc remettre un peu partout et systématiquement les ruminants sous les arbres.

Ils ont, dans cet essai qui concerne 4 000 fermes, expérimenté le « tournesol mexicain » (Tithonia diversifolia). Il semble que cette plante soit miraculeuse : vivace, on n’a pas besoin de la semer chaque année, extrêmement robuste, à croissance rapide, très recouvrante (elle monte à 2 à 3 m de haut), riche en protéines, résistante à la sécheresse, elle est capable en plus de fixer directement l’azote de l’air, de fertiliser les sols en y apportant azote et phosphore, et de servir d’insecticide naturel !

L’érosion est beaucoup mieux contrôlée. Et ces régions se remettent à fixer du carbone atmosphérique tandis que la fertilité des terres augmente.

Il est encore trop tôt pour en tirer des leçons définitives, on n’en est qu’aux premières publications scientifiques. Mais cette expérimentation montre que l’innovation reste encore possible, et nécessaire, en alimentation animale comme dans les autres secteurs de l’agriculture, pour réussir à la fois à produire malgré le réchauffement climatique, améliorer la conservation et la fertilité des sols, et fixer du carbone pour refroidir la planète, tout en consommant moins de pesticides.

Quelles sont les démarches principales développées au sein de cette tendance sylvopastorale, à laquelle ce projet se rapporte ?  Quels sont les risques ?

Pour lutter vraiment contre le réchauffement climatique en récupérant le carbone qu’on a émis dans l’atmosphère, il faudrait reforester l’équivalent de 300 millions d’hectares (en forêts ou en haies). On n’en prend pas le chemin puisqu’actuellement on déforeste massivement la planète, à raison de 14 à 18 millions d’hectares par an ! Il faudrait donc changer véritablement de politique. Le sylvopastoralisme prend alors tout son sens, ainsi plus généralement que l’agroforesterie. L’arbre est notre ami, pas un « empêcheur de produire » comme on en était venu à le considérer !

De même, on ne cultive absolument pas assez d’espèces différentes : il existe 30 000 espèces végétales comestibles, mais seulement 30 fournissent 90 % de l’alimentation humaine. Et 15 espèces animales, 90 % de l’élevage. Il faut absolument rediversifier notre alimentation et celles de nos animaux d’élevage, et découvrir ou redécouvrir des plantes utiles, efficaces et résilientes. Celle-ci semble l’être.

Mais attention, elle est très invasive ; chaque plante produit 100 à 200 graines légères que le vent peut emporter loin et qui germent très facilement. Une fois qu’on l’a introduite il devient très difficile de s’en débarrasser. Même si, dans nos contrées, elle craint le gel, elle peut resurgir au printemps du sol où elle s’est protégée l’hiver. Au Cameroun, où on l’appelle Fleur jalousie, elle est la hantise des planteurs à cause de son fort pouvoir envahissant, malgré ses pouvoirs fertilisants et ses nombreuses qualités thérapeutiques…

 

Ce mouvement a-t-il de l'importance ou est-il encore de taille modeste ? Comment peut-on favoriser son développement ? 

L’expérience évoquée ici est de taille significative, mais néanmoins modeste (à peine 1 % des pâturages de Colombie) ; elle a été financée par diverses organisations internationales ; il y a également eu quelques essais à Cuba et en Afrique. Pour un changement aussi important, et relativement coûteux, des habitudes ancestrales des éleveurs, prévoir quelques délais, et de forts financements internationaux. Mais il faut aussi être sûrs que cette solution est bénéfique à long terme dans les régions où on l’introduit, vu la difficulté de revenir en arrière une fois qu’on a développé ce tournesol. L’histoire de l’agriculture est jalonnée de catastrophes arrivées après l’introduction, volontaire ou non, de plantes trop envahissantes.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 29/05/2019 - 23:53
Ce qu'ignorent les écologistes
est que le végétal est le plus grand créateur de vesses. Je remémore : oignons, choux-fleurs, brocolis, petits pois, artichauts, etc. De qui se moque-t-on ?